- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Moment d'Egarement [Blaise - Lux]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blaise Zabini
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 263
Points rp : 2645
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 26
Localisation : Derrière toi ! O_O

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de Palmier Phoenix, Plume d'Hippogriffe, 23 cm rigide
Ascendance: Sang-pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Moment d'Egarement [Blaise - Lux]   Dim 7 Oct 2012 - 17:39

8 Février 1997

    Il était tard. L'horloge indiquait largement trois heures du matin mais pour autant, Blaise ne parvenait pas à dormir. La St Valentin approchait à grand pas et il se retrouvait complètement paniqué à l'idée d'aller chez Madame Piedodu avec son Poufsouffle. Non pas qu'il ne soit pas fier de s'afficher avec lui pour la fête la plus kitsch de l'année, mais plutôt parce qu'il avait une sorte de pression -qu'il se mettait toute seule d'ailleurs- qui l'obligeait à assurer à deux cents pour cent !

    Son cadeau -il le tenait dans sa main, jouant avec l'écrin au ruban fanfreluche- il le trouvait pathétique de niaiserie. Mais Pansy lui avait assuré qu'il plairait à Justin. Et il lui faisait confiance car c'était plus son côté macho qui lui faisait douter de la pertinence d'un tel présent. Bien sur qu'il allait adoré, bien sur qu'il la porterait avec fierté, mais pour autant, c'était une preuve d'engagement.

    Une preuve d'engagement assez explicite alors que la plus simple des preuves d'amour, il n'avait pas été capable de lui offrir. Alors il était bien simple de se rattraper avec un bijou. Mais dans les faits, après plus d'un mois en couple, il n'avait toujours pas réussi à lui dire combien il l'aimait. Cette St Valentin était une sorte d'ultimatum qu'il se donnait à lui même. Il devait parvenir à dire à Justin qu'il tenait à lui et qu'il voulait réellement construire quelque chose avec lui.

    Mais comment faire ? Sa grand-mère, à qui il avait envoyé une lettre pleine de désespoir la semaine précédente, lui conseillait de mettre sa fierté dans sa poche et d'avouer son amour à -et il cite- "ce garçon de bonne famille à qui tu n'as pas intérêt de briser le coeur sinon tu auras de mes nouvelles !". Certes, sa grand-mère avait toujours raison -aussi bien sur le premier point que le second- mais il n'était pas facile à mettre en pratique ses conseils.

    Blaise, même s'il avait grandi essentiellement en Jamaïque, avait tout de même été en partie élevé par sa mère. Et même s'il n'en avait jamais parler à personne hormis à son grand-père -Mamie Zabini et sa Maman ne s'entendait pas assez pour qu'il ose aborder le sujet avec elle- qui était plutôt de son avis. Depuis le décès de son père alors qu'il avait deux ans, Blaise avait connu six beaux-pères qui étaient tous décédés quelques mois après le mariage.

    C'était beaucoup trop louche pour qu'il en fut resté là et dès qu'il grandit un peu, Blaise compris vite que les morts de feu ses beaux-pères avaient été loin d'être naturelles. Empoisonnés. Tous les six ... Et quand il avait fouiller pour retrouver le dossier médical de son père, sans surprise, la cause du décès était la même. Alors même s'il était incapable de le prouver et incapable de le demander à sa mère, il le savait.

    Sa Maman, celle contre qui il pouvait rester des heures à parler de tous et de rien, celle qui lui ramenait de magnifiques vêtements à chaque de ses défilés, celle qui avait toujours été là bien qu'elle n'ait pas voulu sacrifier sa carrière pour lui, avait assassiné son père et chacun de ses maris suivants. Son grand-père lui avait suggérer qu'il pensait de même et que c'était la cause principale de froid entre sa mère et sa grand-mère.

    Perdu dans ses pensées, jouant toujours avec l'écrin entre ses longs doigts chocolats, Blaise n'entendit pas la tapisserie s'ouvrir. Mais lorsqu'il se rendit compte du mouvement qu'il y avait dans son dos et qu'il se retourna, il eut la stupeur de se retrouver face à Lux Silvestri, celle qu'il surnommait affectueusement -herrrm- la soeur siamoise de Miss Parfaite. Le surnom parlait donc de lui même pour décrire cette jeune blonde qui avait eu l'audace d'essayer de le séduire un soir de bal.

    En y repensant, Blaise en avait des fou-rires proche de l'hystérie.et se plaisait à rappeler ce souvenir cuisant à la blonde qui s'énervait souvent contre lui malgré son habituel calme olympien. Mais ce soir, Blaise ne pensa pas une seconde à la chambrer à ce propos. Elle était arrivée en titubant, échevelés, et passablement grelottante. Sans être devin, Blaise conclut sans trop de difficultés qu'elle était surement aller se prendre une cuite dehors. Vu l'odeur d'alcool qu'elle dégageait et son incapacité à se mouvoir avec sa classe habituelle, il était évident qu'elle était torchée.

    Sans un bruit, Blaise se redressa de son fauteuil et se présenta devant elle. Elle mit apparemment quelques secondes à se rendre compte qu'elle n'était pas seule et sursauta en le voyant. La Salle Commune était plutôt sombre, aussi Blaise sortit sa baguette et lança un Lumos pour apercevoir mieux son interlocutrice. C'était pas joli à voir. Le métis fronça le nez tant les vapeurs alcoolisées dans son haleine lui donnait la nausée.

    "Bah alors Silvestri ? Qu'est ce que tu nous fais là ?" demanda-t-il avec une pointe d'inquiétude plutôt inhabituelle dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lux S. Silvestri
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 63
Points rp : 2148
Date d'inscription : 11/08/2012
Age : 30

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bouleau et Achillée, 30cm
Ascendance: Sang Pur
Camp: Indécise

MessageSujet: Re: Moment d'Egarement [Blaise - Lux]   Mer 24 Oct 2012 - 1:28

Le couloir des cachots n’avait jamais semblé aussi long, rond et mouvant aux yeux de la blonde. Elle avait les mains gelées, le bout du nez rouge, et ce n’était pas dû à l’alcool, et pourtant elle avait chaud. Elle tenait sa cape à moitié sur son avant-bras droit. La jeune femme gauchère avait donc sa main gauche appuyée au mur pour continuer d’avancer le plus droit possible. Elle avait abandonné Daphné qui était partie se coucher directement. Lux lui avait dit qu’elle devait d’abord passer aux toilettes. Le chemin avait été périlleux mais au moins l’envie effrénée de faire pipi lui était passée… La blonde supposait, du moins si elle arrivait encore à supposer, que Daphné devait déjà avoir rejoint son lit. La blonde comptait bien en faire de même.

Elle finit par arriver devant l’entrée de la salle commune. Il lui fallut un petit temps d’adaptation avant de pouvoir trouver comment rentrer. Au bout de plusieurs minutes, la blonde finit par pénétrer dans la salle commune. Certes, elle marchait un peu de travers et le monde tournait doucement. Elle ne savait plus où mais elle avait entendu cette phrase qu’elle avait adoré : ‘ Etre pompette, c’est sentir tourner le monde et en être le roi’. La reine dans son cas ! Elle ne put s’empêcher de rire toute seule à cette pensée. Oui, elle était la reine de sa vie. Elle maitrisait son destin, elle faisait parfois honte à ses parents à n’en faire qu’à sa tête, mais qu’est-ce qu’elle s’en fichait. Elle était loin de se douter que pour la remettre dans le droit chemin, ils avaient décidé il y a bien longtemps de la fiancer avec Théodore Nott.

Lorsqu’elle pénétra dans la salle commune, seule l’âtre de la cheminée éclairait l’endroit. Elle fit quelques pas, la tête toujours tournante. Elle adorait cette sensation. Fixer un point. Etre sûre de ne pas bouger les yeux et pourtant voir tout autour de soi bouger était grisant. Elle sentait en elle une liberté qu’elle n’atteignait jamais lorsqu’elle n’était pas alcoolisée. Ses yeux fixaient alors un point. Un point qui bougeait drôlement d’ailleurs. En fait, c’était quelqu’un qui se mouvait. La blonde plissa les yeux lorsque ce dernier lança un lumos.
« Oh ! »
Un sourire s’afficha sur les lèvres de la blonde. Preuve qu’elle devait être déjà bien ‘joyeuse’ pour sourire en présence d’un tel lascar.
« Mais c’est mon copain gay ! »
dit-elle d’une voix chantante comme un joyeux luron. Lorsqu’elle était alcoolisée, la Lumière avait tendance à aimer tout le monde. D’ailleurs, elle avait souvent envie de déclamer aux gens à quel point ils comptaient pour elle. Bon, elle n’en était pas à ce point, du moins pas avec Blaise car Daphné avait eu droit à longue tirade sur l’amour que Lux lui portait. En tout en honneur bien entendu !

La blonde ne s’était vraiment rendue compte que le métis lui avait demandé ce qu’elle faisait. Du moins, elle n’avait pas saisi la nuance du ton qu’il avait employé. Il ne fallait pas non plus pousser merlin dans les orties !
«Ce que je fais ?»
Lux sembla un instant surprise par la question et se mit à avancer, et ce presque sur une ligne droite, jusqu’à un fauteuil où ses fesses vinrent prendre appuies. Elle déposa sa cape qu’elle tenait toujours depuis tout à l’heure.
« J’étais avec ma miss parfaite ! On oubliait Drago ! Merde alors, ça n’a pas marché ! Je me souviens de son prénom ! »
Elle sembla un instant très dubitative quant à sa remarque. Elle laissa son sac glissa au sol. Dans celui-ci le bruit des cadavres se fit entendre. Cela sembla ramener la blonde dans leur monde.
«Tu sais que je t’ai meme donné raison ? Oui oui oui !»
Elle hopinait du chef tandis qu’elle prononçait les oui oui oui. Elle regardait toujours Blaise même si celui-ci ne lui semblait pas très stable sur ses pieds. Evidement que c’était lui qui n’était pas stable, voyons…
« J’ai dit que elle et Drago ne devrait pas être ensemble. Que pour une fois, le piniouf que tu es, a raison ! Non, mais, tu te rends compte que j’ai dit ça moi ? »
Elle se mit à rire. Ce rire cristallin traversa doucement la pièce. La blonde sortait des phrases qui n’avaient un peu ni queue ni tête pour tout l’avouer. Elle pensait des choses et en sortait qu’une partie à l’oral. Ce qui n’était pas facile à suivre du coup.
«M’enfin ! Tu as pas raison sur toute la ligne quand même ! C’est elle qui le méri.. non ! C’est lui qui l’a mérite pas !»
Oulla, ça devenait compliqué d’avoir les idées au claires tout de même ! La blonde ferma les yeux un instant. Cela continuait de tourner encore et toujours. Elle avait l’impression de chavirer. Elle se laissa glisser dans le fauteuil. La fatigue accentuée par l’alcool commençait à enrouler ses bras autour d’elle. La blonde rouvrit les yeux.
« Hey ! Je crois que je suis complètement faite Zabini ! »
Une Lux bourrée était toujours très réaliste sur son état. Elle répétait d’ailleurs. ‘Hey, je crois que je suis bourrée’ au premier qui passait par là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Moment d'Egarement [Blaise - Lux]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» En ce moment à la télé...
» Un moment de déprime [Libre]
» Un petit moment de réconfort
» Mash sur direct 8 en ce moment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Poudlard - :: Sous-Sols :: Salle Commune des Serpentard-