- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Olivia Elizabeth Taylor. [Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3383
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Olivia Elizabeth Taylor. [Validée]   Mar 16 Aoû 2011 - 21:46

*Informations basiques:

-Nom: Taylor
-Prénom: Olivia, Elizabeth
-Âge, date et lieu de naissance: 18 Février 1980 donc 16 ans. Née à Ste Mangouste.
-Maison: Serdaigle ou Serpentard.
-Année d'étude: Sixième année.
-Particularité: A souvent une sucette en bouche, aime rôder dans les couloirs.
-Baguette: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.

*Notes aux BUSE:

Botanique ♦️ E
Défense Contre les Forces du Mal ♦️ O
Potions ♦️ O
Sortilèges ♦️ O
Métamorphose ♦️ E
Histoire de la Magie ♦️ O
Astronomie ♦️ E
Étude des Runes ♦️ E
Arithmancie ♦️ E

Option choisie : L’option spécifique justice ( S-Jus)

*Description physique et caractère:

    -Description du physique:

Ce qui rend Olivia différente des autres filles est tout d’abord ses yeux. Ils prennent une unique et adorable forme assez ronde. Ses iris sont colorés d’un bleu si clair que cela lui donne un air de psychopathe. Pourtant, elle se fiche bien d’être paranoïaque ou pas puisqu’elle s’assume totalement aussi bien psychologique que physiquement. Plus jeune, elle se faisait des faux problèmes et complexes toute seule ce qui la mené à péter différents plombs. Comme chaque fille, elle ne se trouvait pas parfaite et n’était jamais satisfaite de ce qu’elle était. Pourtant, à partir de la deuxième année, elle a commencé à s’assumer et à bien être dans sa peau. Bien qu’elle ne sourie pas en permanence, Olivia a apprit à se mettre en valeur et maintenant, elle se trouve pas mal du tout. Il est vrai qu’elle peut devenir effrayante à cause de sa nature de rôdeuse et du bleu de ses yeux mais au moins, peu de personnes n’osent l’embêter à Poudlard. Ses cils ne sont pas longs mais assez pour être recourbés lorsque du mascara est posé dessus et plus haut, de fins sourcils discrets font la longueur de ses yeux. Discrets sont-ils grâce à la frange de la jeune fille qu’elle recoupe toutes les semaines pour garder la même longueur. Les extrémités de cette frange prennent un peu de volume et en général, ils partent vers le côté droit. Entre ses yeux, on peut y voir un petit nez retroussé et plus en bas, une petite bouche dont les lèvres sont rosées, claires et fines. La lèvre supérieure est plus épaisse que celle d’inférieur mais cela ne pose pas de problèmes pour la jeune fille. Ces lèvres ne demanderont qu’un baiser de celui dont elle tombera amoureuse un peu plus tard. Lorsqu’elle est en plein doute ou entrain de réfléchir, elle se pince la lèvre avec les dents de devant. La forme de son visage est plutôt ronde et elle n’est pas joufflue car avec l’âge, ses traits se sont affinés.

Ce qui dissimule ses oreilles est sa chevelure brune qui prend quelques reflets châtains sous le soleil ou autres sources lumineuse. Ni trop longue, ni trop courte, elle a la taille parfaite pour cette élève qui n’a pas besoin d’une énorme tignasse qui la gênerait durant ses révisions ou durant les bains qu’elle prend. Ils peuvent être lisses, ondulés ou bouclés, tout dépend de l’élève. Il lui arrive d’attacher ses cheveux lorsque le soleil tape et qu’elle ne veuille pas que sa nuque et son cou ne bouillent de chaleur. A l’instar de beaucoup de filles, elle aime trouver de nouvelles coiffures mais ce qu’elle préfère le plus est de les lâcher carrément. Contrairement à d’autres, elle ne se tartine pas le visage de font de teint car elle ne se sent pas à l’aise en devenant un pot de peinture. A la limite, elle rajoute du fard à joue en petite quantité et un peu de eyeliner lorsqu’elle en a le temps. Bien qu’elle soit brune, elle a autant de difficulté à bronzer qu’une blonde et elle a plus de coups de soleil que de peau matte. La partie du visage étant finie, attaquons à la suite. Son petit cou se termine par deux petites épaules. Ses bras sont fins mais un peu musclés à cause des entraînements sportifs. Au bout, des mains normales et souvent froides reposent souvent sur une table lorsqu’elle est en cours. Elle se tient droite ce qui fait qu’elle ne sera sûrement pas bossue dans trente ans. Ses ongles sont coupés lorsqu’ils sont trop longs et du rouge ainsi que du bleu peuvent être vernis dessus pour faire un peu fantaisie. Ses lignes de mains sont très bien marqués et cela plait à sa grand-mère qui aime lire sur ces lignes. Sa ligne de vie n’est peut être pas si longue que cela mais celle du travail et de l’amour sont très bien. Olivia ne possède pas une forte poitrine et elle s’en fiche car elle n’aime pas Pamela Anderson. Sa taille est plutôt fine parce qu’elle n’a pas le goût de manger les repas principaux. Ce qu’elle aime ce sont les bonbons et les sucettes. Bon, il lui arrive de déguster des légumes juste pour compenser le sucre de ses friandises mais elle n’aime pas beaucoup cela. La belle ne sourit pas tout le temps mais il ne faut pas croire qu’elle est maussade puisqu’au fond d’elle, elle peut être très heureuse sans le montrer. Elle a du mal à montrer par le physique ce qu’elle ressent intérieurement mais elle fait tout son possible pour ne pas être inexpressive. Si elle ne sourit pas volontairement, elle peut le faire en riant aux blagues de ses camarades. Il est impossible pour elle de se retenir de rire et de pouffer.

Quelques formes au niveau des hanches la rendent plus charismatique et sexy mais elle ne s’en sert pas pour séduire les gens du sexe opposé comme le font les gourgandines. Oh non, elle préfère se servir de sa tête pour cela. Ses jambes sont plutôt grandes par rapport à son buste mais elle n’en fait pas son complexe pour autant. Mesurant un mètre soixante cinq pour cinquante six kilos, elle n’a rien à changer de son physique pour l’instant.

A Poudlard, l’élève porte la traditionnelle robe de sorcière avec l’emblème de sa maison, la cravate qu’elle porte avec ainsi qu’une belle écharpe pour l’hiver. La couleur de sa maison est en harmonie avec ses cheveux. Lors des bals, Olivia peut se vêtir d’une belle robe de soie avec quelques bijoux pour couronner le tout. Cette fille aime bien ces accessoires mais les trouvent encombrant c'est pour cela qu'elle n'en porte pas les jours quotidiens. Un pendentif pourrait passer mais pas plus. En temps normal, même si sa famille est assez bourgeoise, elle n'adopte pas de style spécial de vêtements. Elle n'achète et porte que ce qu'elle trouve mignon et sympathique. Un jour, vous pourrez très bien la voir en tenue assez gothique et joli et un autre, vous la verrez se vêtir de façon très simple. Il lui arrive de choisir ses habits en fonction de son humeur. La mode ? La brune trouve cela pas mal mais elle ne la suit pas tout le temps, juste quelques fois dans l'année. Certes, elle aime les jolies choses mais ne fait pas sa capricieuse pour obtenir les dernières paires de chaussures sorties en magasin. Ce sont les cruches écervelées qui ont ce genre de comportement, comme Pansy Parkinson par exemple. En revanche, elle est plutôt exigeante en ce qui concerne les costumes et robes que l’on doit porter durant les grandes fêtes ou festivals. Après tout, quasiment toutes les filles désirent être les plus belles lors d’un bal n’est-ce pas ? Le bleu étant sa couleur préférée, on la verra plus souvent porter du bleu que du rose ou jaune. Même si c’est une demoiselle pure, elle n’aime pas vraiment le blanc et préfère le noir à la place.


    -Description du caractère:


Le caractère d’Olivia peut s’avérer un petit peu compliqué puisqu’il peut varier à tout moment. De nature lunatique, on ne sait jamais si elle sera de bonne humeur ou pas. Il se peut qu’elle s’énerve pour un rien ou qu’elle sombre dans une dépression sans raison. Aussi, peut-elle avoir la tête dans les nuages et ne pas entendre ses camarades parler en classe. En cours, nous la trouvons généralement sur une chaise, juste à côté de la fenêtre afin de contempler les doux nuages de l’extérieur et le soleil illuminant le paysage de tous ses rayons. La météo peut jouer un rôle déterminant pour sa façon d’être. Bien qu’elle aime particulièrement la neige, du soleil ne serait pas du refus pour elle. Elle n’aime ni le froid, ni le chaud mais si elle devait choisir entre les deux, elle opterait pour une température très basse. Étant née en février, il est probable que cette date de naissance ait influencé ses goûts. La poudreuse blanche, glaciale et pailletée lui semble tellement jolie qu’elle pourrait rester une éternité dehors en espérant avoir les cheveux enneigés lorsqu’elle rentrera au château. Souvent en pleines rêveries, elle n’apprécie pas qu’on la redescende sur Terre puisque sa lune lui plaît tellement. Néanmoins, elle s’efforce de ne pas rêvasser lorsque le professeur parle sinon, elle ne comprendrait pas les leçons. Chaque cours est important pour elle-même s’ils ne sont que des options comme la divination ou bien l’arithmancie. C’est une fille dotée d’une intelligence qu’elle tient certainement de sa mère qui, autrefois, faisait partie des meilleurs élèves de l’école. Mais il ne s’agit pas seulement d’une grande capacité intellectuelle à l’école mais elle est valable aussi en dehors des études. Apprendre est quelque chose qu’elle ne se passera jamais dans sa vie puisqu’elle est en permanence en quête de connaissances. La connaissance n’est peut être pas illimitée, cependant, elle souhaiterait connaître un maximum de choses au cours de sa vie. Possédant une bonne mémoire visuelle, il lui a toujours été facile de retenir ce qu’elle lisait. En revanche, sa capacité auditive n’a rien de particulier, elle est banale comme celle de tant d’autres élèves. Toutefois, ses compétences ont fait que sa famille est fière d’elle seulement, elle n’est pas la seule à être douée. Ses cousines et son frère ne doivent pas être sous estimés car quand ils le veulent, eux aussi peuvent concurrencer notre héroïne. Cette dernière ne veut pas forcément être la meilleure élève de son année, non, elle n’est pas assez vaniteuse et prétentieuse pour le désirer. De plus, elle n’est pas parfaite dans tous les domaines : peut être est-elle quelqu’un de très créatif, qui a de bonnes idées qu’elle sait exploiter un maximum, et peut être sait-elle très bien dessiner sur ses bouts de parchemins de cours mais elle n’a pas du tout l’oreille musicale.

Reconnaître les instruments dans un morceau est un de ses points faibles. D’ailleurs, elle ne sait sans doute pas la différence entre un saxophone et une clarinette ? En bref, elle se contente simplement d’obtenir un minimum d’efforts exceptionnels lors de ses devoirs notés pour obtenir un futur prometteur. On lui avait souvent dit que la société fonctionnait ainsi ; « aies de l’argent si tu ne veux pas crever.». Curieuse, elle ne peut s’empêcher de se mêler des affaires des autres, voulant à tout prix savoir ce qu’il se passe. Il lui arrive de se retrouver dans des guêpiers bien compliqués. Bien qu’elle fasse tout son possible pour respecter le règlement, il faut avouer que des fois, ce n’est pas si simple que cela. La brune a déjà enfreint quelques règles à cause de ses différents ennuis auxquels elle n’a pas eu d’autres alternatives que d’agir de façon illicite. Quand elle n’a pas le choix ou qu’elle trouve quelque chose injuste, elle peut en faire tout un rébellion puisqu’elle ne se laisse pas marcher sur les pieds. En revanche, il y a une chose qu’elle ne pourra jamais s’empêcher de faire : se promener tard dans la nuit dans les couloirs de l’école seule ou accompagnée. On l’appelle souvent « la rôdeuse » car on ne sait jamais où elle peut se trouver tellement qu’elle rôde un peu partout dans Poudlard. Il lui arrive de surveiller les gens, d’espionner ce que font les filles et les garçons pour en savoir un peu plus sur leurs sujets. Au final, elle connaît beaucoup de choses intimes sur ces élèves. Elle peut sortir de nulle part sans qu’on ne sache d’où elle vient ce qui lui procure un côté assez mystérieux. Peut être deviendra t-elle journaliste ou reporter quand elle sera grande ? Pêcher des informations précieuses est un de ses points forts. Quelques fois, ce défaut d’épier le monde peut la forcer à se faire de nouveaux amis ou bien à se faire abhorré par certains qui refusent d’être surveillé et de ressentir une présence à proximité d’eux. Lorsqu’on l’a connaît, on constate que c’est une fille au très bon cœur qui se montre très sympathique et qui est ouverte à tous. Olivia n’aime pas vraiment la solitude même si cela peut être utile pour se rafraîchir les idées. Bien qu’elle ne soit pas douée en matière de consolation, elle fait son possible pour réconforter ses amis lors des chagrins et cœurs brisés. On lui a souvent dit de ne jamais devenir psychologue que ce soit dans le monde des moldus ou à l’hôpital Ste-Mangouste car elle ne ferait qu’empirer la situation du patient vu sa façon de faire. De toute façon, jamais elle n’aurait une carrière dans le secteur médicale ; la vue du sang l’écoeure tellement qu’elle n’oserait jamais toucher une peau ensanglantée excepté la sienne. Elle s’est toujours demandée comment les vampires pouvaient apprécier cette substance rouge qui n’avait pas un bon goût quand on en posait sur la langue.

Cette rôdeuse est d’ailleurs difficile en matière de nourriture ; des pâtes ! Des pâtes françaises souhaite-elle manger chaque jour. Hélas, Poudlard ne fournit que des repas anglais donc il n’a jamais pu ragoûter ces délicieuses cuisses de grenouilles dont elle se régalait autrefois en compagnie de ses parents, au Pas-de-Calais. Peut être est-elle gourmande quand elle voit des sucettes ? En effet, elle a en permanence une sucette à la bouche sauf en cours. Si vous ouvrez sa valise, vous constaterez qu’il y a toute une réserve de sucettes. On ignore le nombre de friandises qu’elle peut avaler en une journée. Bref, revenons-en à son pays d’origine. La France lui manque beaucoup même si elle a quitté cette contrée qu’à six ans seulement. Le reste de sa famille est un peu dans Londres et un peu au nord de la France. Parfois, elle aimerait s’évader de ce château pour retourner là d’où elle vient. Bien qu’elle se soit habituée à l’Angleterre et qu’elle ait fait de nombreuses belles rencontres, de la nostalgie s’empare quelques fois d’elle. En compagnie de ses amis, il leur arrive de s’échanger des souvenirs d’enfance ou bien des confidences intimes. En matière d’amour par exemple, elle n’a jamais vécu de vrai grand amour puisque ses petits copains n’étaient rien d’autre que des petits copains avec qui elle ne sortait pas tellement un longtemps ; un maximum de six mois. Olivia se montre très fidèle envers celui qu’elle aime et elle ne pourrait se passer de lui. Le romantisme est quelque chose qu’elle aime beaucoup même s’il est possible qu’elle ne se montre pas très romantique aux premiers regards. Cependant, ses relations n’ont pas changé sa nature timide et elle pense qu’elle le sera encore longtemps car cela ne se contrôle pas simplement. Une rôdeuse telle qu’elle serait bien capable de surveiller discrètement son copain pour ne pas qu’il tombe entre les mauvaises mains de quelconques gourgandines. Si celui-ci en arrive à se laisser aller par ces petites pestes, elle ressentirait un peu de jalousie et bouderait dans son coin le temps que cela se passe. Mais en général, elle ne fait pas la mou bien longtemps car son côté lunatique lui permet de vite passer à autre chose ; ce qui est bien pratique pour une fille qui est un peu rancunière. Elle ne peut redevenir ami avec une personne ayant commis une faute grave mais jamais elle ne pourrait le pardonner même s’il se mettait à genoux devant elle. De plus, c’est une fille méfiante et maligne qui ne se laisse pas avoir facilement. Ce sont ses deux traits de caractère qui lui donnent un air de paranoïaque parce qu’elle s’imagine des choses incroyables qu’elle met en situation. On pourrait presque dire qu’elle est semblable à Luna Lovegood tant elle peut se montrer étrange. En temps normal, elle peut accorder une confiance pas définitive à quelqu’un, c'est-à-dire qu’elle fait semblant de lui faire confiance mais d’un autre côté, elle se méfie un peu jusqu’à ce que cette personne ne lui prouve qu’elle est digne d’être son amie. Pour savoir si quelqu’un est antipathique ou sympathique, elle se fie à son intuition qui est presque toujours le bon mais attend généralement d’avoir une conversation avec l’inconnu pour juger. Toutefois, elle fait preuve de distance, froide et sèche si elle ne connaît pas du tout l’humain en question. En amitié, elle est généreuse mais ne refuserait pas qu’on lui donne un cadeau car tout est la bienvenue chez elle. Les amis occupent une grande place dans son cœur et elle ne tolérerait aucune trahison de leur part. Si c’était le cas, elle se retiendrait de pleurer car quel serait l’intérêt de pleurer à cause d’une personne qui vous a blessé ? Juste une petite larme coulerait alors qu’elle contemplerait le ciel en pensant à ce qu’il s’est passé. En tout cas, elle restera toujours calme et même si on lui fait subir quelque chose d’assez dramatique, elle n’emploiera pas la violence mais plutôt des mots assez durs. La violence n’est qu’un moyen d’apporter la haine et le chaos dans ce monde et ce qu’elle désire, c’est une paix entre les Serpentard et les Gryffondor, par exemple.

Envers la fondatrice de Serdaigle, elle éprouve un énorme respect et elle idolâtre même cette femme morte depuis tant de siècles. Il est fort probable qu’elle emploie son nom dans une de ses phrases. Ses amis peuvent la trouver louche d’apprendre la biographie de cette grande sorcière, mais elle essaie de se passer de leurs avis même si elle est un peu susceptible. Sa susceptibilité concerne seulement les avis des gens qu’elle aime beaucoup. A part cela, elle se moque de ce que pensent les autres et elle a toujours été franche. En revanche, elle réfléchit avant de répondre en évitant de trop blesser ses interlocuteurs lorsque ces derniers lui demandent si elle peut juger leurs dissertations. Quand elle le peut, elle s’y prend par sous entendus mais au final, elle dira ce qu’elle pense et s’ils ne sont pas contents, ce n’est pas son problème. Mais n’allez pas croire que c’est une fille qui ne sourit jamais ; au contraire ! Il lui arrive de sourire timidement et sincèrement et éventuellement de rire à des choses bien risibles. Même certaines blagues idiotes ne peuvent l’empêcher d’entrer dans un bon fou rire. Par contre, elle n’est pas douée pour faire rire les gens et elle laisse ce rôle aux pitres comme les frères jumeaux Weasley. Elle sait bien qu’il faut choisir entre le don intellectuelle et le don de faire rire en permanence sans prêter d’attention aux études. Hélas, on ne peut pas tout avoir. Pour terminer, elle est le genre d’élève à prévoir tout à l’avance et à horreur de s’y prendre à la dernière minute car cela peut conduire à l’oubli de quelque chose même si sa mémoire visuelle est bien développée. Son sac sera toujours fait avant de se coucher et ses devoirs aussi. La bibliothèque est un bon lieu, selon elle, pour faire des recherches et écrire en toute tranquillité sous la surveillance de madame Pince. Le jour de ses examens, elle ne peut pas dissimuler son stress, ceci est impossible mais elle se console en se plongeant dans un livre accompagné d’une sucette au coca cola dans la bouche.

    -Famille et amitié:


Thomas Taylor et Anne Kairoli sont les parents de Olivia. A la base, les Taylor sont une famille de sang pur et chaque enfant issue de cette lignée doit se marier avec une personne n’ayant pas le sang souillé. Toutefois, l’amour fait bien les choses et Anne Kairoli, qui est une sang mêlée, parvint à séduire Thomas qui l’épousa. Ensemble, ils donnèrent naissance à la petite Olivia qui aurait pu être une parfaite sang pur si le grand père de sa mère n’était pas un sang de bourbe. Elizabeth Taylor est l’abominable mère de Thomas et elle n’apprécie pas vraiment sa belle fille en raison de son statut du sang. Toutefois, elle ne peut pas grand-chose contre cet amour même si par le passé, elle a tenté de les séparer.

Olivia peut paraître aussi loufoque que Luna Lovegood à Poudlard, en raison de son côté perdue dans les nuages et taciturne. Seuls les élèves de Serdaigle peuvent véritablement comprendre ce trait de personnalité et en général, ses amis font partis de cette maison. Cela ne l’empêche pas d’aller voir chez les Poufsouffle, les Gryffondor ou même les Serpentard. Elle s’entend avec beaucoup de personnes tant que ces personnes n’ont pas de mauvaises intentions.

Olivia possède un joli chat au pelage noir comme de l’ébène et aux splendides yeux jaunes âgé de quatre ans. Il lui a été offert par sa mère le jour où elle est partie acheter pour la première fois de sa vie, ses fournitures scolaires au Chemin de Traverse. La noble bête porte le nom de Mystic.

Pour conclure cette partie, je vais vous parler de Lucie qui fut la nourrice qui s’occupa d’Olivia durant son enfance. Ses parents étaient tellement débordés de travail qu’ils durent engager quelqu’un pour s’occuper de la petite. Lucie est une gentille et jeune sorcière qui est devenue par la suite une Médicomage.


    -Célébrité de l'avatar: Zooey Deschanels.


*Histoire:

D’origine anglaise, les Taylor vivaient tous en harmonie à Londres où s’organisaient souvent des fêtes de famille. Cette famille n’était pas très grande mais assez connue par les gens. A l’heure actuelle, elle n’est composée que de sorciers mais cela ne fait pas de ses membres, des sorciers de sang pur. Oh non…quelques nés moldus ont, au fil des siècles, intégré les Taylor ce qui a fait que les descendants sont devenus des sang-mêlé. De nos jours, cette famille espère que la communauté magique vivra en paix et en collaboration avec le monde des non-sorciers. Bien sur, certaines personnes narcissiques n’ont jamais accepté le fait que des personnes de race impur ait pu fécondé avec des Taylor donc elles se sont exilées quelque part mais en portant toujours ce nom. On ignore aujourd’hui où elles habitent mais ce n’est pas ce dont se préoccupe la branche principale de cette lignée. Dans cette branche, les seuls sorciers qui vont nous intéresser sont Thomas Taylor et Anne Kairoli. Cette dernière vivant en France n’allait en Angleterre que pour passer quelques mois en vacances mais n’avait jamais envisagé de vivre là-bas. Un jour, durant les grandes vacances d’été, elle fit ses bagages pour se rendre à Londres, là où elle comptait faire du shopping pendant une semaine et visiter tous les monuments présents dans cette ville. Agée de vingt deux ans, elle ne s’était pas attendue à rencontrer un bel anglais qui lui plairait beaucoup. Deux jours après son arrivée, Thomas la heurta et un coup de foudre naquît entre ces deux-là. Anne, étant bilingue, elle maîtrisait bien l’anglais bien que son seul problème soit son accent français. Néanmoins, ce n’était pas grave du tout pour le Taylor qui était plutôt hypnotisé par sa beauté. Par la suite, il apprit avec surprise qu’elle était une sorcière tout comme lui et ils firent connaissance. Pourtant, quelque chose tracassait le jeune homme ; sa bien aimée n’était pas une sang pur, mais une sang mêlé puisque son propre grand-père était un sang de bourbe. Or, la mère du jeune Taylor, appelée Elizabeth, avait ordonné à ses fils et filles de se marier avec des sangs nobles afin de reconstituer la famille Taylor, souillée autrefois par des sangs impurs. Elle souhaitait à tout prix redevenir une noble lignée et pour le moment, ce n’était pas du tout gagné. Elle ignorait totalement ce qu’était l’amour puisqu’elle n’aimait son mari qu’à cause de son statut de sang. Seulement, les sangs purs étaient très rares dans la société et le temps que Thomas ne trouve une copine d’un rang élevé, il aurait atteint la quarantaine d’années. Elizabeth, qui était une grande voyante assez célèbre et grande amie du professeur Trelawney, fit une crise de nerfs quand qu’elle vit dans sa boule de cristal que son fils n’allait pas respecter ses ordres. Les deux amoureux finirent par partir en lune de miel sous le courroux de la mère de Thomas qui avait chargé plusieurs sorciers de poursuivre son fils afin de le punir. Mais ces personnes engagées finirent par abandonner, trouvant les pratiques de la vieille beaucoup trop injustes.

Finalement, les deux tourtereaux se marièrent avant de se décider de faire un enfant. Au début, Anne ne parvint pas à tomber enceinte mais au bout de quelques mois, ses efforts et ceux de son mari portèrent leurs fruits et neuf mois plus tard, le dix-huit février mille neuf cent quatre vingt, elle accoucha d’une mignonne petite fille aux yeux aussi bleu que ceux de son père. Par contre, elle avait hérité de la couleur brune de la chevelure de sa mère. Au hasard, les parents se mirent d’accord sur le prénom d’Olivia qu’ils trouvèrent plutôt sympathique. Le deuxième nom serait Elizabeth en l’honneur de la grand-mère de la petite du côté de Thomas. Même si elle était une véritable vipère, le jeune père avait tout de même décidé d’offrir son nom au bébé. Anna dut rester plusieurs heures à Ste Mangouste avant de pouvoir quitter l’hôpital et de rejoindre ses amis et sa nouvelle famille qui l’attendaient, les bras remplis de nourriture et de cadeaux. Il faut savoir qu’il existe des membres de la famille Taylor qui appréciaient les moldus donc ils n’étaient pas tous comme la mère Elizabeth qui n’aimait que le pur. Celle-ci fut même horrifiée lorsqu’on lui annonça la naissance d’Olivia. Elle faillit faire une crise cardiaque et décida de laisser son fils faire en sachant qu’il regretterait bien rapidement d’avoir épousé une sang mêlé. Trois mois après avoir accouché sa fille, Anne et son mari décidèrent de vivre en France pour changer d’atmosphère. Elle lui promit de l’emmener à Paris où il pourrait admirer les splendeurs de cette capitale. Là-bas, ils éduquèrent leur premier enfant et Thomas apprenait petit à petit à parler français bien que ce ne soit pas facile au début. S’adapter à un nouvel environnement lui avait paru si étrange. Seulement, la présence d’une communauté magique ne pouvait que le rassurer et il rencontrait souvent des hollandais et américains qui vivaient ici. Olivia avait toujours bien été gâté depuis sa toute petite enfance ; les jouets, les accessoires, elle en avait une tonne dans sa chambre où était posé son petit lit à barreaux. Au fil du temps, elle devenait plus jolie et plus intelligente. On lui parlait énormément du matin jusqu’au soir ce qui fait qu’elle avait retenu un maximum de mots en français et en anglais de la part de ses parents. Il lui arrivait de faire des mixtes de mots des deux langues et cela faisait rire ses géniteurs. La petite famille vivait en toute gaieté puisque le compte en banque des Taylor était rempli de monnaie. Anne trouva un travail dans la communauté magique française en tant que rédactrice en chef d’un journal tandis que son bien aimé travaillait en tant qu’Auror. Pendant qu’ils bossaient, Olivia était gardée par une nourrice moldue appelée Lucie. C’est avec elle que notre héroïne avait passé le plus de bons moments. Ses paternels revenant que le soir, elle n’avait pas le temps de jouer avec eux puisqu’ils étaient fatigués de leur boulot. Dès l’âge de trois ans, ses parents avouèrent à leur trésor la vérité sur leur vraie nature mais elle était encore trop jeune et se fichait de savoir si les sorciers et sorcières existaient ou pas. Elle rigolait chaque fois qu’ils lui faisaient un tour de magie avec leur baguette. Ils lui offrirent même des objets magiques non dangereux à portée des enfants et avec lesquels elle passait son temps.

A cinq ans, elle dut profiter de sa dernière année en France puisque Anne et Thomas avaient songé de revenir en Angleterre. Ils avaient pensé à l’avenir de leur petite et l’académie de Beauxbâtons était bien trop loin de Paris puisqu’elle était située à Marseille. La seule solution était de revenir vivre à Londres afin qu’ils soient à proximité de la gare King’s Cross qui menait à Poudlard. Anne ne connaissait pas tellement bien cette école mais faisait confiance à son mari qui lui avait expliqué le fonctionnement de ce collège. Auparavant, tous les Taylor avaient été soit à Serpentard ou soit à Serdaigle. Le père de la petite brunette était devenu un disciple de Rowena Serdaigle et nous pouvons deviner que sa mère âgée, de par son tempérament, avait certainement été chez les verts et argents. A partir de six ans, Olivia apprit à lire, écrire et à compter. On lui apprit les bases des mathématiques et de l’anglais pour pouvoir s’en sortir dans son futur collège. Il n’était pas dur pour elle se d’habituer à la nouvelle maison puisqu’elle était bilingue. Souvent, on lui posait des questions sur le quotidien des français et la gamine prenait un malin plaisir à y répondre.

Quelques semaines après avoir fêté son septième anniversaire, Olivia manifesta ses premiers symptômes magiques au plus grand bonheur de ses parents qui furent contents de ne pas avoir de cracmol dans la famille. Ils auraient été tant déçu de ne pas avoir de sorciers en descendant et la grand-mère Elizabeth aurait vraiment fait une crise cardiaque, cette fois-ci ! Ses manifestations magiques eurent lieu dans le jardin de sa voisine. Alors que la fillette se disputait avec les enfants du voisinage suite à un jeu d’enfant qui avait mal tourné, celle-ci s’était énervée et avait déplacé involontairement un gros tonneau d’eau glacée qui avait trempé tous les enfants. C’est en pleurs qu’ils revinrent chez eux en se posant des tas de questions à propos d’Olivia. Ils étaient un peu jaloux qu’elle ait pratiquée de la magie alors que dans leurs cas, ils n’avaient pas encore dévoilé leurs capacités de futurs sorciers. Suite à cet incident, elle s’attendait à se faire réprimander par sa mère mais cette dernière avait sauté de joie et lui avait payé tout ce qu’elle voulait dans un magasin. Son père n’a connu la nouvelle que quelques jours après suite à un petit voyage de travail. On lui expliqua que dans quelques années, elle rejoindrait l’école Poudlard où elle apprendrait à contrôler ses dons. Comme tous les enfants, la petite n’avait qu’une seule envie : y aller le plus rapidement. Voir ses cousines et ses cousins revenir durant les vacances en racontant ce qu’ils avaient appris la rendait légèrement jalouse. Elle les accompagnait à la gare quand ils devaient repartir et a même failli un jour, franchir le mur qui menait à la voie 9 ¾. Toutefois, sa mère l’avait arrêté à temps et lui avait mis une bonne fessée. En attendant d’avoir onze ans, elle menait une vie assez banale pour une fille de son âge. Elle voyait assez souvent sa grand-mère Elizabeth qui lui racontait des choses assez dégoûtantes sur les moldus mais elle n’y croyait pas car les douces paroles de sa mère lui paraissaient plus crédules que celles de sa pitoyable mamie. Cette dernière se faisait de plus en plus détestée par la famille mais tout le monde devait la respecter car elle n’était pas n’importe qui au niveau du ministère ; elle avait un très bon poste. Lorsque Olivia eut ses onze ans, elle reçut une lettre en provenance de la fameuse école Poudlard. Elle s’était empressée d’ouvrir la lettre en déchirant bien l’enveloppe avec ses mains qui tremblaient.

Le stress était monté en elle comme une flèche ce jour là. Après avoir achevé la lecture de la lettre, elle fut la plus heureuse des fillettes. Enfin, elle allait pouvoir rejoindre ses cousines. Mais tout d’abord, elle dut suivre à la lettre la liste des fournitures. C’est en empruntant la cheminée de la maison qu’elle s’en alla avec sa mère afin d’accéder au chemin de traverse. Elle y était déjà allée, étant plus jeune, mais n’avait pas visité toutes les boutiques. La vue de toute la foule vivante l’avait beaucoup impressionnée et elle se demandait si en seulement deux heures, elle parviendrait à tout acheter. Après tout, elle devait se payer plus de choses que des anciens élèves qui possédaient déjà leur propre baguette et accessoires de bases comme les chaudrons ou encore les uniformes de l’école. Voulant à tout prix porter une baguette dans sa main gauche, elle s’était empressée de pénétrer dans le magasin d’Ollivander en hurlant un ‘bonjour’ sonore. Ce dernier avait été étonné de son comportement et rapidement, il passa aux mensurations de son bras gauche vu qu’elle était gauchère. Au bout de quatre essais, il trouva enfin la baguette conforme à la petite : mesurant 32 centimètres, elle était faite d’un bois de cerisier, composée d’une plume d’hippogriffe, était souple et rapide ainsi que parfait en métamorphose et en sortilèges et enchantements. Puis vinrent l’achat de son nécessaire à potions, de ses livres à Fleury et Botts où elle fit connaissance avec deux filles qui elles aussi seraient bientôt en première année. Durant une dizaine de minutes, elles s’étaient échangées des tuyaux pour bien apprendre en cours et s’adapter à ce « pensionnat » occupé par des centaines d’élèves. Après avoir tout acheté, sa mère lui avait offert un chat acheté à la ménagerie magique. Son nom, Mystic, venait du fait que c’était un félin assez bizarre qui pouvait se montrer aussi mignon qu’effrayant à cause de ses yeux jaunes qui luisaient dans le noir. Début septembre…matinée de stress et nuit blanche pour Olivia. Elle n’était pas parvenue à dormir à cause de cette excitation de partir de la maison. Depuis des heures elle préparait ses bagages, cherchant quoi mettre de plus à l’intérieur pour bien le remplir ou quoi retirer pour que cela ne soit pas trop lourd. Elle n’était pas arrivée en retard à la gare et c’est en embrassant ses parents qu’elle put pour la première fois de sa vie, traverser le mur menant au Poudlard Express en poussant son chariot à valises. En entrant dans le train, elle découvrit plusieurs compartiments qui commençaient à être occupés par les élèves. Si elle n’était pas stupide, il fallait s’installer dans une de ces petites pièces le temps du trajet. Hélas, elle ne connaissait pas grand monde avec qui s’installer et discuter. De plus, les anciens élèves de Poudlard qui avaient des années de plus qu’elle l’intimidaient donc elle n’osait pas leur parler ou leur demander quelque chose.

Le fait d’aller dans ce collège de magie la rendait de plus en plus mal à l’aise. Elle était sûre qu’elle ne se ferait pas de nouveaux amis et pourtant, en même pas dix minutes dans un compartiment vide, deux filles et deux garçons s’étaient joints à elle. Une petite amitié naquît alors entre ces cinq personnes et elle perdura au moins jusqu’à la répartition où ils furent envoyés dans différentes maisons. Le fait de ne pas être ensemble les dispensait de se voir plusieurs fois par jour et ils ne pouvaient pas se partager de bons délires dans les dortoirs vu qu’ils étaient séparés. Les premiers cours firent leur apparition dans les emplois du temps de tous les élèves et cela plaisait énormément à la petite. Travailleuse et déterminée, elle passait ses premières soirées sous les révisions et les entraînements. Evidemment, elle n’oubliait pas d’envoyer quelques nouvelles d’elle à sa famille qui se demandait si elle en sortait très bien. Elle assista à des matchs d’entraînement de Quidditch bien qu’elle soit trop jeune pour devenir joueuse dans une équipe. Néanmoins, elle rêvait un jour de devenir une excellente joueuse si elle réussissait déjà ses études. Entre ce sport de balai et le travail, elle choisirait la dernière proposition qu’elle juge plus importante pour son futur. Sa première année s’est plutôt bien passé et elle s’habituait progressivement à l’ambiance du château. Quelques fois, ses parents lui manquaient mais elle n’avait pas le temps d’y penser trop souvent à cause des cours et de ses moments merveilleux passés entre amis. Olivia n’avait pas d’ennemis particuliers puisqu’elle n’était pas du genre à chercher les embrouilles mais il est vrai qu’elle n’apprécie pas le concierge Rusard et aussi le professeur Rogue qu’elle trouvait un peu effrayant et sec. Avec lui, elle s’efforçait de faire du mieux qu’elle pouvait si elle ne voulait pas se faire ridiculisée devant toute la classe par des remarques agaçantes en provenance de cet homme aux cheveux gras. Mais de toute façon, ses problèmes ne furent pas nombreux en ce qui concerne ses devoirs et l’approche des examens avait beau la stresser, elle parvenait à répondre aux questions posées sans trop de soucis. Toutefois, il n’y avait pas seulement la partie théorique qu’elle devait travailler mais également la pratique. Chaque fois qu’elle apprenait un nouveau sortilège, elle en faisait usage sur ses affaires personnels pour en admirer le résultat. Pour finir, la brune envoyait une lettre à sa famille pour leur faire part de ses progrès et obtenir les félicitations de celle-ci. Quelques fois, la grand-mère Elizabeth lui envoyait quelques prédictions qui étaient plus ou moins bonnes. Elle la mettait en garde contre les esprits néfastes ou bien lui disait que la chance allait lui sourire. Notre héroïne y croyait fortement et faisait donc attention à ce qu’elle faisait afin de ne pas attirer les mauvais esprits. En deuxième année, elle s’était mise à rôder dans les environs parce que sa nature de curieuse la forçait à être omniprésente et à surveiller les gens discrètement. Il lui arrivait de sortir de nulle part pour saluer ses amis, qui étonnés, sursautaient à chaque fois. Épier les gens et professeurs était devenu une activité très intéressante pour cette demoiselle. Sucettes à la bouche, elle était devenue une fille un peu spéciale qu’on ne pouvait confondre avec quelqu’un d’autre.

Soit, son histoire va se terminer ici pour le moment car il est inutile de vous raconter ses autres années qui se ressemblent presque toutes.


*Test RP:

Neuf heures. Une foule d’élève venait de sortir de la Grande Salle où ils avaient prit un délicieux petit déjeuner comme chaque matin. Le lundi était une journée plutôt difficile car on s’habituait aux samedis et aux dimanches où l’on se reposait toute la journée. Se lever tôt était donc un exploit pour certains d’entre eux. Alors que les fantômes traversaient les couloirs pour saluer les adolescents, ces derniers étaient bien trop fatigués pour leur répondre. Nick-Quasi-sans-tête fut exaspéré de ne pas obtenir de réponses au bout de dix salutations. Il se plaignait dans son coin, dans les bras de la Dame Grise qui était inexpressive aujourd’hui. Elle caressait le dos de cet homme presque décapité tout en observant les fenêtres comme si quelque chose l’intriguait. Elle avait souvent ce regard et cela fascinait Olivia de lui parler quelques fois. Il arrivait à ce fantôme de raconter des morceaux de sa vie à cette élève qui écoutait attentivement ses paroles. Elle évoquait Rowena Serdaigle dans ses contes et la respectait beaucoup. Après que Nick ne se soit calmé, ils repartirent tous les deux en direction du premier étage. Olivia, quant à elle, descendit les escaliers pour accéder aux cachots. Cela ne lui plaisait pas d’aller là-bas dès le lundi matin mais ce n’était pas de sa faute si elle avait cours de potions aujourd’hui. Cet emploi du temps était beaucoup moins bien que celui des années précédentes. Son sac à bandoulière sur son épaule droite, elle accéléra le pas tout en baissant les yeux au sol. La plupart du temps elle regardait toujours le par terre au lieu d’en face car cela lui permettait de mieux se concentrer. Se concentrer pour quoi ? Pour ne pas stresser à cause du devoir de potions qu’avait donné à faire le professeur Severus Rogue. Cet homme là, elle ne l’aimait pas beaucoup parce qu’il était quelqu’un de stricte et d’effrayant. Un grand sorcier celui-là et son passé n’est pas très joli. Il n’apeurait pas seulement notre héroïne mais une grande partie des élèves. En sa présence, personne ne commettait la moindre bêtise excepté les plus grands rebelles mais ils ne se font pas du tout nombreux. Harry Potter, peut être mais lui était un cas à part. Il avait beau avoir du sang froid, il lui arrivait de ne plus contenir sa colère en lui. La demoiselle aux yeux bleus leva le regard devant elle ; une de ses camarades voulait lui faire la bise. Ceci fait, elle lui demanda à quelle heure comptait-elle aller au parc ce soir. Olivia sursauta durant une fraction de seconde ; elle avait complètement oublier le rendez-vous fixé avec ses amis pour cet après midi. Elle n’avait pas retenu ce qu’elle avait entendu et là voila maintenant dans de beaux draps. N’étant pas prête du tout pour y aller, elle ignorait comment faire. Peut être trouvera t-elle une solution plus tard mais pour le moment, le plus important était de ne pas arriver en cours. Sa camarade partit de son côté vers le troisième étage pour rejoindre sa classe. Continuant son chemin, elle descendit les dernières marches avant de s’enfoncer dans les abysses des cachots. Il faisait sombre et froid à l’intérieur, c’était en contraste avec le reste du château. L’ambiance lugubre ne rassurait pas tellement la jeune fille mais au fil des années, elle s’était habituée à cette atmosphère qui plaisait tant aux Serpentard. Il ne lui fallut pas moins de deux minutes pour rentrer dans la salle de cours. Elle n’était pas en retard car le tiers de la classe était arrivée. Le professeur semblait impatient d’en finir avec eux ; on aurait dit que les élèves l’ennuyaient fortement et qu’il désirait simplement retourner dans ses appartements. S’asseyant sur une chaise au deuxième rang, elle patienta avec les autres qui discutaient en toute discrétion. Sa voisine étant malade et à l’infirmerie, notre Olivia serait seule pour aujourd’hui. Les minutes étaient longues et elle finit par croire que le cours allait débuter avec seulement huit élèves sur la trentaine. Elle cherchait une fenêtre du regard avant de se rappeler qu’il n’y en avait pas dans cette salle sombre. La pauvre ne pouvait observer aucun nuage ni de beau ciel bleu ou gris. Ce cachot portait bien son nom puisqu’on se sentait enfermé là dedans. Quelques minutes plus tard, les retardataires arrivèrent en s’excusant auprès de Rogue.

On lisait la peur sur leur visage et on aurait cru qu’ils priaient lorsqu’ils firent leurs excuses. L’un d’eux était devenu tout pâle, craignant une sévère punition de la part de l’homme. Mais étant donné que la plupart d’entre eux étaient des Serpentard, l’adulte ne retira pas de points pour cette fois-ci mais les avertit de ne plus recommencer cela car la prochaine fois, il ne les attendrait pas. Après qu’ils aient regagné leur place de façon bruyante, l’enseignant put commencer son cours par une leçon de morale à propos des retards puis un commentaire sur les derniers devoirs corrigés. Le cœur d’Olivia s’accéléra ; elle était toujours un peu mal à l’aise lorsque les professeurs rendaient les copies car elle ignorait la note qu’elle avait eue. Normalement elle ne risquait pas grand-chose puisqu’elle avait beaucoup travaillé dessus, plus que jamais. Elle se souvenait encore d’avoir raté une soirée entre amies à cause de ces fichues questions compliquées. Bien sur, elle n’avait pas été autant en difficulté que les autres mais il lui avait fallu du temps pour lire les livres de potions adéquats et y répondre. Avec énormément de soin avait-elle entretenu son beau morceau de parchemin pour le rendre tout propre à cet homme aux nez crochu. Lentement, il feuilleta les différents parchemins en soupirant de désappointement. En un murmure, il dit que les résultats étaient lamentables et qu’il était déçu d’avoir une classe aussi désespérante. Passant dans chaque rang, il distribua ces résultats en commentant un peu pour démotiver les élèves. Notre héroïne aux cheveux bruns savait qu’il faisait exprès de leur reprocher pleins de choses. Ce n’était pas seulement pour les inciter à travailler plus mais également pour les ridiculiser. Lorsqu’il s’approcha de la brunette, il sourit de façon malicieuse ce qui ne rassura pas la jeune fille. Cette dernière se sentait bizarre et sentit que quelque chose n’allait pas. En général, son intuition ne la trompait jamais ou presque. D’une voix haute et grave, l’enseignant annonça devant elle :

« - Lamentable…Vraiment lamentable…Et bien, miss Taylor, il semblerait que vos capacités intellectuelles soient en phase de dégradation »

Cinq secondes de silence dans la classe et tous les regards étaient rivés vers la pauvre Olivia qui tremblait comme une feuille. Les yeux tout ronds et écarquillés, elle crut qu’elle était entrain de rêver. D’habitude elle rêvassait mais là, ce n’était pas un rêve, c’était en effet la réalité. Le parchemin que laissa tomber Rogue flotta dans les airs avant de se reposer avec délicatesse sur la table de la demoiselle, près de ses mains maintenant toutes moites. Ces dernières n’avaient jamais été si moites qu’aujourd’hui. Elle n’y croyait toujours pas, ce n’était pas possible qu’elle ait bâclé un travail dont elle a fait tout son possible pour qu’il soit excellent. Les nombreuses heures passées dessus pour au final avoir une note décevante lui donnaient envie de partir d’ici et de se passer le visage dans l’eau des robinets des toilettes des filles. Plus que jamais elle détestait Rogue mais c’était surtout à cause de la façon dont il l’avait ridiculisée. Ses yeux bleu clair se posèrent sur sa feuille qu’elle prit difficilement. Avalant sa salive, elle lut l’énorme « T » écrit en rouge. Ainsi donc, elle avait obtenu la note Troll à ce devoir de potions ? C’était tout simplement impossible. Olivia tenta de rester calme ; elle ne voulait pas pleurer ou s’énerver devant tout le monde même si elle ne se sentait pas bien. Pourquoi une si bonne élève telle qu’elle ait pu faire un torchon ? Ce n’était pas croyable. Sa grand-mère lui avait pourtant prédit que ce trimestre se passerait bien et qu’aucune onde négative ne serait à proximité d’elle. Se serait-elle trompée ? Non, Elizabeth Taylor ne se trompait jamais et elle était encore plus forte que cette Sybille Trelawney ? Brusquement, la fille aux yeux bleu se leva de sa chaise et fixa le professeur dans les yeux. Celui-ci semblait se demander ce qu’elle avait en tête.

Un sourire apparut au coin de ses lèvres comme s’il avait lu les pensées de la demoiselle. La brunette demanda alors la permission de rattraper ce devoir durant une heure de retenue. Elle n’avait jamais été en retenue mais elle accepterait d’y aller simplement pour rattraper cette note laborieuse. Cela l’énervait tellement d’avoir eu un T et elle ne comprenait toujours pas pourquoi cette note lui avait été attribuée. L’homme aux cheveux noirs s’avança vers elle et la regarda de haut. Le cœur de l’élève se mit à s’accélérer de nouveau ; allait-il accepter sa requête ? Soudain, sans qu’elle ne s’y attende, les autres élèves qui avaient tous eu des résultats moyens se mirent à soutenir Olivia en suppliant à leur tour le professeur pour que ce dernier ne leur prenne une heure de rattrapage. Ensemble, ils avaient plus de chance de convaincre l’enseignant mais ce n’était pas encore gagné pour eux. L’ancien mangemort soupira avant de reprendre son air sérieux.

« - Une heure de retenue dites-vous ? Pour rattraper ces torchons ? Je ne vois pas l’utilité de perdre mon temps pour ce genre de choses. Cependant, si cela peut vous permettre à tous d’écouter en classe comme il se doit et de vous apprendre ce qu'est le véritable travail... »

Il marqua une pause en observant ses étudiants d'une façon méprisante. D'habitude, il refuserait ce genre de propositions mais il avait une idée. Rogue allait transformer cette heure demandée en une heure que les élèves n'étaient pas prêts d'oublier. Ils désiraient tant travailler ? Et bien, ils en auront du travail !

« - Je demande donc que l’ensemble de la classe soit présent ici, samedi soir à huit heures ! Je sanctionnerai lourdement les élèves absents. »

Après qu’il eut achevé sa phrase, des soupirs de soulagement se firent entendre dans toute la classe. Rogue semblait plus nerveux et c’était certainement parce qu’il n’était pas enchanté de revoir ces élèves le samedi. Toutefois, refuser toutes ces demandes n’aurait sûrement pas été facile. Notre héroïne se rassit sur sa chaise en tremblant de moins en moins. Elle avait gagné, elle aurait son heure de retenue et elle pourrait dire adieu à son Troll. Tout d’un coup, elle se sentit très bien et avait une envie de sourire. Son parchemin ne serait qu’un mauvais souvenir de ce trimestre, rien de plus. Elle eut une envie de le déchirer pour l’oublier complètement mais il valait mieux le faire dans son dortoir plutôt qu’en classe. Pour une raison inexpliquée, ses joues prirent une légère teinte rouge. Les yeux levés vers l’adulte, elle écoutait le cours qui commençait seulement maintenant. Il avait été plutôt sympathique d’avoir accepté sa demande même si ce n’était pas ce qu’il aurait voulu. Attentive, elle était plus motivée que jamais d’écouter et apprendre les différents effets des potions présentes sur la table du maître des potions. La voix grave de ce dernier se faisait entendre dans toute la pièce du cachot et tout le monde restait calme. Personne n’osait discuter car il était fort possible que Rogue ne retire ce qu’il avait dit il y a à peine cinq minutes.


*Et vous ?*

-Où avez-vous connu le forum ? Je suis votre adorable professeur tout rose, tout Ombrage Very Happy
-Pseudo:Lilany
-Âge: 16 ans.
-Niveau RP: Bien.
-Code: Ok par Daph


Dernière édition par Olivia E. Taylor le Ven 14 Oct 2011 - 15:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4102
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Olivia Elizabeth Taylor. [Validée]   Mar 16 Aoû 2011 - 21:49

Encore une très bonne fiche, je te valide Very Happy Et t'envoie à Serdaigle, donc ... (A quand d'autres Serpentards !!!)








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4102
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Olivia Elizabeth Taylor. [Validée]   Mar 11 Oct 2011 - 0:14

Tu as aussi oublié tes notes aux BUSEs ^^








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3383
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Re: Olivia Elizabeth Taylor. [Validée]   Ven 14 Oct 2011 - 15:51

Édité Smile Je suis décidément tête en l'air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
Admin
Admin
avatar

Messages : 163
Points rp : 2911
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 7

MessageSujet: Re: Olivia Elizabeth Taylor. [Validée]   Ven 14 Oct 2011 - 17:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Olivia Elizabeth Taylor. [Validée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Olivia Elizabeth Taylor. [Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation d'Elizabeth Stonem [Validée]
» Elizabeth Taylor
» Présentation de Taylor Black. [Validée]
» F. Charley Taylor, cousine d'Olivia
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Avant tout - :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-