- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 June MacKenzy [Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: June MacKenzy [Validée]   Sam 1 Oct 2011 - 14:14

*Informations basiques:

-Nom: MacKenzy
-Prénom: June
-Âge, date et lieu de naissance: 15 ans, le 7 Janvier 1981, Londres.
-Maison: Serpentard ou Serpentard… Ou Serdaigle oÔ.
-Année d'étude: 5 ème année.
-Particularité: Allergique aux poils de chien.
-Baguette: 26.5 centimètres, bois de noyer et un crin de licorne.



*Description physique et caractère:

    -Description du physique:

June paraît plutôt jeune pour son âge et c’est justement son physique enfantin et angélique qui lui permet de commettre toutes sortes de manipulations sur son entourage et semer la zizanie quand elle peut en tirer profit. Plutôt petite du haut de son mètre cinquante cinq, elle s’en porte très bien et c’est d’ailleurs la candeur enfantine que son corps dégage qui fait sa fierté. Une fierté que l’on retrouve dans sa façon de faire les choses, dans sa façon de marcher ou d’observer les gens comme s’ils n’étaient que de vulgaires insectes. Si son visage est assez expressif, il reflète la plupart du temps un sourire hypocrite à apparence naïf ou bien une mine ennuyée qui se révèle lorsqu’une conversation lui parait ennuyeuse ou que son interlocuteur finit par la lasser.

Un teint pâle colore sa peau douce et délicate, une des seules caractéristiques que l’on retrouve également chez Ambre par ailleurs. Mais dans l’ensemble, elle ressemble clairement plus aux jumelles qu’à n’importe qui. Cette pâleur qui fait d’elle une sorte de poupée de porcelaine fait ressortir le brun de sa chevelure ondulée, mêlée à du châtain et aux reflets assez clairs lorsqu’un rayon de soleil frôle ses fins cheveux. Maniables, il est très facile de les lisser ou de les boucler puisqu’ils s’adaptent aussi vite qu’un gâteau dans une moule. Sous sa frange raide, deux yeux bruns en amendes offrent une caractère plus dur à ce visage innocent et ce sont aussi ces yeux qui traduisent la plupart du temps la haine qui perdure dans le fond de son cœur ou bien un rare bonheur qui s’apparente généralement à la satisfaction d’une éventuelle réussite. Si on a du mal à percevoir l’hypocrisie dans ce regard, on ne peut que le deviner dans les micros expressions, pour ceux qui sont capables de les percevoir bien sur. Un petit nez discret est dissimulé par deux joues roses, symbole de vie et de bonne coagulation sanguine. Cette couleur apporte par ailleurs un certain côté mignon que l’on retrouve chez les plus jeunes. Plus bas de fines lèvres roses paraissent tellement innocentes que les mots durs qui en ressortent paraissent bien trop piquants pour être prononcées par une telle demoiselle. Vous l’aurez donc compris ; c’est un ange. On la donnerait volontiers au bon dieu mais celui-ci, omniscient, aurait su ce que tout le monde ignorait jusqu’alors. Seuls ses regards noirs et agressifs peuvent briser l’image de poupée qu’elle diffuse habituellement.

Sa façon de s’habiller, maintenant ? A Poudlard, elle respecte les traditions et ne porte que les robes de sorcières achetées chez Madame Guipure. Toutefois, le week end, lorsque aucun cours ne poursuit nos pauvres élèves, elle se permet de se vêtir de ses propres vêtements. Cette panoplie inclue généralement une multitude de robes et de jupes parce que la jeune fille aime beaucoup montrer sa féminité. Il n’est néanmoins pas impossible de l’apercevoir, un jour, en pantalon. Après tout, on n’est pas obligé de respecter ses habitudes en permanence car l’exception permet le changement et l’innovation.

    -Description du caractère:


Depuis toute petite, June a toujours été une personne très déterminée et perspicace. Lorsqu'elle désirait quelque chose, elle faisait tout son possible pour l'obtenir, quelque soit le moyen. Il lui arrivait donc de prendre possession des objets des autres juste parce qu'il lui plaisait. Une détermination que l'on retrouve encore chez elle, même aujourd'hui, puisqu'elle termine toujours ce qu'elle commence. Elle n'aime pas le travail non fini mais se fiche bien qu'il soit bâclé ou pas. Peut être n'est-elle pas une fille studieuse à l'école mais au moins, ses devoirs sont toujours achevés et il ne manque aucune partie. Reste à corriger toutes ses erreurs de connaissance puisqu'elle peut être forte en rédaction mais le contenu de ses produits n'est jamais correcte à cent pour cent dans certaines matières. Elle a notamment des lacunes en botanique, ainsi qu'en soins aux créatures magiques. Inutile de vous dire que ses comptes rendus, quant à la vie d'un animal magique, sont fait avec sérieux. Elle souhaite juste les terminer mais possède la paresse de ne pas le faire sérieusement parce qu'elle sélectionne ses matières. Elle ne travaille que pour ce qui l'intéresse et le reste n'a aucune importance. Bien sur qu'elle aime les bonnes notes mais seulement pour les domaines qu'elle considèrent comme vraiment primordiaux comme la métamorphose, la DCFM ou encore les enchantements. Le reste est inutile. Durant un cours, ce qu’elle aime c’est uniquement la partie pratique parce que la théorie n’a rien de bien palpitant. Elle sait écouter le professeur, ou plutôt, elle sait l’observer sans l’écouter ; tout dépend du contenu de son cours. En raison de certaines de ses difficultés, on lui a souvent proposé de l’aide de la part d’autres élèves mais lorsque vous possédez une grande fierté, vous ignorez cette proposition. Oui, se faire aider par une autre personne est un peu comme se rabaisser à un niveau inférieur par rapport à celui qui vous apporte cette aide. Du coup, June préfère se tromper plutôt que de s’améliorer grâce à quelqu’un.

Débrouillarde, elle a apprit à être autonome depuis qu’elle s’est retrouvée seule sans Ambre. Ne se laissant consoler par presque personne, elle est devenue une personne solitaire qui préfère vivre son expérience toute seule et apprendre par elle-même. Elle n’a pas peur de prendre ses responsabilités et paraît très mature pour son âge. Une maturité qui provoque un terrible contraste quant à son physique enfantin par rapport à son âge. Il s’agit d’une carapace trompeuse qui vous fait penser que cette fille n’ait qu’une ignorante, une naïve, une influençable. Malheureusement, c’est cette carapace qui vous manipule puisqu’elle se sert de ce physique pour arriver à ses fins. Elle n’épargne personne dans son art de manipulation ou dans ses mensonges. Tout le monde y passe. De toute façon, elle n’a aucun ami et elle ignore à quoi cela peut servir puisqu’on est jamais mieux servi que par soit même et qu’on ne peut faire confiance qu’à une seule personne ; nous. De par son passé, June a compris qu’elle ne devait plus porter quelqu’un dans son cœur. La trahison de Ambre l’ayant fortement touchée, elle s’est donc renfermée et est devenue beaucoup plus anti-sociale. Certes, elle n’est pas pour autant taciturne, elle parle à ses camarades, elle les taquine mais sans pour autant les considérer comme des amis. Il s’agit juste de personnes servant de décoration, qui sont plus ou moins charismatiques et utiles. Leur utilité est qu’ils peuvent toujours servir à accomplir une tâche qu’on ne pourrait pas effectuer seul. A partir de là, on peut conclure sans hésiter que son tempérament est l’exact contraire de celui de Ambre qui considère l’amitié comme une chose sacrée. En temps normal, on est toujours sincère envers ses amis mais lorsqu’on ne connaît aucun principe comme celui-là, on devient parfois hypocrite. June dit souvent ce qu’elle pense et ne se gène pas excepté lorsque cela peut la conduire à des conséquences indésirables. Aussi, afin d’arriver à ses fins, elle n’hésiterait pas à mentir et à jouer avec l’hypocrisie. Son visage si angélique pourrait vous laisser croire qu’elle vous admire alors qu’en vérité, elle se fiche pas mal de votre personne. De sa démarche hautaine, elle ose regarder les gens de haut et même les fixer lorsque cela l’enchante. Depuis la fuite de sa sœur, elle une certaine haine s’est accumulée en elle ce qui fait qu’elle a du mal à s’attacher à une personne. Elle est dégoûtée par le sentiment d’amour qui l’a plongée dans une atroce faiblesse durant quelques années.

Pour terminer cette partie, j’évoque maintenant un dernier point. Côté futur, June voit la vie en grand mais reste tout de même réaliste. Elle fait preuve de beaucoup d’ambitions et ne laisse personne écraser ses volontés. Non, elle est loin d’être le genre de personnes qui se laisserait marcher dessus. Lorsqu’on se met à lui chercher des noises, elle réplique assez méchamment et serait capable d’employer la magie en cas de nécessité.


    -Famille et amitié:


June fait partie d’une famille de sang-pur. Par conséquent, elle a suivie une éducation très conditionnée par ses parents, Elena et Timothee MacKenzy. A la base, le nom de MacKenzy appartenait à la famille de sa génitrice mais son mari trouva certains avantages à devenir un héritier de cette famille. Tous les deux étaient issus de Serpentard, ce qui ne sortait pas de l’ordinaire quand on sait que toutes les générations de ces deux familles y sont passées. June l’intégra sans trop de surprises contrairement à son aînée Ambre qui fut une exception surprenante. Mais c’est que notre héroïne ignore toujours c’est que la blondine, qu’elle a toujours admirée jusqu’à sa trahison, n’est pas forcément la sœur légitime qu’elle pensait être. En effet, cette dernière est la fille d’un né-moldu, née suite à un véritable amour entre lui et Elena. Ayant trois ans de moins que June, Erica et Solene sont jumelles et conventionnellement, les plus jeunes de la famille. June les apprécie comme une soeur qui apprécie sa cadette mais cet amour fraternel n’a hélas jamais été aussi fort que celui qu’elle portait pour Ambre. D’ailleurs, les trois fillettes n’ont aucune explication sur la raison de la fuite de leur aînée. Aucun membre de la famille n’a pris la décision de leur révéler quoi que ce soit puisque après tout, elles étaient bien trop jeunes pour le savoir. June, qui s’était sentie trahie et abandonnée, a alors commencé à ignorer la présence de sa sœur allant même jusqu’à ressentir de la haine lorsqu’elle l’apercevait à Poudlard. Question amitié, elle n'a aucun ami... Il n'y a donc rien à détailler sur le sujet.


    -Célébrité de l'avatar: Bella Thorne.


*Histoire:

Comme beaucoup de familles de sang-pur, le mariage ne vient qu’à la suite d’une décision et d’un accord familial entre deux familles. Dans ce choix, il n’est alors pas question d’amour ou de sentiments mais plutôt de conservation de la dignité qui coulait dans le sang pur des mariés. Les lier ensemble préservait leurs principes et traditions intactes. C’est ainsi que notre héroïne naquit deux ans après le mariage de Elene et Timothee MacKenzy, tout deux issus d’une grande ascendance qui avait tous suivi leurs études dans la maison de Serpentard, à Poudlard. Elle vint au monde le sept janvier 1981 et bien qu’on ait été en période d’hiver, elle hérita le nom de June. Un parfait contraste qui, selon son père, offrait un soupçon d’originalité à sa personne. La naissance de la petite n’avait échappé à personne et mystérieusement, la joie du reste de la famille était bien plus conséquente que celle qui avait honoré celle de Ambre. Cette dernière était l’aînée de la famille ; âgée de deux ans de plus que June, elle avait été la première fécondée par Elene. Toutefois, ce que ses deux filles ignoraient, c’était qu’elles n’étaient que demi-sœurs. Cet éloignement du sang, on le devait à l’erreur de la jeune mère qui avait préféré suivre son sentiment plutôt que de remplir son devoir de sorcière digne de son sang. On ignorait comment un mariage avait pu avoir lieu alors qu’elle avait ramené de France, un enfant qui n’était pas celui de Timothee. Quoi qu’il en soit, la faute fut à moitié pardonnée mais l’existence de Ambre ne constituait pas vraiment le bonheur que son entourage aurait voulu connaître. Mais leur souhait fut réalisé ; l’arrivée de la cadette les rassurait plus ou moins et les grands-parents s’étaient montrés très réceptifs et bienveillants envers elle. Après tout, elle ressemblait à ses deux parents et il n’y avait aucune trace d’un quelconque individu qui aurait pu bouleverser ses origines. D’ailleurs, si sa frangine possédait de doux cheveux blonds, cette blondeur était l’oxymore parfaite du brun qui colorait les boucles de June. Pourtant, cette différence n’avait aucun impact sur le sentiment fraternel que chacune ressentait pour l’autre. Parfois, il arrivait que même de vraies sœurs puissent posséder des différences biologiques ; un gène qui surgit après plusieurs générations, par exemple. Toutes les deux n’étaient que très jeunes et pourtant, Ambre nourrissait une certaine protection à l’égard de sa sœur, empêchant tout individu exclu de la famille MacKenzy de s’approcher de la petite. L’attachement mutuel entre les deux fillettes grandit progressivement au cours des années. Partout où allait Ambre, June n’était jamais loin et aimait se coller à elle-même si cela pouvait susciter un petit agacement de la part de son aînée. Elle se sentait même beaucoup plus proche de la blondine que leur propre mère. Lorsque l’orage grondait, ce n’était pas dans les bras de ses parents qu’elle se réfugiait mais dans le lit de Ambre qu’elle tenait dans ses bras en attendant que le grondement ne passe.

Vraiment, il y avait un lien qui semblait indestructible entre les deux enfants et leur complicité était si grande qu’on se demandait souvent si elles étaient mystifiées. Un seul regard de la part de June permettait à Ambre de savoir ce qu’elle pensait à ce moment précis. Mais cela ne s’arrêtait pas à un lien psychique, non. June admirait sa grande sœur et elle disait toujours vouloir devenir comme elle, plus tard. Oui, elle avait beaucoup d’ambition et de détermination mais aussi, elle se renfermait seulement sur elle et Ambre. Elle n’aimait pas fréquenter d’autres personnes, préférant mener sa vie autour de son aînée. A vrai dire, c’était un peu comme si sa vie ne dépendait que de Ambre et cette sur-dose d’amour qu’elle lui portait la rendait du coup, détachée du reste du monde. Sans sa sœur, elle se sentait étrangère et seule… personne ne pouvait aussi bien la comprendre que elle. Même ses deux nouvelles sœurs, des jumelles, ne parvenaient à obtenir la complicité et tout l’amour de June. Ayant trois ans de moins qu’elle, ces trois précieuses années comportaient d’extraordinaires moments de connivence. Certes, elle appréciait beaucoup les jumelles qui étaient aussi mignonnes que comiques. On les confondait toujours et elles n’avaient pratiquement aucune différence physique ; mêmes grains de beauté, même formation. Bref, aucun signe particulier pouvant différencier Solene et Erica. Le fait qu’elles soient jumelles leur avait sûrement prodigué une grande collusion entre elles, de la même façon que leurs deux aînées. Ce fut d’ailleurs en la compagnie de Ambre que la petite June manifesta pour la première fois, ses pouvoirs magiques.

Deux mois après le septième anniversaire de June, les deux sœurs s’étaient rendues au jardin du domaine où toutes sortes de fleurs embellissaient le terrain, des fleurs si belles que Elena les considérait comme des trésors. Malheureusement, elles ne le seraient plus pour longtemps à cause de sa cadette. En effet, cette dernière s’amusait à courir après sa frangine pour l’attraper mais ses jambes trop courtes l’empêchaient d’atteindre une vitesse égale à celle de Ambre. L’énervement l’avait vite conquérir et cela avait provoqué un phénomène étrange auquel elle ne s’y attendait absolument pas. Sa sœur s’était élevée à un mètre du sol, la retenant de poursuivre sa course. Mais elle ne fut pas le seul élément élevé dans les airs ; toutes les belles plantes aux alentours s’étaient arrachées et leurs pétales flottaient à la même hauteur que la blondinette. Alarmée par l’évènement surnaturel, June était tombée sur le sol, le regard affolé sur sa sœur qui se plaignait de ne plus toucher le sol. Inconsciemment, June répondit aux plaintes de son aînée et brusquement, la cible du phénomène s’effondra sur le sol avec quelques douleurs au postérieur. Elles avaient ensuite cessé de jouer quelques heures par peur que cela ne se reproduit.

Lorsqu’elle questionna Ambre sur ses pratiques magiques, celle-ci lui répondit que sa première manifestation était survenue à l’âge de quatre ans. Un âge relativement précoce pour une démonstration. Ce qui était amusant, c’était que Ambre était la première en tout et June se contentait joyeusement du rôle de second. Toutefois, ce que Ambre ne possédait pas, c’était la bienveillance complète de Timothee et des grands parents. Ce ne fut qu’à l’âge de neuf ans que June se rendit compte de la froideur qu’ils faisaient preuve lorsqu’on évoquait le nom de Ambre. Celle-ci était partie à Poudlard et d’après les nouvelles laissées de sa propre main sur une lettre, elle avait été accueillie par les Gryffondor. Une chose qui était inconcevable pour une famille comme celle des MacKenzy. Tout le monde était passé chez Serpentard depuis plus d’un siècle et c’était simplement la sœur de June qui brisait la tradition ? Comment était-ce possible ? Toutefois, lorsqu’elle posa la question à sa mère, cette dernière ne semblait pas emballée pour une explication et elle n’était même pas contrariée. Elle se contenta simplement de lui dire qu’il arrivait que des exceptions ne se fasse, comme Sirius Black. Sur le coup, June dut se satisfaire de cette explication même si ce hasard était vraiment incroyable. En tout cas, elle voyait Ambre un peu autrement mais son amour fraternel pour elle ne changeait pas. Désormais, la petite voyait sa frangine comme une personne beaucoup plus hardie que le reste de sa famille. Le courage n’était pas une qualité reconnue chez les MacKenzy qui avait toujours vécu de l’ambition et de la détermination ainsi que d’un réseau social aussi riche que leur héritage.

La première semaine de Ambre à Poudlard fut vraiment longue pour notre héroïne qui n’avait jamais été séparée d’elle aussi longtemps. A part en période de vacances, elle ne voyait quasiment plus sa blonde bien aimée et elle se sentait tellement délaissée, seule et incomprise. Elle ne parlait que peu aux autres et l’absence de sa raison d’être heureuse venait de faire naître en elle, un tempérament plus dur et moins jovial. Sachant qu’elle devait attendre encore deux ans avant de pouvoir étudier à son tour, elle commença à devenir autonome, solitaire et ne quémandant aucune aide à son entourage. Elle ferait les choses à sa manière en attendant de rejoindre son aînée. Sans Ambre, elle ne savait plus sous quelle tutelle se placer, ni avec qui partager de grands moments de joie. Finalement, elle crut trouver ce bonheur auprès des jumelles mais ce n’était pas vraiment la réalité. Elle se forçait à le croire mais au bout d’un moment, elle dut avouer que ses deux petites sœurs n’étaient pas Ambre. Celle-ci était une fille unique en son genre, quelqu’un d’irremplaçable. Tous les jours, elle ne pensait qu’à sa grande sœur et parfois, elle souffrait tellement de son absence qu’à l’âge de dix ans, elle découvrit la passion d’écrire des poèmes. Elle écrivait alors ses malheurs, sa vie, et toutes sortes de choses qui emplissaient son âme et cachaient soigneusement ses écrits dans un tiroir pour éviter que l’on ne découvre quoi que ce soit. D’un tempérament fier, elle n’accepterait jamais qu’on ne connaisse ses moments de faiblesse ni ce qui pouvait les susciter. S’enfermant à longueur de journée dans sa chambre, elle usait son encre sans arrêt et parfois, versait des larmes lorsqu’elle en avait marre. Durant un an, son style d’écriture se développa en même temps que sa personnalité. Beaucoup plus distante par rapport aux autres, plus seule, plus renfermée, ce n’était plus exactement la June qui riait et souriait aux blagues de sa sœur.

Le 7 janvier 1992, elle fêta son onzième anniversaire et pour une fois, elle était enthousiaste à l’idée d’aller étudier au mois de septembre. Très tôt dans la matinée, sa mère lui avait tendu une lettre en provenance de Poudlard qui lui expliqua qu’elle faisait partie du registre d’inscriptions d’élèves depuis sa naissance et qu’elle devrait se rendre à la gare de King Cross le 1 septembre 1992 à onze heures. Un deuxième parchemin mentionnait la liste de fourniture qu’elle devrait acheter au chemin de traverse. Néanmoins, ils avaient encore tout le temps. Ils se décidèrent enfin de s’y rendre durant les vacances de Pâques, lorsque Ambre rentrait. De cette manière, les deux soeurettes pouvaient profiter d’une journée de « shopping » toutes les deux. Ensemble, elles firent le tour de nombreuses vitrines et chaque splendide objet faisait briller leurs yeux. On se faisait des cadeaux, on jouait à cache-cache pour le plaisir de June, on se faisait des câlins… bref, une journée si parfaite pour notre héroïne. Une journée à placer dans un poème qu’elle rédigerait dès le départ de Ambre, lorsque ses yeux se rempliraient de petites larmes. Elle dut patienter jusqu’aux vacances d’été pour pouvoir la revoir et après cela, elle la verrait quand elle le désirerait, à Poudlard.

[...]

L’ambiance était chaleureuse, si chaude, si orangée, si bienveillante. Poudlard était décidément un lieu magnifique. Nouvelle dans l’établissement, June avait trouvé l’endroit si gigantesque qu’elle s’était demandée comment elle ferait pour ne pas se perdre. Finalement, un professeur était venu les guider jusqu’à la grande salle où des centaines de regards observaient curieusement les enfants s’approcher avec anxiété. Notre June faisait partie des personnes confiantes mais qui craignait tout de même d’atterrir dans la mauvaise maison. Si elle finissait à Gryffondor, ses parents seraient plus que déçus. Non, il fallait que le Choixpeau Magique l’envoie chez les ambitieux. De toute façon, il était impossible qu’il en soit autrement ; le courage n’était pas sa tasse de thé, la loyauté était une notion débile… restait sa détermination et son côté solitaire et ambitieux qui pouvaient déterminer sa place dans une des maisons. Finalement, le Choixpeau trancha ; sa décision fut irrévocable. Ainsi donc, la brunette entama sa première année dans cette prestigieuse école et elle n’oubliait jamais d’envoyer du courrier à ses parents, à l’aide de son grand duc nommé Topaze. Sa mère lui offrait en retour, un petit colis de friandises que l’enfant consommait toute seule, sur son lit.. Jamais June n’avait été aussi intéressée par diverses choses. Le mystère de ce château la poussait à s’allier avec sa curiosité. Parfois, elle osait se promener le soir et d’autres, elle avait trop peur de se faire avoir par le concierge. Au petit matin, elle prenait le temps de saluer sa grande sœur même si la rivalité entre sa maison et la sienne l’empêchait de lui parler trop souvent. Néanmoins, elle s’était habituée à vivre en l’absence de celle-ci donc ne pas l’apercevoir durant deux ou trois jours ne la blessait plus. Tout ce qu’elle désirait, c’était simplement avoir la possibilité de la voir quand elle le voulait. En cas de problèmes, elle comptait sur cette disponibilité. En dehors de sa frangine, elle n’avait aucun ami puisqu’elle préférait être seule. Depuis deux ans, elle s’était adaptée à la solitude et elle ne voyait pas à quoi servait d’avoir des amis à ses côtés. Personne n’obtiendrait la complicité qu’elle avait autrefois avec Ambre. Peut être se montrait-elle sympathique avec ses camarades mais la notion d’amitié n’était pas encore inscrite dans ses principes. D’ailleurs, jamais elle ne voudrait connaître cette notion. Surtout pas après ce que sa grande sœur lui ferait subir, sept mois après la rentrée, durant Pâques. Pour une raison mystérieuse et inexpliquée, la blondine avait quitté la demeure en emportant avec elle toutes ses affaires. June l’avait priée de l’emmener avec elle mais la réponse fut clairement négative. Ce soir-là, le ton avait monté et Ambre s’était montrée particulièrement froide envers sa petite sœur.

Qu’est-ce qui n’allait pas chez elle ? Elle venait d’abandonner sa famille, de laisser sa sœur se noyer dans l’incompréhension, dans une tristesse qui muterait certainement en une haine indomptable, dans un bassin de mensonges qu’aucune lumière ne peut faire disparaître, dans une souffrance dont les mots qui sortaient des poèmes n’étaient pas suffisants pour l’estomper. June lui en voulut énormément et son caractère se refroidit et s’endurcit d’avantage. On avait trahit sa confiance, on avait remit en cause la raison pour laquelle elle vivait. Mais dorénavant, elle ne serait plus dépendante de sa sœur ; elle vivrait sa vie comme elle l’entendrait. Un jour, Ambre le regretterait. Elle regretterait d’avoir voulu connaître la liberté parce que les parents ont toujours raison ; il ne faut jamais… jamais désobéir aux règles imposées par la famille. Peu après sa fuite, les deux sœurs ne se regardaient plus ; elles ne se parlaient plus et s’ignoraient. Ce fut difficile au début mais la haine qui rongeait June était parvenue à mettre de côté, tous les bons souvenirs qu’elle avait passé en sa compagnie. Elle a allumé la lumière qui éclairait vivement le visage de June… et elle la refermé, la laissant retomber dans le néant qui se régalait à présent de la sombrer dans un côté plus noir et morne. Elle la déteste et pourtant, l’amour laisse toujours une petite trace. Une petite trace au fond de son cœur mais beaucoup trop étouffée par un sentiment d’obscurité qui essaie de s’en nourrir.


*Test RP:

Elle était partie… elle était partie laissant derrière elle son parfum, un parfum qui rappelait à June tant de souvenirs heureux qui avaient pu illuminer son visage. Tant de souvenirs qui faisaient oublier à sa sœur le regard froid que lui portaient ses grands-parents et qui la berçaient doucement dans l’illusion que tout allait bien. Quelques jours avant cela, elles rigolaient encore ensemble, ignorantes et ne pensant qu’à commettre des petites infanteries pour amuser les jumelles. Bien avant cela, elles se partageaient leurs friandises ou bien jouaient à cache-cache avant de s’effondrer sous la fatigue. Mais les meilleures choses ont une fin et ces souvenirs étaient désormais à bout. A bout comme cette petite fille qui, couchée sur le ventre et sur son lit, faisait écraser de chaudes larmes contre la surface de sa main. Aucun son ne sortait de sa bouche, on ne percevait rien. La faible lumière qui éclairait la chambre de l’enfant lui donnait la sensation qu’on était le soir mais on était le matin. Les rideaux empêchaient simplement la lumière de pénétrer et c’était sans doute mieux ainsi. Le soleil aurait sûrement voulu narguer June et lui montrer à quel point ses rayons étaient bien plus puissants qu’elle. Elle ne désirait la visite de personne et la porte fermée à clé empêchait toute visite pesante. Une autre larme s’écrasa mais cette fois-ci sur les draps bleus qui lui procurait une chaleur au ventre. A force, elle en avait le nez bouché mais qu’importe si elle ne pouvait plus respirer que par la bouche. Il n’y avait rien de pire que ce qu’il venait de lui arriver. Elle était partie…partie… plus rien ne serait comme avant. C’était comme une eau vitale qui s’évaporait du lac pour se transformer en vapeur qui serait par la suite conduite au loin par ces affreux cumulus. C’était comme prendre un escargot sans sa coquille, perdu au beau milieu d’un milieu tortueux, essayant de s’en sortir ou de retrouver sa maison. Mais jamais June ne retrouverait sa joie. Elle pouvait toujours espérer que tout redevienne comme avant mais ce serait un espoir vain puisqu’elle savait au fond d’elle-même que c’était impossible. Alors, quand elle sentit son cœur se déchirer un peu plus et elle se releva de son lit, formant des plis rectilignes sur ses draps. A proximité, un tiroir était déjà ouvert et toujours prêt à alléger les souffrances de la petite à la vue d’un bout de parchemin vierge et d’une jolie plume d’aigle. C’était sur ce parchemin qu’elle délivrait tous ses secrets, toute sa pensée, tout ce qu’elle avait sur le cœur et que personne n’avait le droit de savoir. Ce parchemin subirait toute la douleur que cette trahison lui faisait à ce moment-là. De l’encre noire… aussi noire que son cœur deviendrait bientôt, lorsqu’elle ne ressentirait plus aucun amour pour son impitoyable sœur, lorsqu’elle prendrait du plaisir à la haïr et à vouloir se venger d’elle. Oui, en ce moment, une terrible envie de se venger l’envahissait dans un flot d’océan secoué par la tempête. De sa main droite, elle serra la plume aussi fort qu’elle ne le put et laissa tomber une sombre goutte sur le bord du parchemin blanc. Une introduction douce serait bien trop légère pour une situation comme celle-ci alors la petite prit la décision de commencer de façon plus dure. Une histoire… oui, voilà ce qui conviendrait. Une histoire qui dénoncerait l’injustice.

Une petite perle grisâtre rencontra pour la première fois la lumière. Celle-ci l’éblouissait tellement par sa puissance que la perle en fut désorientée. Progressivement, le gris de sa texture fondit, la laissant nue et recouverte d’un adorable halo d’or. La perle écarlate se sentit protégée, aimée par la lumière qui ne cessait de l’éclairer en permanence. Un lien mystique et indescriptible les liait et l’une ne pouvait se passer de l’autre. La petite perle perdrait de sa splendeur si la lumière s’en allait et cette lumière perdrait son rôle de protectrice si elle venait à égarer sa perle. Lumière protégeait Perle du temps orageux, de cet orage qui grondait le soir pour l’effrayer et lui faire connaître de mauvais moments. La pluie, alliée de l’ombrageux, faisait également en sorte de s’abattre sur petite Perle écarlate afin de tremper, de ruisseler son enveloppe de chaleur et de joie. Perle était tellement bien sous la lumière…cette dernière était sa meilleure amie, son soleil, sa raison de vivre sans retrouver le gris de l’obscurité. Pourtant, lumière n’était pas si pure que cela au fond de son être. Naïve étais-tu Perle, tu as cru que ce grand soleil reflétait la beauté intérieure de son âme mais ce n’était qu’une façade. Tu es tombée dans un piège sournois, destiné à te faire souffrir à petits feux. Machiavélique était finalement la lumière puisqu’elle savait que tu ne pouvais vivre sans être dépendante d’elle. Tu ne pouvais la lâcher puisque tu aimais la lumière, tu en étais attirée et que tu irais brûler la lune pour elle. Perle, le gris qui t’enveloppait auparavant ne t’a jamais fais de mal, il t’a simplement montré la véritable forme que prenait la vie. La vie n’est pas ensoleillée, la vie est grise et morne mais on essaie d’y subsister. Pourquoi chercher la lumière alors que celle-ci est bien plus malfaisante que l’ombre ? Lumière n’est qu’une vipère qui cherche à te détruire.

Un jour, le cœur de la Lumière se refroidit. Le halo qui protégeait la petite perle perdit de ses éclats, était si froid qu’il cherchait à glacer son corps, à l’immobiliser à tout jamais. Après l’avoir refroidie et congelée, le halo s’en alla…. Lumière partit…abandonnant la pauvre Perle qui ne pouvait vivre sans son halo. Désormais, elle restait plongée dans l’ombre, sa surface grise qui l’aidait à se rendre compte de son erreur.

Je te déteste, Lumière. Si je pouvais t’obscurcir ou attirer la tempête à s’abattre sur toi, je pense que rien ne me ferait de plus grand plaisir que cela. Je te déteste et je n’attends que le jour où tu subiras ce que tu m’as faite à moi. Noyée dans de la trahison, de l’abandon, de la haine, je veux que petite Perle puisse savourer sa vengeance, sa victoire, elle qui t’admirait, qui aimait ta chevelure de blé, ta chevelure dont la couleur l’entourait d’un halo lumineux lorsque tu la prenais dans tes bras.


La dernière larme qui mouillait la joue de June s’écrasa sur son texte alors que la colère la submergeait. Délicatement, elle plia le parchemin et l’enfouie dans les fins fonds de son tiroir, pour bien l’étouffer, pour étouffer les mots qui concernaient Ambre. Etouffer Ambre dans les erreurs qu’elle a pu commettre.

Dehors, la lumière essayait de traverser les rideaux mais aucun de ses rayons ne viendraient tromper de nouveau l'enfant.

*Et vous ?*

-Où avez-vous connu le forum ? TC de Dolores Ombrage Razz
-Pseudo: Lilany
-Âge: 16
-Niveau RP: Bon.
-Code: NOX WAND.


Dernière édition par June MacKenzy le Ven 7 Oct 2011 - 19:28, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4219
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: June MacKenzy [Validée]   Sam 1 Oct 2011 - 14:29

Bienvenu, MacKenzy é__è








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siwan O'Rackham
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 63
Points rp : 2818
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 27

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de vigne et ventricule de dragon, 25 centimètres
Ascendance: Née-Moldue.
Camp: Côté du bien.

MessageSujet: Re: June MacKenzy [Validée]   Sam 1 Oct 2011 - 22:49

Bienvenue !!! Jolie fiche ! *_*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: June MacKenzy [Validée]   Dim 2 Oct 2011 - 8:33

Présentation terminée Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Game Master
Admin
Admin
avatar

Messages : 163
Points rp : 3028
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 7

MessageSujet: Re: June MacKenzy [Validée]   Jeu 13 Oct 2011 - 14:34

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: June MacKenzy [Validée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

June MacKenzy [Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» mackenzy [Validée par Samira]
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Moilith Digàn [ Servante de June des Isles ] { Validée }
» Presentation : Caroline ambra [Validée by Vivi]
» Eänwen Melwasúl [Hanegard] - [Validé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Avant tout - :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-