- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Une chute enneigée [PV Remus L.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleanor Brandstone
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 58
Points rp : 2593
Date d'inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Mer 13 Juin 2012 - 14:23

Jeudi 2 janvier 1997

Aujourd'hui, mes parents avaient décidé de faire des courses à Londres. La logique des choses aurait voulu que nous y allions avant les fêtes. Mais en fait, nous y étions déjà allé, aussi. Mais maintenant, il y avait quelque chose de très important pour mes parents : les soldes. Ils adoraient trouver la perle rare à prix bas. Nous prîmes donc la voiture et partîmes pour Londres, moi et mes frères à l'arrière. Nous habitions dans un petit village non loin de la capitale. Après de longues minutes à patienter, nous finîmes par arriver à destination. Alors que tout le monde semblait pressé de faire des achats -sauf moi- je pris mon courage à deux mains pour demander à mes parents si je pouvais aller au Chemin de Traverse, histoire de pouvoir me faire des achats utiles.

Finalement, ils acceptèrent sans problèmes, n'oubliant pas les habituelles remarques à propos des inconnus et des gens étranges. Ça, des gens étranges, il y en avait des tas, dans le monde des sorciers. Même des personnes très malsaines, qui jouaient avec la magie noire comme un petit enfant avec des poupées. On en parlait de plus en plus, dans le journal. Mais je n'en avais encore rien dit à mes parents, ne voulant pas les inquiéter. De toute manière, j'étais en sécurité, à Poudlard.

Je pris donc congé de mes parents, leur donnant rendez-vous à la fin de l'après-midi. J'avais donc tout le temps pour faire mes emplettes. Je me rendis alors au Chemin de Traverse. Là, le monde était moins abondant que dans les rues moldues. Je me sentais bien, ici. Tom m'avait saluée et ma baguette avait fait apparaître l'espace permettant de s'aventurer sur la grande rue. Bref, j'avais l'impression de revenir à l'école. En plus, nous étions en pleine semaine, et cela m'aurait bien étonné de voir un serpentard dans les alentours. Enfin, rien n'était fait, et Malefoy pouvait toujours apparaître au détour d'un magasin. Mais c'étaient les vacances et il fallait que je pense à autre chose. Je m'amusai donc à faire tous les commerces. J'en profitai aussi pour prendre la Gazette du Sorcier de ce jour. Une fois de plus, les nouvelles étaient fort peu réjouissantes. Finalement, j'allai faire un tour dans le magasin de plumes et de parchemins. Il m'en manquait. Durant l'été, j'avais fait des réserves, mais à première vue, ça n'avait pas été suffisant. Même au niveau de l'encre, je n'en avais plus. Il fallait dire que le passage de la deuxième à la troisième année demandait plus d'efforts. Je me demandais d'ailleurs comment j'allais bien pouvoir faire pour réussir mon année. Bon, il fallait vraiment que je laisse tomber toutes ces pensées néfastes ! Mais c'était bien plus facile à dire qu'à faire.

Tandis que j'achetais mes fournitures, je continuai à rester dans mes pensées. Je payai mes achats, les tenant bien dans leur petit sac, et finis par sortir, toujours dans mes pensées. Dehors, il faisait froid. Le beau temps allait mettre des semaines à revenir, j'en avais bien peur. Je lançai un regard vers le ciel gris : il allait bientôt neiger. Il ne faisait que ça depuis des jours. Le sol était d'ailleurs rempli de neige et de verglas.

Soudain -en parlant de verglas...- je glissai malencontreusement et tombai lourdement sur le sol enneigé. Mes fournitures fraîchement acquises volèrent dans tous les sens et ma cheville fut d'un coup très douloureuse. J'avais encore bien réussi mon coup... il n'y avait que les bêtises du genre que je réussissais. Les gens me dépassaient en me regardant, certains se moquaient allègrement de ma situation. Quant à mon jeans, il commençait à sérieusement prendre l'eau.

Je me mis alors à rassembler mes affaires, toujours avec cette douleur battant au rythme de mon coeur, à la cheville. Vraiment... ce n'était pas mon jour. Il ne manquait plus qu'un serpentard pour se moquer de moi, et ce serait la cerise sur le gâteau ! Cependant, quelqu'un s'avança vers moi. Quelqu'un que je ne connaissais pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
avatar

Messages : 112
Points rp : 2765
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 30
Localisation : Londres... Ou ailleurs.

Identité du Sorcier
Baguette magique: Ventricule de Dragon, bois d'Hêtre, 26.75 cm.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Le Bien.

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Mer 13 Juin 2012 - 20:01


Noël. Remus ne fêtait plus Noël depuis longtemps. Plus autant du moins qu'avant. Il en avait d'excellents souvenirs mais étant donné que cela lui rappelait également de très tristes, il n'aimait plus fêter ce genre de jours. Ce Noël-ci, il l'avait passé au Terrier. Les Weasley avait invité tout le monde à dîner. Tonks y avait été également invitée et il avait été le plus cordial possible avec elle, non sans garder à l'esprit toujours ce qui s'était passé précédemment entre eux... A savoir ce fameux baiser. Certes, cela n'avait pas duré longtemps mais tel un souffle de vent dans son esprit, il se rappelait à lui et le gardait ravivé comme une petite flamme... D'espoir ? Il ne comprenait pas... Il essayait toujours de lutter mais sa proche présence avait tendance à le mettre mal à l'aise et en même temps le réconforter. Pourtant une petite partie de lui essayait de lui faire entendre raison, à savoir qu'elle allait finir par l'oublier et qu'elle passerait à autre chose. Tandis qu'une partie... Une autre partie pensait tout l'inverse... Le lycan soupira. Que c'était fatiguant ces deux attitudes contradictoires.

En ce 2 janvier, en ce jour d'après-fêtes, Remus était sortit se promener sur le chemin de Traverse, les mains dans les poches. Il aimait cette ambiance d'après fêtes. Dehors il y avait encore de la neige qui restait. La magie de Noël n'avait pas encore totalement disparu et cela lui rappelait encore beaucoup de souvenirs, comme par exemple le premier bonhomme de neige qu'il avait fait dans le jardin de leur maison avec son père. Il avait alors quatre ans. Dans un vieil album photo chez lui, il y avait d'ailleurs une photo de ce jour, prise par sa mère et immortalisant cet instant. Il y en avait une aussi où ils étaient tous les trois, Remus entre ses parents et assis sur les genoux de sa mère. C'était encore à l'époque où ils formaient une famille heureuse. Deux ans plus tard, il se ferait mordre et deux ans et demi plus tard, son père les quitterait...

Il parcourut les allées du chemin de Traverse en prenant son temps de regarder les vitrines, observant les nouveautés – en particulier celles des librairies. Il n'achèterait cependant rien, n'ayant pas des revenus très élevés. Il s'était arrêté de neige il y avait deux petites heures mais le ciel demeurait gris et sans nul doute qu'il allait recommencer à neiger avant la fin de la journée. Cela ne le dérangeait en aucun cas. Bien qu'il fasse froid, il aimait la neige. Il aimait les rues se recouvrir peu à peu par cette couche blanche et légère, dessinant un paysage féérique. Il aimait l'hiver oui. Il faisait peut-être partie des rares à aimer cette période de l'année, mais c'était la vérité...

Tandis qu'il marchait lentement le long de la rue, ne faisant pas attention aux gens qui le croisaient – pas plus que d'habitude du moins – il entendit le bruit d'une glissade à quelques pas avant de voir une jeune fille tomber, répandant ses affaires par terre. Choqué mais non surprit de voir les gens la regarder avec moquerie sans penser à bouger le petit doigt pour l'aider à se relever – certains ne s'en cachaient même pas – il fut sûrement le seul à aller s'enquérir de son état. Il s'approcha, ramassa un objet tombé un peu plus loin du sac de la jeune fille et le lui rendit.

« Tout va bien mademoiselle ? » fit-il de sa voix posée tout en esquissant un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Brandstone
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 58
Points rp : 2593
Date d'inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Mer 20 Juin 2012 - 8:14

Un homme se dirigea donc vers moi. Il semblait être le plus misérable de toutes les personnes présentes : traits tirés, tenue négligée. Mais au moins, LUI, avait pris la peine de venir voir comment j'allais. Un sourire se dessina sur son visage fatigué, tandis qu'il me rendait des affaires tombées un peu plus loin. Puis, il me demanda si tout allait bien. En fait, contrairement aux hommes de son genre, il avait une bonne élocution, et n'était pas sinistre. Je lui souris à mon tour.

« Je vous remercie monsieur. Tout va bien, je crois. J'ai un peu mal à la cheville, mais ça va. »

Je fis alors mine de me lever, sans succès et qui plus est, en poussant un « aïe » sec et bref. En fait, ma cheville droite me faisait excessivement mal. Autour de nous, les gens avaient repris leur marche habituelle. Oui, c'était bien notre époque : les autres n'en avaient que faire d'une fillette de treize ans, et mal en point. Heureusement qu'il y avait mon sauveur au nom inconnu. Et encore, je ne voulais certainement pas abuser de sa gentillesse. Avant même que l'homme étrange ne puisse me demander quoi que ce soit, je tentai de le rassurer.

« Ce n'est rien, j'ai juste une petite douleur à la cheville. Rien de grave, je présume. »

Mais rien n'était moins sûr. La douleur battait au même rythme que mon cœur. Il y avait fort à parier sur le fait que je me l'était foulée. Ou quelque chose dans le même genre. Je soupirai. Mes parents n'allaient pas être ravis d'apprendre que je m'étais foulé la cheville alors que je faisais des courses au Chemin de Traverse. Ils n'étaient pas du genre à m'emmener à l'hôpital, vu qu'ils détestaient ça. Mais bon, au pire, j'irai à l'infirmerie, en rentrant à l'école. Madame Pomfresh était vraiment très douée pour les guérisons. Je pris donc mon courage à deux mains, et tentai de me mettre debout. Tant bien que mal, j'y arrivai. Mais la douleur était plus forte que jamais. Je fis pourtant celle qui n'avait rien. Halala... les serpentard avaient bien raison : j'étais une poufsouffle à 100%. Maladroite, manquant de caractère, et j'en passais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
avatar

Messages : 112
Points rp : 2765
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 30
Localisation : Londres... Ou ailleurs.

Identité du Sorcier
Baguette magique: Ventricule de Dragon, bois d'Hêtre, 26.75 cm.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Le Bien.

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Lun 25 Juin 2012 - 12:31

Remus ne ferait jamais à quelqu'un quelque chose qu'il n'aimerait pas qu'on lui fasse. Rester en arrière comme s'il s'en fichait alors que quelqu'un venait de tomber et s'était peut-être fait mal, ça non, jamais il ne le ferait. Malheureusement, il savait trop que beaucoup de gens agissait ainsi. Le premier réflexe de l'homme dans telle situation était de rigoler. Le cerveau de Remus fonctionnait apparemment à l'envers puisque lui, son premier réflexe serait de venir porter son aide à la personne qui en avait besoin. De nos jours, on pensait souvent à soi avant tout. Remus faisait sans doute partie d'une minorité... Pourquoi ? Parce qu'il avait expérimenté dans son enfance tant d'injustices déjà de la part des enfants qui se moquaient de lui et de sa cicatrice qu'il s'était juré que jamais il n'agirait de la sorte. Il savait combien cela pouvait blesser les gens. Jamais il ne voudrait faire souffrir... C'était un peu contradictoire. Il n'aimait pas faire de mal aux gens et pourtant, s'il ne prenait pas sa Potion Tue-Loup une semaine avant la pleine lune, c'est ce qu'il ferait.

Il voyait bien qu'elle avait eu mal mais il voyait aussi qu'elle ne voulait pas attirer sa pitié et donc qu'elle allait sûrement préférer ne rien dire de sa douleur même si elle allait peiner à marcher. Il voyait bien cela parce que c'était ce qu'il aurait lui-même fait. Il aurait prétendu aller bien tout comme il prétendait bien aller un lendemain de pleine lune après avoir passé pourtant une très mauvaise nuit. Elle ne s'était peut-être rien cassé ; ce n'était peut-être qu'une foulure mais il ne fallait pas minimiser. Minimiser... Remus était roi dans le fait de minimiser. Quand cela le concernait du moins.

Tandis qu'il lui tendait l'objet tombé et qu'elle le remerciait tout en ajoutant qu'elle avait un peu mal à la cheville, il esquissa un léger sourire et signe de tête en indiquant que c'était bien normal. Il observa la jeune fille tenter de se relever, laissant échapper un petit « aïe » tout en se remettant sur pieds. Autour d'eux, les gens étaient repartis à leurs occupations et ne s'occupaient plus de la jeune fille... Ouf.

Elle ajouta ensuite qu'elle n'avait rien de grave et présuma de nouveau qu'elle avait juste une petite douleur à la cheville. Cela ne lui parut guère convaincant et sa volonté d'aider les autres conserva le dessus. Il jeta un coup d'oeil autour de lui, analysant la distance entre eux et l'apothicaire. Puis, il reporta son attention sur la jeune fille avant de lui demander : «  Vous semblez avoir assez mal à la cheville malgré les apparences. L'Apothicaire n'est pas loin dans cette rue, vous devriez y aller... Vos parents sont-ils dans le coin ? Je peux vous y accompagner, et vous aider à marcher si vous avez besoin d'aide. Enfin, je ne veux pas déranger bien entendu...» ajouta t-il pour finir. Après tout, elle ne savait même pas qui c'était, donc comment pourrait-elle bien accepter son aide ? Si ses parents étaient de bons parents, ils lui auraient certainement demander de ne pas écouter les inconnus ! Il ne pouvait que les approuver. S'il avait un fils, il ferait la même chose...

« En tous cas je serai plus rassuré si vous vérifiez votre cheville assez vite... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Brandstone
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 58
Points rp : 2593
Date d'inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Lun 2 Juil 2012 - 16:09


L'inconnu me regarda de ses yeux perçant, souffrir en silence. Je ne savais pas si il devinait que je mentais cruellement, ou si il regrettait seulement de m'être venue en aide. Il répondit à mon affirmation que, malgré ce que je disais, je semblais avoir mal à la cheville. Et bim. Il m'apprit -après un bref coup d'oeil autour de lui- que l'apothicaire était assez proche, et que je devrais y aller. Il n'avait pas tord. Il me demanda aussi si mes parents étaient dans le coin. Dans le cas contraire, il pouvait toujours m'y accompagner. Mais il ne voulait pas me déranger... bon sang, c'était plutôt moi qui ne voulait pas le déranger. Il fit une légère pause et reprit, m'avouant qu'il préférait de loin que je vérifie l'état de ma cheville. C'était vraiment rare, ce genre de personnes. Pour tout dire, ça me faisait très chaud au coeur. Je pris alors la parole.

« Eh bien... mes parents sont dans le Londres moldu. Ils font les soldes... ils ne connaissent pas grand chose au monde sorcier et préfèrent que je m'occupe de mes affaires seule... même si ils adorent la magie !! »


Je m'étais empressée de terminer ma phrase. Je ne voulais pas qu'il pense que mes parents étaient le genre de personnes à renier leur enfant parce qu'il savait faire usage de la magie. Au contraire. Quant à sa demande de m'accompagner, je me mis à faire quelques pas pour le rassurer. En fait, ça me faisait un mal de chien, et je manquais tout le temps de tomber. Finalement, je me retournai, l'air penaud.

« C'est plutôt moi qui ne voudrais pas vous déranger mais... je pense que finalement, j'aurai quand même besoin d'un peu d'aide... enfin, si vous ne voulez pas, il n'y a pas de soucis, je pourrai très bien y arriver toute seule ! »

En fait non, il n'y avait rien à faire, même rester debout relevait du supplice pur et dur. La douleur que j'avais à la cheville remontait progressivement le long de ma jambe et commençait déjà à atteindre le genoux, tellement elle était forte. C'était clairement impossible pour moi d'aller jusqu'à l'apothicaire seule. Et mes parents ne savaient pas comment entrer dans le chemin de traverse. Pour couronner le tout, je doutai que quelqu'un d'autre ne veuille m'aider à m'y rendre. Donc, je n'avais pas eu le choix que d'accepter sa proposition. Une chose était sûre : cet homme était vraiment très gentil. Et il était un peu du même genre que moi. Enfin, c'était assez inexplicable. D'accord, je faisais partie de ces gens très -voir trop- gentil, et peut-être lui aussi. Mais il n'y avait pas que ça. C'était étrange. Nous étions sur la même longueur d'ondes. Mais au final, je ne connaissais pas son nom. D'une petite voix, je me présentai.

« Je m'appelle Eleanor Brandstone. Je suis élève à Poufsouffle, en troisième année... à Poudlard. Et vous ? Comment vous appelez-vous ? »

Si j'avais précisé que j'étais à Poudlard, c'était simplement parce que certaines personnes présentes au chemin de traverse n'était pas d'Angleterre ou avaient fait leurs études à l'étranger. Cependant, ça avait été stupide : j'entendais bien dans son accent que cet homme était anglais. Et si pas, il y avait passé des années et des années. Donc, il connaissait certainement les quatre maisons de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
avatar

Messages : 112
Points rp : 2765
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 30
Localisation : Londres... Ou ailleurs.

Identité du Sorcier
Baguette magique: Ventricule de Dragon, bois d'Hêtre, 26.75 cm.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Le Bien.

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Mar 3 Juil 2012 - 12:34

Remus l'observa pendant un instant avec attention. Elle ne voulait pas le montrer trop mais il était évident qu'elle avait assez mal. Elle ne s'était peut-être rien cassé mais elle avait probablement une foulure. Dans tous les cas, il ne fallait pas minimiser et elle devait consulter un spécialiste au plus tôt. Préventif, Remus ne minimisait jamais la douleur des autres. Quant à la sienne, c'en était une autre histoire. Dans le pire des cas, il préférait encore faire croire qu'il allait bien plutôt que d'inquiéter les gens. Il ferait passer les autres avant lui-même... Par le passé, il était habitué à souffrir de toutes façons. C'était à chaque fois l'argument qu'il avançait. Et même si aujourd'hui existait la potion Tue-Loup que Rogue lui préparait assez aimablement, il fallait avouer que cela ne diminuait pas les souffrances lors de la transformation. Cela influençait uniquement sur le fait qu'il conservait intact son côté humain. Il n'était plus qu'un loup docile et non un loup agressif... Mais les gens s'en fichait. Un Loup-garou restait pour la majorité un loup-garou.

La jeune fille lui expliqua ensuite que ses parents se trouvaient actuellement du côté moldu en train de faire ses courses et qu'ils la laissaient effectuer ses achats seule ici. Cela eut tendant à l'intriguer avant qu'elle ne vienne rajouter avec précipitation qu'ils adorait la magie. Ses parents étaient donc des moldus et la jeune fille était une né-moldue. Quoiqu'il en soit, Remus n'avait jamais fait attention à la provenance des gens. Ce n'était pas significatif de notre valeur. Après tout, quelqu'un qu'il avait connu par le passé n'avait-elle pas été une née-moldue et pourtant l'une des meilleures sorcières de sa génération ? Certes, cela n'avait pas empêchée qu'elle soit tuée par Voldemort lui-même mais ce n'était pas de sa faute. Même lui n'avait certainement aucune chance contre Voldemort tout comme beaucoup d'autres encore. Quoiqu'il en soit, elle n'était pas seulement une très bonne sorcière, elle avait également un très bon cœur. Un côté humain très développé. Elle avait vu à travers les apparences. Elle avait deviné toute seule qui il était et ne l'en avait pas méprisé.

Néanmoins, Remus pensait que ce serait une bonne idée que les parents de la jeune fille viennent avec elle parfois ici, sur le chemin de traverse. Ne serait-ce que pour faire plaisir à leur fille, et puis s'ils étaient fiers de leur fille, ils devraient apprécier de pouvoir voir un peu de ce monde auquel leur fille appartenait à présent. En ce qui concernait Remus, ses parents avaient tous deux été sorciers, Cela ne lui avait donc jamais posé ce genre de problème bien que seul sa mère l'avait accompagné ici à l'âge d'onze ans, son père ayant disparu quand il en avait six. Quoiqu'il en soit, les parents de sa mère qui étaient d'origine moldus avaient toujours été ravis d'accompagner cette dernière dans les courses qu'elle avait à faire pour Poudlard – selon ce qu'elle lui avait dit parce qu'il n'avait pas réellement connu ses grands-parents.

Il esquissa un léger sourire à ses paroles suivantes alors qu'elle lui dit qu'elle ne voulait pas le déranger mais lui avoua finalement qu'elle aurait peut-être besoin d'un peu d'aide. Ne pas vouloir déranger, typique de Poufsouffle car le regard parfois des autres leur faisait se sentir inférieurs alors qu'il n'en était rien. Bien au contraire, c'était les autres, ceux qui se disaient supérieurs qui étaient inférieurs à eux. Et de loin.

Il ne fut guère surpris en réalité lorsqu'elle se présenta juste après comme étant une élève de la Maison Poufsouffle. Furtivement, le visage de Nymphadora vint s'imposer à son esprit. En fait il ne lui avait pas demandée directement mais il la pensait avoir été dans cette Maison, bien qu'elle ait un immense courage et qu'elle aurait pu être à Gryffondor. Elle était un peu tête brûlée, comme Sirius ; très impulsive. Elle avait aussi le courage de ses opinions, elle était honnête... Caractéristique de Poufsouffle. Il s'efforça de faire disparaître le visage de la jeune femme de son esprit et se concentra sur Eléonor. Elle ne lui semblait d'ailleurs pas de la même trempe que Nymphadora. Elle paraissait plus fragile. A moins que cela ne soit dû qu'à son jeune âge...

Ainsi elle était à Poufsouffle, en cinquième année qui plus est. Elle était dans la noble et chère maison de la gentille Helga. Remus avait toujours aimé cette Maison bien qu'il soit à Gryffondor ; elle avait à son sens de pures et nobles qualités mais beaucoup de monde l'avait toujours méprisé. Il ne savait pas pourquoi. Il n'avait jamais pris plaisir à humilier les gens. A son sens, il n'y avait pas meilleures qualités que le travail, l'honnêteté, la loyauté, l'amitié. D'ailleurs, de tous temps, c'était toujours avec Gryffondor que Poufsouffle s'était le mieux entendue. Les Serdaigles avaient quelques peu... Leur orgueil assez haut placés et se pensaient généralement les meilleurs du fait de leurs « soif de connaissances » (alors que pour lui avoir envie de connaissances pouvait être caractéristique d'autres personnes qui n'étaient pas forcément à Serdaigle. Quant à Serpentard... Ah bah eux aussi tiens. Eux c'était un égo assez surdimensionné qu'ils avaient. Ce qu'il aimait chez Poufsouffle, c'était leur discrétion aussi, leur modestie et leur gentillesse, cette volonté d'aider les autres sans arrières pensées et celle de voir au-delà des apparences. Les Poufsouffles restaient toujours soudés les uns aux autres, prêts à se défendre tous ensembles. Ils ne cherchaient pas les ennuis d'eux-mêmes mais quand on les cherchait, ils étaient prêt à tout pour se défendre et défendre leurs valeurs ou leurs amis. Ils avaient de plus un sens aigu de la justice.

« Cela ne me dérange pas. » répondit-il avec un sourire rassurant. « Je vais vous aider à marcher jusque là-bas. » ajouta t-il en se rapprochant un peu et la soutenant par le bras. C'était de bon cœur qu'il s'était proposé. Et puis il partait du fait que si lui avait besoin d'aide, il serait heureux qu'on vienne l'aider même s'il ne le demanderait jamais lui-même et même s'il ne voudrait pas déranger.

Sur ces mots, il commença à marcher avec elle en direction de la boutique de l'Apothicaire. « Je m'appelle Remus Lupin. » finit-il par ajouter après un petit silence d'hésitation durant lequel il n'avait pas été certain de vouloir dire vraiment comment il s'appelait au risque que son nom lui dise quelque chose et qu'elle l'assimile à ce qu'il était. Après tout à la fin de l'année 1993, Severus ne s'était pas gêné pour laisser échapper ce qu'il était et bien que Remus avait préféré quitter l'école avant que Dumbledore ne reçoive quantités de lettres de parents d'élèves pour avoir engagé un loup-garou comme professeur, la nouvelle avait quand même paru dans les journaux de l'époque. Remus pensa néanmoins que si elle venait d'une famille de moldus, il y avait une petite chance pour qu'elle n'en en ait jamais eu vent…

« Je n'ai rien d'urgent à faire de toutes façons. » C'était la vérité. Il n'avait personne non plus à l'attendre chez lui.

Il était sûrement l'une des seules personnes à vouvoyer des gens plus jeunes que lui d'au moins vingt ans... Enfin, vouvoyer des élèves en d'autres termes. Mais d'un, cela lui paraissait normal parce qu'il ne la connaissait pas, et de deux c'était par pur respect.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Brandstone
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 58
Points rp : 2593
Date d'inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Jeu 5 Juil 2012 - 15:57

L'inconnu m'écouta parler avec beaucoup d'intérêt. Même si il avait l'air assez triste et pauvre, il était en réalité fortement sympathique. À ma timide demande, il accepta gentiment de m'aider. Je ne savais pas pourquoi, mais j'avais l'impression qu'il avait de l'affection pour moi. Enfin, je me faisais certainement des idées. Ce n'était pas la première fois que mon petit cerveau faisait ce genre d'amalgames stupides. En tous cas, l'homme accepta donc de m'aider, disant que cela ne le dérangeait pas. Il me prit alors contre lui, juste de quoi soulager la douleur et pouvoir me laisser marcher. Je me tenais fermement à sa taille, portant mes sacs de l'autre bras. Je levai la tête vers lui et souris avec toute la reconnaissance que je pouvais. Et c'était peu dire !

« Je vous remercie énormément. Je crois que je n'y serais pas arrivée seule. Ou alors en rampant, peut-être. »

Je tentai de l'humour. Mais une jeune fille de treize ans n'avait pas les mêmes blagues qu'un adulte fait. Il disait s'appeler Remus Lupin. Ce nom ne m'était pas totalement inconnu. Parfois, on parlait de lui, à Poudlard. Certains élèves disaient que « c'était trop dommage que le Professeur Lupin soit parti. Ses cours de Défense Contre les Forces du Mal étaient pourtant géniaux. ». En fait, c'était surtout depuis cette année que les élèves disaient cela... il fallait bien avouer que les cours du Professeur Snape n'étaient pas des plus intéressants, pédagogiques et amusants qui soient. Avec toutes ses rumeurs, l'envie d'avoir le professeur Lupin comme enseignant était devenue bien présente, quand le professeur Snape me grondait pour mon mauvais apprentissage de la théorie, ou ma mauvaise pratique des sorts. Enfin, je ne pouvais pas être sûre non plus qu'il s'agissait de ce Lupin-là. Mieux valait être certaine.

« Lupin ? Comme celui qui a enseigné à Poudlard il y a quelques années ? »

Après tout, ça n'était pas grave, si ce n'était pas le cas. Si ça avait été quelqu'un d'autre, je m'en serais voulu d'une telle gaffe. Mais avec lui, c'était différent. Il m'avait dit aussi qu'il n'avait rien d'urgent à faire. Une fois de plus, je levai lentement le visage et lui souris doucement.

« Je dois vous avouer que moi non plus... vu que je viens de finir mes courses. Si cela vous dit, nous pourrons aller boire quelque chose une fois que ma cheville sera soignée. Je vous dois bien ça, je pense. Et mes parents seraient du même avis. »

Oui, mes parents seraient d'accord avec moi. Ils ne m'auraient certainement pas grondés du fait que j'avais parlé avec un inconnu. En effet, ils étaient assez laxistes à ce niveau-là, faisant -tout comme moi- confiance -même un peu trop- aux inconnus. En y repensant, j'avais eu de la chance d'être tombée sur lui. J'aurais pu me faire secourir par un détraqué total. Pour ça, j'en voulais un peu à mon père et à ma mère de m'avoir élevés dans cette confiance ardue. Certes, mon père l'était moins, mais il l'était tout de même plus que le commun des mortels. Bah, ce n'était pas si grave, finalement. Je savais tout de même juger quelqu'un, non ? Quoique. En détaillant Monsieur Lupin, je me dis que ce n'était pas quelqu'un en qui on ferait confiance, au premier abord. Premièrement à cause de ses habits, qui le rendaient assez misérable, il fallait bien l'avouer. Puis aussi et surtout, à cause des cicatrices sur son visage. Elles étaient effrayantes. À tous les coups, il s'était fait un jour attaquer par une bien mauvaise créature. Il faudrait que je lui en parle. Enfin, si un jour on venait à se revoir. Car ce n'était certainement pas aujourd'hui, alors que nous venions de nous rencontrer, que j'allais le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
avatar

Messages : 112
Points rp : 2765
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 30
Localisation : Londres... Ou ailleurs.

Identité du Sorcier
Baguette magique: Ventricule de Dragon, bois d'Hêtre, 26.75 cm.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Le Bien.

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Lun 9 Juil 2012 - 23:37

Il fut légèrement surprit – et assez mal à l'aise à dire vrai – de la voir se rapprocher un peu plus car à l'origine, il lui avait simplement saisit le bras afin de l'aider à marcher. Attendez, mais il ne l'avait JAMAIS pris CONTRE lui ! Il lui avait juste pris le bras ! Or, quelques secondes plus tard, elle se retrouva presque carrément contre lui à s'aider à marcher. Le lycan, guère habitué à tous genre de contacts humains quel qu'ils soient, sentit son corps se crisper légèrement bien qu'il ne dit rien et se contenta de l'aider à marcher. Il n'aurait jamais osé lui attraper plus qu'un bras pour l'aider à avancer. Cela allait bien au-delà de ses principes... Dans sa pensée, il n'irait jamais être aussi proche d'une pour ainsi dire inconnue ; surtout une élève. Il était réservé. Même étant jeune, il était très réservé avec les gens. Les seules personnes qu'il avait un jour étreint n'étaient sans nul doute que ses meilleurs amis : James et Sirius. Et... Enfin, récemment, il y en avait une autre dont le prénom commençait par « N » et dont les cheveux roses fuchsia hantaient ses rêves éveillés ou endormis...

Il se crispa davantage en l'entendant alors lui répondre que le nom de Lupin lui disait quelque chose... Un malaise se dissipa en lui tandis qu'il se ressaisissait. Il aurait dû le prévoir, il aurait dû le prévoir … Elle l'avait entendu quelque part. A Poudlard. Sa vie était décidément maudite. Il aurait préféré qu'elle ne connaisse pas son nom. Au moins, il n'aurait pas craint qu'elle se souvienne peut-être ce qu'on avait dit à l'époque d'un professeur nommé Lupin. La rumeur avait très certainement fait le tour du château en moins de temps qu'il fallait pour compter jusqu'à deux. Une peur se distilla en lui... Dans ce cas, il ne lui faudrait pas de temps pour se rendre compte que le Lupin de l'époque et le Lupin d'aujourd'hui étaient les mêmes. Elle allait très certainement se souvenir qu'un jour quelqu'un lui avait parlé qu'un professeur prénommé Lupin avait enseigné à Poudlard était aussi un Loup-garou... C'était sa vie ça. Dès que l'on se souvenait de ce qu'il était, on s'enfuyait. La couleur miel de ses yeux s'assombrit et il s'efforça à se dire qu'il y avait une chance pour qu'elle ne connaisse pas tout...

« … Oui, comme celui qui a enseigné à Poudlard... Il y a quelques années... » fit-il d'une voix particulièrement basse et grave, à peine un murmure.

Aussi court fut-il, il avait aimé ce moment... Avec une pointe de nostalgie, il essayait aujourd'hui de ne pas y penser.

Boire quelque chose ? Oh non, mieux valait qu'il la laisse retourner à ses affaires aussitôt qu'il sera rassuré qu'elle allait bien et qu'il ne lui arriverait plus rien. Il n'avait guère envie qu'elle se souvienne de davantage sur lui et moins de temps il restera en sa compagnie, mieux cela vaudra. Même s'il n'était pas forcé de parler de lui – chose qui était d'ailleurs très rare.

« Je, je ne sais pas... Je ne voudrai absolument pas déranger ou rester trop longtemps. » Il n'avait aucune envie non plus de voir ses parents. Sans compter que, qu'allaient-ils dire si jamais ils apprenaient qu'elle avait accepté l'aide d'un inconnu. Un inconnu qui plus est habillé de façon misérable et dont les traits tirés provoquaient soit de la pitié, soit de la peur. Si de la pitié, il n'en avait jamais voulu ; de la peur, il en voulait encore moins. Tout en songeant, ils continuaient de marcher et parvinrent enfin à la boutique de l'Apothicaire. Il la fit entrer et la cloche sonna alors qu'ils pénétraient dans la boutique. Là, il la relâcha tout en la déposant sur une chaise. « Asseyez-vous. » Il haussa les épaules ensuite et poursuivit tout en esquissant un sourire gêné par son offre de lui offrir un verre pour le remercier. « Vous savez je ne vous ai absolument pas aidé pour un verre ou quoi que ce soit d'autres. Je vous assure que vous ne me devez rien. Portez-vous juste bien c'est le plus important... »

Oui, de la vie, il n'attendait jamais rien en retour en réalité...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Brandstone
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 58
Points rp : 2593
Date d'inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Jeu 12 Juil 2012 - 13:47

Monsieur Lupin sembla très mal à l'aise que je me colle contre lui pour mieux marcher. Il était vrai qu'il avait commencé à me prendre par le bras. Mais il fallait avouer que c'était bien plus simple pour moi. Enfin, cela me faisait surtout beaucoup moins mal. Histoire d'adoucir un peu l'atmosphère, je lui demandai si il était bien le Lupin qui enseignait à Poudlard. Il me répondit d'un ton grave et bas, proche du murmure, comme si il ne voulait pas que je sache quelque chose. Il m'avoua que oui, son nom était comme celui du professeur qui enseignait à Poudlard. J'étais toujours très naïve et je croyais tout ce qu'on me disait. Si quelqu'un était arrivé en face de moi en cet instant et m'avait dit que mes parents étaient mort dans un quelconque accident, je l'aurais cru. Alors qu'il n'y avait strictement aucune raison pour que mes parents décèdent en faisant les soldes. De ce fait, je crus immédiatement Monsieur Lupin. Je repris donc la parole, assez triste de la nouvelle. Certes, j'avais cru entendre des ragots à propos de lui, comme quoi il serait un loup-garou, mais je doutais grandement que le professeur Dumbledore aie engagé quelqu'un de dangereux. Qui plus est, même si cette personne qui était en train de m'aider avait été le professeur Lupin, et donc un loup-garou, nous étions en pleine journée. Et d'après ce que j'avais pu lire dans les bouquins, ils ne se transformaient que les nuits de pleine lune. N'importe qui le savait.

« Oh ! Je ne pensais pas que c'était un nom courant... j'aurais pourtant aimé parler avec le professeur Lupin ! D'après ce qu'on m'a dit, il enseignait très bien, même si les serpentard le dénigrent assez... je trouve ça méchant de le critiquer. Malheureusement, les membres de cette maison le font sans arrêt. »

Ensuite, je lui proposai de boire quelque chose. Il l'avait bien mérité, ce n'était pas tous les jours qu'on rencontrait quelqu'un d'aussi gentil que lui. Malheureusement, il ne sembla pas très emballé par cette idée. Pourtant, j'avais encore du temps devant moi : mes parents n'allaient pas finir leurs courses avant 18h. Ils devaient me rejoindre en face du Chaudron Baveur. Alors que j'allais le lui informer, nous entrâmes chez l'apothicaire. Ce dernier, un vieil homme à la tête presque entièrement dégarnie nous regarda d'un air curieux derrière ses lunettes rondes. Là, Monsieur Lupin me demanda de m'asseoir, tout en m'aidant à le faire sur une chaise basse. Il haussa alors les épaules et un sourire gêné se dessina sur son visage. Il me dit alors qu'il ne m'avait pas réellement aidé pour que je le remercie d'une quelconque manière. Il me demanda juste de garder la forme. Pour lui, c'était le plus important. Je fixai alors mon bienfaiteur avec de l'admiration : c'était vraiment la première fois que je rencontrais quelqu'un comme lui ! Jamais au grand jamais quelqu'un n'était venu me prêter main forte sans avoir quelque chose en retour. En fait, il était exactement comme moi : j'étais vraiment du genre à aider les autres sans rien en retour. Cependant, je n'étais pas convaincue non plus de le laisser partir sans quelque chose. Alors que j'allais lui répondre, l'apothicaire se racla la gorge et nous demanda ce qui nous amenait. J'expliquai rapidement la situation et le vieil homme partit dans son arrière boutique chercher un remède à mon maux. Là, je relevai la tête et plongeai mon regard dans celui fatigué de Monsieur Lupin.

« Je vois, vous êtes comme moi... vous ne demandez rien en retour. Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule. Mais c'est aussi une question de politesse : je vous invite non seulement pour vous remercier, mais aussi parce que mes parents m'ont bien éduquée. Et franchement, j'aimerais bien passer encore du temps avec vous, votre compagnie est très agréable. Et vous êtes le seul à avoir fait attention à une fillette de treize ans dans la rue. Si vous n'avez réellement rien à faire, alors acceptez mon offre... »

En fait, j'aurais été très déçue qu'il ne l'accepte pas et que nous partions chacun de notre côté. J'avais en plus un nouvel argument à ma portée :

« Qui plus est, vous voulez que je prenne soin de moi. D'accord, mais j'aimerais alors vous envoyer du courrier, quand je serai à l'école, pour vous tenir informé. Par contre, je n'en envoie pas aux inconnus ! Si nous buvons quelque chose ensemble par contre, là vous ne serez plus un inconnu pour moi ! »

En fait, je pouvais être têtue quand je m'y mettais vraiment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
avatar

Messages : 112
Points rp : 2765
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 30
Localisation : Londres... Ou ailleurs.

Identité du Sorcier
Baguette magique: Ventricule de Dragon, bois d'Hêtre, 26.75 cm.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Le Bien.

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Mer 18 Juil 2012 - 1:21

Remus avait réprimé une grimace. Oui, les Serpentards se moquaient facilement des gens qui étaient différents d'eux ou qui ne semblaient pas se montrer « dignes » selon leurs critères. Ils étaient la Maison la moins tolérante qu'il existait. Les Poufsouffles étaient tout leur contraire. Eux au moins, ne jugeaient pas que sur des préjugés... Lorsque la jeune fille lui parla du fait que le professeur nommé Lupin qui avait enseigné à Poudlard enseignait plutôt bien mais se faisait dénigrer souvent par les Serpentards, Remus réprima une grimace car cela correspondait à ce qu'il rencontrait au jour le jour de la part de tous les sorciers même s'il tentait de ne plus y faire cas.

Les Serpentards représentaient cette caste de la société qui était celle qui passait son temps à repousser les gens comme lui, ceux qui souhaitaient uniquement s'en sortir. C'était ces gens-là. Malgré tout, à l'époque où il enseignait là-bas, il n'y faisait plus trop gaffe. Même Peeves se moquait de lui en l'appelant Lupin « le turlupin zinzin ». Il se souvenait même de lui avoir cloué en quelques sortes le bec... La plupart des élèves, et des professeurs, l'aimaient bien, et puis lorsqu'ils avaient reconstitués l'Ordre il les avaient même retrouvés. Il n'y avait que Rogue en fait envers qui c'était compliqué, mais après leurs années Poudlard, il ne s'attendait pas à des miracles. Au moins évitaient-ils de se battre chaque fois qu'ils se voyaient contrairement à Sirius.

Apparemment, elle ne pensait pas que c'était lui celui qui s'appelait Professeur Lupin et qui avait enseigné à Poudlard. Certes, cela aurait pu être un homonyme, mais il n'en était rien. Il hésita cependant à le détromper dans le cas où elle saurait que le professeur Lupin était un loup-garou. Il n'aimait pas mentir. Il ne l'avait jamais aimé, mais d'un certain coté, ce n'était pas mentir. C'était juste cacher la vérité. Ce n'était pas la même chose.

Une fois dans la boutique de l'apothicaire, Remus jeta un coup d'oeil autour de lui et remarqua l'apothicaire, un petit homme au crâne dégarni, les observer par-dessus ses lunettes. Remus sentit le regard de l'apothicaire se poser sur lui et plus particulièrement sur sa cicatrice, de manière un peu trop intensif. Le pire était que Remus savait pourquoi. Il avait l'habitude de venir souvent ici le lendemain d'une pleine lune, lorsque ses transformations se passaient mal et qu'il se blessait. Il venait acheter des baumes. Fort heureusement l'apothicaire ne dit rien et ne resta pas longtemps fixé sur le visage du lycan. Il lui en fut reconnaissant. C'était un petit homme qui ne disait rien. Quelqu'un qui voyait sûrement beaucoup de choses, mais qui n'en disait jamais rien...

Lorsqu'il lui avait répondu qu'il ne lui était pas venu en aide parce qu'il attendait quelque chose en retour, la jeune fille l'observa avec une lueur dans le regard comme de l'admiration et Remus, non habitué à recevoir ce genre de sentiment à son égard, s'en sentit quelque peu mal à l'aise. Il savait comment réagir face à de la peur ; il savait comment réagir face à du mépris. En revanche, il ignorait comment réagir face à de l'admiration.

Fort heureusement, l'apothicaire lui vint indirectement en aide lorsqu'il se rapprocha et leur demanda pourquoi ils étaient entrés. Remus laissa Eléanor lui expliquer. L'homme s'éloigna ensuite afin d'aller chercher un remède dans son arrière-boutique. Eléanor en profita pour s'adresser à Remus en renouvelant sa demande. Après cela, il ne pouvait honnêtement guère refuser ; c'était proposé si gentiment. De plus, rares étaient les gens qui lui disait que sa compagnie était agréable. Enfin, elle ne savait pas par conséquent, tout s'expliquait.

« Je n'ai rien à faire dans l'immédiat. D'accord... J'accepte alors si ça peut vous faire plaisir... » fit-il simplement avec un maigre sourire, toujours légèrement mal à l'aise.

Sa demande suivante le prit par contre plus au dépourvu et il cligna des yeux, l'observa visiblement surprit. Lui envoyer des lettres ? Mais ils ne se connaissaient même pas... Elle proposait souvent ce genre de choses à des personnes qu'elle ne connaissait pas ou qu'elle n'avait vu qu'une seule fois? Et puis, ce qui l'embêtait vraiment c'était qu'il n'avait pas vraiment d'adresse personnelle. Il habitait au Square Grimmaurd. Il ne pouvait pas recevoir de courriers là-bas quand même bien que Sirius ne lui dirait sûrement rien.

« Je pense que vous pouvez envoyer les courriers au Chaudron baveur. C'est le plus simple. Le barman me gardera mon courrier.  » fit-il alors.

… C'était étrange de tutoyer une élève de treize ans quand même surtout quand on avait trente ans de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Brandstone
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 58
Points rp : 2593
Date d'inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Mer 18 Juil 2012 - 21:20

Il parut étonné de voir mon regard brillant, mais toujours assez mal à l'aise. Je n'aimais pas trop voir les gens mal à l'aise à cause de moi. J'allais donc tenter d'arranger cela. Je l'invitai alors à nouveau à boire un petit quelque chose au Chaudron Baveur. Et là, il accepta. Certes, je sentais qu'il se forçait, mais au moins il acceptait ! Ensuite, je lui proposai que nous échangions du courrier. Enfin, ce n'était pas vraiment une proposition... je le forçais, plutôt. Le pauvre Mr Lupin parut étonné. Décidément, je ne le ménageais pas. Cependant, il accepta. Mieux : il m'informa qu'il valait mieux que j'envoie mes lettres au Chaudron Baveur et que le barman les garderait de côté. Un sourire se dessina sur mon visage angélique.

« C'est d'accord ! Vous habitez au chaudron baveur, en fait ? »

Simple curiosité pour tenter d'en connaître un peu plus sur lui. Malheureusement, il n'eut pas le temps de me répondre que le vieil apothicaire revenait avec une potion. Il m'ordonna de la boire d'une traite, ce que je fis sans broncher. Le goût était par contre exécrable... on aurait dit que j'avalais une vieille eau stagnante venant des égouts. Un léger goût de fer était aussi palpable. Beurk. Je fis une grimace et quelques secondes plus tard, je sentis ma cheville plus à l'aise dans sa chaussure, elle avait certainement dégonflé. Et surtout... elle ne me faisait plus mal. Je me tournai vers mon soigneur, les yeux brillants de reconnaissance.

« Merci beaucoup monsieur ! Ça va beaucoup mieux ! »

L'homme me demanda tout de même de me mettre debout, histoire de voir si tout était bien réparé. J'obéis et pus constater qu'en effet : ma cheville était guérie ! L'apothicaire sourit, laissant apercevoir des dents jaunies par le temps. Tandis que j'allais lui demander combien je lui devais, il annonça lui-même le prix : deux gallions et cinq mornilles. Je sortis mon porte-monnaie d'une de mes poches et payai le compte juste. Mes parents m'avaient donné bien trop d'argent pour les fournitures que j'avais à m'acheter. J'avais donc assez pour pouvoir nous offrir deux bièraubeurre. L'apothicaire nous souhaita de passer une bonne journée, et je lui rendis le compliment tout en le remerciant. Je remarquai cependant qu'il fixai Mr Lupin un peu trop à mon goût. Finalement, nous prîmes congé et nous retrouvâmes sur le chemin de Traverse. Là, je repris la parole.

« Je vous remercie encore, Monsieur Lupin ! Maintenant, allons boire ce verre ! Si ça vous dit toujours, évidemment ! »


Je fis une légère pause, ne sachant pas trop si je pouvais ou non aborder ce sujet. Oh et puis, il valait mieux que je le fasse maintenant plutôt que plus tard !

« Au fait, c'est étrange, mais l'apothicaire vous fixai beaucoup. Ou alors, c'est une idée que je me suis fait... »

Maintenant que je l'avais dit, je pensais en effet que c'était une lubie de mon imagination... en fait, je n'aurais même pas dû poser cette question, car ça ne me regardait tout simplement pas. Honteuse, je baissai les yeux sur mes chaussures, et -surtout- ma cheville neuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
avatar

Messages : 112
Points rp : 2765
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 30
Localisation : Londres... Ou ailleurs.

Identité du Sorcier
Baguette magique: Ventricule de Dragon, bois d'Hêtre, 26.75 cm.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Le Bien.

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Lun 30 Juil 2012 - 20:15


La jeune fille lui demanda s'il habitait au Chaudron baveur. C'était à prévoir en fait. Il était évident qu'en lui disant qu'elle pouvait lui écrire là-bas, elle allait se demander s'il y habitait ou non. L réponse à cette question était compliqué. Remus choisit une réponse simple.

« Le gérant me dépanne quelques temps le temps que je retrouve un logement à moi. » fit-il en esquissant un petit sourire au moment le vieil Apothicaire ce qui fit qu'il fut exempté de développer sa réponse. Il en fut par ailleurs ravi.

Le Chaudron baveur comme adresse, c'était ce qu'il y avait de plus simple car il était très souvent en mission pour l'Ordre. Par conséquent, durant ses absences, Tom lui gardait son courrier en le mettant dans une boîte en fer chez lui. Il n'y avait pas à dire, c'était vraiment un homme sympathique. Enfin, de toutes façons, il était bien rare que le lycan reçoive du courrier. Le barman ne devait donc pas être souvent dérangé par les hiboux apportant des lettres à Remus Lupin. Qui donc lui écrirait d'ailleurs ? Les membres de l'Ordre communiquaient plus sûrement par le biais de leur Patronus, le moyen le plus sûr qu'il connaissait parce que le message ne se délivrait qu'à la personne à laquelle il était adressé.

Hormis l'Ordre, il ne voyait pas qui pouvait lui écrire.

Remus attendit en silence complet que l'apothicaire s'occupe de la jeune fille comme il se devait. L'homme connaissait son métier. Il l'avait d'ailleurs toujours bien conseillé en baumes et potions lorsqu'une ou deux anciennes blessures se rouvraient après une transformation. De plus, s'il ne lui faisait pas crédit pour les produits qu'il achetait – Remus ne l'aurait jamais voulu de toutes façons – il profitait souvent des prix les plus bas. Souvent, pour se payer ne serait-ce qu'un seul baume apaisant pour ses douloureuses courbatures d'après pleine lune, il travaillait un ou deux jours au Chaudron Baveur où Tom l'employait pour le dépanner. Cela lui permettait de se faire un peu d'argent.
Lorsqu'ils en eurent terminé, Remus salua l'apothicaire avec respect puis ressortit dehors en laissant Eléonore payer l'apothicaire. Le vent frais lui arrivant en plein visage le fit remonter de nouveau un peu son col et il glissa ses mains dans les poches de sa cape tout en attendant que la jeune fille le rejoigne dehors.

Elle sortit enfin et le remercia encore. Remus esquissa un léger sourire puis haussa les épaules. Ce n'était vraiment pas grand-chose ce qu'il avait fait. Il l'avait juste accompagnée à la boutique de l'apothicaire afin qu'on soigne sa cheville. Elle allait beaucoup mieux à présent, cela se voyait sur son visage. Son enthousiasme faisait plaisir à voir. D'ailleurs, il lui faisait un peu penser à celui de Nymphadora... Alors que ses pensées le ramenaient à la jeune femme justement, il s'exhorta de ses pensées en entendant Eléonore lui parler et il sentit ses entrailles se nouer douloureusement alors qu'elle lui faisait remarquer que l'apothicaire le fixait souvent dans la boutique... Ah elle avait remarqué... Un léger malaise s'insinua en lui mais il répondit simplement, esquissant un léger sourire.

«Ah, oui, c'est juste que l'on se connaît. Je viens souvent lui acheter des potions. C'est tout. Je suis assez piètre Potionniste à mon grand regret. »  termina t-il en lui souriant un peu. Ce qui n'était pas faux. Enfin, à ses ASPICs, il était parvenu à décrocher un « Acceptable » quand même, mais les Potions n'étaient pas son domaine de prédilection. Ce n'était pas pour rien que Rogue lui préparait sa potion Tue-Loup – sur demande de Dumbledore évidemment mais quand même.  « Oui, oui, bien sûr, allons-y. Il fera plus chaud à l'intérieur. » reprit-il en esquissant un bref sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Brandstone
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 58
Points rp : 2593
Date d'inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Dim 5 Aoû 2012 - 11:53

    Suite à ma question Monsieur Lupin m'avoua que le gérant du Chaudron Baveur le dépannait, le temps qu'il trouve un logement. Il m'avait dit ça, un petit sourire au coin des lèvres. Cet homme était quelqu'un de vraiment sympathique, qui répondait à mes questions sans râler. C'était bien rare. L'apothicaire vint alors me donner une potion pour soigner ma cheville. Pendant ce temps, Monsieur Lupin attendait avec silence. Heureusement, il n'était pas le genre de personne qui n'arrêtait pas de parler. C'était assez agaçant : j'avais justement une amie comme ça, à Poudlard. Je ne pouvais que rarement ouvrir la bouche. Au moins, le silence de Monsieur Lupin était paisible. Qui plus est, je ne parlais pas beaucoup non plus -enfin tout était relatif- du coup, nous baignions dans un calme merveilleux.

    Ma cheville était maintenant guérie. Alors que j'allais payer mes soins, Monsieur Lupin sortit du magasin, m'attendant dehors. Après avoir payé les deux gallions et cinq mornilles que coûtait ma potion, je sortis à mon tour et remerciai une fois de plus mon sauveur. Je lui fis aussi part de mes observations, comme quoi l'apothicaire l'avait, d'après moi, beaucoup fixé. Il m'expliqua alors que c'était normal, car il venait souvent chercher des potions chez lui. À son grand regret, il était très loin d'être un maître des potions. Je souris.

    « Je ne suis pas très douée non plus, je vous avoue... surtout à l'époque du Professeur Snape... heureusement, depuis que c'est le Professeur Slughorn qui nous donne cours de potions, mes notes ont grimpées ! Par contre elles ont largement baissé en Défense Contre les Forces du Mal... »

    J'avais dit ça, une petite moue triste sur le visage. J'aimais pourtant beaucoup les cours de Défense Contre les Forces du Mal -sauf ceux que nous avions eu l'année dernière avec le Professeur Ombrage. C'était donc assez frustrant de voir mes notes baisser ainsi. Malheureusement, je n'avais pas grand chose à y faire : je travaillais déjà plus qu'il n'en fallait pour le dire.

    Je proposai alors à Monsieur Lupin d'aller boire notre bièraubeurre tout de suite, ce qu'il accepta avec bon cœur, avouant que nous serions bien plus au chaud à l'intérieur. Je pris alors la direction du Chaudron Baveur. Nous y arrivâmes bien vite, heureusement. Et heureusement aussi, je n'étais cette fois, pas tombée. Le bar était assez peuplé de personnes voulant elles aussi se réchauffer. Nous prîmes place à une table, légèrement isolée des blablas extérieurs. Je posai mes courses à côté de ma chaise, et enlevai ma veste beige, gardant néanmoins mon écharpe aux couleurs de ma maison. Le barman vint alors à notre rencontre, nous demandant ce que nous allions bien pouvoir prendre.

    « Une bièraubeurre s'il vous plait ! Et vous Monsieur Lupin, qu'allez-vous prendre ? »

    Je lui fis mon merveilleux sourire, attendant qu'il commande à son tour. Un fois que cela fut fait, je ne sus quoi lui demander. Certes, j'avais des questions, mais je ne savais pas trop si je pouvais les poser. C'était plus d'ordre « personnel », genre « Dans qui travaillez-vous », « Avez-vous de la famille », etc. Même si nous nous entendions bien, je ne savais pas trop si je pouvais aborder de tels sujets. Bref, j'attendis donc que lui, me pose une quelconque question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
avatar

Messages : 112
Points rp : 2765
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 30
Localisation : Londres... Ou ailleurs.

Identité du Sorcier
Baguette magique: Ventricule de Dragon, bois d'Hêtre, 26.75 cm.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Le Bien.

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Lun 20 Aoû 2012 - 16:00

La jeune Eléonore n'était pas très douée elle non plus en Potions. Lorsqu'elle mentionna le professeur Rogue, le lycan retint un sourire crispé. Effectivement, avec un tel professeur, il était difficile d'obtenir de bonnes notes sauf si vous étiez à Serpentard. Dans ce cas, vous aviez ses félicitations personnelles. Remus était certain qu'il était bien plus tolérant envers les élèves de sa Maison et risquaient davantage de les aider eux plutôt que les autres Maisons à améliorer leurs notes. Il y avait différents types de professeurs. Remus Lupin, lui, serit du genre à essayer de donner une chance à beaucoup de monde, de les aider même à améliorer leurs acquis. Severus Rogue, lui, faisait le tri d'office; il ne prenait que les gens qui se distinguaient dès le début sans plus chercher à s'occuper des autres. Ce qui n'était pas juste. Tous les élèves quels qu'ils soient avaient le droit de réussir.

“Le professeur Rogue a effectivement des méthodes d'enseignement que je suis loin d'approuver forcément...”

Il y avait des personnes qui travaillaient très fort pour réussir – contrairement à certains, et c'étrait dommage qu'on ne les aide pas davantage ou qu'on ne penne pas le temps de voir avec eux comment améliorer leurs points faibles. Lorsqu'il avait été à Poudlard, lui, n'avait jamais eu vraiment de mal dans la plupart des matières. Il avait cette soif de connaissances et de livres qui avait presque failli l'envoyer à Serdaigle. Il cherchait à faire des devoirs le plus parfaits et complets possible. Même en Potion, ou Histoire de la Magie, il passait des heures à la bibliothèque pour les rédiger – tands que ses amis ne passaient jamais plus de deux heures. Et encore deux heures relevait du miracle...

Ainsi, rares étaient ses devoirs qui faisaient moins de quatre parchemins. Ses meilleurs amis avaient même pruis l'habitude de lui demander quelques conseils sur comment il rédigerait telle chose ou quel argument avancerait-il en premier. Bien sûr, il refusait absolument qu'ils copient sur lui totalement car il ne voulait pas être complice de tricherie. Sans compter qu'il était rare qu'il n'avait pas à leur passer ses cours pour qu'ils recopient. En effet, les trois zigotos ne prenaient pas la peine de prendre leurs notes complètement sachant que Remus leur permettrait volontiers de copier ses notes de cours le soir.

Laissant la jeune fille entrer en premier, il la suivit dans le pub du Chaudron baveur. Le trajet ne fut pas bien long jusqu'au pub dans lequel il avait l'habitude d'aller. Dès en entrant, il chercha du regard où se trouvait Tom et lorsqu'il l'eut aperçu, il le salua d'un léger signe de tête et d'un sourire. Il laissa Eléonore choisir la table qu'elle voulait mais il fut rassuré que choix se fut porté sur une table assez éloignée de la foule venue ici pour se réchauffer devant une bonne boisson chaude alcoolisée telle qu'une Bierreaubeurre. Il laissa d'ailleurs commander Eléonore avant de passer commande lui-même, accompagnant cela d'un léger sourire.

“Comme d'habitude Tom. Une Bierreaubeurre.”

“Très bien.” fit ce dernier en ajoutant leur commande sur un petit calepin avant de se pencher cependant vers Remus. “Au fait, tu as reçu du courrier hier, je te l'amène ici?”

“Je viendrai le chercher tout à l'heure.” répondit-il avec un sourire tandis qu'il se demandait bien de qui cela pouvait-il s'agir. Le barman hocha silencieusement et la tête et partit chercher leur commande. Le lycan se retourna enfin vers Eléonor pour lui sourire.

“Alors, vous passez de bonnes vacances de Noël j'espère mademoiselle?”

Remus n'avait jamais été très doué pour faire la conversation aux gens. Hormis le temps, de quoi pouvait-il parler ? C'était encore plus difficile avec les gens qu'il ne connaissait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Brandstone
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 58
Points rp : 2593
Date d'inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Sam 25 Aoû 2012 - 17:17

    Le visage de Monsieur Lupin se crispa, quand je lui parlai du professeur Snape. Il m'avoua d'un ton que je trouvais amer, qu'il n'approuvait pas vraiment les méthodes de l'ancien Serpentard... c'était sûr. Peu de personnes approuvaient ses méthodes. Il n'y avait que les élèves de sa maison pour le faire. Je soupirai.

    « Oui... il n'est pas agréable à vivre. Je n'aime pas du tout ses cours... puis il me fait peur, je dois bien l'avouer. »

    Après avoir proposé à Monsieur Lupin d'aller boire, nous nous rendîmes au Chaudron Baveur. Là, nous nous installâmes à une table légèrement isolée. Nous pouvions ainsi parler sans être dérangés. Le barman, Tom, vint prendre notre commande. Je demandai une bièraubeurre, et mon invité prit la même chose. Tom lui apprit aussi qu'il avait reçu du courrier, et Monsieur Lupin lui demanda de le mettre de côté, car il viendrait le chercher plus tard, sûrement à la sortie. Le barman alla alors prendre notre commande. À ce moment, mon sauveur se tourna vers moi, affichant un joli sourire. Il me demanda comment s'étaient passées mes vacances. Ouf, au moins il trouvait un chouette sujet de conversation. Je ne pus m'empêcher de sourire et de rougir légèrement suite à l'appellation qu'il m'avait donnée. « Mademoiselle »... on ne m'appelait pas souvent comme ceci, je devais bien l'avouer. C'est avec vigueur que je lui répondis.

    « Oh mes vacances... elles se sont très bien passées ! J'aime beaucoup rentrer à la maison, pour voir mes petits frères et mes parents. Ils sont toujours très curieux de savoir ce que je fais à Poudlard. Ils adorent que je leur montre des sorts, même si je ne suis pas très douée. »

    Un léger silence s'empara de moi. Je repris, cette fois fort peu convaincue.

    « Parfois, je me demande si on ne s'est pas trompé, et qu'on ne m'a pas envoyé à Poudlard par erreur... je suis tellement mauvaise... j'arrive à peine à avoir la moyenne. »

    Et c'était malheureusement vrai... mais il valait mieux que je ne m'attarde par là-dessus. Je finis par lui demander, à mon tour :

    « Et vous ? Vos vacances ? Enfin... vous travaillez ? »

    Bon, je m'étais dit que ce n'était pas le genre de sujet à aborder, certes. Mais il fallait bien que nous parlions de quelque chose, n'est-ce pas ? Le barman revint alors et déposa devant chacun d'entre nous, une pinte de bièraubeurre bien remplie. Je le remerciai, le payai sans demander mon reste et, tandis qu'il filait, buvais une gorgée du précieux liquide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
avatar

Messages : 112
Points rp : 2765
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 30
Localisation : Londres... Ou ailleurs.

Identité du Sorcier
Baguette magique: Ventricule de Dragon, bois d'Hêtre, 26.75 cm.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Le Bien.

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Dim 2 Sep 2012 - 20:40


Remus faisait des efforts pour paraître agréable et de bonne compagnie aux gens parce que rares étaient les gens qui lui parlaient et surtout ceux qui ne le connaissaient pas. Comment leur en vouloir ? Avec les cicatrice qu’il avait sur le visage, cet fatigué, cette expression éteinte sur son visage prématurément vieilli... Il n’était pas l’archétype de l’individu à laquelle on aimait parler. Pourtant, malgré cela, certaines personnes trouvaient ses sourires agréables et ses regards chaleureux. Une mystérieuse force aussi se dégageait de sa personne et lorsqu’il se trouvait avec ses amis, il pouvait semblé plus ou moins joyeux et faire preuve d’humour. Près des personnes avec lesquelles il pouvait être lui-même, il était plus détendu et pouvait se montrer drôle.

Eléonore lui parla du déroulement de ses vacances et à quoi elle les passait. Il apprit qu’elle avait des frères et soeurs et qu’elle leur montrait souvent des sorts, que cela les amusait beaucoup mais qu’hélas, elle n’était pas très doué. Un peu plus tard, elle ajouta même douter de ses capacités et se demander si le choixpeau ne s’était pas trompé et qu’elle était bien une sorcière. Remus avait souvent entendu cela. Si les gens se trouvaient nuls généralement, cela n’avait qu’une signification c’était autrui qui les faisaient se sentir nuls par rapport aux autres ou qui ne les aidaient à exploiter au maximum leurs capacités. Quoique pour une minorité certes, il n’y avait pas d’espoir... Mais dans l’année où il avait enseigné il n’avait jamais été déçu par aucun de ses élèves - ou alors c’était qu’ils voulaient bien ne pas faire d’efforts.

“Vraiment? C’est bizarre. Comment cela se fait-il? Peut-être que tu n’as pas assez de confiance en toi. Cela peut influencer grandement la réussite d’un sort. Certains professeurs peuvent également ne pas mettre spécialement à l’aise. Il y a eu un élève, un jour, auquel j’ai enseigné. Il manquait cruellement de confiance en soi et personne n’osait lui donner sa chance. Timide et maladroit, je lui ai demandé un exercice, devant toute la classe. C’était un Epouvantard. L’élève en question a très bien réussi à surmonter sa peur... et je crois, que depuis il a gagné un peu en confiance en lui... Même si je doute qu’il se soit amélioré grandement en cours de Potions. Certaines personnes mettent plus de temps à démarrer. ” Anticipant cependant la surprise et l’interrogation d’Eléonore, il ajouta. “Oui mademoiselle, j’ai été professeur à une époque.” Une bonne expérience. Expérience qu’il lui arrive de regretter aujourd’hui parfois... “Ça a été une courte expérience mais la meilleure de ma vie.” Il esquissa un léger sourire avant de porter son goblet à ses lèvres pour en boire le liquide. Du coup, il avait omis de répondre à la question qu’elle lui avait posé à savoir s’il travaillait en ce moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Brandstone
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 58
Points rp : 2593
Date d'inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Lun 24 Sep 2012 - 19:38

    La présence de monsieur Lupin était vraiment agréable. D'ailleurs, il sembla soucieux du fait que j'étais assez mauvaise élève. Il évoqua l'idée que j'avais sûrement fort peu confiance en moi. C'était vrai. Au début de mes études, j'avais une assez bonne image de moi-même, mais ça s'était dégradé avec le temps. Depuis, ça allait de mal en pire. Il m'expliqua aussi que c'était sûrement à cause de la manière d'enseigner de certains professeurs. Il m'avoua qu'il avait eu un élève qui manquait lui aussi cruellement de confiance en lui. Il lui avait fait faire un exercice devant toute la classe, et il avait dû surpasser sa peur -il était confronté à un épouvantard. L'air de rien, je fus légèrement surprise d'apprendre que Monsieur Lupin avait été professeur, tout comme son homonyme. Avant même que je ne puisse dire quoi que ce soit, il me confirma que oui, il avait été enseignant et que ça n'avait pas duré bien longtemps. Je baissai les yeux sur ma bièraubeurre, l'air légèrement tristounette.

    « Malheureusement, je ne sais pas si beaucoup de professeurs me donneront un jour une chance comme celle que vous avez donné à cet élève... »

    Il n'avait pas répondu à ma question, mais ce n'était rien. Nous étions maintenant sur un sujet assez passionnant : l'enseignement et les difficultés scolaires. Je soupirai quand tout d'un coup, je me rappelai quelque chose d'important : il y avait quelques années -c'est-à-dire l'année pile avant celle de mon arrivée à Poudlard- le Professeur Lupin avait donné un cours sur les épouvantards. Et Neville Londubat s'était retrouvé face à un Snape terrifiant. Ça avait fait le tour de l'école et, pour tout avouer, certains murmures à propos de cette époque revenaient encore de temps en temps dans les couloirs. Je fronçai les sourcils tout en lançant un regard plus que jamais étonné à Monsieur Lupin, qui était face à moi. J'ouvris légèrement la bouche et murmurai :

    « Mais... vous... vous êtes le Professeur Lupin ? Celui qui a enseigné à Poudlard il y a quatre ans ? »

    Je n'allais tout de même pas dire « Vous, le loup-garou ? ». Parce que de toute manière, même si son « statut » était quelque peu spécial, il n'était pas dangereux. Les seuls élèves qui voulaient vraiment que le professeur Lupin s'en aille n'étaient autres que les Serpentard. Dans notre maison, nous l'aimions beaucoup -enfin, c'était ce que j'avais cru comprendre. Puis j'avais largement eu le temps de voir que Monsieur Lupin était quelqu'un de très gentil et même de très serviable. La preuve : ce n'était pas tous les jours qu'on tombait sur quelqu'un qui vous aidait quand vous tombiez lamentablement dans la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
avatar

Messages : 112
Points rp : 2765
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 30
Localisation : Londres... Ou ailleurs.

Identité du Sorcier
Baguette magique: Ventricule de Dragon, bois d'Hêtre, 26.75 cm.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Le Bien.

MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   Jeu 11 Oct 2012 - 12:04



Remus sentit son cœur s'arrêter dans sa poitrine, du moins eut-il cette impression. Lorsqu'elle lui demanda s'il était le professeur Lupin, celui qui avait enseigné quatre ans auparavant à Poudlard, le lycan sut qu'il avait dit quelque chose de trop. Pourtant, ce n'était pas son habitude d'en dire trop. Bien au contraire, il en disait toujours plutôt pas assez que trop. Il sentit quelque chose au fond de lui se briser. Est-ce qu'elle savait ?! Question bête. Evidemment qu'elle savait... Il ne se faisait guère d'illusions : lorsqu'il avait pris la décision de quitter prématurément son poste de professeur à Poudlard, il savait que la nouvelle se répandrait rapidement au sein du château... Parmi les élèves.

Il savait que Rogue s'en donnerait à cœur joie. Même si bien entendu, il nierait sans doute toujours que le fait qu'il soit un loup-garou, un « outcast », une créature dangereuse de la nuit, lui avait échappé... Remus pourrait-il un jour juste aller dans un endroit sans que l'on sache ce qu'il était ? Pourrait-il un jour espérer que des gens le voient davantage comme étant « Remus John Lupin, fils de John et Mary Lupin » et non comme « Remus Lupin le loup-garou ? » Pouvait-il un jour espérer être reconnu pour ce qu'il était vraiment et non pour ce qu'il était une seule fois par mois ? Il trouvait presque étrange qu'Eleanore ne se soit pas encore enfuie - surtout si elle savait. Peut-être la peur la paralysait-elle ? Non... Son regard ne semblait distiller aucune peur...

Remus avala sa salive et plongea ses lèvres dans la tasse de thé. Il sentait sa gorge sèche mais malgré le liquide qui descendait le long de sa trachée, sa gorge demeurait toujours aussi sèche. Devait-il reposer son verre, se lever et s'en aller avant de s'enfoncer plus loin dans cette discussion qui ne pourrait qu'aller de pire en pire? Il semblait cependant incapable de bouger. Il sentait son cœur résonner dans sa poitrine à lui en faire mal, comme chaque fois qu'on lui rappelait ce qu'il était, sauf qu'avec le temps habituellement il avait toujours pu apprivoiser cette douleur. Il la maîtrisait, tout comme il parvenait à maîtriser le flot de son émotion en quasiment toutes circonstances.

« C'est... Je dois avouer qu'il y ait de fortes... Chance que ce soit moi... mais nous ne sommes pas là pour parler de moi... » fit-il de son habituelle voix calme et douce mais pourtant ferme. Au moins, c'était réglé. Il n'avait pas envie d'en parler... A quoi bon parler du passé ? Et puis il n'allait pas en parler avec une élève. Il n'allait d'ailleurs en parler avec personne : ils étaient dans un lieu public alors il espérait qu'elle aurait le tact de ne pas prononcer le mot loup-garou ici. Ni ailleurs. « Je pourrai t'aider si tu veux... Je ne suis plus professeur et je n'ai aucune raison d'agir ainsi mais si un jour tu as besoin d'aide pour tes cours... » Il était toujours ravi d'aider. Néanmoins, il comprendrait qu'elle ne veuille pas. Elle ne le connaissait pas après tout. Pourquoi irait-elle accepter quelque chose d'un pur inconnu? Surtout « quelqu'un comme lui ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une chute enneigée [PV Remus L.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une chute enneigée [PV Remus L.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» terrain enneigé
» Union enneigée, Union pour l'éternité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Hors Poudlard - :: Le Chemin de Traverse :: Rue-