- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3763
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 28

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   Mer 9 Mai 2012 - 15:01

    Vendredi 20 décembre 1996

    Cela faisait quelques semaines maintenant que j'avais reçu la lettre de mon père, me disant que je devais rester à Poudlard pour les vacances de Noël. Je n'avais toujours pas digéré la pilule et ce « abandon » me restait encore en travers de la gorge. Mon père avait tenté plus d'une fois de renouer contact, ayant compris que je n'étais pas la première heureuse de ces nouvelles. Mais jamais je ne lui avais répondu.

    Une chose était sûre : c'était aujourd'hui le premier jour des vacances, et l'école était vide. Au matin, les élèves rentrant chez eux étaient partis par le Poudlard Express et les cours avaient été suspendu. J'avais profité de cette première journée pour faire une majorité de mes devoirs de vacance, seule dans la salle commune des Serdaigle. À première vue, j'étais la seule élève de sixième année de ma maison à rester. En fait, j'étais même l'une des seule. Il y avait certes une fille de troisième année, mais je n'étais pas vraiment prête à lui faire la causette. Après tout, c'était la première fois pour moi que je ne rentrait pas pour Noël. Une fois mes devoirs finis, je m'étais dirigée vers mon dortoir pour y ranger mes affaires. Là, je vis ma petite Birdy -qui grandissait à vitesse folle- étendue de tout son long sur mon lit. Lové contre elle, il y avait Switch, l'écureuil que Gowan m'avait offert. Et qui en fait à la base, était une chope de bièraubeurre. Je ris en voyant ce spectacle et m'allongeai à leur côté. Voir Switch me rappelait à chaque fois la merveilleuse après-midi que j'avais passée avec le Poufsouffle. Il me manquait. J'avais envie de le revoir. Nous nous étions croisé plusieurs fois dans les couloirs et dans la Grande Salle. Mais nous ne faisions que nous saluer timidement. Parfois, nous échangions aussi quelques mots, mais ça s'arrêtait là. Soudain, l'idée que lui aussi passait ses vacances à Poudlard me traversa l'esprit. Après tout, il m'avait dit qu'il ne rentrait pas systématiquement, car cela dépendait de sa soeur. Je pris alors un morceau de parchemin vierge, ma plume et mon pot d'encre et me mit à écrire :

    « Salut Gowan !

    Cela fait bien longtemps que nous ne nous sommes plus vu. Ça te dirait que l'on se retrouve quelque part ? Je t'attendrai à l'orée de la forêt interdite, près de l'arbre tordu, ce soir à 22h30. J'espère que cela te conviendra.

    J'ai hâte que nous nous revoyons.

    Tendrement,

    Luna »


    Pour le « tendrement », j'avais longuement hésité. Oh et puis ! C'était à peu près ce que je pensais. Ou bien... Je réveillai Switch et lui demandai d'apporter ma lettre à mon ami. J'attachai le courrier au cou de mon écureuil et il sortit en trombe du dortoir. J'avais appris qu'il était aussi intelligent que ma petite Birdy, et pouvait aussi faire office de hibou. Sympa comme cadeau. Je me mis alors sur le dos, et mon chat bougea pour se lover sur mon ventre. Tout en lui caressant les oreilles, je me remis à penser. Cette fois, j'étais bien loin de mes idées sombres : je pensais à Gowan. Que se passait-il ? Quand je le voyais, mon coeur faisait un bond dans sa poitrine et j'étais cruellement heureuse de pouvoir lui adresser la parole. Je n'avais jamais ressenti ça pour personne. Après un long moment de réflexion, je me redressai vivement, faisant tomber Birdy à terre et qui s'en alla en râlant comme un poux. J'étais décidée : j'allais lui parler de tout ceci au soir. Voilà, c'était fait. Peut-être aurait-il un mot sur ce qu'il se passait. Bon. Il fallait bien l'avouer : une petite voix me disait que c'était « l'amour ». Mais je niai cette possibilité : ce n'était tout simplement pas possible, vu que je le connaissais à peine. Puis l'amour n'arrive pas comme ça, par Merlin !

    Je lançai alors un regard vers mon réveil. Il était déjà 18h30. Je décidai alors d'aller me restaurer, histoire d'avoir quelque chose dans l'estomac. Arrivée à destination, je remarquai que j'étais une fois de plus seule. Non mais, je n'étais tout de même pas la seule élève à rester pour les vacances tout de même ! Enfin, c'était peut-être parce qu'il était un peu tôt pour dîner. Bref, je me mis à ma table et mangeai lentement une quiche à la citrouille aussi délicieuse que celles que ma grand-mère me préparait. Quand je sortis de la Grande Salle, je vis une autre élève y rentrer. Mais aucune trace de Gowan. Avant de rentrer à ma salle commune, je fis un tour de l'école déserte. C'était juste fantastique de n'y croiser personne, mis à part un ou deux fantômes vaguant à leurs pensées. J'avais l'impression que le château entier n'était qu'à moi.

    Finalement, je repris la route vers mon dortoir. Sur mon lit m'attendait Switch, accompagné de Birdy, râlant toujours. Mon écureuil m'avait apporté une réponse positive de la part de mon ami Poufsouffle. Mon coeur s'emballa et je ne pus m'empêcher de sautiller de joie. Enfin, je n'allais pas passer une soirée seule ! Après avoir lancé un bref coup d'oeil à mon réveil -20h15- je décidai de commencer à me préparer pour mon « rendez-vous ». Je pris des vêtements chaud dans ma valise et me dirigeai vers la salle de douche de mon dortoir. Après m'être soigneusement lavée, séchée, battue avec mes cheveux pour qu'ils soient bien démêlés et parfumée, je m'habillai d'un jeans tout ce qu'il y avait de plus banal, d'un pull noir et chaud et de mes bottes en cuir. L'hiver, il faisait froid, et c'était encore pire la nuit. Quand je revins près de mon lit, mes deux compagnons étaient partis faire un tour. Et il était déjà 22h. J'avais traîné comme jamais sous la douche. Puis le combat contre mes cheveux avait aussi été très long. Mais aux moins, ils étaient propres et descendaient en une cascade parfaite le long de mon dos.

    Je mis ma cape bleu nuit aux motifs or et sortis. Dans les couloirs, les torches ne diffusaient plus qu'une lumière légère, pour bien montrer que le couvre-feu était de mise. Par le plus grand des hasards -ou la plus grande des chances- je ne croisai personne. Pas même un chat. Ni même Rusard ou un fantôme. On eut dit que le château était endormi. J'ouvris lentement la lourde porte du Hall d'entrée. Une fois dehors, je remarquai qu'il n'y avait pas de vent. Seuls quelques gros flocons de neige tombaient doucement sur le sol. Je sortis ma baguette magique et lançai un « lumos ». Je me dirigeai alors vers l'arbre tordu. C'était un point de rendez-vous assez fréquent et tout le monde le connaissait. Mes jambes s'enfoncèrent dans la poudreuse. Heureusement que j'avais pensé à m'habiller chaudement. Après de longues minutes, je finis par arriver au point de rendez-vous et me mis à attendre. Il n'était que 22h20, j'avais dix minutes d'avance. Je savais que Gowan n'allait pas me faire faux-bond. Il ne l'avait pas fait la première fois, il n'y avait aucune raison pour qu'il le fasse à notre deuxième rendez-vous. Les bruits étranges et non-identifiables venant de la forêt interdites me faisaient frissonner, bien qu'ils soient lointain.

    Soudain, j'aperçus une silhouette s'avancer vers moi. D'abord, je fus sur mes gardes : après tout, il pouvait toujours s'agir de Rusard ou d'un autre professeur. Mais au fur et à mesure que l'ombre approchait, ma baguette l'illuminait et je reconnus bien vite mon ami. Un sourire s'étira sur mon visage et je m'approchai de lui.

    « Gowan ! Ça va ? Tu ne t'es pas fait pincer ? »

    Que j'étais heureuse de le retrouver. À nouveau, mon coeur bondissait comme un petit fou et des papillons s'étaient mis à battre des ailes dans mon estomac.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gowan O'Neil
"Le dernier ennemi à vaincre sera la Mort"

avatar

Messages : 34
Points rp : 2390
Date d'inscription : 06/02/2012

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de Poirier, 31.4 cm, Crin de licorne
Ascendance: Sang-Mêlé
Camp: AD

MessageSujet: Re: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   Mer 9 Mai 2012 - 22:27

Poudlard avait une toute autre allure, quand, en hiver, elle n’était plus habitée que par une poignée d’élèves et de professeurs. Le tumulte joyeux qui caractérisait l’Ecole en période normale s’était presque tut, les élèves assagis, les enseignants adoucis. Bref, c’était une période singulière que celle des vacances. De nombreux élèves, ceux qui ne partaient pas pour revoir leurs proches, fuyaient la solitude qu’ils risquaient de trouver dans ce froid château. Gowan, lui, ne s’en souciait pas plus que ça. Il n’aimait pas particulièrement les vacances en famille, et savait apprécier cette coupure pour faire d’autres choses, découvrir de nouveaux endroits, parler à des inconnus. L’année dernière par exemple, il avait eu l’occasion de beaucoup discuter avec Nick-Quasi-Sans-Tête, le fantôme des Gryffondor, beaucoup plus vif d’esprit et prompt à l’humour qu’il ne l’aurait imaginé. Et puis, pour ces vacances-là, il avait la certitude de ne pas être seul, même si Ernie et Susan rentraient chez eux. En effet, lorsque que Madame Chourave lui avait communiqué la liste d’inscription, il avait pu y voir le nom de Luna chez les Serdaigle, cette Luna qu’il tenait tant à revoir. Cette fois-ci, il ne s’était même pas posé de questions en inscrivant son nom.

Sa rencontre avec la jeune fille, cet après-midi à Pré-Au-Lard, l’avait perturbé. Profondément. Il savait très bien qu’on ne tombe pas amoureux comme ça, qu’il faut du temps pour cela, mais Gowan n’avait pas trouvé, après mûre réflexion, d’explication plus juste que cela. Oui, il devait être amoureux, ou quelque chose du genre. On ne sait jamais trop expliquer ce qu’est vraiment l’amour, de toute façon. Demandez à qui que ce soit, la réponse sera vague. Besoin de partage, de compréhension, attachement profond à l’autre. Ouais. Que ce soit de l’amour ou autre chose, la réalité était la même : Gowan avait envie de repasser un bon moment avec Luna, sans se poser trop de questions, juste en profitant. Le souci était qu’il était sans cesse entouré de ses chers amis de Poufsouffle, et que les contacts avec la Serdaigle, en période scolaire normale, étaient compliqués, et souvent brefs. Voilà. Ils étaient en vacances, Poudlard se vidait peu à peu, et les occasions de passer un peu de temps avec elle allaient se multiplier. Il suffisait d’attendre et de saisir la bonne occasion.

Le Poufsouffle consacra sa première journée de solitude à ranger son coté de dortoir, ce qui prit un certain temps, compte tenu de sa faculté à semer des affaires un peu partout, même dans les endroits les plus improbables. Ensuite, il se pencha sur la lecture de son manuel d’histoire de la magie, se disant que le plus tôt ce serait fait, le moins il en aurait à faire plus tard. Et comme rien n’était prévu à l’horizon, il avait toute latitude pour ce faire. Tout ceci était bien sûr sans compter sur la venue importune d’un petit animal à poils roux, de mère et de père chopes de Bièraubeure. Gowan dévisagea étonné le petit écureuil. S’était-il perdu jusque dans sa salle commune ? Peut-être avait-il eu un problème, un réflexe qui le pousse à retrouver celui qui l’avait fait venir ici. Mais c’était peu probable. La boule rousse détacha quelque chose attaché à sa patte, le laissa sur la table et l’encouragea à l’ouvrir avec force de couinements Incrédule, le jeune homme regarda le parchemin roulé devant lui. Ce devait être un message de Luna. Depuis quand dressait elle des écureuils pour faire un travail de hiboux ? Est-ce que cela marcherait si elle lui demandait d’aller porter un message à Londres ? Il imaginait bien l’écureuil faire du stop sur une autoroute. Sortant de ses rêveries, le jeune homme l’ouvrit et commença à lire.

« Salut Gowan !
Cela fait bien longtemps que nous ne nous sommes plus vu. Ça te dirait que l'on se retrouve quelque part ? Je t'attendrai à l'orée de la forêt interdite, près de l'arbre tordu, ce soir à 22h30. J'espère que cela te conviendra.
J'ai hâte que nous nous revoyons.
Tendrement,
Luna »

Il s’arrêta plusieurs fois pour reprendre la lecture du début, butant sur l’avant dernier mot. Avait-il bien tout compris ? Un rendez-vous à 22h30, à l’orée de la forêt interdite. Soit. Un « j’ai hâte que nous nous revoyons ». Soit. C’était bien, très bien. « Tendrement, Luna ». Oui, ce n’était ni « Cordialement » ou « Amicalement », ou encore « Au plaisir ». Le jeune homme s’empressa de griffonner une réponse à Luna, lui indiquant qu’il serait là sans faute, mais ne trouve pas de jolie formulation de fin et laissa le message comme tel. Il attacha ensuite soigneusement le parchemin à la patte de l’écureuil, qui repartit comme si de rien n’était. 22h30. Cela lui laissait de la marge. Rêveur, il alla s’allonger sur son lit. Une excursion dans la forêt interdite, ça devait être bien. Il ne l’avait jamais fait, mais pensait que le simple fait d’être avec Luna enjoliverait le moment. Et puis, ce n’était que le premier soir. Enfin bon.

Le reste de l’après-midi et le début de soirée passa très lentement. Gowan passa un certain temps à regarder tomber les flocons dans le parc avant de se décider de retourner à son livre, mais la concentration sereine dont il profitait un peu plus tôt semblait s’être volatilisée. Les guerres contre les gobelins n’avaient certes pas le même intérêt que la présence grandissante de Luna dans son esprit. Finalement, résigné, Gowan rangea son livre et alla manger. Luna n’était pas dans la Grande Salle, mais il mangea avec appétit, guettant l’heure. Il lui restait deux bonnes heures encore avant d’aller au rendez-vous. Bon. Lentement mais sûrement, le jeune homme prit la direction de la Salle sur Demande.

Ca y est, il était en retard. De peu, certes, mais en retard tout de même. Luna allait penser qu’il s’agissait d’une habitude. Il ne voyait jamais le temps passer dans la salle sur demande. Gowan dévala les marches quatre à quatre, faisant attention de ne pas faire trop de bruit pour ne pas attirer l’attention de Rusard et Miss Teigne, ou pire, de Peeves. Eux, ne semblaient jamais prendre de vacances. Et Gowan savait très bien qu’ils ne seraient pas plus laxistes avec un élève enfreignant le règlement pendant les vacances de Noël. Dehors, la nuit était fraiche. Le jeune homme plissa les yeux, perturbé par le soudain changement de couleur, et avança lentement, ses pas craquant sur la neige fine. Le tout était de ne pas glisser, la nuit ne facilitant pas les choses. Malgré cela, le parc changea peu à peu de visage et le Poufsouffle arriva bien vite au niveau du point de rendez-vous. Une silhouette était là, sous l’arbre, un fin filet de lumière pointé sur lui. Il écarta alors les bras, en signe de paix, sourire aux lèvres.


« Ne tirez pas ! »

Bon, il faisait bien sûr référence à des séries policières moldues, mais il n’était pas impossible que Luna comprenne. Et puis, si elle ne comprenait pas, au moins indiquait-il clairement son identité.

« Gowan ! Ça va ? Tu ne t'es pas fait pincer ? »

Elle était à sa hauteur, désormais. Gowan fit mine de grimacer de douleur en tenant son bras droit, légèrement courbé. Il marmonna, suffisamment fort pour qu’elle l’entende :

« Si, un peu, mais ça va, j’ai pas trop mal. »

Blague passée, il fallait bien dire quelque chose, et ne pas rester planter là à se regarder, à la lueur de la lune. Non pas que le spectacle soit désagréable, bien au contraire. Le jeune homme désigna la forêt, dont la masse prenait naissance à quelques pas d’eux désormais.

« C’est là où on va ? Une petite balade au clair de lune ? Ca me branche bien. Mais j’espère que tu seras là pour me protéger, j’ai un peu peur tout seul. »

Il tira la langue à son amie, moqueur. Il espérait bien que Luna serait là pour le soutenir, bien qu’il n’ait pas particulièrement peur. Mais à l’évidence, il n’ay avait aucune raison d’avoir peur. Il n’y avait rien de dangereux dans la forêt interdite. Luna était peut-être, à bien des égards, bien plus dangereuse.

« Je suis content de te revoir en tout cas. J’attendais ce moment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3763
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 28

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   Jeu 10 Mai 2012 - 11:09

    Quand il arriva, il leva les mains et lança un « Ne tirez pas ! » comme dans les films moldus. Je souris. Heureusement que mon père m'en avait montré quelques uns, et que nous étions parfois même allés au cinéma tous les deux. Rien que de repenser à lui, mon visage se crispa légèrement. Mais la pensée que j'avais fixé rendez-vous à Gowan en partie pour me détendre me traversa l'esprit, et je chassai vite mon père de ma tête. Je demandai alors à mon ami si ça avait été, et si il ne s'était pas fait pincer. Ce à quoi il se courba, grimaçant légèrement, comme si il avait mal et tenant son bras par une main. Il me répondit que si, mais qu'il n'avait pas trop mal. J'écarquillai mes yeux puis, comprenant la blague, je me mis à rire. Vraiment ! Avec lui, je me sentais toujours bien. C'était merveilleux de voir à quel point il savait me faire rire. Ensuite, Gowan me montra l'étendue d'arbres à quelques pas de nous. Il demanda si c'était donc là où nous allions, et qu'il espérait que je sois là pour le protéger. Une fois de plus, je ris, tandis qu'il me tirait la langue avec gaieté. J'arquai un sourcil et lui répondis toujours d'un ton rieur.

    « Allons bon, pourquoi pas. Mais je ne pense pas que la lune nous éclairera beaucoup. Pour ce qui est de te protéger heu... nous verrons sur place. »

    En fait, je n'avais même pas pensé une seule seconde à entrer dans la forêt interdite. Mais maintenant qu'il me l'avait proposé, je trouvais cette idée assez sympathique. Enfin... dans la mesure du possible. Après tout, comme son nom l'indiquait, elle était interdite. Et Dumbledore nous prévenait chaque année du danger qu'il y avait à s'y aventurer. Mais cette fois, c'était différent : déjà, nous étions deux. Qui plus est, de sixième année. Et nos connaissances étaient déjà vraiment avancées pour notre âge -surtout lui en métamorphose. Nous ne risquions donc rien de grave. Et au pire, nous avions toujours nos jambes pour courir. Même si j'espérais sincèrement ne pas avoir à arriver à ce stade.

    Après quelques secondes de silence, Gowan reprit, m'avouant qu'il était content de me revoir. Et qu'il avait « attendu ce moment ». Avais-je donc bien entendu ? Lui aussi, il attendait ce moment ? Alors je n'étais pas la seule à vouloir le voir. Sous la douce lumière de ma baguette, je me mis à rougir. Il fallait que je réponde quelque chose. Je n'allais pas le laisser sans réponse, alors que moi aussi, j'avais eu tellement hâte de le revoir ! Je pris donc mon courage à deux mains -ou plutôt une, vu que ma gauche tenait déjà ma baguette- et lui répondis en balbutiant comme pas permis :

    « Euh eh b... bien heu... oui... oui moi aussi j'avais... j'étais... pressée de te revoir. Tu m'as... beaucoup manqué. »

    Le « tu m'as beaucoup manqué » n'avait peut-être pas été obligé de sortir, non ? Qu'allait-il croire ? Que j'étais une pauvre fille accroc à sa présence ? Bon d'accord, c'était un peu le cas. Mais il ne fallait surtout pas qu'il le sache. Ou du moins, il ne valait mieux pas. Il allait certainement croire que j'étais amoureuse de lui. Quelle idée ! Je-n'étais-pas-amoureuse-de-lui. Non. C'était insensé. L'amour ne venait pas comme ça, j'y avais déjà réfléchi. Finalement, je me raclai la gorge et repris la parole, bien plus assurée que la dernière fois.

    « Bon ! On y va ? »

    Toujours remplie de fausse assurance -hum hum- je me mis à marcher vers les arbres, m'engouffrant dans la forêt interdite, Gowan à ma droite. Je sentais ma main balancer sur le côté, tandis que la pensée qu'il pourrait la saisir et la tenir me traversa l'esprit. Du coup, j'eus l'impression d'être encore plus fausse, et de faire exprès de laisser pendre ma main dans le vide. Une horreur, étant donné que je n'avais même pas de poche où la dissimuler. Je devais donc faire avec. Le silence nous avait gagné, et je n'aimais pas ça du tout. Je repris alors la parole. Une question m'avait traversé l'esprit, quand j'avais reçu sa réponse.

    « Dis-moi, tu ne devais pas rentrer pour Noël ? Ta sœur a finalement rendu visite à tes parents pour les fêtes ? »

    N'était-ce pas un peu trop... intime comme question ? Je m'en voulais déjà. Il fallait parfois que je réfléchisse avant de poser des questions. Nous n'étions pas en cours et ici, chaque mot comptait.

    « Désolée, je suis un peu trop curieuse. Si tu ne veux pas me répondre, ce n'est rien. »

    En tout cas, si il me répondait franchement, je me sentirais obligée de lui expliquer pourquoi moi, qui à la base revenais à chaque Noël, était restée à l'école. Oh ! Après tout, il s'agissait de mon ami. Rigel elle-même avait été mise au courant et avait compati. Je pouvais bien le lui apprendre à lui aussi. Même si contrairement à ma meilleure amie, je ne voulais pas de sa compassion. Cela m'aurait mise mal à l'aise. J'attendis sa réponse, tandis que nous nous enfoncions de plus en plus dans la forêt. La neige disparaissait, le sol était sec et la lumière ambiante faiblissait. Heureusement qu'il y avait toujours celle de ma fidèle baguette.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gowan O'Neil
"Le dernier ennemi à vaincre sera la Mort"

avatar

Messages : 34
Points rp : 2390
Date d'inscription : 06/02/2012

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de Poirier, 31.4 cm, Crin de licorne
Ascendance: Sang-Mêlé
Camp: AD

MessageSujet: Re: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   Jeu 10 Mai 2012 - 14:43

Quel plaisir c'était de voir Luna, de l'entendre rire, de la voir sourire. Tout semblait plus beau en sa compagnie. Et puis, il fallait bien le reconnaître, Gowan était un pitre, et il y avait certaines blagues ou tournures de phrases qu’il sortait sans même y faire vraiment attention. Souvent cela faisait rire, parfois cela déconcertait ou embarrassait. Il lui arrivait aussi, bien sûr, d’énerver les gens avec son détournement omniprésent de situations. Il commença donc par se plaindre faussement de s’être « fait pincé », un assez mauvais jeu de mot, avant de comprendre que Luna envisageait probablement une promenade nocturne dans les profondeurs inquiétantes de la forêt interdite. Suite à quoi, le jeune homme s’empressa de lui signaler qu’il avait confiance en elle pour le protéger et le rassurer en chemin. Luna répondit immédiatement, moqueuse, qu’il fallait « voir sur place » pour ça. Tout se négociait, alors. Dans un demi-souffle, il avoua qu’il avait beaucoup attendu ce moment, et qu’il était très content de pouvoir la voir enfin. Sa déclaration fit place à un court blanc, entrecoupé par le vent qui sifflait dans les arbres, jusqu’à ce que Luna réponde en balbutiant :

« Euh eh b... bien heu... oui... oui moi aussi j'avais... j'étais... pressée de te revoir. Tu m'as... beaucoup manqué. »

Le jeune homme baissa les yeux, les joues en feu, n’osant pas chercher à croiser le regard azur de son amie. La nuit avait des qualités finalement, elle était assez subtile pour masquer la vue. Ce sentiment de vide était-il donc partagé ? Cette gêne aussi, visiblement. Bon. Il fallait changer de sujet, histoire de ne pas s’enfoncer d’avantage dans cette situation embarrassante. Il fut soulagé d’entendre Luna dire d’une voix beaucoup plus assurée :

« Bon ! On y va ? »

Gowan acquiesça en silence, avant de se dire que Luna ne devait pas forcément voir grand-chose. Enfin… la lune était là, ils n’étaient pas dans le noir absolu. Heureusement, d’ailleurs. Le Poufsouffle sortit Luciole et fit apparaître lui aussi un petit filet de lumière à son extrémité. Il suivit Luna, qui s’avançait déjà vers l’entrée de la forêt. Interdite. Il la sentait, juste à côté de lui, à quelques pas, toute proche. Quelque chose semblait la stresser. Etait-ce lui qui la faisait agir ainsi ? Il n’espérait pas. Ce devait sans doute être la forêt qui les entourait, masquant de plus en plus le ciel étoilé. En fait, ils ne savaient pas où ils allaient, mais y allaient sans se poser de questions. Enfin, si, justement. Disons, pas de questions à ce sujet. Perdu dans ses pensées, Gowan ne réalisa même pas que le silence se faisait de plus en plus présent, et que c’était peut-être une des raisons du gêne de la jeune fille. Il fut donc surpris d’entendre Luna poser une question, à propos des vacances de Noël de sa famille. Hmmm. Le sujet n’était peut-être pas le plus agréable pour une telle soirée, mais cela s’arrêtait là. Gowan n’y voyait pas un intérêt particulier, ne se sentant que peu concerné de ces affaires familiales. Il ne répondu donc pas toute de suite, cherchant une formulation correcte pour exprimer ce qu’il pensait et ne pas laisser planer de doute quant à ses relations avec sa famille proche.

« Désolée, je suis un peu trop curieuse. Si tu ne veux pas me répondre, ce n'est rien. »

Gowan s’arrêta brièvement, dévisageant Luna. Il n’avait rien dit qui puisse laisser supposer ça, et n’avait pas eu l’impression de s’être tut longtemps. Il pensa que la Serdaigle devait être plutôt angoissée de nature, et pour ne pas accentuer cet effet, il se décida à reprendre la marche.

- Non, ça ne me gêne pas. Je n’ai jamais eu des relations familiales très proches, loin de ce que tu as l’air d’avoir avec ton père, je pense. Et je m’entends, comme tu le sais, assez mal avec ma sœur. Enfin, disons que nous n’avons aucune affinité particulière. Alors, même s’il est possible que la venue de ma sœur ait joué sur ma décision, ce n’est absolument pas une punition ou quelque chose de ce genre pour moi. Je suis bien ici. Et… eh bah disons que j’avais plusieurs autres bonnes raisons de rester ici cet hiver.

Préférant ne pas laisser de gros blanc qui permettrait à Luna de lui demander, justement, quelles étaient ces bonnes raisons, et d’arriver par la suite dans une situation fort embarrassante, étant donné qu’il n’en voyait dans l’immédiat qu’une seule, et qu’il fallait mieux taire, il ajouta :

- En fait, je trouve que cela doit être plus compliqué pour toi. Tu as l’air de vraiment bien t’entendre avec ton père. Pourquoi… pourquoi tu es restée, dans ce cas ? Enfin, si tu veux en parler bien sûr.

Il ne voulait pas être vraiment indiscret, ni blessant, ni trop gênant. Reportant son attention à la forêt, Gowan constata qu’elle se rétrécissait encore, à tel point que la lumière solide ne semblait plus être présente devant eux. Luciole émit une lumière un peu plus insistante, et le jeune homme continua de s’avancer prudemment. Ils arrivaient dans une sorte de clairière. Là-bas, derrière des fourrés, luisait une lueur métallique. Quelque chose d’imposant et de rouillé. Le jeune homme le signala à son amie et continua de s’approcher lentement. Les contours de l’objet se dessinaient peu à peu, laissant deviner une cage. Une gigantesque cage rouillée. Très très rassurant tout ça. Tout se passa très vite ensuite. Quelque chose vint le heurter au visage, un petit corps de la taille d’une main, et des centaines de petits monstres leur tombèrent bruyamment dessus. Petits, bleus, dotés d’ailes de fées. Oui, il en avait déjà vu, c’était sûr. Gowan tenta de se dégager de l’emprise du groupe qui semblait vouloir emporter sa jambe avec eux, et il réalisa que Luna était dans la même peine que lui. Ces créatures voulaient même leur arracher leurs baguettes. Le jeune homme agrippa Luciole de plus belle, lançant des éclairs de pétrification sur ceux qu’il pouvait atteindre sans risque. Quelque chose, un objet lourd, vint le heurter de plein fouet. Cette fois ci, ce n’était pas un d’eux. Plutôt quelque chose comme une grosse branche, une pierre, bref, quelque chose qui assomme.

Gowan sentit quelque chose bouger dans son dos. Il ouvrit lentement les yeux. Visiblement, les créatures étaient parties aussi vite qu’elles étaient venues. Sa tête lui faisait mal, mais il ne saignait pas. Quoi que… le Poufsouffle tenta de se palper le crâne mais réalisa que ses bras étaient solidement attachés. Attachés à quoi ? Il tourna la tête et découvrit Luna, dos à dos avec lui. Ah oui, c’était donc ça. Ils s’étaient fait battre par ces saloperies de monstres, et les voilà attrapés, ou plutôt attachés. Gé-nial.


- Luna ? Tu vas bien ? Où sont nos baguettes ?

Il plissa les yeux pour chercher Luciole, qu’il trouva sans peine, déposée avec la baguette de son amie à quelques pas deux. Heureusement, ils avaient eu le bon gout de ne pas les prendre et de ne pas attacher les élève à un tronc, comme le faisaient les indiens. Avec un peu de coordination, ils devraient pouvoir se rapprocher et s’en emparer. Gowan bougea ses mains, cherchant à évaluer la marche de maneouvre qu’ils auraient pour ce faire. Il effleura celles de Luna, elles aussi attachées dans son dos, visiblement. Au contact avec la peau douce de son avis, Gowan cessa de se débattre. Il ferma les yeux, gardant quelques secondes ses mains contre celles de Luna, avant de se retirer (autant qu’il pouvait), gêné.

- Les lutins de Cornouaille du Professeur Lockart. Belle surprise, n’est-ce pas ? dit-il pour essayer de détendre l’atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3763
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 28

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   Jeu 10 Mai 2012 - 16:57

    Gowan me rendait très heureuse. J'étais si bien avec lui. Quand je lui demandai j'avais vraiment l'impression d'être sur un petit nuage. Quand je lui avouai qu'il m'avait beaucoup manqué, je manquai de m'étrangler. Mais finalement, je ne vis qu'une moitié de son visage gêné. Autant que je l'étais, en fait. Puis, je lui proposai que nous commencions notre petite balade. Nous nous engouffrâmes côte à côte dans les ténèbres de la forêt noire. C'était finalement excitant, et fort peu dangereux. Il n'allait rien nous arriver de mal, j'en étais sûre. Malheureusement, il y avait cette impression de fausseté, émanant de moi. Peut-être me faisais-je des idées et qu'il n'allait pas le remarquer, en partie à cause de l'obscurité. Mais moi, je le sentais : je n'avais pas une démarche normale.

    Histoire de rompre le silence monumental qui s'était emparé de nous, je décidai de lui demander pourquoi il n'était pas rentré pour ces vacances. Après quelques secondes -pendant lesquelles il ne me répondit pas- je repris, m'excusant de ma question. Puis là, il se s'arrêta et se tourna vers moi, m'assurant que ça ne le gênait pas. Tout en plongeant son regard dans le mien, il m'expliqua alors un peu son contexte familial, le fait qu'il ne s'entende pas vraiment avec son père, contrairement à moi. Je souris. Si il savait... Puis, Gowan termina en me disant qu'il avait aussi « d'autres bonnes raisons de rester ici ». Quelles raisons ? Avant même que je ne puisse le lui demander, il me demanda pourquoi moi-même, j'étais restée. Je soupirai doucement. Je savais bien que je ne pouvais pas y échapper. De toute manière, ça me ferait sûrement du bien de pouvoir lui expliquer. Nous continuâmes notre route, tandis que je commençais mon petit récit.

    « Eh bien... en fait, mon père m'a envoyé un courrier, au début du mois. Il a été muté en Amérique. Mais ce n'est pas tout. Il a aussi trouvé une petite amie là-bas. Depuis quelques temps, semble-t-il. Il a donc décidé de me léguer tout ce qui nous appartenait. Accessoirement, il préfère que je passe les vacances de Noël à Poudlard plutôt que de le déranger. Enfin, c'est comme ça que je le comprends. »

    Je fis une légère pause, tandis que la pénombre se faisait plus importante je n'en avais pas fini.

    « On pourrait dire que je me fais des idées ou quelque chose du genre. Mais il m'a aussi proposé de rester seule à Holy Island et de venir que quelques jours chez lui. Ma pauvre petite elfe de maison, elle doit bien s'ennuyer. Enfin bon, je ne comprends pas vraiment sa réaction. Mais ça va, je... respecte. Au moins je peux passer du temps avec toi. »

    Je tournai alors légèrement mon visage vers mon ami et lui souris. Peut-être qu'au ton de ma voix, il avait deviné que je n'étais pas vraiment d'accord avec la décision de mon père. En fait, je lui en voulais toujours. Mais au moins, j'avais été sincère en affirmant que c'était bien que je puisse passer du temps avec le Poufsouffle. Et bizarrement, cette petite phrase était sortie tout à fait naturellement, sans gêne, sans... timidité. Mais il fallait avouer tout de même que le rouge envahit une fois de plus mon visage, après-coup. Soudain, nous arrivâmes dans une sorte de clairière. Je fis en sorte que la lumière de ma baguette soit un peu plus forte. Néanmoins, elle n'éclaira pas l'endroit entier. Après tout, cette clairière n'était pas petite, et ma magie avait ses limites. Soudain, Gowan me m'annonça qu'il y avait un objet étrange, face à nous. Je plissai les yeux. Effectivement, il y avait bel et bien un objet en métal, ressortant des fourrés. Nous nous approchâmes lentement et découvrîmes une gigantesque cage rouillée. Bizarrement, elle me disait quelque chose, mais je ne savais plus vraiment quoi. Soudain, quelque chose me frappa à l'épaule, comme un énorme coup de poing. Je manquai de tomber à la renverse, tandis que je voyais aussi mon ami se faire attaquer par de nombreux petits monstres ailés et bleus. Des lutins... des lutins de Cornouaille ! Bon sang ! Ils nous attaquèrent pas dizaine. Certains d'eux tentaient même de nous enlever nos baguettes. Les autres se contentaient de nous frapper. L'un d'eux me mordit même la main droite. Je poussai une injure sonore et l'envoyai voler contre un arbre. Quant aux autres, je fis comme mon compagnon : je leur lançai des sorts de stupéfixion. Tout d'un coup, je fus littéralement assommée par quelque chose de lourd. J'eus à peine le temps de voir que Gowan, lui aussi, se faisait attaquer par une lourde pierre, tenue par quelques lutins. Puis, ce fut le noir.


    Je fus alors réveillée par la voix de Gowan. Il m'appelait, me demandant si j'allais bien. Et surtout... où étaient nos baguettes. Il me fallut quelques secondes avant de retrouver totalement mes esprits. Nous étions donc dans la forêt interdite, nous nous étions fait attaquer par des lutins stupides et nous étions attachés dos à dos, en position assise, au milieu de la clairière. C'était très sympa. À peine à un mètre de nous, nos baguettes étaient côte à côte. Gowan me les montra d'un signe de tête.

    « Ca va. Ma tête est un peu douloureuse, mais ça va. Et toi ? »

    Il tenta alors de bouger et ses mains touchèrent les miennes. Il s'arrêta même un instant, gardant le contact. Même si ce n'était ni l'endroit et encore moins le meilleur des moments, mon index glissa lentement sur le long de ses phalanges. Ce moment sembla durer une éternité. Une douce éternité. Puis, il rompit le contact. J'étais gênée. J'avais encore fait une idiotie. Je n'aurais jamais faire ça. Mais au moins, c'était clair : il ne partageait pas les... mêmes sentiments que moi. Oui parce que maintenant c'était certain : j'en étais amoureuse. Et là, je fus aussi totalement mal. J'eus même envie de pleurer. Mais il fallait que je me ressaisisse. Nous étions dans une situation délicate. Très délicate. Gowan lança d'ailleurs une touche d'humour pour détendre l'atmosphère. Je ne pus m'empêcher de rire.

    « Pour une belle surprise, c'en est une... Merci Mr. Lockart. Une chose est sûre, je suis une bien piètre garde du corps. Heureusement que les lutins semblent partis. »

    Finalement, je jouais plutôt bien la comédie. Ou pas, ça restait à voir. Je tentai à mon tour de nous rapprocher de nos baguettes. Je passai lentement mes mains sur celles de Gowan, mais rompit directement le contact. Je fis un petit bond sur le côté, demandant à mon ami de faire pareil. Nous commençâmes alors par sautiller sur nos fesses. Nos armes étaient de plus en plus proche. Mais il s'agissait là d'un énorme exercice physique et et de coordination. Je m'arrêtai l'espace d'un instant, n'en pouvant plus.

    « Faisons une pause, s'il te plaît. C'est... fatiguant. »

    Nous nous arrêtâmes, alors. C'était fatiguant, oui. Je n'étais pas habituée à faire du sport, ayant arrêté les cours de vols depuis des années déjà. Je préférais de loin le regarder. Qui plus est, le froid de l'air ambiant commençait à glacer mes pieds. Même mes mains n'y échappaient pas. Je les ouvris plusieurs fois pour tenter de les réchauffer quelques peu. Évidemment, je ne pus ne pas toucher celles du Poufsouffle. Je repris la parole, mon ton ne s'élevant pas plus que celui d'un murmure

    « Excuse-moi... c'est... enfin, ce n'est pas désagréable mais... ça doit l'être pour toi... »

    Pourquoi, par Merlin pourquoi avais-je dit ça... ? Le message avait pourtant été bien clair. Enfin, peut-être pas, finalement. Peut-être croyait-il, tout comme moi que c'était gênant. Rah. Si nous commencions comme cela, nous n'en finirions jamais. Et plus je continuais à le connaître, plus j'avais envie que cela se finisse. Et bien.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gowan O'Neil
"Le dernier ennemi à vaincre sera la Mort"

avatar

Messages : 34
Points rp : 2390
Date d'inscription : 06/02/2012

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de Poirier, 31.4 cm, Crin de licorne
Ascendance: Sang-Mêlé
Camp: AD

MessageSujet: Re: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   Ven 11 Mai 2012 - 9:15

Luna lui répondit d'une voix légèrement pâteuse qu'elle avait un peu mal, mais qu'elle allait bien. Cela le soulagea. Au moins n'avaient ils pas fait de grosse bêtise en enfreignant le règlement. Gowan reporta son attention sur leurs baguettes, un peu plus loin. Plus vite ils les auraient récupérées, plus vite ils pourraient se libérer et se sortir de cette situation pour le moins embarrassante. Il tenta d'évaluer le mou que lui laissait la corde, et frôla les mains de Luna. S'arrêtant un instant, il prit une longue inspiration, et cru sentir sa main venir l’effleurer à son tour. Embarrassé, il retira ses mains les plus loin possible et tenta de détendre un peu l'atmosphère, de plus en plus tendue, en évoquant le Professeur Lockart, qui leur avait si gentiment laissé ses lutins à disposition après son départ. Son trait d'humour fit rire Luna, ce qui le rassura, bien qu'il y ait quelque chose d'étrange dans ce rire. Quelque chose de triste.

Ils commencèrent à se tenter de se rapprocher des baguettes. Gowan ne voyait pas son amie, mais il sentait comme un malaise, un autre, et il était sûr qu'il était en train de se passer quelque chose de désagréable pour la jeune fille. Seulement, il ne savait pas quoi, et l'endroit et le moment n'étaient sûrement pas les plus propices pour en parler. Il se contenta donc de suivre Luna en silence, sautillant sur le côté à ses ordres. La situation était assez drôle en fait, mais quelque chose lui disait qu'il fallait mieux éviter de rire. Luna, essoufflée, lui demanda de faire une petite pause. Le Poufsouffle s'arrêta donc, fixant le tronc devant lui. Ils auraient du penser à la température : le froid d'hiver n'est pas le plus propice à une grande promenade. Heureusement pour eux, la neige n'était plus là, mais de petits courants d'airs soufflaient de temps à autre, glaçant les deux adolescents. Pour lutter contre le froid, Luna sembla ouvrir ses mains et les refermer, effleurant les mains inertes du jeune homme à plusieurs reprises. Ce dernier sourit, en se demandant en quoi ouvrir les mains permettaient de se réchauffer, mais il se tût, une fois de plus, préférant ne pas se risquer à envenimer la situation. Il se sentait un peu responsable de ce qu'il était en train de se passer, comme s'il avait incité Luna à faire cette promenade et qu'il n'avait pas été capable de se défaire des lutins, alors qu'il avait un an de plus qu'elle.


« Excuse-moi... c'est... enfin, ce n'est pas désagréable mais... ça doit l'être pour toi... »

La voix de Luna était tout juste perceptible, tel un murmure dans le vent, mais il était certain d'avoir bien entendu. Quelque chose lui échappait. Faisait elle référence à la promenade, au combat contre les lutins, ou à la situation actuelle ? Pourquoi, dans ce cas, disait elle que ce n'était pas désagréable ? La promenade, jusque là, était plutôt agréable, mais la suite l'avait nettement moins été. A moins qu'il ne s'agisse du contact répété entre leurs mains. Dans ce cas, il ne comprenait pas tout non plus. Pourquoi ce contact lui serait désagréable ? Qu'avait il fait qui laisse à penser que cette situation, ce geste, lui déplaisait ? Conscient du silence qui reprenait le dessus, Gowan bredouilla quelques mots maladroits.

- Eh bien en fait, cette situation serait très désagréable si tu n'avais pas été là... Si tu n'étais là.

Il ne savait pas ce qu'il avait fait, mais cette vérité devrait parvenir à apaiser la situation, si le message de Luna était bel est bien une forme de reproche à son égard. Ses mains effleurèrent à nouveau celles de la Serdaigle, qui continuait son exercice de réchauffement infructueux.

- Tu as froid au mains ? demanda-t-il dans un semi murmure.

Avec toute la douceur et la précision qu'il put, Gowan prit les mains de Luna dans les siennes. Elles étaient glacées, et il doutait que ce contact puisse la réchauffer. Mais cela lui était venu comme ça, et le froid servait au moins de bonne excuse. Le rouge lui montant aux joues, le jeune homme se félicita qu'elle ne puisse pas voir son visage. De dos à dos, il devait donner une illusion de quelqu'un qui savait ce qu'il faisait, et qui n'était pas embarrassé le moins du monde par son geste. Puis, au bout d'un moment, sentant que Luna avait reprit son souffle, le jaune et noir lui proposa de continuer de se rapprocher... de leurs baguettes. En quelques bonds, il parvint à leur hauteur, et il fallu moins d'une minute de tâtonnements pour que Luna saisisse sa baguette et les libèrent de leurs liens. Gowan, libéré, prit Luciole, et se leva lentement, les muscles engourdis par cet épisode. Il s'empressa de faire apparaître un filet de vent chaud, qu'il dirigea vers Luna, puis, quand celle ci sembla aller un peu mieux, vers ses propres mains. Il pouvait enfin la voir, et cela le rassurait, comme si le fait de la voir rendait les choses moins pénibles. Il la dévisagea un instant, sous la lueur de la lune, sans dire un mot. Il percevait assez nettement l'éclat bleuté de ses yeux, les contours de sa bouche, ses longs cheveux noirs. La gorge sèche, il murmura :

- Et maintenant ? On... fait quoi ?

Il n'avait pas envie de reprendre la route du château et de la laisser ainsi, sur cet échec et cette balade bien trop courte. Mais le froid était cuisant, et il fallait peut être mieux, pour des élèves raisonnables reprendre la route du château. Enfin, même ce raisonnement ne parvenait pas vraiment à le convaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3763
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 28

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   Dim 13 Mai 2012 - 20:45

    Je me sentais vraiment mal. Comme si j'avais été une fois de plus délaissée. Déjà que mon père m'avait abandonnée, alors si maintenant Gowan le faisait... Je n'avais plus qu'une envie, c'était de vomir le peu de nourriture que j'avais avalé quelques heures auparavant. Une boule de stress m'avait envahie. Je ne voulais pas rester ici. Pas après m'être fait rejeter comme ça. Mais Gowan reprit la parole, et ce qu'il m'avoua était contraire à mes pensées. Il me lança que la situation aurait été très désagréable si je n'avais pas été là. Ses mains effleurèrent alors les miennes à nouveau, et avant même que je ne puisse lui répondre quelque chose, il reprit la parole, me demandant si j'avais froid aux mains. Le rouge m'était un peu monté aux joues. Mais ce ne fut rien, comparé au moment où il prit doucement mes mains dans les siennes. Je sentis mon corps entier se réchauffer. Ses mains étaient douces et tièdes. J'étais bien. Et contente de m'être trompée.

    « Oui... j'ai... j'ai froid. Heureusement que tu es là, d'ailleurs. »

    Après quelques minutes comme cela nous reprîmes, sous sa demande, nos petits bonds, jusqu'à arriver à nos baguettes. Dans un grand effort de synchronisation, je réussis à m'emparer de la mienne. D'un coup adroit, je lançai un sort pour dénouer nos liens. Nous nous relevâmes lentement, et mon compagnon prit à son tour sa baguette magique, Luciole. Il lança alors un vent chaud sur nous. Mes cheveux volèrent dans tous les sens et mon corps se dégela lentement. Puis, je relevai les yeux vers lui, le remerciant dans un murmure souriant. Nous étions seulement un mètre l'un de l'autre et je pouvais voir ses yeux clairs me détailler. Et là, bizarrement, une envie folle de me jeter sur lui et de le prendre dans mes bras m'envahit. Mais avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, il me demanda ce que nous pouvions bien faire, maintenant. Il était sûr que je n'avais pas envie de retourner au château. Je pris alors mon courage à deux mains, tout en rangeant ma baguette. Certes, il faisait sombre, mais la lumière de la lune nous éclairait suffisamment. Je lui dis alors tout en avançant d'un pas :

    « Eh bien heu... je pensais qu'on pourrait par exemple... »

    Mais je n'eus pas le temps de terminer ma phrase, car je glissai lourdement sur un morceau de pierre. Elle s'était dérobée sous mon poids et je tombai avec honte dans les bras de Gowan. Contre lui, je pouvais humer son parfum et entendre son coeur battre dans sa poitrine. J'étais on ne pouvait mieux. Je restai ainsi pendant quelques longues secondes, qui me parurent durer une éternité. Puis, je relevai doucement la tête vers mon ami. Mon coeur battait à une vitesse vertigineuse. Je ne savais pas trop quoi faire. Mis à part balbutier quelques mots confus.

    « Je... excuse-moi je... suis une v...vraie maladroite. »

    Et lentement, je rompis le contact. J'étais par ailleurs déçue de devoir le faire. J'étais si bien, contre lui. Rouge comme une pivoine, je lui rendis exactement la même question que celle qu'il m'avait posé, ayant oublié que je ne lui avais même pas répondu. De toute manière quoi ? J'étais quasiment certaine qu'il n'allait pas être d'accord pour me faire un câlin. On ne prenait pas dans ses bras n'importe quelle fille non plus. Même si pour moi, il n'était pas n'importe quel homme.

    « Et heu... toi... ? Tu veux qu'on fasse... quoi ? »





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gowan O'Neil
"Le dernier ennemi à vaincre sera la Mort"

avatar

Messages : 34
Points rp : 2390
Date d'inscription : 06/02/2012

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de Poirier, 31.4 cm, Crin de licorne
Ascendance: Sang-Mêlé
Camp: AD

MessageSujet: Re: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   Mar 15 Mai 2012 - 20:27

Voilà, ils étaient débarrassés de cette situation délicate. La situation n'en était pas plus simple pour autant, les adolescents s'étant plus ou moins égarés dans la forêt interdite, en pleine nuit, bien sûr. Enfin, ils n'étaient pas très loin de la lisière non plus, et avec un peu de volonté ils trouveraient sans peine l'entrée du chaleureux Hall de Poudlard. Encore fallait il avoir cette volonté, ce qui n'était pas franchement le cas de Gowan. Le jeune homme avait été quelque peu refroidi par l'attaque des lutins de Cournouaille, et la situation glaciale qui en avait découlé, mais il n'avait pas envie de rentrer si vite. S'ils se quittaient ainsi, c'était sûr, ils n'oseraient pas se revoir avant un moment, peut être même pas avant la fin des vacances de Noël. Et ce serait la reprise, et les prises de tête pour se croiser plus d'un instant. Non, il n'avait pas envie de rentrer. Mais Luna, elle, en avait peut être eu assez pour cette soirée, ce qui serait compréhensible. Il ne voulait cependant pas lui proposer de rentrer directement au château, et préféra lui poser la question, plus large, plus rassurante. Il la laissait faire son choix. Luna, qui était déjà proche, avança d'un pas. Le coeur de Gowan fit un bon tandis qu'il entendait au loin, comme dans un songe, sa réponse :

« Eh bien heu... je pensais qu'on pourrait par exemple... »

Son début de réponse aurait été plus correct, car Luna choisit ce moment pour glisser et tomber dans les bras du garçon. Ce dernier la prit dans ses bras, mais ne put esquisser le moindre geste, comme si ses muscles, tétanisés, ne voulaient plus lui répondre. Il ne put que la serrer contre lui, sourire aux lèvres. Son coeur battait à en sortir de sa poitrine, un peu comme celui du petit écureuil perdu. Gowan était un petit écureuil perdu, perdu dans les bras de Luna.

« Je... excuse-moi je... suis une v...vraie maladroite. »

Ses mots le firent revenir à la réalité et reprendre possession de son corps. Il regarda, contrarié, s'éloigner de quelques pas, la tête baissée, visiblement très gênée. Enfin, il était gêné aussi, mais... c'était comme si chaque éloignement l'emplissait de regrets. Il avait peur, peur de ce qu'il ressentait, oui. Mais étrangement, cette peur le poussait vers l'avant, avec toujours le même cap. Luna.

- C'est marrant cette tendance à se tomber dans les bras l'un de l'autre. Moi à Honeyduckes, toi ici... J'ai peut être mieux choisi mon endroit, mais ta chute était plus réussie.

Ces mots lui échappèrent, spontanés, sans contrôle. Gowan baissa les yeux un instant, se demandant dans quelle bouse de dragon il s'était fourré. En même temps, il aurait sûrement dit un truc du genre, dans une situation autre, sans aucun stress. Et puis c'était un peu vrai quand même. Vrai tout court, même. La chute de Luna était bien plus réussie. Il y eu un court silence, avant que Luna ne demande, d'une voix un peu plus forte mais tout aussi hésitante :

« Et heu... toi... ? Tu veux qu'on fasse... quoi ? »

La voilà, la question fatidique. Que se passe-t-il maintenant ? Gowan dévisagea le visage de Luna, éclairé par les faibles rayons de la lune. Elle semblait embêtée, soucieuse. Bien loin de son air rieur. Il avait envie de s'approcher doucement, de la prendre dans ses bras, et peut être même, s'il en trouvait le courage, de l'embrasser. Son coeur disait oui, ses jambes disaient non. La gorge sèche, il n'arrivait à rien dire. Qu'aurait il pu dire, de toutes manières ? Lui faire un long discours ? Il n'y arriverait pas. Lui proposer de poursuivre la route. Oui, ça, il pouvait.

- Bah... Rusard n'est toujours pas là, on a un peu de temps devant nous si on veut continuer d'explorer... tout ça. Si tu as envie, bien sûr. Sinon, on peut rentrer.

Gowan s'arrêta là. Il se rendit compte que ses jambes l'avaient porté en même temps que ces mots, qu'il était désormais à hauteur de Luna, tout proche. Cela aurait pu être crédible s'il avait continué sa route, ouvert une voie pour sortir de cette étrange clairière. S'il ne s'était pas arrêté, justement. Ses yeux se posèrent l'espace d'un instant sur ceux de la Serdaigle. L'instant sembla s'étirer encore et encore, sans rien d'autre. Juste ces yeux, une lueur obscure, sous la lune. Il y avait ses lèvres aussi. Belles, fines... douces ? Non, il ne pouvait pas. Luna n'avait pas esquissé le moindre mouvement, mais il pensait que.. et s'il se trompait ? Et si elle lui foutait une bonne grosse baffe et s'en allait en courant ? Leurs visages étaient proches, tout proches, trop proches. Et si elle… Et s’il arrêtait de se poser des questions ? La bouche de Gowan se posa doucement sur la joue de la jeune fille. Il ferma les yeux, ses lèvres se rapprochant peu à peu de celles de la Serdaigle. Elles se posèrent à nouveau au coin de sa bouche, effleurèrent ses lèvres lentement avant de se retirer légèrement. Il recula juste assez le visage pour pouvoir contempler une fois de plus celui de Luna, et demanda, un sourire mi moqueur mi inquiet sur son visage :

- Dis... est ce que je peux t'embrasser ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3763
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 28

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   Mar 22 Mai 2012 - 8:41

    Plus que jamais, nous étions tendus. Et plus que jamais, mon cœur battait à du cent à l'heure. Une vraie maladroite. Ce n'était plus à prouver, dorénavant. J'avais tendance à trébucher sur un peu tout ce qui se trouvait sur ma route. Je restai alors quelques instants dans les bras de Gowan. Il ne me serrait pas fortement dans ses bras, juste... ce qu'il fallait. C'était doux, c'était tendre. Et pourtant, je le sentais tout aussi crispé que moi. La tête posée contre son torse, je sentis son cœur battre aussi vite que le mien. Puis, je finis par m'éloigner, confuse. J'aurais pourtant tant aimé que ce contact dure bien plus longuement. Après quelques secondes pendant lesquelles nous restâmes muets, mon compagnon reprit la parole, comme si tout cela était normal. Il fit remarquer que c'était amusant, cette tendance que nous avions tous les deux à tomber dans les bras l'un de l'autre, me rappelant qu'il m'avait bousculé à Honeydukes. Néanmoins, il souligna que ma chute était plus réussie que la sienne -bien que l'endroit était moins bon. Après ces bonnes paroles il baissa le regard. Je fis de même en riant légèrement. J'étais totalement d'accord avec lui. Mais cela n'empêchait pas que nous ne sachions quoi faire. Il m'avait demandé ce que je voulais que nous fassions. Et je m'étais littéralement plantée -dans tous les sens du terme- dans ce que je voulais lui répondre. Du coup, je l'idée de lui répliquer par la même question me traversa l'esprit. Mieux, je mis même cette pensée en application.

    Gowan me répondit d'un ton imperceptiblement rauque, en même temps qu'il s'avançait doucement vers moi. Rusard n'était pas encore là. Certes. Sûrement n'allait-il même pas se rendre compte de notre absence. Donc, nous avions normalement encore beaucoup de temps devant nous. Je souris, pensant que nous avions même toute la nuit devant nous. Il continua en disant que si je voulais, nous pouvions toujours rentrer. Quelle idée ! Je n'avais absolument pas envie de rentrer à l'école, alors que j'étais quasiment seule dans ma salle commune, et surtout, complètement seule dans mon dortoir.

    Quant il eut finit sa réplique, je me rendis compte qu'il était dorénavant tout proche de moi. Ses yeux bleus étaient plongés dans les miens. Un seul rayon de lune se reflétait dans ses deux billes azurs. Et il s'approchait. Encore et encore. Je me demandais même si il n'allait pas finir par me rentrer dedans. Que voulait-il faire ? Qu'avait-il en tête ? Une chose était sûre, je ne voulais pas que ce moment se termine. Ses lèvres se posèrent alors sur ma joue. Je sentis le rouge me monter au visage. J'étais certainement de la même couleur qu'un coquelicot. Une de mes mains se souleva et se posa lentement sur son cou. Il était tiède et doux. J'aurais aimé garder ma main dans sa nuque à tout jamais, pour l'éternité. Ses lèvres glissèrent alors jusqu'aux miennes, et il embrassa doucement le coin de ma bouche. Alors que j'allais me tourner -encore sans vraiment en avoir conscience- totalement face à lui pour joindre mes lèvres aux siennes, il se recula de quelques centimètres, juste assez pour que nous puissions nous contempler l'espace d'un instant, et me demanda dans un souffle qui balaya délicatement mon visage si il pouvait m'embrasser. Je souris, étouffant un rire, et lui répondis dans un souffle aussi léger que celui qu'il venait de m'envoyer :

    « Oui, tu peux. »

    Et nos lèvres se rapprochèrent pour finir par se rejoindre avec toute la douceur du monde. C'était doux, c'était chaud, c'était juste horriblement merveilleux. Dans mon ventre, je pouvais sentir des papillons virevolter dans tous les sens. J'étais tout simplement heureuse. Mon autre bras s'enroula autour de sa taille pour que je puisse être encore un peu plus proche de lui. Je ne voulais vraiment pas que ce moment s'arrête. Bon, il fallait avouer aussi que c'était... humide. Mais finalement, ce n'était pas si désagréable. J'avais l'impression de donner tout les sentiments que j'éprouvais pour lui dans ce baiser. Et j'avais l'impression que c'était le cas pour lui aussi. En tout cas, j'espérais qu'il pense la même chose que moi.

    Mais chaque chose a une fin. Et notre baiser aussi après de longues secondes, nous nous reculâmes de quelques millimètres, en synchronisation. Un sourire s'étira sur mes lèvres. Je ne voulais pas que ça s'arrête. Et, une fois de plus sans vraiment que je le veuille, je collai une fois de plus nos lèvres ensemble, le serrant un peu plus fort contre moi -avec ma force de souris. Mais cette fois, ce baiser dura un peu moins longtemps que le précédent. Je baissai alors la tête, les joues moins en feu, puis dis d'une petite voix.

    « C'était... agréable. »





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
Admin
Admin
avatar

Messages : 163
Points rp : 2816
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 6

MessageSujet: Re: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   Ven 20 Juil 2012 - 13:30

    Mission réussie pour Luna Lodwick.

    Il fallait qu'elle réussisse à faire sortir quelqu'un après le couvre-feu. Douze points sont donc donnés à Serdaigle.

    Bien joué, Miss Lodwick.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un rendez-vous enneigé [PV Gowan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» rendez-vous mystérieux
» [I]l n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Poudlard - :: Extérieur :: Forêt Interdite-