- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Gowan O'Neil [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gowan O'Neil
"Le dernier ennemi à vaincre sera la Mort"

avatar

Messages : 34
Points rp : 2485
Date d'inscription : 06/02/2012

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de Poirier, 31.4 cm, Crin de licorne
Ascendance: Sang-Mêlé
Camp: AD

MessageSujet: Gowan O'Neil [terminé]   Mar 7 Fév 2012 - 20:00

GOWAN O'NEIL
~ Âge : 17 ans
~ Date et lieu de naissance : 4 Décembre 1978
~ Maison : Poufsouffle, Gryffondor
~ Célébrité de l'avatar : Billy Boyd
~ Année d'étude : 6ème année. A redoublé.
~ Particularité : Simple sorcier
~ Baguette : Bois de Poirier, 31.4 cm, Crin de licorne

~ Notes aux BUSE ~
Astronomie : Acceptable
Botanique : Désolant
DCFM : Acceptable
Histoire de la Magie : Effort Exceptionnel
Métamorphose : Optimal
Potions : Piètre
Sortilèges : Effort Exceptionnel
Arithmancie : Effort Exceptionnel
Soin aux Créatures Magiques : Effort Exceptionnel
Option choisie pour les ASPIC : spécifique justice


~ Description du Physique ~

Décrire quelqu'un n'est jamais chose aisée. Gowan est un jeune homme de 17 ans, et bien qu'il fasse souvent un peu plus âgé que la réalité, il a tendance à passer assez inaperçu parmis la masse d'élèves de Poudlard. De taille moyenne, le sorcier n'a ni la carrure d'un batteur, ni l'allure d'un attrapeur. Mais commençons par le début, et non pas par la fin. Son visage. La première chose que l'on retient d'une personne après tout, pour ne pas dire la seule. Blond aux yeux clairs, Gowan porte sur lui ses origines écossaises. Au fil des ans, la longueur de ses cheveux et sa coupe en général ont largement fluctués, allant des cheveux longs de rebelles aux cheveux courts, en passant par les cheveux mi-longs, en bataille, etc, et sont actuellement relativement courts. Tout est bien sur dans le relatif. Passons à sa bouche. Non, ses yeux plutôt ! Comme indiqué plus haut, ses yeux sont clairs, mais ils sont surtout très expressifs, le prolongement même de ses pensées, de son humeur. Tantôt, ils confirment ses propos, mais il leur arrive également de les trahir. Bref, s'il y a une chose qu'il faut surveiller pour comprendre le jeune homme, il s'agit de son regard.
Que dire du reste ? Gowan n'a pas un intérêt particulier pour la mode ou les habitudes vestimentaires en général. Son uniforme lui convient très bien, bien qu'il déplore quelque peu la tristesse des robes noires, fort heureusement égayées par la couleur des différentes Maisons (la sienne était, évidemment, la plus belle).
~ Description du Caractère ~

Gowan ne fait pas partie de toutes ces personnes qui peuvent se vanter (mais s'en privent souvent) d'avoir un caractère complexe et difficile à cerner. Le jeune homme est connu parmis les autres élèves et le corps enseignant pour être quelqu'un de droit et de fiable. Gowan n'a jamais fait punir un camarade à sa place, et a plutôt tendance à se faire punir à la place des autres, par un geste qui relève soit de la compassion, soit d'une naïveté certaine. Par principe, il évite de mentir, et est souvent d'une grande franchise, ce qui peut lui valoir certaines foudres, car toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Franc et ouvert, voilà ce que l'on pourrait dire de lui en le voyant rire avec ses amis en cours ou dans la salle commune. Le sorcier prône la solidarité entre tout les sorciers, particulièrement en ces temps difficiles, et la réconciliation si elle est encore possible. Il fait des efforts vis à vis de ses relations avec les Serpentards, élèves qu'il apprécie peu et méprise souvent, mais qu'il ne provoque pas inutilement, ne souhaitant pas envenimer d'avantage les choses.
Mais Gowan est loin d'être un modèle de vertue, et s'il peut se vanter de sa droiture, ses défauts n'en restent pas moins très présents. Maladroit et bordélique, voilà deux qualificatifs qui lui collent à la peau. Un professeur serait certainement en grand état de choc s'il découvrait un jour une table propre et ordonnée à la place du jeune écossais, mais fort heureusement, cela ne risque pas d'arriver. Les tâches d'encre fusent, la moitié des phrases de ses cours sont rayées ou annotées (de commentaires ou de dessins plus ou moins en rapport avec le cours), et en dehors des salles de cours, il est bon de l'éviter pour ne pas subir quelques dommages involontaires, par pure maladresse. Avec le temps, Gowan a fini par rire des situations toujours plus invraissemblables dans lesquelles il s'engouffre, et il considère chaque nouvelle journée comme une nouvelle aventure pleine de surprises. En dehors de ce fait, le sorcier a une certaine tendance à l'insolence, à chaque fois qu'il estime qu'une situation n'est pas juste ou quand il est en colère. Les piques verbales fusent alors, et il est difficile de régler le conflit de façon diplomatique (la manière la plus souvent employée et l'exclusion du cours, mais les professeurs ne sont pas toujours présents, et les conflits ne se passent pas qu'en cours).
Enfin, dire que Gowan est profondément altruiste et qu'il vit par et pour les autre serait bien mal le connaître. Il s'agit d'une des ses motivations principales, de quelque chose qui le pousse souvent à agir pour autre chose que ses intérêts propres, mais cela ne signifie pas que ces derniers soient inexistants. Gowan estime que la société, sorcière ou moldue, musèle ses citoyens dès le plus jeune âge, et les pousse à avoir une pensée commune, une réflexion commune, et si possible unique. Il prône la liberté de pensée, la liberté d'action, la diversité. L'individualisme. Il aime rapeller aux autres qu'il n'appartient à personne, qu'il reste un électron libre malgré tout.

~ Famille et amitié ~

D'un point de vue purement technique, Gowan vient d'une famille de sorciers. Son père, issu d'une famille de Moldus, a épousé sa mère, un sorcière dont le père était moldu et dont la mère était sorcière. Il en résulte que trois des quatre grands parents du jeune homme sont des Moldus, et que sa famille a une certaine tendance à être non conformiste d'un point de vue magique. Il leur arrive par exemple de sortir des blagues moldues pendant un repas de sorciers, ou de se déplacer en voiture.
En dehors de ses parents et grands-parents, que Gowan aime beaucoup, le jeune homme a une grande soeur, ainée de cinq ans. Cette dernière a fait de brillantes études à Serdaigle avant de rejoindre le Département de la Coopération Magique, et ses relations avec son frère, bien que non conflictuelles, sont assez distantes. Ils se considèrent comme frères et soeurs, mais n'ont pas d'affinités particulières.

~ Histoire ~

Gowan est né en Ecosse, de parents britaniques mais profondément attachés à leur "pays" d'adoption. Il reçu donc dès la naissance un prénom écossais, prénom qu'il porte avec une certaine fierté, non pas en raison d'une passion nationaliste (il en a horreur), mais parce qu'il y attache une certaine consonnance mystique, ancienne, qui lui plait beaucoup. Tout enfant déjà, il cotoyait beaucoup le monde moldu, et souffrait de l'ignorance du monde sorcier par les enfants moldus. Il n'avait pas le droit de parler de Quidditch, de baguettes magiques, de magie en générale, ni de ce qui se passait dans le monde magique. Il grandit ainsi, jonglant entre deux mondes parallèles et pourtant si étrangers l'un à l'autre. Sa grande soeur, Elise, était probablement la seule personne avec qui il puisse parler librement, employant librement des notions et expressions des deux mondes, mais cela cessa bien vite quand, à l'âge de 11 ans, Elise fut envoyée à Poudlard. Gowan cessa d'avoir de vrais contacts avec elle, et quand elle revint enfin en vacances, un fossé s'était creusé entre eux. Elise parlait de tas de choses qu'il ne connaissait pas, dont il rêvait mais qu'il savait qu'il ne pouvait avoir pour le moment. Et elle avait une baguette magique.
Quand Gowan était enfant, il se rêvait grand magicien, bienfaiteur, protecteur du monde entier, sauvant des populations entières de la terrible menace des méchants. Les méchants. Tout ces sorciers qui utilisaient la magie pour faire le mal, ceux qui ne comprenaient rien à l'amour, à la compassion, bref, les méchants quoi ! Que sa vision des "méchants" changea par la suite... Mais dans toute personne, il y a une part de rêve, de rêve d'avenir, et à l'époque, celle-ci était importante.
Il fallu encore quelques années pour que le jeune écossais soit admis à son tour à Poudlard, la fameuse école de magie. Ses légendaires Maisons. Quand il s'imaginait entrer à Poudlard, le garçon ne se voyait qu'en Gryffondor. Les seuls assez braves et courageux pour faire le bien autour d'eux, n'est ce pas ? Sa soeur était à Serdaigle, et cette dernière Maison représentait donc tant de choses qu'il répugnait : un élitisme sectaire, un goût immodéré pour la lecture et le travail... Beurk. Quant aux Serpentards et aux Poufsouffles, il n'y avait jamais beaucoup pensé. Ils n'avaient pas tant d'importance de toutes manières, comparés aux courageux Lions, n'est ce pas ?
Que dire de la suite ? Gowan s'intégra facilement à Poudlard, et progressa à une vitesse normale, en même temps que la plupart de ses camarades. Ah si, il redoubla sa 5ème année, qu'il avait passé dans une certaine nonchalence et qui s'était très mal terminée. Fort heureusement, ses résultats aux BUSEs la deuxième année furent bien meilleurs.
Gowan laissa tomber peu à peu ses idéaux enfantins, ou ceux-ci muèrent pour donner place à ceux qu'il entretient aujourd'hui, nul ne saurait dire. Ses relations avec l'Elu ? Lointaines. Il trouvait que le célèbre Potter profitait trop souvent de son prestige pour dépasser des limites qui n'étaient permises de dépasser à personne d'autre, mais il fit également des choses assez extraordinaires au cours de sa scolarité. Le Tournoi des Trois Sorciers n'en était qu'un des nombreux exemples. Aujourd'hui qu'il n'est plus là, Gowan sent les choses se raidir peu à peu dans le monde magique, le conflit arriver à grands pas. Il n'a pas peur de mourir. Mourir pour un idéal n'est peut être pas mourir, au fond.


~ Test RP ~


Le Poudlard Express filait à vive allure. Le visage appuyé contre la vitre glacée, un petit garçon regardait les paysages défiler avec deux grands yeux ébahis. Il allait à Poudlard ! Non, cette fois-ci, ce n'était pas un rêve. Il avait même sa baguette magique ! Fouillant dans son sac, et renversant au passage le sac de friandises que lui avaient préparé ses parents, le garçon sortit précautionneusement un étuit noir, et l'ouvrit pour contempler une fois encore son nouvel achat.

- Bois de Poirier, 31.4 cm, avec un crin de licorne, récita-t-il dans un murmure, un large sourire illuminant son visage enfantin.

Une soudaine question lui traversa l'esprit et il se tourna vivement vers les autres élèves du compartiment, visiblement plongés dans une partie d'échec sorcier.

- Eh, euh, dites ! Est ce qu'on donne un nom à sa baguette normalement ? Toutes les grandes armes ont un nom, pas vrai ?

Les élèves le regardèrent étrangement, comme s'il était un peu bizarre. Pourtant, sa question était tout à fait censée ! Il ne savait juste plus s'il s'agissait d'un coutume moldue ou sorcière. Dans les légendes, le roi Arthur brandissait Excalibur, mais il n'avait aucun souvenir du nom de la baguette de Merlin, par exemple. Etrange. Le plus âgé des garçons présents, il s'appellait Tom et avait 13 ans, ou 14, il ne savait plus, se tourna vers lui et répondit, un brin moqueur.

- Je ne connais personne qui ai donné un nom à sa baguette. A part le vieux fou d'Hagrid, et encore, je ne suis pas sûr, on dit tellement de choses sur lui !

Gowan contempla sa baguette, déçu. Il ne voulait pas passer pour un fou. Mais il aurait tellement aimé lui donner un nom ! Reportant son attention vers l'extérieur, l'enfant constata que la nuit était presque tombée. Quand allaient ils enfin arriver à Poudlard ?

La bataille d'échec se solda par la décapitation inévitable du roi par un cavalier, qui eu bien du mal à le tenir calme le temps de lui hoter la tête. Une fois chose faite, Gowan le regarda la brandir avec un air victorieux, juste avant que les élèves, insensibles au spectacle, ne le rangent dans sa boîte. Tom, le plus âgé, expliqua qu'ils allaient bientôt arriver et il partit retrouver des amis dans un autre compartiment. Se retrouvant seul avec un groupe de premières années, Gowan enfila sa robe de sorcier toute neuve et rangea ses affaires. Il plaça sa baguette dans sa poche. Au cas où.

Quelques minutes plus tard, le Poudlard Express s'arrêta et les élèves sortirent sur les quais. Le coeur de Gowan s'emballait déjà.


- Les premières années ! Par ici s'il vous plait ! hurla quelqu'un qui semblait correspondre à la description qu'on avait faite d'Hagrid, le demi géant garde chasse.

Intimidé, le petit garçon avança d'un pas timide vers l'immense silhouette, tandis que les élèves plus agés montaient sur des charriots. Lanterne à la main, Hagrid (c'était bien lui) les guida jusqu'au bord d'un gigantesque lac, aux eaux très noires, ou peut être était ce une illusion due à la nuit. Il fit des groupes de cinq élèves, et les fit monter dans de grandes barques. Peu à peu, tandis qu'ils avançaient, les premières années découvraient la silhouette impressionante d'un gigantesque château émergeant de la brûme épaisse.

- Vous croyez vraiment qu'on doit combattre des Trolls pour la répartition ? demanda une fille à coté de lui.

Gowan ouvrit de grands yeux. Des Trolls ? La cérémonie était donc si épique que ça ? Il s'imaginait déjà, avançant dans des décombres, baguette à la main, à la recherche du Troll, sous les yeux attentifs des plus grands sorciers et sorcières.

- Mais... je ne connais aucun sort, moi, murmura un tout petit garçon, visiblement au bord des larmes.

- Ne vous inquiétez pas, dit Gowan. Quelle que soit l'épreuve, on la surmontera ensemble.

Il n'en fallu pas plus pour que la barque arrive à destination. Une fois tout les élèves descendus (on ne déplora aucun noyé cette année là), ils se dirigèrent vers la massive porte d'entrée, où se tenait une grande sorcière à la mine sèvre, un vieux u pointu à la main. Gowan sentit les autres élèves se resserer autour de lui, et il se sentit soudain mieux, plus courageux. Plongeant la main dans sa poche, il y trouva une présence rassurante.

- Tu t'appelleras Luciole, murmura-t-il tout bas. Parce que tu seras la lumière qui me permettra d'avancer, ma lueur de courage, mon guide.

Plusieurs élèves se tournèrent vers lui, mais il était certain qu'ils n'avaient pas tout entendu. Quand bien même ils l'auraient fait, cela n'avait plus d'importance. Il n'avait plus peur.


~ Et vous ? ~
~ Où avez-vous connu le forum ? : Via un topsite
~ Âge : 19 ans
~ Niveau RP : A vous de juger
~ Code : Ok par Daph'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4102
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Gowan O'Neil [terminé]   Mer 8 Fév 2012 - 14:37

Je te valide Smile








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Gowan O'Neil [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Avant tout - :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-