- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2892
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Lun 28 Mai 2012 - 11:10

28 Décembre 1996. [Tu peux modifier si ça ne te va pas Smile]
La salle commune de ma maison est pour ainsi dire un lieu que je n'apprécie pas beaucoup. Il y règne une bonne humeur et une effervescence constante qui m'ennuie. J'aime être au calme, et ce n'est pas vraiment pas le lieu propice pour cela. Il fallait pourtant que je m'y rende lorsque c'était obligatoire. Je me questionnais souvent sur moi même, me demandait si je n'abusait pas un peu trop sur mon envie d'être au calme. Je suis dans une école, il est normal d'y voir des gens, et bien sûr d'y entendre du bruit perpétuel. Je devrais bien m'y habituer un jour, même si je ne le voulais pas. Je pense que l'attention que je porte au calme me vient de mon enfance, lorsque ma mère me chantait des chansons le soir devant la cheminée. Sa voix était cristalline, il m'arrivait de croire que c'était un ange. La lumière que le feu reflétait sur ses cheveux roux les rendaient encore plus beaux. Je rêvais de lui ressembler, et je pense que j'ai réussi. Pendant que ma mère chantait, mon père lui, nous préparais des scones. Il était très doué, nous raffolions de ses pâtisseries, bien que ma mère était plus portée sur les confiseries. Je suis certaine qu'elle s'est déjà rendue mainte fois à Honeydukes. Ma mère adorait les fleurs de cerisiers, elle portait d'ailleurs toujours cette odeur, celle que je porte aujourd'hui.

En arrivant dans la salle commune, je remarquait que peu de gens y était présent. J'adressais un petit signe à un groupe de Serdaigles que j'avais connu en cours. Nous n'étions pas amies, mais il nous arrivait de passer du temps ensemble. Je devais être à l'avance pour qu'il n'y ai que si peu de gens, j'étais seule avec elles. A vrai dire, ça m’arrangeait, je préférais que personne ne soit là, j'aurais plus de calme pour lire un peu et me détendre. Je partis m’asseoir à ma place habituelle, tout au fond dans un coin. Bien qu'en quelques sortes je n'aimais pas cette salle, je ne pu cacher que j'aimais beaucoup ses couleurs et son mobiliers. Les nombreuses table et chaises d'un bois foncé et leur revêtement bleu reflétait vraiment l’esprit de notre maisons. Souvent, sur les murs, on pouvait voir notre écusson pendant fièrement. J'étais très fière d'être une Serdaigle, et je n'aurais pas aimé être dans une autre maison que celle ci. Beaucoup nous trouvait trop coincé, à cause de notre intelligence, mais nous n'étions pas tous comme ça. Ce n'est pas parce que nous sommes intelligents qu'on est forcément insociable n'est ce pas ? Enfin, c'est sûr que je ne suis pas un exemple mais je voyais beaucoup de filles de ma maisons sortir entre amies, rire ensemble, elle ne me semblait vraiment pas coincées. Si je l'étais, c'était seulement par manque de confiance.

Maintenant assise à ma place, je tâtonnais la poche de devant de mon vieux sac pour chercher mon nouvel ouvrage sur l'étude des moldus. Mais, étrangement, ma poche était vide. Je fut prise de panique, ce livre appartenait à la bibliothèque, je n'avais pas intérêt à le perdre. Je revérifiais donc que je ne l'avais pas rangé autre part, mais cette fois, la terreur m'envahis complètement. Tout les livres que j'avais emprunté sans exception étaient portés disparu. Si mademoiselle Pince l'apprenait, je ne donnais pas cher de ma peau. Je me levais alors d'un bond, empoignais mon sac et passait la porte de la salle commune sous le regard étonné des seules personnes présente dans la salle ce soir là. Je courus à toute vitesse en direction de la bibliothèque située quelques étages en dessous. Je tentais tout de même de garder mon sang-froid pour rester discrète, il aurait mieux valu que je ne me fasse pas attraper par quelques professeurs, en particulier Snape. Lui et moi ne nous sommes jamais entendu, il faut dire qu'à chaque fois que je le voyais en dehors des cours je faisait toujours une bêtise... Je courais donc un peu plus lentement cette fois en priant que personne ne me remarquerait. Les élèves se retournait sur mon passage, me regardant courir avec étonnement. Arrivée enfin à la bibliothèque, j'ignorais les critiques de Pince qui semblait insinuer que j'étais encore en cavale pour faire une bêtise. Je vis mes livres sur ma table habituelle, je les avais juste oublié.

Rassurée, et les bras pleins de livres, je retournait vers la salle commune, un sourire de soulagement aux lèvres. En arrivant, je pu voir que la salle s'était plutôt bien remplie, mais heureusement je n'étais pas en retard. Après ce malencontreux accident, les choses rentraient dans l'ordre et j'allais enfin pouvoir retourner m’asseoir. Sans compter sur ma maladresse qui me fit perdre l’équilibre, et qui par conséquent, rependit mes livres partout autour de moi.

"Tss... Je me disais aussi que c'était trop facile..." Je me mis à genoux et commençait à ramasser mes nombreux livres empruntés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terry Boot
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 369
Points rp : 3184
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 22

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de ceriser, crin de licorne, 29 cm.
Ascendance: Moldue
Camp: Armée de Dumbledore

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Ven 1 Juin 2012 - 18:37


Terry était affalé sur un sofa bleu azur. Submergé par l'effervescence d'une salle commune bondée, Terry s'était endormi, quelques heures plus tôt. Ces dernières nuits avaient été courtes, il devait donc se rattraper. Et puis, il ne voulait pas paraître irrité ou malade, avec une vingtaine d'heures de sommeil en moins. Aussi bizarre que ça puisse paraître, Terry n'avait pas été dérangé par le bruit tout de même insistant que provoquait une dizaine d'élèves, cherchant à décompresser et à trouver quelque occupation pouvant les distraire. Terry n'aimait pas trop ce passe-temps, soit dit en passant. Il passait davantage de temps penché au dessus d'un rouleau de parchemin, son habituelle plume de signe "spéciale dissertation" à la main, écrivant de nombreuses lignes avec l'Encre à la Couleur Auto-Changeante qu'il trouvait habituellement chez Scribenpenne, un magasin situé a Pré-au-Lard qu'il appréciait particulièrement. Il était 18h lorsqu'il se réveilla, encore engourdi par la sieste qu'il avait faite. Après avoir émergé, il résolut d'achever le troisième mouvement et la conclusion sur sa dissertation de Botanique, dont la problématique était "Étude avancée du Mimbulus Mimbletonia".

Une fois levé, il prit son sac de cours, qu'il avait laissé à côté de lui. Seulement, il devait encore s'assurer qu'il ne cachait pas un piège, aussi futile soit-il. Sûr de lui, il tendit sa baguette en bois de cerisier, crin de licorne, 29 cm, et prononça un faible "Specialis Revelio !". Rien ne se produisit, il pouvait donc l'ouvrir sans s'attendre à une surprise. Nombreux sont les élèves qui pouvaient croire que Terry était fou, ou paranoïaque. Seulement, il avait été souvent piégé par des Serdaigles de 1ère Année, encore friands de petites espiègleries. Exaspéré par les blagues futiles et immatures, qu'il trouvait par ailleurs inappropriées pour des Serdaigles, il s'était décidé à pratiquer cette vérification dont il avait pris l'habitude. Sage résolution, surtout quand une grenouille énorme et dont le volume a été amplifié avec un sortilège, ou bien encore lorsqu'on vous mettait un poil à gratter particulièrement coriace, une nouvelle trouvaille des frères Weasley, commercialisée depuis peu. Tenant son sac, il s'assit à une table, à l'écart des autres élèves, peu nombreux, une grande partie étant déjà partie prendre leur repas à la Grande Salle.

Il commença alors à rédiger la troisième partie traitant du mécanisme défensif de ses pustules grisâtres. Grattant frénétiquement sa plume, Terry alignait les mots à une vitesse vertigineuse, enchaînant les lignes. Après avoir écrit une cinquantaine de lignes, il continua son devoir en proposant une ouverture sur une autre plante. Il ne se rendit pas compte que Liberty, une camarade qu'il ne connaissait que de vue, était entrée, portant avec peine la pile imposante de livres qu'elle tenait dans ses bras. Achevant le "n" du mot "conclusion", un fracas sourd effraya Terry, si bien qu'il dérapa, traçant une énorme rature sur son parchemin. "Super, me fallait que ça, pensa-t-il. Aussi, il entendit une autre Serdaigle grommeler. Regardant en la direction de la voix féminine, il vit rapidement qu'il s'agissait de Liberty, agenouillée, ramassant tous ses livres. Voulant l'aider, Terry se précipita vers elle, et lui donna le dernier livre. Souriant, il se présenta :

« Pas de chance, hein ? Moi, c'est Terry. Terry Boot. »


[HRP : Désolé, mais c'est pas très long x)]


"Il n'existe aucun homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent."
Terry Boot
6ème année
Serdaigle
Rédacteur en Chef de la Nox-Gazette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2892
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Ven 1 Juin 2012 - 23:24

Toujours par terre en me plaignant de ma maladresse, je ramassais mes livres tranquillement en regardant les couvertures de quelques uns d'entre eux. La plupart concernaient évidemment l'histoire de la magie, ma matière préférée. Mais il n'y avait bien évidemment pas que ça. Etude moldus, fabrication de potions en passant par l'étude des runes, on pouvait dire que j'avais de quoi lire pour.. Au moins une semaine. Madame Pince serait peut être contente de voir que je lui rend ses livres rapidement. Enfin, avec Pince, il ne faut pas trop s'attendre à quelque chose de positif. Elle et Rusard étaient certainement deux des personnalités les plus détestées de l'école. J'ai toujours cru que leur haine habituelle n'était destinée qu'aux mauvais élèves, mais en réalité, ils n'aiment personne.

Ce n'était pas la première fois que ce genre d'incident, trébucher dans un tapis, dans mes propres jambes, une chute était facile chez moi. Une chute, ou même une bousculade d'ailleurs. Je suis un concentré de maladresse à moi toute seule ! C'est souvent pour ça que j'ai eu droits à des représailles de la part de Rusard. Il n'a pas apprécié que j'ai trébuché sur son chat... Allez savoir pourquoi. Je n'ai pas pour habitude d'être méchante, mais je dois dire que cette... Bestiole m'horripile. A croire qu'elle fait toujours exprès de vous ennuyer...

En étant par terre, je me rendis compte que je n'étais peut être pas vraiment bien installée... En plein milieu de la salle, tout le monde passait à coté de moi avec des air interloqué. A croire que j'étais la seule à oser être dans une telle position. Pourtant quelqu'un s'approcha de moi, un autre élève de Serdaigle. Il me tendit un de mes livres, et me sourit


"Pas de chance hein ? Moi c'est Terry. Terry Boot."

La première chose à laquelle je pensais était "Enfin quelqu'un d'aimable !" on ne peut pas dire que beaucoup de monde se soit précipité pour m'aider. Enfin, cela ne m'étonnait pas. Ils avaient mieux à faire que d'aider la maladroite de service. Ou peut être que j'étais trop pessimiste en fait. Je me tournais alors vers celui qui venais de se présenter, et lui adressa à mon tour un sourire.

"Moi c'est Liberty Bell, enchantée. Merci pour le livre, Terry."

Je pense que c'était la première fois que je rencontrais réellement Terry. Nous nous étions déjà vu dans la salle commune et en cours forcement, mais nous ne nous étions jamais parlé plus que ça. C'était peut être l'occasion de faire connaissance.


HRP : A mon tour de m'excuser pour la taille.. ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terry Boot
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 369
Points rp : 3184
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 22

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de ceriser, crin de licorne, 29 cm.
Ascendance: Moldue
Camp: Armée de Dumbledore

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Sam 2 Juin 2012 - 12:30

« Moi c'est Liberty Bell, enchantée. Merci pour le livre, Terry ».

Ces mots n'avaient été prononcés ni avec mépris, ni avec hypocrisie. Seule la Franchise avait été percevable dans les propos de Liberty. Un bonne chose, pour Terry. En effet, il n'appréciait guère les élèves qui, descendant de deux parents sorciers, se sentaient alors supérieurs aux autres. Pour lui, cette loi n'était que le reflet d'une société magique matérialiste et superficielle, où le rang donne à une personne une qualité supérieure ou moindre. Pour lui, ce n'était qu'une piètre perception des êtres et des sentiments. En plus, tout s'était accentué depuis que Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom était revenu, et avaut semé la terreur dans le monde magique en blessant grièvement Harry, Hermione et Ron, sans doute les plus grandes personnalités qu'il n'a jamais connu. Encore maintenant il était inquiet pour l'avenir de son monde, auquel il est solidement attaché, bien que ses parents soient des moldus. « On est impliqué dans un univers à la seconde où vous y mettez un pied », expliquait Terry.

Liberty ressemblait presque à un ange, avec sa chevelure blonde, frôlant presque le blond platine. Derrière ses yeux bleus dans lesquels on pouvait se perdre à tout jamais, Terry devinait une personnalité aimable et sympathique. Il se demandait pourquoi il n'avait pas fait connaissance avec elle plus tôt. Effectivement, si sa mémoire ne le trompait, c'était bien la première fois qu'il adressait réellement la parole à Liberty. Tout semblait rayonnant, autour d'elle, comme si elle laissait derrière elle un tracé de paix et d'allégresse. C'était un sentiment difficile à expliquer, pour Terry. Mais, dans tous les cas, sa voix flûtée et douce était comme une musique à ses oreilles, chacune de ses paroles une note qu'un Humain n'avait jamais encore chantée avec autant de grâce. Mais, ne cachait-elle pas quelques secrets ou douleurs derrière cette barrière presque immuable, son physique.

Terry lut rapidement les différents titres des livres, tenus par Liberty. Il y en avait presque pour tous les goûts : passant de l'Histoire de la Magie à l’Étude de Runes. A ce que Terry savait, Liberty était en 5ème année. Elle avait donc les BUSE's en fin d'année, ce qui expliquerait peut-être la pile vertigineuse d'ouvrages. Aux premiers abords, elle devait être sérieuse dans ces études, comme tous les Serdaigles, d'un côté. Seulement, et Terry l'avait remarqué, qu'une nouvelle génération d'aiglons, correspondant aux actuels 1ère et 2ème Années commençaient à laisser tomber les études pour s'adonner à des loisirs plus sympathiques que les pages poussiéreuses d'un traité sur le Dictame, par exemple. Terry avait compris que les nouveau Serdaigles tentaient plus le Destin, la Chance et leur « Talent » pour réussir dans leurs scolarités, au grand regret de Terry. « Comment peut-on laisser sa scolarité aussi incertaine, rien que pour une partie d'échecs version sorciers ou pour préparer des petits pièges aux élèves des années supérieures ? », se demandait-il. Terry pouvait être le sorcier le plus intelligent du monde, jamais il ne comprendrait ...

« Je vois que tu es en pleine révision, je me trompe ? Et on est déjà en Décembre. Il y a un an plus tôt, j'étais déjà en révision pour les BUSE's depuis une bonne demi-douzaine de semaines. Mais bon, anxieux comme je suis, ça ne pourrait que te surprendre. Au fait, tu as l'air extrêmement sympathique. Ça change, des élèves qui ne te remercient même pas, quand tu les aides. Tu es différente, et j'aime beaucoup ça. »


Terry comprit alors qu'il n'avait pas su s'arrêter, et rougit fortement. Il n'avait pas l'habitude de prendre, devant une semi-inconnue, la parole aussi longtemps. Pensant qu'il alalit bégayer, sentant les plaques d'eczéma apparaître sur ses mains, il se rassit subitement à sa place, devant sa dissertation, continuant à la rédiger. En son for intérieur, Terry espérant que Liberty l’interromprait pendant qu'il achevait sa conclusion en un bil
an d'une dizaine de lignes.


"Il n'existe aucun homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent."
Terry Boot
6ème année
Serdaigle
Rédacteur en Chef de la Nox-Gazette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2892
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Mer 6 Juin 2012 - 19:10

Terry me regardait, et je le regardais à mon tour. Il semblait prendre grand soin de son apparence. Ses cheveux étaient parfaitement coiffé, j'avais l'impression qu'il avait passé des heures à s'en occuper. Je trouvais ça respectable, un homme qui prends soin de son apparence n'a rien de honteux, au contraire. Ses yeux étaient de la même couleur que ses cheveux, bruns. Sa peau était drôlement pâle, ce qui me rappela un peu la mienne. Mis a part son physique, je put aussi "observer" sa personnalité. La façon dont il n'avait pas hésité à m'aider me faisait plaisir. Il était rare de trouver quelqu'un d'assez aimable pour aider les autres, même chez les Serdaigles. Il paraissait être quelqu'un de gentil et d'agréable, je ne sais pas pourquoi mais c'est comme si je l'avais su de suite.

Il passa son regard sur mes livres, et je compris directement qu'il savait pourquoi j'en avais autant. Bien sûr, j'aime lire, mais il rare que je lise autant de livres en même temps. Cette fois, c'était pour mes BUSEs. Même si j'avais confiance en moi, je dois dire que j'ai pris du retard sur mes études ces temps ci. J'avais passé beaucoup de temps à m'occuper de Kirna, celle ci étant malade. J'étais très attachée à elle, alors la voir malade me désolait. J'ai continué à suivre tout les cours, mais je dois avouer que je n'ai plus lu depuis un moment. Je ne dormais presque plus, et passait mon temps à surveiller Kirna. Mais comme en ce moment elle va mieux, je reprends les cours en mode intensif.


« Je vois que tu es en pleine révision, je me trompe ? Et on est déjà en Décembre. Il y a un an plus tôt, j'étais déjà en révision pour les BUSE's depuis une bonne demi-douzaine de semaines. Mais bon, anxieux comme je suis, ça ne pourrait que te surprendre. Au fait, tu as l'air extrêmement sympathique. Ça change, des élèves qui ne te remercient même pas, quand tu les aides. Tu es différente, et j'aime beaucoup ça. »

J'appréciait ce compliment, on ne m'en faisait pas tout les jours ! Ça me faisait plaisir qu'il me trouve sympathique, pour une fois que quelqu'un ne me critiquais pas. Je rougis un peu sous l'effet de sa phrase, mais avant de lui dire merci, il retourna s’asseoir à sa place, comme si il était extrêmement gêné. J'avais l'impression de me reconnaître en lui, dans la façon qu'il a d'être si timide. A sa place, il se remit à écrire à une vitesse incroyable. Surement était il en pleine rédaction d'un devoir à faire pour une certaine matière. D'un seul coup, sans savoir pourquoi, je me levais et me dirigeais vers lui. Après tout, je ne lui avais pas répondu. Je me m'assis pas directement, j'étais quand même très génée d'avoir osé venir jusqu'ici.

"Tu as raison, en ce moment je suis en pleine révision, et je dois dire que je stresse beaucoup. Merci pour le compliment, tu semble être quelqu'un de très sympathique aussi, je suis contente de voir qu'il reste des personnes respectables ici."

Je lui adressais un sourire, sentant mes joues devenir peu à peu un peu plus rouges... Je me reprenais, il n'y avait pas de quoi être génée, après tout, ce n'était qu'un élève comme moi, ce n'est pas comme si je devais me sentir inférieur ou quoi que ce soit. Je me permis de m'installer non loin de lui, mais pas non plus totalement collée à lui. Je penchais un peu la tête sur sa feuille.

"C'est un devoir ?" Me permis-je de demander.

Je ne saurais dire pour quoi, mais je me sentais tellement impolie ! Être aussi proche avec un inconnu... Ce n'était vraiment pas dans ma nature. D'habitude, jamais je ne me serais permise de me comporter ainsi avec quelqu'un que je connaissais pas, mais je me sentais en confiance avec Terry, même si je ne le connaissais depuis peu. On peut dire que je savais ressentir ces choses là. J’espérais juste que ma familiarité avec lui ne le générais pas, et que si c'était le cas il me le dirait. Si c'était quelque chose que j'aimais, peut être aurais-je pu l'aider. Si il acceptait mon aide, bien entendu. Bien que je pense qu'il n'en a pas besoin, vu la vitesse à laquelle il pose les mots sur cette feuille. Je le regardais un peu, sans trop le fixer, avec un brin d'admiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terry Boot
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 369
Points rp : 3184
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 22

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de ceriser, crin de licorne, 29 cm.
Ascendance: Moldue
Camp: Armée de Dumbledore

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Mer 13 Juin 2012 - 19:01

"Tu as raison, en ce moment je suis en pleine révision, et je dois dire que je stresse beaucoup. Merci pour le compliment, tu semble être quelqu'un de très sympathique aussi, je suis contente de voir qu'il reste des personnes respectables ici."

Alors comme ça, elle révisait déjà ! C'était assez précoce, pour un Cinquième Année. Bien que Terry jouât hors compétition, réviser à partir du mois de Décembre était une résolution sage et réfléchie. En effet, nombreux étaient les élèves qui, au dernier moment, se mettent à réviser pour un examen aussi important que les BUSE. Comment pouvait prendre cette épreuve aussi légèrement ? Elle déciderait de l'orientation, après tout ! Enfin bon, les élèves de Poudlard, pour la plupart, exaspéraient Terry. Effectivement, une fois que vous ne comprenez plus les idées et les mentalités des autres élèves, vous ne comprendrez plus rien. En fait, en y pensant un peu plus, l'esprit de la société ressemble à une feuilleton : après avoir manqué un épisode, vous lâchez le cours des choses, ne comprenant plus les nouveaux couples formés, ou les nouveaux litiges éclatés. Terry connaissait parfaitement cette frustration : étant un sorcier d'ascendance moldue, il avait connu les téléfilms moldus ennuyeux, qui plaisaient nonobstant tout à sa mère, férue des histoires plates et mornes de ces divertissements.

Liberty l'intéressait particulièrement. Il l'intriguait, presque. Elle était vraiment différente, mais Terry ignorait encore comment. Quel point bizarre ou étrange la différenciait ? Il devait encore chercher, sûrement. Apprendre à mieux la connaître et devenir des amis plus intimes devraient sans doute l'aider à mieux la différencier des autres élèves. Enfin, c'était qu'une question de temps. Ils allaient bientôt se délivrer, tous les deux, dans le but de se connaître encore plus. Du moins, Terry l'espérait ...

En plus d'être flatté par les compliments de Liberty, Terry fut aussi surpris par la question de la jeune Serdaigle. C'était une question simple, sans plus, qui se limitait à un verbe, et un complément. Jamais Terry ne crut que Liberty pouvait lui faire tellement plaisir. Aussitôt la question posée, il commença à parler de manière confuse, précipitée et excitée, comme s'il eût voulu dire tout à la fois.

"Ah, tu t'y intéresses ? C'est vraiment sympa, tu sais. Beaucoup ignorent toute la détermination dont je fais preuve. Je peux travailler pendant des heures, ça ne me dérangerait pas ! Des heures, tu entends ! Ici, c'est un devoir de Botanique. Il traite de la Mimbulus Mimbletonia ! Tu connais cette plante ? Elle est extrêmement rare. Si tu veux voir à quoi elle ressemble, je te conseille d'aller voir Neville Londubat, de Gryffondor. Il en possède une ... Un spécimen robuste et parfaitement en bonne santé, de taille et de corpulence normale. En plus, il en prend soin comme si elle était sa propre fille. Jamais je n'aurais cru voir une relation aussi forte entre une plante et son maître. Oh, si tu veux, tu peux lire mon devoir, aussi. Normalement, il doit faire deux rouleaux de parchemin. Mais bon, le Prfesseur Chourave est habitué, je fais toujours le triple ou le quadruple ! J'aime la Botanique, pas toi ? Tu devrais te souvenir de cette dissertation là. Une grande partie du programme de Botanique des 6ème Années -il faut obtenir un Effort Exceptionnel ou, mieux encore, un Optimal à tes BUSE, je te rappelle- est consacrée à la Mimbulus Mimbletonia. Par exemple, souviens toi du schéma annoté que je fais là. Il pourrait te servir, plus tard ... Et là, c'est mon domaine de prédilection, c'est le développement que j'ai rédigé juste avant. J'ai adopté, ici, un raisonnement par l'absurde, pour prouver les vertus de son essence. Tu connais le raisonnement par l'absurde, j'espère ? Si jamais, il a été intégré pour la première fois dans un Traité de Botanique par le Botaniste Hadrian Whittle, dans son oeuvre intitulée Plantes aquatiques magiques des lacs d’Écosse. Tu l'as déjà lu ? Si jamais, il se trouve dans la Bibliothèque, juste à côté d'un Traité sur les Plantes à Pustules de Tilden Toots. Tu sais qui c'est hein ! Il est aussi surnommé "Le sorcier aux onze doigts verts" ! Et ..."

Terry ne put plus parler. Il avait expiré tout l'air qui se trouvait dans son corps. Reprenant une longue inspiration, il comprit qu'il avait abusé. Ça lui arrivait souvent. Parlant vite, beaucoup, et s'égarant très loin dans ses explications, Terry provoquait souvent la honte. Rougissant, bégayant, des plaques d'eczéma apparaissant sur ses mains, une chaleur épouvantable le faisant suffoquer, il en conclut que ce n'était pas la première fois qu'il laissait échapper toutes les recherches qu'il faisait tard, dans la Bibliothèque. Espérant qu'elle pourrait comprendre -après tout, elle est aussi une Serdaigle-, il s'excusa :

"Je te prie de m'excuser. Je t'ai fait peur, je suppose. Quel idiot je suis !"


"Il n'existe aucun homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent."
Terry Boot
6ème année
Serdaigle
Rédacteur en Chef de la Nox-Gazette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2892
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Jeu 14 Juin 2012 - 12:29

Suite à ma question, je fut assez étonnée. Terry me réponda quelque chose d’extrêmement long, a propos de ce qu'il écrivait, qui était bien un devoir si j'avais bien suivi.

"Ah, tu t'y intéresses ? C'est vraiment sympa, tu sais. Beaucoup ignorent toute la détermination dont je fais preuve. Je peux travailler pendant des heures, ça ne me dérangerait pas ! Des heures, tu entends ! Ici, c'est un devoir de Botanique. Il traite de la Mimbulus Mimbletonia ! Tu connais cette plante ? Elle est extrêmement rare. Si tu veux voir à quoi elle ressemble, je te conseille d'aller voir Neville Londubat, de Gryffondor. Il en possède une ... Un spécimen robuste et parfaitement en bonne santé, de taille et de corpulence normale. En plus, il en prend soin comme si elle était sa propre fille. Jamais je n'aurais cru voir une relation aussi forte entre une plante et son maître. Oh, si tu veux, tu peux lire mon devoir, aussi. Normalement, il doit faire deux rouleaux de parchemin. Mais bon, le Prfesseur Chourave est habitué, je fais toujours le triple ou le quadruple ! J'aime la Botanique, pas toi ? Tu devrais te souvenir de cette dissertation là. Une grande partie du programme de Botanique des 6ème Années -il faut obtenir un Effort Exceptionnel ou, mieux encore, un Optimal à tes BUSE, je te rappelle- est consacrée à la Mimbulus Mimbletonia. Par exemple, souviens toi du schéma annoté que je fais là. Il pourrait te servir, plus tard ... Et là, c'est mon domaine de prédilection, c'est le développement que j'ai rédigé juste avant. J'ai adopté, ici, un raisonnement par l'absurde, pour prouver les vertus de son essence. Tu connais le raisonnement par l'absurde, j'espère ? Si jamais, il a été intégré pour la première fois dans un Traité de Botanique par le Botaniste Hadrian Whittle, dans son oeuvre intitulée Plantes aquatiques magiques des lacs d’Écosse. Tu l'as déjà lu ? Si jamais, il se trouve dans la Bibliothèque, juste à côté d'un Traité sur les Plantes à Pustules de Tilden Toots. Tu sais qui c'est hein ! Il est aussi surnommé "Le sorcier aux onze doigts verts" ! Et ..."

A ce moment là, je ne pu juste pas m’empêcher de rire, je plaquais alors ma main sur ma bouche pour éviter de mourir de rire. Je ne me moquais pas du tout, mais c'était la première fois que je voyais quelqu'un avoir autant de passion pour un devoir ! J'étais impressionnée, il était très cultivé, et connaissait beaucoup de choses sur la botanique, moi je n'étais pas très douée. Je commençais à vraiment apprécier Terry, je pense qu'on pourrait vraiment devenir des amis proches. Il était très intéressant, je pense avoir trouvé quelqu'un avec qui partager ma passion pour les cours. Terry semblait essoufflé après m'avoir parlé de son travail, et ça me fit rire encore un peu. Je me suis dis qu'avec lui, je n'avais pas à être gênée de sortir 20 minutes de monologue sur "L'histoire de la Magie c'est vraiment trop top". J'avais fais ce genre de chose, parler pendant une heure d'histoire de la magie avec une fille de ma classe, qui avait finit par fuir mon discours sans même que je m'en aperçoive.

"Tu ne fais pas du tout peur, au contraire ! Je trouve ça vraiment bien que tu parle autant de quelque chose qui te plait. Désolée d'avoir rit, je ne suis pas habituée à entendre ce genre de chose..." Je lui souriais gentiment pour lui montrer que je ne me moquais pas de lui. "Si tu veux savoir, moi je m’intéresse beaucoup à l'histoire de la magie. Le premier livre que j'ai lu était écrit par Bathilda Tourdesac. Tu as du le lire aussi en fait, il est obligatoire en première si je me souviens bien. D'ailleurs, je l'ai sur moi en ce moment ! Je ne m'en sépare jamais ! Mais... Je suppose que ce n'est pas très intéressant, désolée." J'aime bien parler d'histoire de la magie, mais j'en ai parlé sans savoir si Terry aimait ça, beaucoup d'élèves déteste ça. Ils pensent tous que c'est ennuyeux, alors que pourtant c'est passionnant ! Enfin, je n'allais pas changer les goûts des autres, ni les ennuyer, alors je me taisais. Je voyais Terry rougir, et je rougissais à mon tour. Ce qui recommença à me faire rire ! Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais un très forte envie de rire de tout...

HRP : Désolée, c'était très court o.o" Je ferais mieux à la prochaine réponse promis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terry Boot
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 369
Points rp : 3184
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 22

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de ceriser, crin de licorne, 29 cm.
Ascendance: Moldue
Camp: Armée de Dumbledore

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Jeu 14 Juin 2012 - 18:50

Liberty pouffa de rire, pendant le long monologue besogneux, fastidieux et intense. Jamais Terry n'avait débité autant de paroles en si peu de temps. Il fallait préciser que Terry avait prononcé son discours sur la Botanique en moins de quarante secondes. Impressionnant ? Non, c'était juste du "made by Terry". Il savait à l'avance qu'il allait s'égarer dans les recoins poussiéreux et ennuyeux de l'Histoire de la Botanique. Mais bon, Liberty l'avait écouté, à son grand étonnement. Evidemment, elle n'avait pas réagi comme il se l'imaginait. Il fallait dire que son rictus sema un petit blanc, une période gênée où aucun n'osait s'exprimer, pensant sûrement commettre une petite gaffe. De ce côté là, on aurait pu dire que les deux Serdaigles se ressemblaient un peu ... Chacun restait muet, campant sur ses positions. Après tout, et c'était connu, les Serdaigles n'étaient pas souvent sociables et s'adonnaient que très rarement à des discussion animées et importantes, sauf lorsqu'il s'agissait d'un débat sur une lecture ou bien des conseils à propos d'un devoir plus compliqué que d'habitude. Seulement, là, c'était différent : l'un s'était emporté dans une explication interminable et rallongée à plusieurs reprises, l'autre avait trahi sa surprise par un rire. Une situation plus embarrassante n'existait pas pour Terry.

Ce dernier ne s'était, d'ailleurs, pas rendu compte que la Salle Commune des Serdaigles était déserte, à présent. A sa grande joie, il pensa que son discours, gâché par un élan trop impérieux, ne serait pas raconté par d'autres élèves, à moins que Liberty s'adonne au plaisir cruel et hypocrite des ragots. Mais, à première vue, elle paraissait sincère et franche. De plus, elle rassura Terry en s'expliquant :

"Tu ne fais pas du tout peur, au contraire ! Je trouve ça vraiment bien que tu parle autant de quelque chose qui te plait. Désolée d'avoir rit, je ne suis pas habituée à entendre ce genre de chose... Si tu veux savoir, moi je m’intéresse beaucoup à l'histoire de la magie. Le premier livre que j'ai lu était écrit par Bathilda Tourdesac. Tu as du le lire aussi en fait, il est obligatoire en première si je me souviens bien. D'ailleurs, je l'ai sur moi en ce moment ! Je ne m'en sépare jamais ! Mais... Je suppose que ce n'est pas très intéressant, désolée".


Elle avait interrompu son explication avec plusieurs sourires, sincères et clairs, voulant insister sur le fait que Terry n'était pas ridicule. Loin de là, d'après elle. En plus, elle ressemblait étrangement à Terry, en affirmant qu'elle idolâtrait l'Histoire de la Magie. Terry, quand à lui, repensa à nouveau à ses dernières années, passées pendant les longues heures d'Histoire de la Magie ...

[...]

13h. Temps pluvieux. Les gouttes d'eau frappaient les vitres avec un bruit assourdissant, répété en plusieurs échos dans la salle de classe silencieuse. Le Professeur Binns, flottant à dix centimètres du sol, dictait d'un ton monotone, presque inanimé, ses notes d'Histoire. Il racontait, avec sa manière lasse et interminable, les conflits qui avaient opposés les géants et la communauté sorcière. C'était parti pour une séance de deux heures. Dans la salle de classe, une atmosphère chaude et sèche dominait. A peine 5 minutes de cours, et la moitié de la classe somnolait déjà. Certains dormaient réellement, d'autres luttaient encore contre une somnolence qui gagnait rapidement du terrain. Seuls quelques élèves restaient attentifs au cours. D'autres, encore, griffonnaient et gribouillaient de petits dessins. Aussi, certains, les plus turbulents, d'après les apparences, dissipaient d'autres élèves. Le micro-souvenir de Terry s'acheva sur un rappel à l'ordre à un Serpentard, un peu trop bruyant ...
[...]

Terry n'avait jamais réellement apprécié un cours d'Histoire de la Magie ; en fait, il n'avait jamais accroché. Néanmoins, il avait tout de même étudié cette matière, et avait obtenu un piètre Acceptable aux BUSE. Mais bon, la déception n'avait pas été si grande, étant donné qu'il s'attendait à pas à exceller dans cette matière. Et puis, il avait d'autres centres d'intérêts, bien loin de l'Histoire de la Magie.

D'un côté, il ne voulait pas décevoir Liberty, et de l'autre, il pensait qu'il lui devait sincérité, comme elle a fait. Ainsi, adoptant presque un ton sérieux et grave, pour annoncer de mauvaises nouvelles, il confia :

"Je n'ai pas accroché, avec cette matière. Je pense que c'est dommage, mais bon. Ce n'est pas du tout mon centre d'intérêt. Mais, néanmoins, j'admire ceux qui s'y intéressent. Je les trouve presque courageux. Et puis, on pourrait en parler. Mais, je te préviens tout de suite, mes connaissances sont limitées ! Et puis, quand on ne s'y intéresse pas, il est difficile d'avoir une vaste culture générale sur le sujet lui-même. J'essaierai de faire de mon mieux, je te promets".


Vint au tour de Terry d'écarter un sourire sincère et franc. Sans comprendre comment, sa timidité s'en alla. Il était à l'aise, avec Liberty, et espérait le rester.

[HRP : Ne t'en fais pas !]


"Il n'existe aucun homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent."
Terry Boot
6ème année
Serdaigle
Rédacteur en Chef de la Nox-Gazette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2892
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Ven 15 Juin 2012 - 22:25

Une ambiance détendue commençait à s'installer. Je pense qu'au fur et à mesure qu'on parlait, notre timidité s'envolait. Du moins, entre nous deux, surement seront-nous toujours aussi timide avec les autres. Je trouvais assez drôle de voir qu'en fait, Terry et moi on avait quand même quelques points communs. D'ordinaire, ceux avec qui je m'entends ne me ressemble pas, ou presque pas. Par exemple ma cousine, Katie, nous sommes complétement opposées, et pourtant nous nous entendons à merveille. Mais je pense qu'en fait, on s'entend encore mieux avec quelqu'un qui nous ressemble ! J'avais bien sûr Rigel, et aussi Luna, mais je ne "traînais" pas souvent avec elles. J'étais assez timide et gênée en fait, comme elles sont mes aînées, je me sens un peu inférieur. Je sais que je ne devrais pas, mais elles sont tellement impressionnantes... Elles sont comme mes modèles. Pourtant, Terry aussi était mon aîné, et avec lui tout allait bien. Je ne sais pas, peut être que cela ne dépendait que des personnes avec qui je parle après tout.

"Je n'ai pas accroché, avec cette matière. Je pense que c'est dommage, mais bon. Ce n'est pas du tout mon centre d'intérêt. Mais, néanmoins, j'admire ceux qui s'y intéressent. Je les trouve presque courageux. Et puis, on pourrait en parler. Mais, je te préviens tout de suite, mes connaissances sont limitées ! Et puis, quand on ne s'y intéresse pas, il est difficile d'avoir une vaste culture générale sur le sujet lui-même. J'essaierai de faire de mon mieux, je te promets".

Enfin, des points communs, sauf ça... A vrai dire, ça ne m'étonne même pas, je suis bien au courant que l'histoire de la magie est très peu appréciée des élèves. Mais en même temps, je m'en fiche un peu, si Terry n'aime pas ça, ça ne m’empêche pas d'être son amie. Après tout, j'avais aussi des amis cancres, ou tout du moins des amis moins doués avec les cours. Je pense qu'on ne doit pas juger les gens sur leurs notes, au contraire, cela importe peu dans une amitié. C'était gentil de sa part de bien vouloir essayer d'en parler même si le sujet ne le passionnait pas, je trouvais que c'était vraiment sympa comme geste. Peu de gens auraient fait la même chose, d'autres aurait probablement changé de sujet, mais pas lui.

Il disait trouver courageux ceux qui s'y intéressent. On peut dire qu'il n'avait pas tort. Au début, je dois dire que moi non plus je n'aimais pas ça. Mais en cherchant plus loin, j'ai découvert qu'en fait, tout était plutôt intéressant ! Au moins plus que la Divination, matière que je trouve complètement aléatoire... Pour moi, "voir" des choses dans un morceau de verre ne pouvait pas être précis et exacte, ce pourquoi je n'affectionnais pas beaucoup Miss Trelawney.

Enfin bref, l'avis de Terry était totalement justifié, et je me décidais à lui répondre.


"Je comprends en fait, et je n'y vois aucun soucis. Ne t'en fais pas, on a pas besoin d'en parler si tu n'aime pas ça ! Il y a bien d'autres sujets tellement intéressants dont on pourrait parler... Comme par exemple... De la Mimbulus Mimbletonia ?"

Je lui souriais, il s'agissait de la plante dont il me parlait il y a 5 minutes, et je dois dire qu'elle m’intéressait beaucoup. Alors je me suis dis qu'en prononçant son nom, il s'emporterait de nouveau et m'en parlerais dans de plus amples détails. Terry me souriait à présent, je crois qu'il n'était vraiment plus du tout gêné avec moi, j'en étais contente. Je lui souriais aussi, je me sentais en confiance et très détendue. De plus, je venais de remarquer que la salle était déserte désormais, nous étions donc les deux seuls présents, pas de gêne à avoir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terry Boot
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 369
Points rp : 3184
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 22

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de ceriser, crin de licorne, 29 cm.
Ascendance: Moldue
Camp: Armée de Dumbledore

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Lun 18 Juin 2012 - 12:40

"Je comprends en fait, et je n'y vois aucun soucis. Ne t'en fais pas, on a pas besoin d'en parler si tu n'aime pas ça ! Il y a bien d'autres sujets tellement intéressants dont on pourrait parler... Comme par exemple... De la Mimbulus Mimbletonia ?"

Liberty avait répondu avec toute franchise, comme par son habitude. Terry commençait à gagner beaucoup d'aise, en compagnie de Liberty. Les deux élèves s'étaient tous les deux "décoincés", au fur et à mesure qu'ils apprenaient à se connaître. C'était bon signe, pour une relation amicale. En plus, Terry ne cherchait pas plus, il avait déjà Olivia : ça lui suffisait déjà très bien ! En plus, en son for intérieur, et ne voulant pas outrer Liberty, il trouvait qu'Olivia était plus belle que Liberty. Après, ça ne faisait pas de Liberty une jeune fille hideuse ou affreuse. Non, loin de là ! Elle avait aussi ses atouts féminins, mais Terry appréciait davantage Olivia. Après, tout dépendait des goûts de la personne. La subjectivité poussait tout simplement Terry à préférer Olivia, au physique angélique et presque trop parfait de Liberty.

Lorsqu'elle prononça le mot "Mimbulus Mimbletonia", Terry eut comme un déclic. Une envie démente de reprendre la parole, de s'évader dans des explications vastes et précises à la fois, compliquées mais avancées clairement. Dans le cerveau du jeune Serdaigle, des engrenages tournaient à plein régime, stockant des allusions, des anecdotes et autres remarques. Il ne pouvait pas s'en empêcher, il le savait. Déjà que ses parents le supportaient difficilement, comment pouvait-il se retenir, alors qu'on l'invitait presque à expliquer le fonctionnement d'une plante rare et extrêmement intéressante. Cédant à la tentation, il commença :

"Je te l'ai dit, cette plante est extrêmement rare ! J'ai beaucoup de chance d'en avoir vue une, si tu savais ! Elle ressemble à un cactus moldu rabougri, dans les tons gris clair, avec des épines plus foncées. Une apparence étrange, certes, qui cache un système ingénieux et unique, il me semble, chez les plantes ! En effet -et tu ne me croiras pas au début-, la Mimbulus Mimbletonia dispose de son propre moyen défensif. Par exemple, il suffit de la piquer, et elle projette une quantité effroyable de liquide empestant particulièrement. Eh oui, l'Empestine -c'est le nom de ce liquide- possède des relents peu commodes ! J'en sais pour quelque chose !"

Il s'arrêta, prit une profonde inspiration, et continua ses longues anecdotes sur la plante qu'il étudiait :

"On peut les trouver en Assyrie, d'après Phyllida Augirolle. Tu dois normalement la connaître. C'est elle qui a écrit le manuel dont tu te sers en cours de Botanique, Mille herbes et Champignons magiques. Bref, la Botaniste Augirolle a fait de nombreuses recherches, et a assuré, dans son Traité intitulé A la recherche des espèces les plus rares qu'il y avait la plus grande culture de Mimbulus Mimbletonia. En fait, il suffit d'en avoir trois, et vous avez battu le record mondial. Je l'ai lu, il n'y a même pas une semaine. C'était super intéressant, mais aussi un peu lié à l'Histoire de la Magie, avec les conflits qui opposent des Sorciers qui ont toujours vécu dans cette région et ceux qui s'y sont implantés. Tu vois de quoi je parle, je suppose ? En tous cas, c'est une triste guerre, car elle stoppe totalement le marché de la Mimbulus Mimbletonia. Les échanges commerciaux qu'elle provoquait étaient déjà maigres, mais rapportaient beaucoup ! Oh oui, il y avait quoi se faire des Gallions, avec une Mimbulus Mimbletonia. Bah, aujourd'hui, il n'y a plus rien du tout ... D'ailleurs, c'est dommage que les effets de l'Empestine ne soient pas encore démontrés dans l'univers des Potions. Ça ferait repartir l'économie en Assyrie, et ferait oublier quelque peu les conflits jusqu'alors hargneux et barbares ..."

Il s'arrêta cette fois-ci pour de bon. Il avait réellement abusé. Vraiment, il devrait une fois consulter un docteur, pour ces troubles-là. Ça pourrait presque lui être fatal, s'il ne contrôlait pas ses pulsions et ses crises de lucidité. Essoufflé, il demanda à Liberty :

"Et toi, tu en penses quoi ?"

Une chose était certaine : Terry devra écouter Liberty parler de l'Histoire de la Magie pendant au moins quatre heures, pour qu'ils soient enfin quittes. Mais, ça ne le dérangeait pas tant que ça : il aimait beaucoup Liberty, ce n'était donc pas un problème ...


"Il n'existe aucun homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent."
Terry Boot
6ème année
Serdaigle
Rédacteur en Chef de la Nox-Gazette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2892
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Mer 20 Juin 2012 - 10:22

J'avais raison, en prononçant le nom de cette plante rare, Terry réagit directement et m'en parla dans de plus ample détail. Je le regardais parler, tout en écoutant avec intention ce qu'il me disait à propos de la Mimbulus Mimbletonia. J'avais l'impression de voir Terry rayonner quand il parlait, et je me demandais si moi aussi j'étais dans un tel état lorsque je parlais Bathilda Tourdesac l'auteur du premier livre d'Histoire de la Magie. Je l'aimais beaucoup, car avec un seul livre elle avait réussi à me faire adorer cette matière. Enfin, moi dés qu'on me présente un livre, j'arrive toujours à trouver quelque chose d’intéressant ! Et cette fois, j'étais très intéressée par ce que me racontait Terry.

Au fur et à mesure qu'il me parlait, un souvenir me revint en tête. Il me semblait connaitre le nom de cette plante... N'est-ce pas Neville Londubat qui en possédait une ? Il me semble avoir entendu qu'il était en possession de cette plante grâce à son oncle, ce qui voudrait dire que deux personnes dans l'école en possédait une ? C'est impressionnant ! Trouver une plante rare en "deux exemplaire" au même endroit, c'est tellement... Improbable ! Cette plante m’intéressait d'autant plus en sachant ça.

Terry avait aussi évoqué le nom de Phyllida Augirolle. Je la connaissais bien évidemment, j'ai toujours un de ses ouvrages sur moi, "Mille Herbes et Champignons Magiques". Et je pense justement que Terry m'en parlait, je foullait alors dans mon sac pour lui sortir mon exemplaire, je ne savais pas si il en avait un sur lui, mais si ce n'était pas le cas, on pourrait chercher la Mimbulus Mimbletonia dans le mien !


"Le livre dont tu parlais, Mille Herbes et Champignons Magiques, je l'ai sur moi si tu veux." Je lui tendais avec un sourire.

Il parlait ensuite d'histoire de la magie. Il me disait qu'il trouvait dommage que l'usage de l'Empestine -Le liquide que sécrète cette plante lorsqu'on la pique- ne soit pas reconnu dans les fabrications de potions, et que du coup cela empêchait une probable augmentation de l'économie en Assyrie, qui pourrait surement faire oublier des conflits. Il avait raison, j'avais lu beaucoup d'article sur le sujet, et l'Empestine pourrait très bien être utilisée dans la fabrication de potion. De plus, si ça pouvait aider le peuple d'Assyrie, pourquoi s'en priver ? Il était absurde de nier l'usage d'un élément qui pourrait être favorable à toute une économie. Enfin, les gens avaient souvent des raisonnements absurdes...

Après avoir parlé, Terry semblait complètement essoufflé, et il y avait de quoi ! Je riait encore un peu en le voyant, et il me posa une question.

"Et toi, tu en penses quoi ?"

Me demander ce que je pense de quelque chose est une très mauvaise idée si on ne veut pas se retrouver avec une Liberty complètement folle qui parle de tout et de rien, et qui souvent, critique le raisonnement humain. Ce que j'allais encore faire ici...

"Je pense qu'il faudrait faire reproduire cette plante si c'est possible. Si on le peut, on pourrait peut être en extraire de l'Empestine pour les potions ! Ensuite, je pense que le raisonnement de certaine personne est bien trop absurde... Comme tu le dis, cette plante pourrait probablement résoudre les problèmes économique de l'Assyrie mais personne ne voit cette évidence ! Je suis sûre que cette plante pourrait régler des tas de problème, mais pour cela il faudrait qu'elle ne soit pas si rare..."

C'est drôle, je ne m’étais jamais très intéressée à cette plante, et voilà que maintenant, j'en parle comme si j'avais fais des recherches à propos d'elle depuis des années alors que la plupart des choses que je savais à propos d'elle, je le tenait de Terry, et aussi de Phyllida Augirolle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terry Boot
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 369
Points rp : 3184
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 22

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de ceriser, crin de licorne, 29 cm.
Ascendance: Moldue
Camp: Armée de Dumbledore

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Jeu 21 Juin 2012 - 8:13

Terry avait enfin fini d'expliquer tout ce qu'il savait sur la Mimbulus Mimbletonia. C'est aussi à ce moment que Liberty lui tendit son livre de Botanique. Elle devait sûrement avoir une photo de la Mimbulus Mimbletonia. Bah, elle devait avoir une édition plus récente, et donc plus complète. Liberty souriait. Toujours sincère, elle semblait ravie de parler avec Terry, ce qui flattait profondément le jeune Serdaigle. Il ne s'attendait pas à susciter un tel bonheur chez des personnes, pensant toujours qu'il était inintéressant ou bien fade. C'était pour lui un véritable compliment, et jamais en lui en avait un aussi beau, si on exceptait Olivia.

Tandis qu'il feuilletait rapidement les pages poussiéreuses du manuel, Liberty expliquait sa propre théorie sur la situation économique influencée par la plante rare :

"Je pense qu'il faudrait faire reproduire cette plante si c'est possible. Si on le peut, on pourrait peut être en extraire de l'Empestine pour les potions ! Ensuite, je pense que le raisonnement de certaine personne est bien trop absurde... Comme tu le dis, cette plante pourrait probablement résoudre les problèmes économique de l'Assyrie mais personne ne voit cette évidence ! Je suis sûre que cette plante pourrait régler des tas de problème, mais pour cela il faudrait qu'elle ne soit pas si rare..."

C'est là que ça devenait intéressant, vraiment. Tout en cherchant toujours une illustration de la Mimbulus Mimbletonia, Terry lui répondit, bien plus calmement qu'avant :

"Justement, c'est cette plante est extrêmement rare, je pense que ça ne doit pas être pour rien. Tu vois ce que je veux dire ? J'en suis pas certain, mais il me semble que ces plantes sont très capricieuses, en ce qui concerne les amours. Je pense que tout simplement, leur période ovulaire doit s'exprimer sur plusieurs années, et que la formation des cellules sexuelles mâles doit en être sous la même unité. C'est bizarre, qu'une plante soit ainsi lente à renouveler ces cellules sexuelles. Si les Humains étaient comme les plantes, je pense que la moitié d'entre nous ne seraient pas ici, dans ce château !"

Terry comprit qu'il avait fait une légère gaffe, pas très grave, mais un peu gênante. Terry voulut s'excuser devant Liberty, mais oublia lorsqu'il vit la photo, imprimée au milieu d'un long texte descriptif de la plante éminemment rare.

"La voilà ! Tu vois la photo, là ? Bah, ça ressemble à ce machin gris, en fait. Pas super, côté esthétique, tu ne trouves pas ?"

Et, pour rajouter une petite touche humoristique, Terry ajouta :

"Au fait, je ne peux pas te dire plus que je ne l'ai fait, avant, sur l’Économie magique et tout ça. Tu pourras, par cette occasion, contempler mon niveau presque acceptable en Histoire de la Magie".


Il sourit. Que pouvait-il faire d'autre ?


"Il n'existe aucun homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent."
Terry Boot
6ème année
Serdaigle
Rédacteur en Chef de la Nox-Gazette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2892
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Ven 22 Juin 2012 - 16:42

Cette discussion devenait de plus en plus intéressante, il ne m'arrivait pas souvent de faire un échange d'avis comme cela. C'était bien la première fois que quelqu'un semblait intéressé parce que je disais, et cette idée m'emplissait de joie. Les quelques personnes avec je discutait habituellement n'avait pas une personnalité aussi... intellectuelle. Je ne dis en aucun cas qu'ils sont idiots, mais juste qu'ils ont d'autres priorités que les études. Il était donc très intéressant pour moi d'avoir trouvé un ami (Du moins, j’espérais qu'on deviendrait amis) qui pouvait comme moi parler pendant des heures d'un sujet ou d'un autre sans se lasser.

"Justement, c'est cette plante est extrêmement rare, je pense que ça ne doit pas être pour rien. Tu vois ce que je veux dire ? J'en suis pas certain, mais il me semble que ces plantes sont très capricieuses, en ce qui concerne les amours. Je pense que tout simplement, leur période ovulaire doit s'exprimer sur plusieurs années, et que la formation des cellules sexuelles mâles doit en être sous la même unité. C'est bizarre, qu'une plante soit ainsi lente à renouveler ces cellules sexuelles. Si les Humains étaient comme les plantes, je pense que la moitié d'entre nous ne seraient pas ici, dans ce château !"

Terry avait entièrement raison, je n'avais pas vu les choses sous cet angle. Il connaissait vraiment bien son sujet, ce qui m’impressionnait vraiment. Je ne crois pas pouvoir en faire autant avec l'histoire de la magie ou encore l'astronomie. Je ne pu m’empêcher de penser que Terry était le parfait stéréotype Serdaigle, ce que je trouve absolument génial ! De plus en plus en ce moment j'ai l'impression que les Serdaigle ont perdu leur envie de travail. Peut-être que cela avait un rapport avec les fêtes du nouvel an qui allaient commencer incessamment sous peu. Certains allait rentrer à la maison avec leur famille, d'autres aller célébrer la nouvelle année avec des amis. Il est vrai que du coup, il était normal de "négliger" un peu ses études, et de s'amuser, mais je n'ai jamais reussi à me faire à cette idée. Pour moi, l'étude doit être régulière pour porter ses fruits.

J'hochais la tête pour montrer à Terry que j'étais d'accord avec lui, mais avant de pouvoir lui adresser la parole, il trouva une photo de la plante et me la montra.

"La voilà ! Tu vois la photo, là ? Bah, ça ressemble à ce machin gris, en fait. Pas super, côté esthétique, tu ne trouves pas ?" et il ajouta "Au fait, je ne peux pas te dire plus que je ne l'ai fait, avant, sur l’Économie magique et tout ça. Tu pourras, par cette occasion, contempler mon niveau presque acceptable en Histoire de la Magie".

Effectivement, la photo qu'il venait de me montrer n'affichait guère qu'une plante peu jolie à regarder... La plante était grisâtre, et franchement peu... Jolie. C'est vraiment le seul mot qui me vient à l'esprit. Mais après tout, ce n'est pas l'apparence qui compte n'est ce pas ?

La petite touche d'humour de Terry eu l'effet voulu, je souriait au début, avant de rire plus ouvertement. J'avais le rire facile avec les gens avec qui je m'entendait bien. De plus, Terry n'était franchement pas quelqu'un d'ennuyeux, ce qui m'aidait à me mettre un peu plus à l'aise.

"Comme tu dis, on ne peut pas dire que cette plante soit une des plus jolies... Mais elle est assez drôle je trouve, sa forme est.. singulière, non ?" je le regardait en souriant, avant d'ajouter, en riant "Oh tu sais, moi non plus je ne suis pas très douée en Histoire de la Magie..."

Je riait, encore une fois. Ça faisait longtemps que je n'avais pas rit de bon coeur comme ça, alors, pourquoi s'en priver ?

HRP : Désolée, encore une fois ce n'est pas très long. ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terry Boot
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 369
Points rp : 3184
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 22

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de ceriser, crin de licorne, 29 cm.
Ascendance: Moldue
Camp: Armée de Dumbledore

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Dim 24 Juin 2012 - 19:14

Terry s'en rendait désormais compte : une telle relation entre deux élèves était très rare. Franchement, quels élèves souhaiteraient trouver une relation intellectuelle, dans laquelle vous échangeriez avec votre partenaire des arguments, des réflexions et des opinions, que ce soit sur des sujets politiques, sociologiques, économiques ou scientifiques. En réalité, une telle liaison offrait un large choix de sujets, sur lesquels ils pourraient philosopher. Aussi, elle pouvait apporter une certaine sensibilité aux deux partenaires, et pouvoir ainsi préciser leur vision, encore idéale et optimiste, d'un monde troublé par un litige mondial et magique. Dans de telles circonstances, où le Seigneur des Ténèbres, plus agressif que jamais, renforce ses lignées, malgré une influence, plus insistance mais inchangée, des Forces Blanches, se battant pour un respect des valeurs multiraciales, où les Nés-Moldus et les Sang-Mêlés profiteraient d'un statut serein et protecteur. Enfin bref.

Liberty avait longuement regardé la photo de la Mimbulus Mimbletonia. Avec son air sérieux, qui rehaussait quelque peu sa beauté physique et faciale, Terry savait qu'il pourrait dorénavant échanger avec une personne mûre, saine d'esprit, dont les opinions ne sont pas influencées et dictées par une source extérieure, un maestro, presque un manitou des idées d'une adolescente. Terry en était rassuré, assurément : elle était l'unique source de ses opinions. Heureusement, sinon Terry aurait sûrement été frappé et freiné à un esprit fermé, rattaché aux idées dictées par un inconnu, arrogant, pensant être digne de diriger des humains, aux sentiments différents, aux capacités propres et au comportement particulier. Oui, Terry était soulagé ...

"Comme tu dis, on ne peut pas dire que cette plante soit une des plus jolies... Mais elle est assez drôle je trouve, sa forme est.. singulière, non ?"


Pour une forme singulière, s'en était une ! Un cactus tout rabougri, voilà tout. Vraiment, cette plante ne pouvait pas être connue pour des raisons esthétiques. Affreuse, elle n'aurait rien de particulièrement attrayant. Mais bon, étant donné que les effets et les caractéristiques de l'Empestine n'étaient pas encore prouvés, démontrés ou trouvés, il était certain que cette plante n'était intéressante que par sa rareté. Dommage, elle cacherait bien des secrets, d'après Terry ...

"Oh tu sais, moi non plus je ne suis pas très douée en Histoire de la Magie..."

On parlait bien de son domaine de prédilection, là, non ? Vraiment, Terry croyait se voir, mais dans un modèle féminin. Lui aussi, dans son élan de modestie, ne voulant absolument pas paraître outrecuidant, ne se présentait pas comme un élève doué dans la Botanique. Mais bon, dans le cas de Terry, la Métamorphose, les Sortilèges ou les Runes ne lui posaient pas plus de problèmes. Quant à Liberty, Terry savait, en son for intérieur, qu'elle était extrêmement douée dans les sciences humanistes magiques. Par son expérience personnelle, le jeune Serdaigle savait qu'il ne fallait pas contester de tels propos : si elle les avançait, c'est qu'elle se sentirait gênée, si on lui révélait son véritable niveau en Histoire de la Magie. Par conséquent, il garda le silence.

Terry semblait amusé, par la réponse de Liberty. Lui, voulait absolument traité d'un sujet qui l'intéressait vraiment : les actualités, surtout en ce qui concerne la Guerre. De ce fait, il ne put s'empêcher de demander :

"Mais, toi, tu penses quoi de la Guerre ?"

Impatient d'entendre la réponse de Liberty, Terry trépignait presque d'impatience, tant il voulait philosopher sur ce sujet. Après tout, son impact, ses conséquences pourront bouleverser toute une communauté, et Terry en était conscient, contrairement à ses camarades de classe. Certains, peut-être, se posaient des questions, mais rien de plus. Non, Terry, s'était forgé une véritable opinion, inébranlable. Il y croyait dur comme fer, et était prêt à en découdre pour présenter ses arguments, face à la gente des Serpentards. Riant, il avoua :

"Je te préviens tout de suite ; ma réponse va être très longue !"


"Il n'existe aucun homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent."
Terry Boot
6ème année
Serdaigle
Rédacteur en Chef de la Nox-Gazette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2892
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Lun 2 Juil 2012 - 18:02

Apparemment, notre discussion sur cette plante était presque terminée, et nous allions passer à autre chose. Vraiment, je prenais beaucoup de plaisir à parler de la sorte avec Terry, tout ce dont nous parlions étaient intéressant et je ne m'ennuyais pas un instant. On aurait pu parler de n'importe quoi, de l'économie, de la météo, de sport, n'importe quoi, tout auraient été aussi intéressants que notre première conversation. Avec de la chance, Terry et moi nous rencontrerons encore une autre fois -ce qui était très probable- et nous pourrions encore échanger des discussions telles que celle-ci.

Soudain, mes pensées s’avéraient vraies, et Terry engagea une nouveau sujet de conversation.


"Mais, toi, tu penses quoi de la Guerre ?"

La guerre donc ? Bon sujet, très bon sujet... Si j'étais inspirée, je pouvais en parler énormément, et il s'avérait que j'étais TRÈS inspirée ! Forcément, pour moi la violence et le meurtre sont des choses stupides et inutiles, alors forcément, la guerre... J'avais toujours eu un avis très clair sur la question, il est inutile de se battre, quel qu'en soit la raison. Mais ce n'était que mon avis... Que je m’efforce de défendre sans relâche. Ça fait cliché, hein ? Enfin, avant que je ne lui réponde quoi que ce soit, il ajouta :

"Je te préviens tout de suite ; ma réponse va être très longue !"

Eh bien, je prends ça pour un défi ! Ma réponse sera tout aussi longue ! Je lui montrerais que moi aussi je pouvais parler vraiment beaucoup... Gentiment bien sûr, je ne comptais pas l'agresser de phrase à tout bout de champs !

Alors, la guerre... Que pouvais-je bien en dire ? Parler de la stupidité humaine est dans mes cordes, je le fais bien (trop) souvent ! Enfin, au lieu de réfléchir je pourrais peut être lui répondre non ?


"Pour moi la guerre, c'est simplement un acte stupide. Pourquoi se taper dessus quand on peut simplement régler les problèmes par la paroles ? Pourquoi tuer des innocents sous prétexte qu'on ne les aime pas ? Personne n'est pas parfait, et on ne peut en conséquence par tuer quelqu'un parce qu'il ne nous plait pas. J'ai toujours trouvé la plupart des humains très bêtes et irréfléchis, alors qu'ils leurs suffiraient de penser deux minutes aux conséquences pour se rendre compte de l'absurdité de leur actes ! Ce n'est quand même pas compliqué de se rendre compte qu'un énorme génocide n'arrangera en aucun cas le problèmes de l'humanité voyons ! Alors, pourquoi continuer ? Pourquoi est-ce que tout le monde continue à générer des guerres et à se taper dessus ? Je trouve tout ça bien inutile..."

Je toussotais un peu, je m'étais peut être trop emportée en fait... Enfin, j'avais défendu mon avis, et j'en étais plutôt fière. Même si, dans la rapidité de mes paroles, la moitié de mes phrases ne voulaient probablement rien dire, je crois que Terry avait compris l'idée générale de mes paroles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terry Boot
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 369
Points rp : 3184
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 22

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de ceriser, crin de licorne, 29 cm.
Ascendance: Moldue
Camp: Armée de Dumbledore

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Lun 2 Juil 2012 - 20:08

Liberty semblait ravie, que Terry ait soudainement abordé le sujet du conflit inter-communautaire qui opposait deux groupes antagonistes et opposés. Aussi, elle s'emporta, certes, ce qui réconforta évidemment Terry. Au moins, la Guerre était pour Liberty ce qu'était la Mimbulus Mimbletonia pour Terry. Aussi, il écouta, avec beaucoup d'attention la longue argumentation de Liberty :

"Pour moi la guerre, c'est simplement un acte stupide. Pourquoi se taper dessus quand on peut simplement régler les problèmes par la paroles ? Pourquoi tuer des innocents sous prétexte qu'on ne les aime pas ? Personne n'est pas parfait, et on ne peut en conséquence par tuer quelqu'un parce qu'il ne nous plait pas. J'ai toujours trouvé la plupart des humains très bêtes et irréfléchis, alors qu'ils leurs suffiraient de penser deux minutes aux conséquences pour se rendre compte de l'absurdité de leur actes ! Ce n'est quand même pas compliqué de se rendre compte qu'un énorme génocide n'arrangera en aucun cas le problèmes de l'humanité voyons ! Alors, pourquoi continuer ? Pourquoi est-ce que tout le monde continue à générer des guerres et à se taper dessus ? Je trouve tout ça bien inutile..."

Waouh ! Alors là, on ne pouvait pas le nier : Liberty est bel et bien inspirée par la Guerre. En écoutant encoure plus sérieusement la Serdaigle, Terry comprit que Liberty était en partie pacifiste. C'était bien, mais aussi péjoratif. Autant, elle soutenait sûrement les Forces du Bien, soutenant la clan Potter ou l'Armée de Dumbledore. Seulement, elle n'était peut-être pas résolue de prendre les armes, dans le cas où la guerre devrait éclater, et que leurs valeurs devraient être défendues. Enfin, encore une fois, tout dépendait du tempérament, de l'éducation dont elle a pu bénéficier et de son environnement qui influence terriblement ses opinions.

Acceptant intégralement l'opinion de Liberty, Terry prit lui aussi la parole, exposant son ressenti :

"Tout d'abord, je pense qu'une guerre est un signe certain d'une société souffrante. Un acte ultime, sur lequel on ne peut pas renoncer, dans les conditions dans lesquelles nous nous trouvons. Aujourd'hui, et j'affirme la tête haute, la société sorcière subit une crise qu'elle n'avait jamais connue. Mutilée par des idéologies, des légendes rurales, dont des sorciers, tous aussi arrogants les uns que les autres, nourrissent et véhiculent par leur influence leurs croyances toutes infondées. C'est idiot, certes, qu'un litige aussi important s'étende ainsi, juste à cause de rumeurs sottes, traitant par exemple de races de sang, ou vols de magie. Aussi, la société n'arrive plus à s'identifier dans un modèle précis, si bien qu'elle se divise dans trois camps : le Bien, le Mal et les Neutres. Evidemment, on retrouve des radicaux, ou des centristes, qui balancent, passant d'un clan à l'autre. Enfin bref, c'est tout simplement idiot, cette guerre. Et ça, seules les personnalités neutres, ou appartenant au clan du Bien, peuvent s'en rendre compte. De plus, de nos jours, c'est presque infligeant de voir que ces personnes là se font de plus en plus rare. "

Encore une fois, il avait le sentiment d'avoir ennuyé Liberty. Dans tous les cas, le Serdaigle avait de nouveau abusé. Comme d'habitude, quoi ...

Il plaisanta, riant discrètement :

"Mon Dieu, il faut vraiment que j'aille consulter un spécialiste !"

Rougissant, il plongea ses yeux dans les prunelles de Liberty.


"Il n'existe aucun homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent."
Terry Boot
6ème année
Serdaigle
Rédacteur en Chef de la Nox-Gazette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2892
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   Lun 16 Juil 2012 - 20:18

Ça faisait quand même du bien de vider son sac de temps en temps ! Et cette fois-ci, j'étais vraiment contente. J'en avais un peu assez de ne pas partager mon avis parce que j'avais peur du regard des autres. Avec Terry, j'osais puisque lui osait afficher complètement son avis ! Je supposais que quoi que je dise, il ne critiquerait pas, et j'en étais plutôt contente. D'ailleurs, cette fois encore Terry me fit profiter du fond de sa pensée.

"Tout d'abord, je pense qu'une guerre est un signe certain d'une société souffrante. Un acte ultime, sur lequel on ne peut pas renoncer, dans les conditions dans lesquelles nous nous trouvons. Aujourd'hui, et j'affirme la tête haute, la société sorcière subit une crise qu'elle n'avait jamais connue. Mutilée par des idéologies, des légendes rurales, dont des sorciers, tous aussi arrogants les uns que les autres, nourrissent et véhiculent par leur influence leurs croyances toutes infondées. C'est idiot, certes, qu'un litige aussi important s'étende ainsi, juste à cause de rumeurs sottes, traitant par exemple de races de sang, ou vols de magie. Aussi, la société n'arrive plus à s'identifier dans un modèle précis, si bien qu'elle se divise dans trois camps : le Bien, le Mal et les Neutres. Evidemment, on retrouve des radicaux, ou des centristes, qui balancent, passant d'un clan à l'autre. Enfin bref, c'est tout simplement idiot, cette guerre. Et ça, seules les personnalités neutres, ou appartenant au clan du Bien, peuvent s'en rendre compte. De plus, de nos jours, c'est presque infligeant de voir que ces personnes là se font de plus en plus rare. "

J'étais vaincue ! Terry était décidément très doué pour trouver des arguments. J'étais très impressionnée ! Il en savait déjà chose... Déjà rien que sur la fameuse plante dont nous parlions, et maintenant la guerre ! De plus, il n'avait fait aucune remarque sur mon avis, il l'avait accepté. J'étais très intéressée par ce qu'il disait. C'est vrai que je n'arrête pas de dire que je n'ai pas l'habitude de faire des échanges d'avis comme celui là, mais en fait il y a bien quelqu'un. Une fille dans ma classe. Elle est sympathique, mais je dois avouer que ce qu'elle dit n'est... vraiment pas intéressant. Ici, c'était tout le contraire.

"Mon Dieu, il faut vraiment que j'aille consulter un spécialiste !"

Il avait dit ça en riant et en rougissant un peu. Et il me regardait à présent dans les yeux. Je riait à mon tour. Il avait tout faux ! Il ne fallait absolument pas qu'il change ça, c'était génial ! Vraiment, j'aimerais bien pouvoir parler comme il le fait. Je trouvais ça vraiment rare de voir autant de conviction et de... Je n'arrive même pas à trouver de mot !

"Tu rigole ? Je trouve ça génial moi !"

J'avais dis ça précipitamment, sans réfléchir. Bon, je ne devais pas m'en vouloir pour ça, si ? Pour moi, ça sonnait plus comme un compliment qu'un reproche ou une insulte ! Mais peut-être que ce n'était pas le cas... Je rougissait à nouveau, et murmurait un "désolée". L'idée d'avoir dit quelque chose qu'il fallait éviter de dire me faisait un peu peur... J’espérais ne pas avoir tout gâché avec Terry.... Mais en fait, j'étais surement entrain de dramatiser ! Décidément, c'est moi qui devait consulter un médecin, et non pas lui...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand deux Serdaigles se rencontrent... [PV Terry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand deux ne font qu'un
» Quand deux destins se ressemble et s'assemble...
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Quand deux paramecias se heurtent (Flashback PV Hikari)
» Quand deux destins se croisent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Poudlard - :: Septième Étage et Tours :: Salle Commune des Serdaigle-