- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Regulus A. Black
Mangemort
Mangemort
avatar

Messages : 18
Points rp : 2344
Date d'inscription : 10/09/2012
Age : 26

Identité du Sorcier
Baguette magique: 27 cm, bois de cyprès & coeur de dragon.
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Contre le Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »   Lun 10 Sep 2012 - 21:54

REGULUS ARCTURUS BLACK
~ Âge : 35 ans.
~ Date et lieu de naissance : 9 novembre 1961 à Londres.
~ Activité : Ex-Mangemort.
~ Célébrité de l'avatar : Orlando Bloom.
~ Votre ancienne maison à Poudlard : Serpentard.
~ Particularité : Ce n'est pas ce que l'on pourrait qualifier de don, mais il excelle dans l'art de la nécromancie.
~ Baguette: 27 cm, bois de cyprès, coeur de dragon.

~ Notes aux BUSE ~
Astronomie : E
Botanique : E
DCFM : O
Histoire de la Magie : A
Métamorphose : A
Potions : E
Sortilèges : O
Option 1 : Etude des runes : O
Option 2 : Arithmancie : E
~ Notes aux ASPIC ~
Astronomie : O
Botanique : E
DCFM : E
Histoire de la Magie : A
Métamorphose : E
Potions : O
Sortilèges : E
Option 1 : Etude des runes : O
Option 2 : Arithmancie : E

<
~ Description du Physique ~
Des yeux noirs, extrêmement noirs... Profonds, il semblerait que l'on pourrait s'y noyer à l'intérieur sans jamais pouvoir s'en échapper. Et ces cheveux, couleur d'ébène... Il ne peut être qu'un Black, cela ne fait aucun doute. Sa démarche assurée ainsi que son port de tête droit et distingué ont toujours exprimé l'immense fierté que possède Regulus envers sa famille dont la noblesse est incontestable depuis des siècles dans le monde des sorciers. Partageant de nombreux traits avec son frère aîné, Sirius, la finesse de son visage, ses yeux en amande luisant d'une grande intelligence et ce léger sourire coutumié dessiné sur ses lèvres font de lui un homme au pouvoir naturellement charmeur. Cependant, il est fort difficile de pouvoir réellement deviner ses sentiments. Impassible, nul n'a jamais pu se targuer de connaître ses émotions que jamais il n'a montré. Se cachant derrière un masque orné d'un léger rictus indéfinissable, seule son apparence irréprochable et classieuse le caractérise. Mais qui peut réellement se vanter de connaître cet homme ? Qui sait ce qu'il cache au plus profond de lui-même ? Rien chez lui ne permet de pouvoir pleinement le situer, comprendre qui il est et surtout quel dessein l'anime. Etrange, son attitude est indéfinissable. Il ne parait haïr personne, et pourtant son regard noir se pose sur ces Sangs-de-Bourbes avec une froideur et une haine passagère, comme si, au fond, il préparait sa vengeance, ressassant seul son mépris qui saura éclater en temps et en heure. Pourtant il ne trahit jamais ses ressentiments, se contentant de rester neutre.
Cette attitude demeure aujourd'hui profondément ancrée en lui. Mentir autant verbalement que physiquement est un jeu d'enfant pour lui, qu'il sait exercer avec brio. Rien en lui ne permet de trahir ce qu'il tente de dissimuler, à tel point que le Seigneur des Ténèbres lui-même en a été berné. Si depuis un âge particulièrement jeune, du moins minimum pour qu'il puisse entrer dans Ses rangs, la Marque des Ténèbres repose sur son bras, il la garde dissimulée sous des vêtements élégants, la plupart du temps des costumes sombres qui savent mettre parfaitement en valeur son corps mince et de taille moyenne, avoisinant le mettre quatre-vingt.
~ Description du Caractère ~
Calme, posé et réfléchi, voilà les principales caractéristiques que l'on sait remarquer chez lui au prime abord. Cependant, il est fort difficile de savoir pleinement qui il est si l'on désire se fier à son attitude ou bien à ce qu'il renvoie. Car discret, il n'est pas de ceux qui aiment attirer l'attention sur lui, même s'il est cependant difficile de ne pas réellement le remarquer, ne serait-ce que par son physique et par cette aura étrange qu'il dégage. Sombre, renfermé et pourtant légèrement souriant, il semble analyser sans cesse ce qui l'entoure, perdu dans ses pensées que nul ne peut connaître.
Arrogant, il était ce que l'on pouvait qualifier de Serpentard modèle durant sa jeunesse. Autrefois un Attrapeur de talent dans l'équipe de Quidditch des vert et argent, il exhibait avec une immense fierté presque palpable les couleurs de sa maison qu'il vénérait, et dont les murs-mêmes de sa chambre londonienne étaient ornés. Pourtant il n'était pas de ceux qui se plaisaient à humilier les Sangs-de-bourbes, bien qu'en réalité il éprouvait une aversion des plus totales et profondes à leur encontre. Mais préférant les ignorer, il s'efforçait de garder une attitude rigide et surtout ignorante vis-à-vis de ces "faux sorciers", nourrissant au plus profond de lui-même cette haine et ce dégoût qu'il ressentait. Chacun devait vivre dans son monde, telle était sa conception des choses. Alors sa posture ne se faisait que plus droite et méprisante lorsque l'un d'eux lui adressait la parole. Mais s'il leur paraissait étrange, aucun ne pouvait réellement savoir sur quel pied danser. Posé, il s'efforçait de leur répondre avec un grand calme, alors qu'au plus profond de lui-même, chose dont nul Sang-de-Bourbe pouvait se douter, il les méprisait au plus haut point. Un jour, de toute manière, l'heure de leur fin sonnera. Et il l'attend avec impatience... Seule sa famille et ses proches connaissaient son aversion profonde, et qui amplissait ses parents d'une fierté sans borne. Fils émérite, dôté de grandes capacités intellectuelles et passionné par les arts sombres - et plus particulièrement la nécromancie- il était l'héritier parfait des Blacks, à l'instar de son frère. Mais s'il ne s'en ventait pas ouvertement, il se plaisait à entretenir cette rivalité avec lui, avec une grande finesse. Des sourires légèrement provocateurs à l'égard de son aîné, et il tentait de demeurer le favoris non sans une certaine sournoiserie.
Cependant, chose qui peut paraître paradoxale mais qui reflète parfaitement son caractère étrange, il vouait malgré tout un respect profond aux êtres qu'il estimait. Son frère, malgré leur opposition, était de ceux-ci, et ce malgré leur rivalité respective. Ses proches également et les autres Serpentards durant sa jeunesse, mais surtout et plus particulièrement également envers les elfes de maison dont il refusait qu'ils soient exploités. Refusant de les traiter avec autant de sadisme et d'écoeurement que leur témoignaient la plupart des autres sorciers, Regulus, malgré ses défauts notamment dus à la fierté de son sang et à son éducation, possède une générosité et un altruisme sans faille pour les individus qu'il apprécie. Et parmi eux plus particulièrement son elfe de maison, Kreattur, en qui il avait parfaitement confiance et pour qui il n'hésita pas à remettre en question ses convictions les plus profondes à l'égard du Seigneur des Ténèbres.
Volontaire, il est prêt à tout et même à prendre les plus grands risques dont il est capable pour parvenir à ses fins. N'hésitant pas à mettre en péril sa propre vie pour protéger ceux qu'il aime et pour la cause qui lui semble être la plus juste et qui, bien avant sa mort, n'était plus celle de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Son-Nom, rien ne peut l'empêcher de faire tout son possible pour ce en quoi il croit.
Aimant et attentionné, s'il n'a peur de rien à son sujet, sa plus grande faiblesse reste toutefois ses proches, et notamment sa femme, Evelyne. Cependant, et à l'heure actuelle, il souffre de l'absence qu'il a dû imposer à sa fille qui a grandi sans qu'il ne puisse la voir. Espérant rattraper malgré tout son retard, il est prêt à tout pour elle et pour la protéger coûte que coûte.
~ Famille et amitié ~
Fils prodige à l'opposé de son frère aîné, une rivalité était obligée de naître entre les deux hommes. Sirius, autrefois rejeté par leurs parents, Orion et Walburga Black, faisait malgré tout naître en son frère un respect et une considération sans bornes. Si tous leurs espoirs reposaient sur le cadet de leurs héritiers, il n'en demeurait pas moins que malgré quelques provocations qu'il s'amusait à faire naître entre eux, Regulus était profondément attaché à son frère qu'il estimait grandement et sur lequel il pouvait réciproquement compter.
Du temps de sa scolarité à Poudlard, celui-ci était considéré comme l'un des élèves les plus honorables de sa maison. Parmi les favoris d'Horace Slughorn, il faisait naître un respect largement partagé par la plupart des élèves et de ses professeurs qui fondaient de nombreux espoirs en lui.
Ayant rencontré Evelyne durant leur jeunesse, la jeune femme attisait la curiosité et le désir du jeune homme qu'elle savait fasciner. Belle, distinguée et brillante, une grande amitié naquit entre eux jusqu'à ce que, lors de leur cinquième année d'étude, ils ne se décident à franchir le pas et sortir ensemble. Quelques années plus tard et malgré de nombreuses péripéties telles que, et non la moins importante, l'entrée des deux jeunes gens dans les rangs du Seigneur des Ténèbres, leur couple demeura profondément solide. Aimant et attentionné, il tenait à sa femme plus qu'à n'importe qu'elle autre personne sur terre. Rêvant tous deux de leur mariage qu'ils n'eurent pas le temps de vivre avant sa mort, de leur amour naquit leur petite fille, Rigel, qu'il n'eut pas le temps de connaître... Malgré tout, il demeurait auprès d'elle, autant physiquement en tant qu'horcruxe dans ce collier qu'il lui avait offert lors de ses onze ans, que parce que même par-delà les barrières de la mort son amour pour elle existait. Aujourd'hui, il n'a plus qu'un désir : apprendre à la connaître malgré l'immense douleur de ne pas l'avoir vu grandir. Plus fier d'elle qu'il n'est possible de l'être, il est bien décidé à rattraper le temps perdu, dorénavant prêt à tout pour protéger sa famille du Lord Noir envers qui sa haine est plus qu'immense.

~ Histoire ~
"- Et tes... tes parents aussi étaient des Mangemorts ?
- Non, non, mais crois-moi, ils approuvaient les idées de Voldemort, ils étaient tous partisans de purifier la race des sorciers, de se débarrasser de ceux qui venaient de familles moldues et de mettre les Sang-purs au pouvoir. Mais au début, quand il s'est engagé, je suis sûr que mes parents voyaient en Regulus un brave petit héros..."
- Harry Potter et Sirius Black dans Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé.

Oui, un véritable héros... Fier, serviable, prêt à tout et sûr de ses valeurs. Voilà qui est Regulus. Ou plutôt qui était. Car peu à peu il déchanta. Tout ce en quoi il avait profondément cru n'était, en réalité, bâti sur quelque chose qui n'était pas réellement en adéquation avec ses convictions profondes. Il avait cru en Lui, et ce depuis son plus jeune âge. Il avait vu en Lui un être à admirer, à adorer et à vénérer, là où d'autres ne voyaient en cet homme qu'était Lord Voldemort rien d'autre qu'un monstre assoiffé de pouvoir. Pourtant il pensait, et même savait qu'Il serait celui qui sortirait le monde des sorciers de cette déchéance dans laquelle il s'enlisait. Depuis sa plus tendre enfance, Regulus avait appris à haïr les Moldus et les Sangs impurs qui peuplaient ce monde. Tellement inférieurs, lui disaient ses parents, grouillant comme des insectes çà et là sans que nul ne puisse rien y faire. Le Ministère de la Magie lui-même semblait accepter ces derniers à bras ouverts, pourtant ils ne devaient pas faire parti de leur univers. Et plus les années passaient, plus ils prenaient du poids, réduisant bientôt les nobles familles de Sangs-Purs qu'ils étaient à la rareté. Et cela ne devait pas arriver.

Alors les années passèrent, et vint ce jour où, comme son frère l'avait fait avant lui, il put enfin rejoindre l'école de Poudlard. Il attendait cet évènement avec une immense impatience, rêvant d'apprendre la magie, d'enfourcher un balais une bonne fois pour toute, et surtout d'intégrer la noble et prestigieuse maison des Serpentards. Cette rentrée, il la fantasmait depuis ses cinq ans où, obervant ses parents et son frère ainé, il les voyait jeter des sorts qui le fascinaient. Alors chaque soir il s'asseyait à table, autour d'un bon dîner que leur elfe leur préparait, et demeurait silencieux tandis que, les yeux plissés par la concentration, il fixait son verre sans flancher.

* Vole, allez, qu'est-ce que tu attends... Vole... * Lui ordonnait-il par la pensée, encore et encore.

Mais rien à faire, l'objet en cristal ne bougeait pas d'un pouce. La mine boudeuse et renforgnée, il avalait donc son repas, sans prononcer le moindre mot mais se jurant qu'un jour il y parviendrait. Il serait, lui aussi, un sorcier... Et enfin, il y parvint. Ce soir comme les autres, mais qui changea le cours de sa vie. Se concentrant tant et plus alors tandis que sa famille était engagée dans des conversations professionnelles qu'il était encore trop jeune pour comprendre, il sentit monter en lui une énergie étrange et fascinante, semblant engourdir ses muscles un instant. Et soudain, celle-ci sembla exploser hors de son corps, projetant son verre contre le mur qui éclata en milliers de fragments, plongeant aussitôt la pièce dans le silence le plus absolu. La stupéfaction laissa ensuite place à la joie, et à l'excitation qui montait plus que jamais dans le corps du garçon qui, enfin, venait de réaliser l'un de ses plus grands rêves.

Integrant Poudlard six ans plus tard, quelle ne fut pas sa joie lorsque le Choixpeau lui annonça qu'il était un Serpentard comme ses ancêtres avant lui, et surtout comme il l'avait tant espéré. La gloire et le succès, comment pouvait-il ne pas être fasciné ? C'était tout ce dont il aspirait, et il se jurait qu'il y parviendrait. Après tout, lorsqu'il décidait quelque chose, il faisait tout pour y arriver. Passionné par ses cours, il se rendit néanmoins rapidement compte que les enseignements dispensés par l'école ne lui suffisaient pas. La magie était un monde beaucoup plus vaste que cela, pourquoi donc se contenter de quelques sortilèges de transformation ou de défense, alors que l'on pouvait avoir accès à quelque chose de beaucoup plus grand ? La magie noire lui offrait des perspectives beaucoup plus larges et fascinantes, avant qu'un beau jour, par hasard, il ne tombe sur un ouvrage de nécromancie dans la bibliothèque de l'école. Aucun exercice, rien. Seulement cette seule et unique phrase qui ne quitta plus un seul instant les méandres de son esprit : « la nécromancie ou l'art de communiquer avec les morts »... Rapidement, il acheta des ouvrages qu'il dissimulait dans ses affaires, et se cachait chaque nuit pour s'exercer encore et toujours. Il se rappellera toujours de son premier contact, certes éphémère mais qui le laissa stupéfait durant de longues minutes, alors qu'une jeune femme d'une vingtaine d'année lui était apparue, translucide, le fixant de son visage impassible et de son regard vide, avant de lui tendre la main comme pour l'inviter à le rejoindre. Ses lèvres s’entrebâillèrent comme si elle s'apprêtait à lui parler, avant de toutefois disparaître, aussi soudainement qu'elle était apparue. Plus aucun jour ne passa sans qu'il ne lise un nouvel ouvrage à ce sujet et qu'il ne réitère ses essais.

Ses cours continuaient, dans lesquels les bonnes notes s'enchaînaient, faisant de lui un élève sans histoire et apprécié de ses professeurs. Un en particulier vit en Regulus un jeune homme d'à présent 14 ans qui présentait des atouts réellement intéressant pour lui, Slughorn. Une nouvelle tête prometteuse à ajouter à sa collection, dans une école qui possédait déjà de nombreuses cartes en main. L'une d'elle n'était autre que le meilleur ami de son aîné, James Potter. Qui n'avait jamais entendu parlé des prouesses de ce prodige de Gryffondor ? Sans lui adresser particulièrement la parole, Regulus ne le portait absolument pas dans son coeur. Son attitude trop hautaine et malsaine, son amour pour une fille de Moldus... Il ne lui augurait rien de bon, et son frère semblait étrangement voir malgré tout en lui un homme de grande estime.

Préférant l'ignorer et se focaliser sur son propre avenir, le jeune homme avait ses propres projets en tête. Le Seigneur des Ténèbres faisait de plus en plus trembler le monde des sorciers, et une admiration de plus en plus immense naissait en Regulus pour ce grand sorcier qui offrait tout ce en quoi l'adolescent aspirait : le pouvoir, un monde peuplé de véritables sorciers au sang pur, et une facination pour les arts sombres qui l'attiraient de plus en plus. Il rejoindrait Ses rangs, il s'en faisait le serment. Mais pour le moment, un autre projet ne quittait ses pensées à aucun moment : Evelyne. Il la connaissait depuis sa première année, et plus le temps passait, plus elle lui plaisait. Son rire, son sourire, son regard, son intelligence et son tempérament de feu... Tout en elle le faisait lentement succomber. Et enfin vint ce soir où, durant sa cinquième année, tous deux osèrent franchir ce pas dont ils rêvaient secrètement. Depuis, leur couple fut ce qu'il y avait de plus important à ses yeux, malgré que son chemin prenait une tournure de plus en plus funèste. Un partisan du Seigneur des Ténèbres, voilà ce qu'il était devenu depuis sa sortie de l'école. La fierté amplissait son être avide de vouloir faire ses preuves. Mais peu à peu, le doute s'empara de son esprit. Il Lui obéissait, presque aveuglement, répondant à chacun de ses ordres malgré ce qui pouvait lui en coûter. Seulement plus les jours passaient, devenant bientôt des mois puis des années, et plus le sang qui se répendait autour de lui commençait à l'effrayer. Oui, il se battait pour cette cause en laquelle il croyait, mais était-elle réellement ainsi qu'il l'imaginait ? Pour un monde meilleur devait-il autoriser que les autres partisans soient ainsi torturés ? Que cela se fasse dans une violence des plus atroces ? Ce Mangemort qui gisait là, à ses pieds, à même le sol dans une mare de sang et le visage figé dans une expression d'horreur et de douleur pourrait être lui, à tout moment... Et ses proches, eux aussi torturés et anéantis... Ca pouvait être Evelyne. Et cela, il le refusait. Peu à peu, la culpabilité et le dégoût le rongèrent de l'intérieur, avant qu'il n'apprenne ce à quoi son fidèle elfe, Kreattur, et que lui seul respectait profondément à l'instar de son frère, servait réellement pour le Seigneur des Ténèbres. Il n'était qu'un objet dans Ses mains, juste bon à servir de cobaye pour les protections qu'installait le Lord dans cette étrange caverne dont il ignorait tout. Un cobaye qu'Il espérait ne pas voir survivre. S'en était trop... L'elfe, qui survécu malgré tout, lui confia dès lors que dans cette caverne une part de l'âme du Seigneur était dangeureusement protégée. Une part de son âme... Tout devint alors plus clair à présent. Et lui seul connaissait le secret du Mage Noir. Lui seul pourrait l'arrêter, ce monstre qui avait assassiné les Potter, ne laissant malgré Lui qu'un malheureux survivant dont les jours seraient certainement comptés. Il fallait que tout cela s'arrête, pour l'avenir de ce monde, pour Evelyne devenue à présent sa fiancée, et pour cette petite fille qu'elle attendait... Rigel. Ils avaient choisis son prénom depuis des mois, et déjà elle avait prit dans leur vie une place immense. Alors il devait prendre le risque, au péril de sa vie. Pour la chair de son sang il devait prendre ce risque, pour lui offrir un avenir où le danger ne la gueterait pas. Il devait anéantir cet horcruxe, ainsi que les suivants... Malgré sa peur, sa futur femme était la seule qui pouvait lui permettre de garder la tête hors de l'eau.

Mais avant de passer à l'action, il devait prendre des précautions. Il devait se créer lui-même un horcruxe, malgré l'horreur que représentait cet acte. Mais il n'avait aucun autre choix. La moitié de son âme résida alors dans un collier, qu'il dissimula dans leur chambre là où nul ne pourrait le trouver. Là, il rédiga une lettre à sa fille, qu'il confia à Evelyne, lui ordonnant de la lui remettre le jour de ses onze ans, chose qu'elle ne comprit pas immédiatement, ne sachant pas ce qu'il tramait. Dans cette lettre il lui expliqua tout, malgré son jeune âge et lui révéla l'emplacement de ce pendentif qu'il désirait la voir porter. Et plus que cela, elle se devait de comprendre ses décisions et surtout que, par-dessus, tout il l'aimait même s'il n'avait jamais pu le lui dire. Et ce soir-là, il partit avec l'elfe dans cette fameuse grotte. Il avait survécu à toutes les épreuves, jusqu'à ce qu'il parvienne à la fontaine. Boire la potion, il n'avait aucun autre choix... Et il l'a bu. Mais lentement devenant fou, il su aussitôt dans un dernier moment de lucidité qu'il avait échoué ...

Son esprit torturé par la potion, il tomba au sol, se sentant attiré dans l'eau par les Inferis qui l'entraînaient dans les profondeurs. Des larmes coulèrent sur ses joues alors qu'emporté dans les bras de la mort sans pouvoir se débattre, ses dernières pensées vinrent à celle qui aurait bientôt dut être sa femme, et leur enfant qu'il ne pourra jamais prendre dans ses bras...

~ Test RP ~
« Il y a deux manières de vaincre : celle qui conduit au triomphe et celle qui mène au sacrifice. »
Jean Van Hamme

Le vent déferlait son souffle avec rage sur la côte, tandis que la pluie tombait avec plus de dureté que jamais. Les vagues atteignant des mètres de hauteur s'éclataient violemment contre la roche noire, inondant par moment l'entrée de la grotte dans laquelle l'elfe et moi venions de transplaner. Selon Kreattur qui m'avait conduit jusqu'ici, aucun sorcier ne pouvait pénétrer à l'intérieur par ce biais. Pourtant il s'était rendu compte, lorsqu'il dut y accompagner le Seigneur des Ténèbres, que lui et par extension les elfes en général, pouvaient aller et venir à leur guise dans cet endroit. La première faille qu'avait commise le Prince des Ténèbres... Refermant mon long manteau noir autour de mon corps glacé par la température hivernale et l'humidité qui semblait vouloir le ronger, je frottai vigoureusement mes mains que je ramenai ensuite près de mes lèvres, soufflant dessus en espérant que mon souffle chaud puisse appaiser cette sensation douloureusement désagréable.

« Nous y sommes, Maître... » Grinça la voix sèche et inquiète de Kreattur qui redécouvrait les lieux avec angoisse.

« Kreattur craint pour le Maître, il ne faut pas qu'il y aille. » Ajouta-t-il, en saisissant mon avant-bras de ses mains squelettiques, tandis que son regard m'implorait de faire demi-tour.

« Je n'ai pas le choix, je ne peux plus faire marche arrière. » Lui répondis-je calmement, prenant une légère inspiration pour me donner du courage, avant d'avancer avec détermination et méfiance dans ce lieu où la Mort semblait vouloir régner en maître.

Sortant ma baguette de la poche de mon manteau, je lançais un Lumus Solem sur les environs. La vive luminosité qui naquit à la pointe de celle-ci semblait repousser pour un temps les ténèbres offensives dignes du pire des cauchemars que je vivais à cet instant-même, mais contre lesquelles j'étais fermement décidé à lutter. J'avais tout donné pour le Seigneur des Ténèbres, mais depuis quelques années à présent j'étais aussi mais surtout ferment décidé à non seulement tout Lui reprendre, mais également participer activement à Sa chute. J'allais fonder ma propre famille, et je refusais par-dessus tout que ma fille puisse vivre dans un monde où une guerre sans merci serait plus dure que jamais. Et en étant la fille de l'ancien Mangemort que j'étais devenu, elle serait bien plus menacée que n'importe quelle autre personne ici-bas, avec sa mère. Elles étaient les personnes les plus importantes à mes yeux, et pour elles je n'aurais pas hésité une infîme seconde à sacrifier ma vie. Et c'était précisément le risque que j'étais en train de prendre en cet instant-même. Il valait mieux que Rigel grandisse sans père, plutôt que la voir souffrir si je n'avais rien tenté pour l'écarter de ce danger que je lui faisais vivre à cause de mes choix. Assumer mes erreurs était la seule chose qui me restait à faire, et qu'importe pour cela du prix que j'aurai à payer.

Le bruit de mes pas, suivit de près par ceux de Kreattur qui se crispait un peu plus à chaque instant, résonnaient dans la caverne dans laquelle nous progressions. Dépassant l'entrée principale de celle-ci, les parois semblaient s'abaisser soudain, alors que nous venions d'arriver dans une nouvelle chambre de celle-ci. M'arrêtant en son centre, j'analysais avec attention les moindre recoins, n'abaissant pas ma garde, et toujours près à faire face à ce qui pouvait advenir par surprise. Je sentis alors la poigne de fer tremblante de l'elfe qui se resserait autour d'un pan de mon manteau, pendant que celui-ci m'annonçait :

« C'est ici, mon Maître. » Me dit-il, non sans une peur palpable qui tranchait avec son comportement habituel qui se faisait plus dur et plus méprisant envers ces autres que je n'étais pas et qui n'avaient pas la moindre considération pour lui.

J'acquiesçai d'un hochement de tête, sentant cette angoisse redoubler en moi mais que je refusais de laisser prendre le pas sur ma raison. Depuis mon plus jeune âge rien ne parvenait à me détourner de mes désirs, ma détermination dominant toutes les inquiétudes que je pouvais avoir. Gardant mon calme malgré tout, je repensais encore et toujours à ce visage aimé qui me faisait tenir en toutes circonstances, prenant en même temps le couteau que me tendait l'elfe. Relevant la manche de ma chemise qui dépassait légèrement, j'enfonçai profondément et lentement la lame dans la paume de ma main, serrant les dents à m'en briser les mâchoires. Le sang s'écoula alors abondamment de ma chair, tandis que je fermai un instant les yeux, ne cessant de penser à mon but pour m'empêcher de songer à la douleur qui irradiait dans mon bras. Affaiblir suffisamment l'ennemi, voilà quelle était la seconde barrière que ce serpent avait dressée... Mais je ne flanchirai pas, je ne le devais pas. Il ne fallait pas mourir ici, si proche de mon but qui sauverait même bien plus que ma propre famille si je parvenais à détruire la première part de cet être qui n'était même plus un homme. Me mordant durement la lèvre alors qu'un vertige me prit, je pris un morceau de tissu que je nouai fermement autour de ma blessure, et dis avec autant de calme que de détermination :

« Continuons. »

Ignorant les protestations de Kreattur qui me répétait inlassablement ses mêmes mises en garde, je continuais de marcher, sentant l'air se rafraîchir au fur et à mesure de notre progression. Nous n'allions plus tarder à déboucher dans la cavité principale, visiblement... Effectivement, et au bout de quelques minutes durant lesquelles seuls le bruit de nos pas et des pierres qui glissaient sur le sol se faisait entendre, une lueur verdâtre au loin attira mon attention. Ne la quittant pas des yeux, je grimpai précautionneusement sur les roches qui me barraient le passage, déchouchant enfin dans la cavité principale de la grotte. Un immense lac noir peuplait l'espace, aussi immobile que du verre. Rien ne bougeait, tout semblait si... calme. Mais les apparences étaient trompeuses, je le savais plus que nul autre. Et dans ce lieu qui plus est, j'avais conscience que cette apparente sérénité n'augurait particulièrement rien de bon. Parcourant les lieux du regard, je lâchai un soupir pour tenter d'apaiser ces tensions qui s'emparaient de mon corps, puis m'approchai résolument de l'eau qui me renvoyait mon sombre reflet. Ne surtout pas toucher l'eau... Bien. Je cherchai des yeux l'embarcation dont Kreattur m'avait appris l'existence, quittant du regard l'îlot duquel irradiait une inquiétante lueur verdâtre qui se dressait au loin. Appercevant enfin la silhouette de celle-ci qui gisait au fond de l'eau, je m'approchai du bord et pointa ma baguette sur elle. Seul un sorcier majeur pouvait l'attirer à lui... Voilà qui me facilitait grandement la tâche, mais cela me paraissait être maigre. Extrêmement maigre... D'un autre côté ce qui m'attendait sur la berge était sans commune mesure avec cette seconde épreuve.

« Accio barque. » Lançais-je alors, pointant le lac de ma baguette.

Des remous de plus en plus importants déchirèrent aussitôt la surface de marbre de l'eau qui commençait à s'animer. Et dans une lenteur funeste et lugubre, la barque sortit peu à peu de l'eau, s'immobilisant enfin sur la surface du lac. Nous montâmes ainsi dans l'embarcation, rejoignant l'ilôt qui se rapprochait de plus en plus. La dernière étape, et je l'aurai... La dernière, et cet Horcruxe serait mien. Je glissai une main dans ma poche, retirant de celle-ci le médaillon que j'avais emporté avec moi. Ce même médaillon qui était strictement identique que celui que je venais chercher, à une exception prêt : s'il ne contenait aucun Horcruxe, je ne l'avais pas laissé vide pour autant. Un léger sourire en coin se dessina sur mes lèvres, alors que je serrai cette copie dans la paume de ma main, repensant à ce mot que j'avais glissé en son coeur.

« Au Seigneur des Ténèbres, je sais que je ne serai plus de ce monde bien avant que vous lisiez ceci. Mais je veux que vous sachiez que c'est moi qui ai découvert votre secret. J'ai volé le véritable Horcruxe et j'ai l'intention de le détruire dès que je le pourrai. »

Je ne me faisais aucune illusion. Depuis que j'avais découvert quel moyen avait trouvé le Seigneur des Ténèbres pour espérer survivre, je savais que ma vie serait aussitôt condamnée. Mais elle n'était pas d'une grande importance, car dans toute guerre il fallait savoir faire des sacrifices, et j'acceptais le mien pour cette mission que j'effectuais. Tout ce que je désirais, c'était qu'il ne soit pas vain... Puis enfin, l'embarcation toucha le sol de l'ilôt sur lequel j'étais enfin parvenu. Descendant de celui-ci, mon regard se posa aussitôt sur la fontaine qui gisait en son centre.

« Le Maître ne doit pas boire la potion, Kreattur doit le faire pour le Maître... » M'implora-t-il une nouvelle fois.

Passant ma main sur mon menton au bouc finement taillé, je hochais la tête, m'approchant de celle-ci que je regardais un instant avant de lâcher un soupir, profondément résolu. Rien ni personne n'aurait pu me faire changer d'avis, et encore moins en étant à présent aussi proche du but que je l'étais.

« Non. Tu sais ce qu'il va se passer à partir de maintenant, alors je veux que tu fasses exactement ce que je t'ai dit de faire. Force-moi à la boire en entier, quoiqu'il arrive, et lorsque cela sera fait, si je n'y parviens pas moi-même, je veux que tu prennes l'Horcruxe et que tu déposes le médaillon à sa place. Si j'échoue, je veux qu'une fois que tu seras en sécurité tu le détruises sans plus attendre. Est-ce que tu m'as compris ? Une dernière chose : à partir du moment où je prendrai la potion, tu n'écouteras également plus aucun ordre que je te donnerai. » Lui dis-je, plongeant mon regard aussi noir que l'ébène dans le sien.

Malgré lui, l'elfe s'inclina alors que je pris une grande inspiration, sentant mon coeur cogner dans ma poitrine. Et après une dernière hésitation, je saisis résolument la coupe qui était posée au bord, et la plongeai dans la potion. Le visage d'Evelyne ne quittant plus mes pensées, je portai la coupe à mes lèvres, sentant le liquide amer glisser dès lors dans ma gorge qu'il semblait vouloir consumer de l'intérieur. M'efforçant de retenir une grimace de douleur, je la plongeai à nouveau à l'intérieur avant d'en boire une nouvelle fois son contenu. Puis une troisième, et une quatrième. De ma bouche qui me semblait devenir cruellement sèche sortit un grognement de douleur. Mais il fallait que je continue, je n'avais pas le choix... Alors je continuais de boire, encore et encore, avant que mon corps ne soit secoué de tremblements atroces. Jamais je n'avais cru qu'il soit possible de vivre une telle souffrance. J'avais la sensation que chaque parcelle de mon être essayait de se détacher de l'autre, m'écartelant avec fureur tandis que mes pensées elles-mêmes n'étaient plus cohérentes. Tout ce que je savais, c'était qu'il fallait que cela cesse.

« Je ne peux plus... » Lâchais-je dans un nouveau et plus puissant grognement de douleur, alors que mes jambes menaçaient de se dérober sous mon poids.

Des larmes de douleur et de supplication s'échappaiant de mes yeux malgré que je sentais que les mains de l'elfe essayaient de me soutenir. Je tournais difficilement la tête, tentant de me dérober à cette nouvelle coupe qu'il menait à présent à mes lèvres, avant de sentir malgré moi le liquide couler une nouvelle fois dans ma gorge. Mourir, je devais mourir... C'était ignoble, atroce, je n'en pouvais plus... Et cela semblait durer encore et encore, n'avoir jamais de fin.

« De l'eau, il me faut de l'eau... » Tentais-je d'articuler, avant qu'un cri de douleur ne me fasse une nouvelle fois flancher.

Mais refusant, Kreattur continuait de me la faire avaler, jusqu'à ce qu'enfin la fontaine devienne vide. Là, je saisis enfin l'objet d'une main pus tremblante que jamais et le remplaçai par sa copie, avant de tomber brutalement au sol. Gémissant et me tordant sous le coup d'une douleur sans pitié que des mots seuls ne pouvaient pas même parvenir à décrire, j'avais la sensation que la vie s'échappait de mon être à travers chacun de mes pores. Tout semblait tourner autour de moi à une vitesse faramineuse, comme si je n'étais plus qu'une feuille emportée dans le tourbillon infernal d'une tempête. De l'eau, il me fallait de l'eau... Alors je mis à ramper doucement vers les abords du lac, oubliant le danger malgré que Kreattur tentait de m'en empêcher. En vain. Plongeant la main dans l'eau noire, je menai celle-ci à mes lèvres, ressentant aussitôt un soulagement intense. Ne prenant garde à aucune des supplications de l'elfe, je continuais de la boire, encore et encore, retrouvant peu à peu mes esprits à l'instar de mon corps qui, à l'inverse, ne répondait plus de rien, anéanti par les effets de la potion.
Et soudain, ce qui devait arriver arriva. Les remous de l'eau naissant furent bientôt rejoints par les hurlements lugubres des voix d'outre-tombe qui résonnaient dans le lieu, se mêlant en un écho funeste tel le glas qui annonçait ma mort.

« Prends-le, Kreattur... Et détruis-le... Ne reste pas, enfuis-toi... » Parvins-je tout juste à lui dire sous les yeux horrifiés de l'elfe qui disparut alors malgré lui.

Seul face à la Mort, je sentais, sans plus pouvoir lutter, des bras aussi glacés que squelettiques se poser sur mon corps. Avais-je peur ? Etrangement non, plus maintenant. Je ne pouvais plus rien faire, absolument rien. Plus la force de me battre, plus celle de lutter dans un dernier espoir illusoire. J'allais mourir, mais j'avais réussi malgré tout à extraire l'Horcruxe de la caverne. Bientôt le Lord Noir perdrait une part de son âme, et d'autres finiront sans le moindre doute ce travail que j'aurai commencé.

L'eau glacée commençait à m'envelopper alors que je glissai lentement vers elle, attiré par les créatures pour qui je n'étais plus qu'une proie facile et sans défense. Il est dit qu'à l'approche de la mort nous revoyions sa vie défiler devant ses yeux... C'était faux. Je n'avais revu aucune image de mon passé, bonne ou mauvaise. Seul le regret et le soulagement accompagnaient mes pensées qui se tournaient à l'inverse vers l'avenir. Je voyais le visage de celle que j'aimais et que je n'aurais pas eu le temps d'épouser. Envolée cette image que je m'étais faite de notre famille, tandis que je tenais notre fille dans mes bras. Ma fille que je ne connaîtrais jamais, mais qui, peut-être, connaîtra un avenir meilleur grâce au sacrifice de son père.

Les larmes qui perlaient sur mes joues se mêlèrent à présent à l'eau du lac noir tandis que mon corps disparaissait dans les profondeurs. Ignorant les visages hurlants et terrifiants de ces infâmes cadavres qui m'entouraient, je fermai doucement les paupières, sentant la vie me quitter alors qu'un léger sourire se dessinait sur mes lèvres, emportant ce qui n'avait été qu'un rêve, dans ce qui était à présent devenu mon ultime demeure...

~ Et vous ? ~
~ Où avez-vous connu le forum ? : DC.
~ Âge : 19 ans.
~ Niveau RP : A peu près correct, je pense.


Dernière édition par Regulus Black le Mer 12 Sep 2012 - 10:55, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4218
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »   Lun 10 Sep 2012 - 22:09

Bienvenue Smile








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rigel A.Black
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 469
Points rp : 3705
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: 26cm, bois roseau de et écaille d'opaleye
Ascendance: Sang pur
Camp: Celui qui autorise les Arts Sombres

MessageSujet: Re: Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »   Mar 11 Sep 2012 - 8:01

MON PAPAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA *O*



♠️ Besoin de codes ? ♦️
~ Rigel Andromeda Black ~ 6eme année ~ Serdaigle ~
#26619c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blaise Zabini
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 263
Points rp : 2914
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 26
Localisation : Derrière toi ! O_O

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de Palmier Phoenix, Plume d'Hippogriffe, 23 cm rigide
Ascendance: Sang-pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »   Mar 11 Sep 2012 - 17:11

Re-bienvenue =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulus A. Black
Mangemort
Mangemort
avatar

Messages : 18
Points rp : 2344
Date d'inscription : 10/09/2012
Age : 26

Identité du Sorcier
Baguette magique: 27 cm, bois de cyprès & coeur de dragon.
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Contre le Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Re: Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »   Mar 11 Sep 2012 - 17:15

Merci à vous trois ! =)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lux S. Silvestri
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 63
Points rp : 2417
Date d'inscription : 11/08/2012
Age : 31

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bouleau et Achillée, 30cm
Ascendance: Sang Pur
Camp: Indécise

MessageSujet: Re: Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »   Mar 11 Sep 2012 - 21:48

Bienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulus A. Black
Mangemort
Mangemort
avatar

Messages : 18
Points rp : 2344
Date d'inscription : 10/09/2012
Age : 26

Identité du Sorcier
Baguette magique: 27 cm, bois de cyprès & coeur de dragon.
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Contre le Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Re: Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »   Mar 11 Sep 2012 - 22:29

Merci, Lux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2985
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Re: Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »   Mer 12 Sep 2012 - 4:53

Bienvenue le papa de Rigel \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulus A. Black
Mangemort
Mangemort
avatar

Messages : 18
Points rp : 2344
Date d'inscription : 10/09/2012
Age : 26

Identité du Sorcier
Baguette magique: 27 cm, bois de cyprès & coeur de dragon.
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Contre le Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Re: Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »   Mer 12 Sep 2012 - 10:56

Merci Liberty !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »   

Revenir en haut Aller en bas
 

Regulus A. Black, « La mort n'est que le commencement... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Regulus A. Black - The Darkness Light
» Les souvenirs de la mort... [ Pv : Flash-Black. Seul. ]
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Avant tout - :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-