- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Chat & maladresse. [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3938
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mer 17 Aoû 2011 - 8:06

    Maintenant, ma grand-mère se faisait vieille. Quand je reçus ma liste de fournitures scolaires, elle fut ravie, mais me dit doucement qu'elle ne pouvait m'accompagner, cette année. Mon père étant parti en voyage d'affaire pour deux semaines, il ne pouvait venir non plus. Je décidai donc d'y aller seule le lendemain matin.

    Je me levai donc à la première heure et pris rapidement une douche. Je m'habillai d'une longue jupe noire à dentelle ainsi que d'un corset de la même couleur. J'allai à la cuisine histoire d'avoir un bon petit déjeuner. Là, ma grand-mère m'attendait, avec notre elfe de maison, Gipsy. Cette dernière venait de me préparer de merveilleux œufs sur le plat. Nous étions tous les trois fort sympathiques avec elle. Nous l'aimions énormément et nous savions que notre vie ne serait pas pareille si elle n'était pas là. Et elle nous le rendait bien. Certes, c'était dans sa nature, mais je la sentais plus gentille que certains autres elfes.

    Bref, je mangeai de bon appétit, remerciai Gipsy pour ce si bon repas et me levai. Ma grand-mère m'apporta une cape bordeaux à dentelle noire que j'enfilai puis pris une poignée de poudre de Cheminette et m'engouffrai dans la cheminée après avoir salué une dernière fois Gipsy et ma grand-mère.

    « Chemin de Traverse ! »

    Comme d'habitude, je me mis à tourner sur moi-même, voyant défiler divers salons devant moi. Puis, tout s'arrêta, et je me retrouvai au Chaudron Baveur. Je sortis de la cheminée et Tom le Barman me fit un geste de la main. Je le lui rendis et partis en direction de l'arrière salle, où se situait l'entrée du Chemin de Traverse. Je sortis ma baguette et tapotai une des briques. Le mur se changea alors, laissant place à une arcade, montrant la magnifique Allée de magasins.

    J'allai d'abord à Gringotts, me chercher de l'argent. Les petits gobelins étaient détestables, mais c'était compréhensible, compte tenu de ce qu'ils avaient vécu avec les sorciers. Ensuite, j'allai chez Fleury & Bott, m'acheter les livres obligatoires pour cette année. Tandis que je passais devant l'animalerie, l'envie de m'offrir un chat commença à se faire sentir. Je jetai un rapide coup d'oeil en passant et vit un petit chaton noir et blanc, roupiller tranquillement dans la vitrine. Ce fut le coup de coeur et je dus vraiment m'empêcher d'entrer et de l'acheter.

    Bref ! Il fallait que je me ressaisisse. Je continuai ma route jusqu'à la librairie. Quand tout d'un coup, je bousculai quelqu'un. En même temps, je trébuchai sur un des pavés et m'éclatai littéralement à terre, de tout mon long.

    Je grinchai.

    « Vous pouvez pas faire attention... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3463
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mer 17 Aoû 2011 - 12:16

    La date de rentrée à Poudlard approchait de jour en jour et durant le mois d’Août, beaucoup d’enfants et adolescents jonchaient les rues du Chemin de Traverse afin d’acheter les fournitures nécessaires pour mener à bien ses études. Olivia faisait parti de ces étudiants puisqu’elle était elle aussi une élève. Cette année, elle passerait en cinquième année et ce serait une année bien différente puisque les examens de fin d’année qu’elle passerait étaient bien plus importants qu’auparavant. Elle passerait les BUSE et d’après ses cousins, il ne fallait pas se relâcher puisque la partie était loin d’être facile. Néanmoins, la jeune fille avait beaucoup d’avance sur ses camarades puisqu’elle s’était déjà enrichie le cerveau avec les manuels scolaires d’une de ses grandes cousines qui passait, cette année, en septième année. Juste par simple curiosité, elle avait lu quelques chapitres très instructifs et elle était donc impatiente de se payer le même livre pour pouvoir le dévorer entièrement.

    La lecture faisait partie de ses plus grandes passions. Ils étaient sa principale motivation pour se rendre aujourd’hui sur le Chemin de Traverse. Quelques jours auparavant, elle avait fait entrer un Hibou aux plumes presque dorées dans son salon et avait lu les lettres qui étaient accrochées à ses pattes. Il s’agissait tout simplement d’une lettre lui informant de la date de rentrée ainsi que la liste des fournitures. C’était quelque chose d’importants pour éviter d’acheter tout et n’importe quoi. D’ailleurs, sa mère avait préféré l’accompagner pour la surveiller dans ses achats puisqu’elle pensait que sa fille profiterait de sa bourse en gallions pour se faire des folies. Pourtant, Olivia lui avait assuré qu’elle ne se payerait que quelques bonbons pour combler sa faim mais il semble que la confiance ne régnait pas tellement aujourd’hui. La brunette s’avança vers la cheminée du salon et après avoir prononcé le lieu de destination souhaité, elle disparut dans ses flammes vertes. Le trajet fut à la fois rapide et brusque ; parfois, elle se cognait contre les parois métalliques mais sinon, elle put atterrir sur les pieds avec un petit sourire. Elle ne souriait pas souvent sauf quand quelque chose l’amusait. Ce qui amusait donc la Serdaigle à son arrivée, c’était la vue des clients du chaudron baveur. Le lieu était animé et cela lui rappelait sans cesse qu’elle s’approchait pas à pas du chemin de traverse. Depuis quelques temps, elle voulait absolument s’y rendre puisque comme Pré-Au-Lard, c’était un lieu où elle se sentait libre, aussi libre qu’un oiseau planant dans les airs. En compagnie de sa mère, elles saluèrent Tom le Barman et quelques sorciers qu’elles connaissaient avant d’ouvrir le passage de briques qui se dressa devant eux. Lorsque l’arcade fut formée, un vacarme fit vibrer leurs tympans. Entre les discussions, les bruits artificiels des objets magiques et les hululements des hiboux, il était difficile de se faire entendre. Néanmoins, l’ambiance si joyeuse de cette rue pavée ne pouvait que vous rendre joyeux et vous faire oublier les ennuis qui vous courent après.

    « - Maman, je te propose que chacun aille de son côté, s’il te plait. J’achèterais mes livres moi-même. »

    La demoiselle ne voulait pas vraiment lui fausser compagnie mais elle préférait être seule pour mener ses propres achats. Elle connaissait bien sa mère qui en profitait toujours pour se rendre dans des boutiques et s’acheter des bibelots, des vêtements alors qu’elle en a déjà une tonne ou d’autres choses sans importances. Si sa mère désirait dépenser son argent, qu’elle le faisait seule dans ce cas. La jeune femme afficha une grimace à sa fille mais accepta tout de même la proposition. Elles se séparèrent donc en empruntant chacune une direction opposée à l’autre. Olivia marcha lentement en regardant ses pieds et en levant parfois le regard lorsque des magasins magiques l’intriguaient. Il y avait une belle boutique de farces et attrapes qui attirait énormément de clients mais c’était surtout à cause de cette grande foule qu’elle préféra s’y rendre plus tard. Tout d’abord, il fallait trouver une confiserie parce que la bleue et bronze ne pouvait s’imaginer faire toutes les boutiques sans une sucette à la bouche. Dans une petite rue vers l’Ouest, elle trouva son bonheur. C’était aussi grand et diversifié que chez Honeydukes. Sans hésiter, Olivia poussa la porte et constata qu’elle avait de la chance puisqu’il n’y avait pas grand monde. Ainsi, cela éviterait d’attendre bien longtemps à la caisse. Il lui fallut au final dix minutes pour parcourir tous les rayons, faire une liste de ce qu’elle aimait sur un bout de parchemin, trier selon ses goûts et finalement choisir ce qu’elle désirait vraiment. Au final, son gros paquet de sucrerie lui coûta trois gallions. Elle ressortit donc toute heureuse et motivée pour faire le plein en fournitures. Elle fourra le paquet de bonbons dans son sac qui avait subi un sortilège d’extension puis fit disparaître le plastique qui recouvrait une grosse sucette multicouleur. Cette sucette avait le don de vous colorer les lèvres ainsi que la langue aux sept couleurs de l’arc-en-ciel.

    Lorsqu’elle l’a plaça sur ses lèvres, ces dernières changèrent de couleur comme si elle avait appliqué du rouge à lèvre dessus. Cela donnait un très joli rendu assez clown mais le mieux dans tout cela était le goût délicieux de la friandise. Elle s’avança donc jusqu’à la rue principale du chemin de traverse en direction de Fleury et Botts. L’une des premières choses qui venaient après l’achat des bonbons qu’elle effectuait chaque année, c’était bien aller jusqu’à cette grande librairie. On y trouvait presque tout et c’était l’une des plus célèbres librairies où les gens se rendaient pour réserver et acheter. Tout en écoutant les conversations des sorcières qui marchaient derrière elle, la jeune demoiselle leva les yeux en observant calmement le ciel. Sa nature rêveuse la faisait planer dans les nuages et peu à peu, elle oublia les personnes aux alentours. Elle pensait à son futur… après Poudlard, elle était prête à travailler pour le Ministère de la Magie et peut être travaillerait-elle sous les ordres de sa grand-mère haute gradée, qui sait. Toutefois, ce n’était pas une bonne idée d’être plongée dans son monde imaginaire puisqu’elle ne faisait désormais plus attention à la réalité. Sans le vouloir, elle bouscula une personne. Ce choc eut le don de réveiller Olivia qui, paniquée, eut le réflexe de se rattraper à temps en tenant l’équilibre grâce à son agilité physique. Totalement perturbée et sortie brusquement de son petit nuage, elle observa de ses yeux ronds et bleus la personne qu’elle avait heurtée. Contrairement à elle, la personne en question était tombée par terre. Les sorciers, aux alentours, durent la contourner pour poursuivre leur chemin. Olivia n’aimait pas attirer l’attention sur elle parce qu’avoir toute une paire de yeux qui vous regardent bêtement, c’était horrible. Très gênée d’avoir fait tomber cette personne par mégarde, elle lui tendit le bras pour l’aider à se relever. La victime n’eut visiblement pas l’air contente et lui demanda si elle n’avait pas pu faire attention.

    « - Oh, je suis vraiment désolée. Je ne regardais pas devant moi. »

    Olivia observa attentivement son interlocutrice comme pour analyser son visage ou ses expressions. Oui, elle connaissait cette jeune fille qui étudiait également à Poudlard, tout comme elle. Non seulement elle était une Serdaigle mais elle était dans la même classe que elle. Comment pouvez-vous ne pas reconnaître une fille de votre classe avec qui vous avez passé quatre ans dans les mêmes salles de cours ?

    « - Tu ne t'es pas blessée ? » demanda t-elle en essayant d'inspecter le corps de l'autre fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3938
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mer 17 Aoû 2011 - 17:27

    Je m'étais donc retrouvée face contre terre. Littéralement. La personne m'ayant bousculée me lança d'un ton paniquant qu'elle était désolée et qu'elle n'avait pas regardé où elle allait. Bizarre, je n'avais pas remarqué. J'avais déjà entendu cette voix quelque part. Je me remis tant bien que mal debout, en prenant appui sur mes mains. Je n'étais pas très habile. On pouvait même me qualifier de maladroite. Je me retournai en direction de la personne qui m'avait poussée. Quand je la vis, je ne pus m'empêcher d'écarquiller les yeux. Il s'agissait de Taylor. Nous étions dans la même année et la même maison. Nous nous étions quelques fois parlé durant les cours, mais rien de bien concluant. Elle avait ses amis, j'avais les miens. Ou du moins, j'avais Rigel. Contrairement à son habitude, Taylor avait les lèvres changeant de couleur. Elle devait avoir mangé une sucette arc-en-ciel, ou un bonbon du genre. Ma grand-mère m'en offrait souvent quand j'étais petite. Et cela faisait bien longtemps que je n'en avais plus eu sous la langue.

    Nous nous dévisageâmes comme cela quelques instants. Nous avions toutes les deux bien changé depuis notre première année. Finalement, je trouvais cela dommage que nous n'ayons pas plus parlé par le passé. Peut-être que j'aurais été moins irritée par sa bourde. Enfin, elle paraissait sincèrement désolée. Je me calmai donc doucement à ces paroles. D'ailleurs, elle reprit, me demandant si je n'étais pas blessée. Je fis rapidement un état de moi-même. Certes, j'avais les mains écorchées, mais ce n'était pas trop grave. Ma grand-mère avait une très bonne potion contre cela. Il y avait par contre ma jupe. Elle était dans un état pitoyable. Déchirée et sale. Je pris alors la parole, d'un ton décontracté. Ce n'était rien de bien grave.

    « Ca va, ne t'en fais pas. J'ai quelques écorchures mais ça se guérira vite. Pour ce qui est de ma jupe... »

    Je m'interrompis en prenant ma baguette magique qui heureusement n'avait rien subi. Je la pointai vers les déchirures et la saleté du tissu et prononçai un sortilège qui la répara d'un coup. Ensuite, je lançai un « récurvite » et la poussière disparu... Comme par magie. J'étais habituée à ce genre de sorts. Ma grand-mère en avait souvent assez de réparer les affaires de mon père. J'avais donc pris la relève. Je relevai la tête, souriant à Taylor.

    « Tu n'as pas à t'excuser, je n'ai qu'à avoir une meilleure adresse. C'est aussi de ma faute. Et puis j'étais un peu dans la lune... »

    Mon interlocutrice était bien connue pour être elle-même la tête dans les nuages assez fréquemment. Enfin, pour ma part, ce n'était pas tout le temps. Et heureusement. Être maladroite était déjà une tare, mais alors si en plus, j'étais toujours dans la lune... Rien n'irait plus !

    Après un léger silence, je décidai d'engager la conversation. Après tout, je m'étais promis de me faire plus d'amis, cette année. Il était temps de commencer en douceur avec quelqu'un de ma maison. Qui plus est, Taylor était -d'après mes souvenirs- assez sympathique. Je ne risquais donc rien.

    « Alors, tu fais tes achats ? Toi aussi tu as reçu ta lettre de Poudlard ? »

    Voila qui était bien pour commencer. Nous pourrions même faire des achats ensemble, si elle le souhaitait !





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3463
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mer 17 Aoû 2011 - 19:17

    Cette question était assez idiote puisque si on observait bien la jeune fille qui venait de se manger le sol, elle n’était pas si indemne que cela. On pouvait voir quelques écorchures sur ses mains et la vue de ces éraflures mit Olivia très mal à l’aise. Savoir qu’elle était responsable de ceci lui rappelait à quel point sa mère avait raison à son propos. Elle n’arrêtait pas de lui dire qu’elle devait garder les pieds sur Terre et de ne jamais se laisser bercer par ses propres rêves car ce n’était jamais bon. Pour une fois, elle avait raison et le fait d’avoir accepté l’invitation de la lune durant ces quelques minutes ne l’avait finalement pas réussi. Une sorcière aux yeux exorbités observait les deux jeunes filles en se demandant bien ce qu’il se tramait. En général, les gens détestent se faire espionner parce que cela porte atteinte à l’intimité de chacun mais Olivia n’était pas en mesure de pouvoir gronder cette femme. La raison en était simple ; la demoiselle était aussi le genre de personnes qui aimait écouter ce que disaient les autres, épier en discrétion et rôder partout. Elle ne pouvait donc pas se plaindre que son trait de personnalité ne se retombe contre elle. D’ailleurs, trop de choses semblaient se retourner contre elle, aujourd’hui.

    Avec un regard empli de culpabilité, elle dévisagea de nouveau sa camarade nommée Luna Lodwick qui lui assura que tout irait bien puisque ses fines blessures se guériront vite. Il est vrai qu’avec un peu d’essence de dictame, la peau se cicatriserait très bien mais notre héroïne doutait que sa camarade n’en possède sur elle. Après tout, peu de personnes ne pouvaient prévoir ce genre d’incident. En général, quand on fait nos courses, il n’y a rien de bien surprenant qui nous arrive. Et c’est justement en pensant de cette façon qu’un beau jour, on regrette amèrement de ne pas avoir pris de précaution. Toujours en suçant un des coins de sa sucette, l’air perplexe, elle inspecta la jupe de la brune. Le vêtement en question n’était plus dans un très bon état mais les déchirures purent se recoudre après que leur détentrice ne leur jette un sort. La poussière disparut en particules dans les airs et la jupe redevint aussi neuve qu’avant la bousculade.

    Heureusement que la magie permettait dans soixante dix pourcent des cas de rétablir une situation. Sur le coup, les pensées d’Olivia divergèrent et elle se demanda sérieusement comment faisait les Moldus pour s’en sortir. Si elle en avait été une, elle aurait été pire que désolée et aurait certainement dû lui repayer une nouvelle jupe. Mais pas dans le monde des sorciers et ce point était tout de même rassurant. Autrement, sa mère ne se serait pas gênée pour lui passer un savon. Si Lodwick souriait malgré tout, ce n’était pas le cas d’Olivia qui ne voyait pas pourquoi elle devrait sourire après cet accident. Et puis, elle ne souriait pas facilement même si au fond d’elle, elle était heureuse. Apparemment, elle aussi était dans la lune et cette révélation était assez amusante dans le sens où les deux demoiselles avaient un point en commun. Mais de toute évidence, elles devaient sûrement en avoir d’autres. C’était comme cela avec tout le monde. Lorsque vous vous retrouvez dans une des maisons de Poudlard, c’est certainement parce que notre personnalité est forgée de telle façon et les mêmes personnalités sont donc mises dans le même paquet. Les disciples de Serdaigle possédaient donc la créativité, une petite solitude, la soif de connaissance, l’intelligence et ce côté lunatique. Certains ne répondaient pas à tous ces critères à la fois mais étaient tout de même de fiers bleus et bronze.

    « - Moi aussi j’y étais… d’ailleurs, je suis un peu trop souvent sur cette lune et voilà ce qui arrive. » dit-elle calmement dans un sourire pincé.

    Si chacune des deux culpabilisait un peu, autant dire qu’elles étaient toutes les deux fautives et on en parlait plus. Pour changer un peu la conversation, Lodwick prit la bonne initiative de parler de Poudlard. C’était un des thèmes que Olivia aimait beaucoup aborder en compagnie des autres et elle sortit la liste des fournitures de sa poche.

    « - Je l’ai reçue il y a quelques jours et je n’ai pas voulu attendre d’avantage pour me procurer les livres. J’ai hâte de les lire, en vérité. Et toi, je suppose que c’est un peu la même chose ? »

    Elle préféra supposer puisque affirmer la chose n’avait rien de judicieux. Peut être avait-elle raison de croire que les livres étaient également la principale motivation de sa camarade ou peut être était-elle ici à cause de cette obligation. En tout cas, plus les secondes passait, plus la Taylor essaya d’oublier l’accrochage pour mieux se mettre à l’aise. En tout cas, mieux valait bouger de cet endroit puisqu’elle avait l’impression de bloquer la route aux sorciers qui devaient s’efforcer de les contourner pour continuer de marcher. Elle invita donc Luna à marcher à ses côtés. Elle ne pouvait s’empêcher de regarder le sol pendant qu’elle marchait ; c’était une habitude. Les manies sont des choses qui se retirent très difficilement. Ils en disent beaucoup sur la manière d’être des gens qui la possèdent et chaque manie à son symbole. Pour Olivia qui observait toujours ses pieds comme si elle craignait marcher sur quelque chose de dégoûtant, cela signifiait qu’elle était le genre de personnes qui ne s’arrêtait pas de penser à toutes sortes de choses et à se plonger dans son propre univers parallèle. Cependant, elle prit la sage décision de remonter quelques fois le regard pour ne pas heurter une autre personne. Non, elle n’était décidément pas prête de reproduire une autre calamité. Luna avait été assez gentille et tolérante pour avoir accepter ses excuses sans broncher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3938
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Lun 22 Aoû 2011 - 8:27

    [Désolée pour le temps de réponse ^^']

    Une vieille sorcière nous regardait les yeux exorbités, ne se gênant pas pour nous écouter. Boarf, je pouvais comprendre. Après tout, ce n'était pas tous les jours qu'on voyait une jeune fille s'écraser avec aussi peu de délicatesse sur le sol. Généralement, c'étaient les enfants. J'en avais déjà vu pas mal tomber en trébuchant sur un pavé. Mais ils avaient l'excuse d'être en bas-âge.

    Ma camarade de Maison me dévisagea encore, un air coupable affiché dans ses yeux. J'étais pourtant en train de lui dire que tout allait s'arranger. D'ailleurs, je recousus d'un coup de baguette magique ma pauvre jupe et enlevai la saleté imprégnée dessus ainsi que sur mes mains. Elle était redevenue comme neuve. Il y avait juste les égratignures toujours présentes. Mais ça allait aller en revenant à la maison. Ma grand-mère devait avoir de l'essence de dictame quelque part dans sa pharmacie. Et au pire, elle m'en préparerait vite fait. Ou alors, j'allais devoir le faire. Bref, tout cela pour dire que ça allait être vite guéri. Taylor parut une fois de plus être dans la lune. Je souris. Cela devait réellement être une habitude. Je lui dis alors que j'y étais à l'instant même. Elle me répondit alors qu'elle aussi. Et que ça arrivait un peu trop souvent à son goût. Et que ça entraînait ce genre d'accidents.

    Elle m'avait dit cela, un léger sourire pincé sur le visage. Quant à moi, je lui lançai un regard compatissant. Que je comprenais ! Je me cognais souvent aux meubles ou aux escaliers. Même si c'était plus à cause de ma maladresse qu'autre chose. Ma grand-mère se moquait même de moi.

    « Je sais ce que c'est. Je me blesse aussi à cause de ma maladresse. Mais parfois, ça m'arrive parce que je suis dans la lune. Je ne te dis pas quand je suis dans la lune ET que mon adresse de tortue se met en marche. »

    Je finis par parler de Poudlard, préférant une conversation moins... Rabat-joie pour nous deux. Taylor m'expliqua qu'elle avait reçu sa lettre il y avait quelques jours, et qu'elle avait attendu pour venir chercher ses affaires. Par ailleurs, elle était pressée de lire nos livres. Elle était bien à Serdaigle ! A dire vrai, j'avais moi-même hâte de commencer la lecture. Je souris.

    « Ah, tu l'as reçue aussi tôt ? Pour ma part, le hibou l'ayant apporté est venu hier. Et vu que ma grand-mère se fait vieille, elle a préféré ne pas venir avec moi. J'ai aussi fortement hâte de lire ce qui nous attend. »

    Je me tus quelques instants. J'espérais sincèrement qu'elle n'allait pas retourner dans la lune. Dans ces cas-là -et j'étais la première à le savoir- on entendait plus rien du monde extérieur. Enfin, si. Mais on écoutait pas. Donc, c'était assez difficile d'entretenir une conversation dans ces cas-là. Je repris alors d'un ton plus posé.

    « Au fait, quelle est ta matière préférée ? »

    Dis-moi ce que tu aimes, je te dirai qui tu es. C'était le genre de paroles bateau que ma grand-mère me disait souvent et pour lesquelles j'étais totalement d'accord. Après tout, si nous avions les mêmes goûts, cela voulait dire que nous nous ressemblions. De toute manière, nous étions toutes les deux à Serdaigle. Donc, nous nous ressemblions fatalement un minimum. Je vis alors Taylor faire en sorte que nous marchions ensemble. Je me mis à ses côtés et commençai à me promener le long des magasins avec elle. Je remarquai directement qu'elle regardait le sol en marchant. Peut-être était-ce pour ne pas tomber elle-même ? Pour ma part, je regardais droit devant moi. Parfois, mon regard était pris par une vitrine ou une personne. Je continuais alors à marcher tout en fixant l'objet de ma concentration. C'était limite dangereux, vu que je pouvais bousculer à peu près n'importe quoi ou qui comme cela. C'était un peu le risque du « métier ». Enfin... Façon de parler.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3463
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Lun 22 Aoû 2011 - 11:43

    Le vacarme provoqué par les hululements des chouettes qui observaient les passants marcher devant eux ainsi que les conversations des sorciers ne cessaient de se faire entendre par les oreilles de tous. C’était tous les jours ainsi sur ce Chemin de Traverse. C’était compréhensible ; cette grande allée était une sorte de paradis pour ceux qui aimaient faire les boutiques magiques. Lorsque vous y allez, vous ne pouvez vous empêcher de jeter des coups d’œil partout par simple curiosité. Toutes les semaines, il y avait de nouveaux produits, certains exportés d’autres pays et d’autres rénovés dans les lieux mêmes. Lorsque l’on avait pas assez d’argent pour suivre nos dépenses, mieux valait ne pas s’y rendre trop souvent par crainte d’être tenté par tout et n’importe quoi. En général, c’était les boutiques de bonbons, de farces et attrapes et de balais qui étaient les plus fréquentées par les jeunes élèves. Toujours en écoutant sa camarade, Olivia se sentait comprise et rassurée. Au moins, elle ne faisait pas partie des seules élèves qui trouvaient une grande distraction dans l’art de penser et de rêver. Et puis, Luna qui était dotée d’une maladresse en plus de ses rêveries devaient faire deux fois plus attention pour ne pas commettre des bévues. Cela ne devait pas être facile. En fait, quelques élèves de Serdaigle avaient le droit à des caractéristiques complémentaires. Luna Lovegood était à la fois lunatique et bizarre. Elle s’imaginait des choses dont elle n’avait aucune preuve de l’existence et elle parlait comme si que l’on pouvait deviner ce qu’elle pensait. D’un côté, Olivia aussi était un peu comme cela… elle disait des choses qu’on ne pourrait deviner de quoi elle parlait sans savoir lire dans ses pensées. Mais elle, n’était pas bizarre au même point que Lovegood. La Taylor était une rêveuse avec une certaine paranoïa. Elle n’aime pas croire aux coïncidences et accorde une importance aux choses étranges qui peuvent se passer autour d’elle. C’est la preuve d’une grande ouverture d’esprit.

    Quant à Lodwick, il y avait certainement une qualité qui devait se cacher derrière cette maladresse…Une qualité qui compensait forcément. Olivia n’en avait aucune idée puisqu’elle ne la connaissait pas tant que cela mais peut être le découvrira t-elle un jour. Elle ne répondit pas à ce que venait de dire sa camarade, déduisant qu’il n’avait rien à ajouter et elle se contenta de sourire même si Lodwick ne pouvait pas forcément le voir en vue de sa tête baissée. Une conversation à propos de Poudlard était un peu plus intéressante puisque les études faisaient partis du quotidien de la demoiselle aux yeux ronds. Même pendant les vacances, elle aimait approfondir sa culture pour pouvoir se préparer à cette rentrée prochaine. Son but n’était pas d’être la meilleure des élèves, enfin disons que c’était un but mais pas aussi important que celui de réussir ses études. C’était simplement un but pour d’élève modèle pour se motiver encore plus de travailler sans que cet objectif ne devienne non plus une obsession. La plupart des élèves de Serdaigle se mesuraient entre eux mais aussi face à Hermione Granger qui, malgré ses origines, se montrait être une excellente étudiante. Oui, c’était une grande rivale qui pouvait être sympathique mais un peu moins lorsqu’elle se fait battre par quelqu’un d’autre au niveau des notes. Luna lui répondit qu’elle n’avait reçu sa lettre que hier et qu’elle était venue seule dans cet endroit parce que sa grand-mère était âgée. Elle avait également hâte de bouquiner ses achats. Sur ce point de vue, elle se ressemblait aussi ; c’était amusant de voir tous ces points en commun défiler au fil d’une parlotte.

    « - A mon avis, les hiboux n’ont pas du être envoyés en même temps ou alors, certains se sont perdus avant de trouver la bonne direction. Cela m’est déjà arrivé il y a deux ans, j’ai reçu la lettre un jour avant la rentrée. »

    Elle s’en souvenait parfaitement. Tous les ans, un hibou venait livrer la date de rentrée aux familles peu avant la rentrée mais il y a deux ans, le hibou n’avait pas trouvé le bon chemin pour parvenir tôt jusqu’au domaine des Taylor. Il était plutôt vieux et ses perceptions n’étaient plus les mêmes. Au final, la petite avait reçu l’enveloppe la veille de la rentrée. Et elle se replongea à nouveau dans sa lune… Elle pensait au hibou qu’elle rêverait d’acheter. S’il lui restait de l’argent, elle pourrait l’envisager un peu plus tard dans la journée. En attendant, sa raison la força à redescendre sur Terre. Qu’avait dit Lodwick ? Elle n’entendit que les deux derniers mots et par chance, ces derniers mots étaient sans doute les plus importants. Une des possibilités était que l’autre jeune fille lui demandait sa matière préférée. Espérant que cela soit, elle réfléchit un instant et répondit d’un ton assuré

    « - Mmh. Je préfère deux matières, en réalité. La métamorphose et les sortilèges. Ensuite, j’aime un peu tout. La divination, je trouve ça passionnant mais ce n’est pas le professeur Trelawney qui me fait apprécier cette matière mais ma grand-mère. Elle est voyante et je préfère me fier à ses prédictions plutôt que celles de notre enseignante. Je trouve que Trelawney exagère les choses… »

    Tout en songeant aux atrocités que cette professeur étrange leur prédisait en début d’année, Olivia croqua un bout de sa sucette multicouleur et ses lèvres scintillèrent de nouveau des sept couleurs de l’arc en ciel. Puis, elle se souvient qu’entre bonnes camarades, il ne fallait pas être trop égoïstes. Elle s'immobilisa sur place comme si elle avait eu une illumination soudaine et se tourna vers Lodwick. Quelqu'un qui avançait derrière la demoiselle se heurta à elle mais cette dernière était trop occupée par son offre qu'elle ne fit pas attention à ce petit accident. Le sorcier murmura un petit juron puis continua sa route en contournant l'adolescente.

    « - Tu veux des friandises ? Tu sais, tu ne grossiras pas, je peux te l’assurer. Ceux qui savent utiliser leur tête ne grossissent pas puisque un cerveau qui fonctionne, consomme le sucre qu'on avale. »

    Et elle lui tendit le sachet sans une seule expression sur le visage et pourtant, on percevait un lueur de joie qui traversa ses yeux durant une fraction de seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3938
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mar 23 Aoû 2011 - 11:14

    Il y avait un bruit de monstre, dans la rue. J'avais hâte de pouvoir rentrer chez moi, pour être enfin un tant soit peu tranquille. Néanmoins, la présence de ma camarade était assez intéressante. Même si elle était souvent dans la lune, elle avait au moins une bonne conversation. C'était chouette de parler avec elle. Ma grand-mère m'avait appris qu'il ne fallait pas juger quelqu'un en fonction de leurs défauts -ou alors c'était mon père qui m'avait dit cela? Et elle avait raison. Ma collègue Serdaigle était quelqu'un de bien. Ça se sentait. De toute manière, quelqu'un de ma maison ne pouvait pas être foncièrement méchant. J'en étais persuadée.
    Taylor supposa que les hiboux n'avaient pas dû être envoyés en même temps. Ou alors, que certains c'étaient perdus en cours de route. Elle m'apprit qu'il y avait deux ans de cela, elle avait reçu le sien la veille de la rentrée scolaire. Je fis de grands yeux. Ça n'avait pas dû être très pratique de faire ses achats en dernière minute. Enfin, je supposais qu'elle devait avoir raison. Après tout, je vivais dans le fin fond de l'Angleterre. Holy Island était merveilleux, mais bien connu pour être totalement perdu. Personne ne connaissait, d'ailleurs.

    « Vraiment ? Ça devait être stressant de faire les courses en dernière minute. C'est le genre de choses que je déteste plus que tout. Enfin, je suppose que ton hypothèse est juste. Je pense aussi que certains hiboux peuvent se perdre. Ou alors, ils sont envoyés plus tard, et ils se perdent. C'est à voir, il faudrait se renseigner. »

    Je demandai à Taylor quelle était sa matière préférée. Elle répondit qu'elle aimait la métamorphose et le cours de Sortilège. Nous avions des points communs ! Je lui souris, jusqu'à ce qu'elle m'annonce qu'elle aimait aussi la divination. Bien qu'elle trouve le Professeur Trelawney pas assez bonne en ce domaine. Du moins, elle exagérait les choses. Par contre, sa grand-mère était très douée. Je dévisageai avec curiosité mon interlocutrice. Pour ma part, je ne suivais pas ce cours. En fait, j'étais de l'avis du Professeur McGonagall. Je trouvais cette partie de la Magie totalement aléatoire, pas assez « concrète ». Néanmoins, je voulais bien croire que sa grand-mère soit douée. Après tout, il existait tout de même des voyant assez doués. D'après les livres, du moins.

    « J'aime aussi la métamorphose et les sortilèges. Par contre, je n'ai jamais suivi le cours de Divination. Je suis les cours d'Arithmancie et d'Étude des Runes. Mais Trelawney n'a pas l'air des meilleures enseignantes, c'est triste. Tu suis le cours de Divination toi ? »

    Je fis une légère pause et repris, sur un ton un peu plus sérieux.

    « Ta grand-mère est voyante ? Elle a un don particulier ? Mais alors, toi aussi tu dois l'avoir, non ? »

    Pendant quelques instants, Taylor continua à marcher. Soudain, elle se retourna vers moi, se faisant bousculer par un sorcier qui poussa un juron. Il la dépassa et juste pour l'embêter, je le bousculai à mon tour. Il ne put s'empêcher de me lancer un regard mauvais. Je souris, tandis que ma compagne me proposait des friandises. D'après elle, le cerveau consommait énormément de sucres. Grâce à cela, on ne grossissait pas. Enfin, il fallait toujours savoir utiliser ses neurones. Je pris quelques bonbons dans le sachet, de bon coeur et la remerciai en souriant.

    « C'est vrai. Et étant donné que nous sommes considérés comme les plus intellectuels de l'école, nous sommes censés ne pas grossir. »

    Je mis un des bonbons dans ma bouche et il pétilla sur mon palet. A première vue, c'était le même genre de sucrerie que sa sucette arc-en-ciel, car en me regardant dans la glace, je vis ma langue colorée de rouge à violet. Je souris à ma compagne.

    « Cela faisait bien longtemps que je n'avais plus mangé de bonbons arc-en-ciel ! Je te remercie. »

    Je continuai à marcher. Plus lentement. J'aimais réellement parler avec elle. Et nous avions tout notre temps.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3463
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mar 23 Aoû 2011 - 12:35

    Lodwick avait raison ; il était stressant de savoir qu’on n’avait toujours pas reçu de lettre et de finalement la recevoir la veille d’un évènement important. Elle affirma qu’elle détestait faire les choses à la dernière minute et cette information piqua Olivia comme une brochette ; elle aussi était de ce genre là. Elle horripilait ce qui n’avait pas été préparé à l’avance et elle ne se sentait pas bien dans sa peau quand elle remarquait que ses affaires n’étaient pas en ordre juste avant de se coucher dans le dortoir des filles de Serdaigle. Sa camarade appuya ses hypothèses et suggéra qu’il valait mieux se renseigner. Elle n’avait pas tord, encore une fois. Olivia ne répondit pas et écouta plutôt sa seconde réponse à propos des matières scolaires. Apparemment, elle aimait aussi la métamorphose et les sortilèges et ce n’était pas vraiment étonnant à entendre. En général, on préfère les matières qui s’avéraient plus intéressantes avec la partie pratique plutôt qu’un cours purement théorique et expliqué par une petite voix soporifique d’un fantôme appelé Binns.

    Peu d’élèves parvenaient à accrocher à son cours - si on excepte ceux qui aimaient travailler - et certains dormaient sur leur table sans qu’on ne leur dise quoi que ce soit. Son histoire était assez risible ; il était déjà enseignant de son vivant mais un jour, par inadvertance, il s’était endormi près de la cheminée et le lendemain il s’était levé en laissant son corps derrière lui. Dumbledore ne l’avait pas viré pour autant et il avait pu continuer à donner ses cours mais d’une manière bien plus ennuyeuse. Lodwick ajouta qu’elle n’avait jamais suivi la Divination et qu’elle avait pris à la place l’Arithmancie, puis l’Etude des Runes. En ce qui concerne les Runes, Olivia le savait puisqu’elle l’avait déjà vu dans cette classe. L’Arithmancie devait être quelque chose d’intéressant également mais on ne peut pas tout apprendre à la fois, il fallait faire des choix. Et elle comprenait ceux qui préféraient ce domaine plutôt qu’à celle enseignée par la folle aux airs d’insectes. Certains ne voyaient pas l’intérêt de l’avoir en professeur et d’autres trouvait cette matière bien trop mystique à leur goût. Notre héroïne poursuivit sa marche en observant de nouveau devant elle avec la crainte de faire tomber quelqu’un.

    « - Je suis ce cours puisque ma grand-mère m’a incitée à le faire en me disant qu’il est très important de développer son troisième œil. Si on s’en réfère seulement aux livres et à des pratiques personnelles, la matière est très intéressante. Sinon, je suis aussi inscrite à l’Etude des Runes puisque les runes sont étroitement liées à l’occultisme. J’ai déjà médité pour connaître le nom de ma rune propre ; c’est Ansuz. »

    En fait, mieux valait écouter les paroles d’une grand-mère impulsive ; lorsqu’elle vous dit de faire cela, il est difficile de contester sans attirer une énorme querelle sur soi. Olivia avait donc choisi la divination mais pas trop à contrecœur puisqu’elle avait toujours vécu avec les prédictions de sa grand-mère sur le dos. Ces prédictions s’avéraient souvent justes, d’ailleurs. A l’âge de treize ans, la demoiselle s’était lancée dans les sciences occultes théoriques et il lui arrivait de méditer pour remettre en ordre ses problèmes et trouver des solutions à l’aide des images perçus par le cerveau. Luna poursuivit ses interrogations en lui demandant si Olivia possédait ce don mystique.

    « - Oui, elle est voyante, elle a le Troisième Œil. Elle m’envoie souvent ses prédictions par hibou pour me prévenir d’un quelconque évènement, qui pourrait perturber mon quotidien. Malheureusement, je n’ai que des facultés normales d’après elle…. Je n’ai pas hérité de son don mystique parce que ce don ne se transmet qu’après les trois générations qui suivent celle du voyant. En fait, seul mon petit fils ou ma petite fille l'héritera. »

    Bientôt, elles seraient arrivées chez Fleury et Botts et la Taylor avait hâte d’y être. De ses deux yeux, elle observait les boutiques défiler devant elle et de ses deux oreilles, elle écoutait sa camarade lui parler. La dernière phrase qu’elle venait de dire était qu’elle n’avait pas mangé de bonbons arc-en-ciel depuis longtemps et cette information ne put empêcher Olivia de sourire. Il est vrai que ces friandises là en particulier n’était pas simples à trouver puisqu’il fallait se rendre tôt dans les confiseries avant que les autres enfants ne s’en prennent entièrement au bac remplis de ces bonbons multicouleur. Elle croqua de nouveau dans sa sucette qui était devenue plus petite à présent, et répondit :

    « - Il n’y a pas de quoi. Mais cette année, on pourra de nouveau aller à Pré-Au-Lard donc tu pourrais en profiter pour remplir tes poches de bonbons. »

    Pré-Au-Lard… malgré sa petitesse, c’était un excellent village dont les boutiques avaient de quoi vous forcer à sortir le porte monnaie et de vouloir ramener beaucoup de choses dans votre salle commune. C’était également l’occasion de pouvoir se divertir durant tout un après midi, en compagnie de vos amis.

    - On est arrivées ! » finit-elle par s’exclamer avec une enthousiaste qui survenait étrangement sur son visage habituellement inexpressif.

    A présent, elle lisait les écritures dorées qui indiquait Fleury et Botts en gros. A l’intérieur, il y avait quelques adolescents qui choisissaient eux aussi leurs manuels adéquats. Olivia y pénétra avec une certaine excitation de pouvoir tenir des kilos de bouquin dans ses mains. C’était une sensation qu’elle n’avait pas ressentie depuis trop longtemps à son goût. Telle une fillette ayant hâte d’acheter ses jouets, l’adolescente sortit avec hâte sa liste de fournitures et finalement, elle fut assez déçue…

    « - Il n’y a que deux nouveaux livres. Le livre des sorts et enchantements, niveau 5 et Théorie des stratégies de défense magique, de Wilbert Eskivdur. » marmonna t-elle à Lodwick.

    Bizarre… qui avait eut cette idée étrange de mettre un livre purement théorique pour les cours de défense contre les forces du mal ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Owen
"Le dernier ennemi à vaincre sera la Mort"

avatar

Messages : 66
Points rp : 2803
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mar 23 Aoû 2011 - 13:29

Les vacances venaient a leur fin... Et c'est bien la raison pourquoi le réveil fut d'autant si dur ce matin... C'était bien LE réveil qui sonnait chaque année. Il devait se lever, se préparer et prendre chemin vers le chemin de traverse... Oui, il venait de recevoir ponctuellement comme chaque année auparavant la liste des fournitures scolaires pour sa prochaine année. Si pour certains c'était un rituel annonçant le début d'une année amusante, pour d'autres, comme pour Matt c'était plutôt l'annonce fatidique annonçant la fin des vacances. Et en plus, vous devez vous lever tôt le matin... Comme chaque année donc, son petit réveil magique sonna l'alarme. Mais bien que très peu convaincant car d'un coup de baguette reflex il envoyait son réveil observer le mur de près. Mais (mal)heureusement pour lui, ses parents avaient décidé de l'accompagner et étaient comme a leur habitude levé de bonne heure.

"Matt ! Réveille toi, mon garçon! Il est l'heure d'aller acheter tes fournitures scolaires! Si on ne part pas maintenant, on risque d'arriver en pleine heure de pointe! "

C'était sa mère... Elle était le genre de femme tres joyeuse et sociable... Mais tellement énervante... C'était sans aucun doute sa faute qu'il devait chercher ses fournitures lui-même et ne pouvait pas demander a un de leur employés ou elfes de maison. Et cela était au plus grand plaisir de George, le major d'homme de la famille.

"Jeune homme, veuillez-vous lever, vos fournitures n'arriveront pas par eux-mêmes! "

... Il se dit que la première chose qu'il allait faire une fois majeure, ce serait de renvoyer cet major d'homme! Mais bon... Vu que c'était absolument inutile de commencer la discussion maintenant, il se dit qu'il devrait se lever... D'un mouvement lourd et tout sauf élégant, il arriva a trainer son corps hors de son lit chaud et doux pour faire face a ce monde froid et statique.Il pris quelques habits simples de son armoire. Bien évidemment, simple pour lui équivalait des habits tres luxueux de la population ordinaire! C'était l'héritier des Owen quand même! Et effectivement, tant sang pur que prétentieux...

Il descendit vers les cuisines du manoir pour finalement faire face a ses parents en pleine discussion. Il arriva a y capter quelques mots pour se former une certaine idée... Apparemment ses parents avaient été convoqué au ministère concernant les récentes agitations de Dumbledore. Sa mère se fessait des soucis car ils étaient responsable de garder le retour de Vous-Savez-Qui secret, mais si ils échouaient... Mais bonheur a travers ce malheur, cela signifiait que Matt allait être libéré de cette journée familiale!
Il reçut l'ordre de son père de se faire accompagner par son major d'homme et d'aller chercher ses fournitures lui-même! Il n'attendit que cela pour rapidement aller chercher de la poudre de cheminée. Utilisant le rituel habituel, il s'exclama par un "chemin de traverse" et suivit par son major d'homme il arriva au chemin de traverse. Il dirigea ses paroles vers son major d'homme qui, comme tout cracmol, était encore un peu déstabilisé par le voyage.

-Je te laisse t'occuper de mes fournitures, envoie tout ca au manoir et tu auras ton aprem' libre! Si mes parents te le demandent, on était ensemble !

Sans lui laisser le choix, Matt pris chemin se trimbalant a travers le chemin de traverse, a la recherche d'amusement quelconque... Il put voir tous ces élèves rigoureusement a la recherche de nouveautés pour l'année scolaire, entrain de subtilement tendre un petit regard curieux a travers les livres qu'ils verront a travers l'année. Puis il arriva au magasin de quidditch. Peut-etre que cette année il retentera de demander un éclair de feu a ses parents. Malgré qu’il appréciait son nimbus 2001, depuis que Potter a eu un éclair de feu, c’était comme si avoir un nimbus 2001 était un peu… gênant . Perso, il préfère sans aucun doute son nimbus 2000 mais depuis que Malfoy avait fait don de nimbus 2001 a l’équipe, dur de dire non… Mais ce n’était pas trop le moment car ses parents étaient quelques peu occupé avec toutes ces affaires de Vous-Savez-Qui. Que dire a ce propos… Son père était pas parmi les fidèles partisans n’ayant tout simplement pas fait partie de la précédente guerre. Mais vu son rang actuel, il avait déjà été sollicité par le maitre des ténèbres en personnes ! Et bien évidemment, ce n’était pas une requête qu’il pouvait ignorer.
Puis soudainement il était arrivé a Fleury et Botts. Un petit magasin ou les habitués achètent leur livre scolaires. Mais c’était aussi un magasin très pratique pour acheter de nouveaux livres. Il se décida d’entrer, ce fut alors le premier magasin dans lequel il entra malgré s’être promené pour plus d’une heure. Comme a son habitude, le magasin était rempli et il devait se faire un chemin en doucement écartant les gens dans son passage. Grâce a sa taille légèrement plus grande que la moyenne, cela était assez facile. C’est alors qu’il remarqua deux jeunes filles qu’il avait sans aucun doute vu auparavant. Sans doute des élèves de Poudlard. Mais ce qui avait attiré son attention, fut surtout le livre que portait une des deux filles. Théorie des stratégies de défense magique, de Wilbert Eskivdur.Matt n’avait meme pas pris la peine de lire la liste de fournitures pour l’école, et ne savait donc pas que c’était un livre obligatoire. Lui par contre avait déjà lu un œuvre de cet écrivain. Et c’était le genre de sorciers qui était une honte pour les sorciers ! avec un petit sourire sur ses lèvres il sortit sa baguette et d'un petit mouvement agile, il fit exploser le livre qui déchira la jupe d'une des deux filles. Surement avait-elle réparé sa jupe il y a pas longtemps avec de la magie? Il ne put s’empêcher d'éclater de rire devant le spectacle.

-AHAHAHAHA… Je m’excuse, mais… Si vous voulez, je veux bien vous acheter une nouvelle robe, si vos moyens ne vous permettent pas de porter des habits nouveaux ?

Ensuite il continua mais cette fois il se dirigeait vers l'autre fille

-… Non mais, vous devez vraiment vouloir me faire rire ? C’est votre intention non ? C’est clairement avec ca que vous allez pouvoir gagner des duels ahaha. Lire des stratégies écrites par un imbécile ! Je crois que je viens d’avoir le coup de foudre ! Vous faites tellement pitié que même si vous êtes moldu, je suis prêt a vous donner quelques gallions ! Juste pour que vous puissiez ne serait-ce que vous acheter des habits et des livres quelques peu… Utiles ?


Il lança un regard vers la gérante qui le connaissait. Matt avait l'habitude de venir ici et donc ce livre fut rapidement mis sur sa note.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3938
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mar 23 Aoû 2011 - 14:44

    Taylor m'apprit que si elle suivait le cours de Divination, c'était parce que sa grand-mère l'avait incitée. L'air de rien, je la plaignais légèrement. Pour ma part, j'avais pu choisir mes deux options. Jamais ma famille ne m'avait obligée à faire quoi que ce soit. Mais elle trouvait la Divination assez intéressante. Je l'écoutais attentivement. Sa grand-mère lui envoyait souvent un hibou pour lui annoncer les mauvaises nouvelles à venir, en lui disant de bien faire attention. Cela devait être pratique. Bien que je préfère ne rien savoir de mon futur. Après tout, il était plus amusant de ne rien savoir. Mais je ne lui en dis rien. Après tout, c'était son avis. J'avais le mien. Et je ne voulais pas qu'il y aie déjà un sujet de dispute entre nous. Elle m'apprit aussi qu'elle n'avait pas le troisième œil comme sa grand-mère, mais que ça allait être son petit-fils ou sa petite-fille qui allait l'avoir.

    « Eh bien ! C'est dommage, ça aurait pu être utile pour toi. En plus, tu aurais pu contrer toutes les prédictions de Trelawney. »

    Je souris. Elle me dit aussi qu'elle suivait l'Étude des Runes. En effet, nous avions cours ensemble. Et elle aussi, elle faisait des recherches à côté ! Je la regardai, heureuse de n'être pas la seule à m'amuser à faire des cherches sur les autres cours.

    « Je comprends. C'est vrai que c'est assez lié. J'ai aussi fait des recherches ! Il semblerait que le nom de ma rune soit Kenaz ! »

    Taylor croqua dans sa sucette et répondit humblement à mon remerciement. Vraiment, j'allais bien m'entendre avec elle. Peut-être pas aussi bien qu'avec Rigel, certes, mais nous allions devenir bonnes amies. Avec Rigel, c'était différent. Nous passions énormément de temps ensemble et nous partagions le même dortoir. Nous avions nos secrets, c'était vrai. Mais nous nous parlions assez souvent. De plus, nous étions presque inséparables pendant les cours. Taylor me dit que j'allais pouvoir m'acheter des tas de bonbons une fois que la prochaine sortie à Pré-Au-Lard aurait lieu. Elle avait raison. Je souris de toutes mes dents.

    « Oui ! Et si tu veux, nous pourrons même y aller ensemble ! »

    Généralement, Rigel aimait faire ses sorties seule. Ce qui faisait que j'étais livrée à moi-même dans le petit village. C'était assez triste. Donc, je ne disais pas non à une sortie avec quelqu'un. Surtout si c'était ma nouvelle amie. Bref. Nous étions -enfin- arrivée chez Fleury et Bott. Taylor sortit la première sa liste de fournitures. Il n'y avait que deux nouveaux livres à acheter : « Le livre des sorts et enchantements, niveau 5 et Théorie des stratégies de défense magique, de Wilbert Eskivdur ». Ma compagne parut aussi étonnée que moi de voir ce dernier livre. Je déambulai entre les rayons, suivie par elle.

    « C'est étrange... Nous n'avons jamais eu de livre théorique pour les Défenses Contre les Forces du Mal. Enfin si mais... Pas à ce point. »

    Je trouvai le-dit livre et le pris en main. Je commençai à le feuilleter. Il semblait ennuyant à mourir. Mais quel genre d'enseignant allions-nous avoir, cette année ? Je soupirai et sans que je ne m'y attende, le livre explosa. Je poussai un cri d'exclamation et le lâchai vivement. Malheureusement, dans sa chute, il effleura ma jupe, qui prit feu. Je pris derechef ma baguette et lançai un sort d'Aguamenti dessus. Elle avait réellement bien prit feu et était brûlée jusqu'à mes genoux, laissant apercevoir mes bottes en cuir ainsi que ma peau blanche. Plus pâle que d'habitude, je me tournai vers le jeune homme qui se moquait de moi. Il me proposa de m'offrir une nouvelle jupe, si mes moyens ne le permettaient pas. Si je me rappelais bien, il s'agissait d'un serpentard d'une année ou deux supérieure à la mienne. Furieuse, je lui répondis plus que jamais sèchement.

    « Je vous remercie, mais jamais je ne me rabaisserais à la charité d'un Serpentard à deux noises. »

    Il s'était aussi moqué du livre que nous allions acheter pour nos cours de DCFM. Je lui lançai à nouveau un regard mauvais.

    « Êtes-vous stupide ? Il s'agit là du livre que nous devons acheter pour nos cours. Et sachez que ni elle ni moi n'avons besoin de vos gallions. On en a bien plus qu'assez dans nos coffres respectifs. »

    C'était du moins le cas pour moi. Je ne savais pas ce qu'il me prenait. Généralement, on se moquait de moi. Mais là, je n'étais pas seule. Il se moquait aussi de mon amie. Et je ne voulais pas qu'elle en pâtisse. D'accord, j'étais très passive. Mais pas en présence d'amis. Un courage encore inconnu venait de naître en moi. Ce crétin blond allait le regretter.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3463
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mar 23 Aoû 2011 - 15:46

    Vraiment, Lodwick était une personne intéressante avec qui Olivia aimait discuter. Elles semblaient penser la même chose et être d’accord sur un bon paquet de domaines. Lorsqu’elles virent le nom du livre nécessaire aux cours de défense contre les forces du mal, les deux jeunes filles avaient flairé que quelque chose était différent du livre de d’habitude En effet, juste après avoir fait part de ses doutes, Luna s’était vite dirigée vers le rayon adéquat à ce type de livres et avait trouvé le fameux manuel, suivie de près par Olivia qui jetait un coup d’œil aux pages à travers l’épaule de l’autre. Elle lut les titres de chapitres : le premier chapitre s’intitulait « Principes de base à l’usage des débutants ». Jusque là, il n’y avait rien d’anormal car les premières pages étaient souvent consacrées à des révisions sur les bases élémentaires. Toutefois, le second chapitre se nommait « Les théories de défense les plus communes et leurs dérivés. » ; ce titre était axé seulement sur de la théorie et même en survolant les phrases, elles avaient compris le problème. Seuls des élèves qui avaient souvent le nez dans les livres à identifier les sommaires et les méthodes d’écriture aurait vu que ce livre semblait beaucoup trop restrictif sur la pratique magique.

    « - J’espère vraiment que le nouveau professeur sera aussi performant que Lupin… »

    Malgré sa nature de loup garou, il n’avait jamais fait de victimes dans Poudlard et ses cours avaient été très utiles. Maugrey aussi avait assuré mais Olivia avait préféré ne pas citer son nom parce qu’en vérité, il était un mangemort et que l’apprentissage des sorts impardonnables en quatrième année avait été trop brusque à son goût. A la vue de ce livre théorique, elle avait vraiment des doutes sur le programme de cette année. Elle espérait vivement que ses BUSE ne contiendraient pas que des questions et qu’ils pourraient lancer des sortilèges puisque c’était surtout sur cela que se basait la défense contre le mal. Soudain, le livre explosa et les deux filles sursautèrent après avoir laisser échapper un cri de surprise. Si tous les livres de Wilbert Eskivdur se mettait à exploser, comment pouvait-on apprendre avec ? Cela lui rappelait le monstrueux livre des monstres avec Hagrid et ce souvenir la rendit mal à l’aise. Le bruit sourd du livre qui tomba sur le sol attira l’attention de la Taylor sur la jupe de sa camarade qui venait de prendre feu. Par réflexe, elle voulut sortir sa baguette mais Lodwick avait anticipé la première et avait éteint le feu à l’aide d’un sortilège.

    De la fumée s’échappait à présent du tissu et c’était assez ironique que la jupe de cette fille ait été la victime de deux accidents. Puis, elles entendirent un éclat de rire et c’est à ce moment là que Olivia comprit que l’explosion était l’œuvre d’un garçon qui les regardait avec un air hautain. Elle l’avait déjà vu à Poudlard et il s’agissait d’un de ses Serpentard qui se sentait rassuré en intégrant des grandes bandes de faux amis qui n’avaient qu’une seule occupation ; jeter des quolibets sur tout ce qui bougeait. Il ne se gêna pas pour proposer narquoisement l’achat d’une nouvelle robe et la Serdaigle répliqua aussitôt qu’elle ne s’abaisserait pas à une telle offre. Puis, il s’en prit au livre en disant que ce n’était pas avec ça qu’il pourrait gagner des duels et qu’il était prêt à leur donner de l’argent pour qu’elles puissent se payer de bons vêtements et de bons livres. C’était vraiment amusant dans le sens où il jugeait des gens qu’ils ne connaissaient pas. Olivia n’avait pas besoin d’argent, loin de là. Sa famille était noble même si son père avait préféré épouser une sang mêlée plutôt que de suivre une tradition aussi pourrie comme préserver le sang pur. Cela ne les empêchait pas de vivre, d’être heureux et de posséder un coffre bien garni à Gringotts. Et puis les Serpentard rabachaient toujours la même chose aux autres ; la richesse, le statut… A croire qu’ils ne savaient pas se défendre sans ces deux choses. Ces remarques la laissèrent indifférentes puisqu'elles n'avaient vraiment pas d'importance.

    « - Et si au lieu de vouloir faire de la fausse générosité inutile, vous vous occupiez d’acheter vos livres tout seul comme un grand et que vous preniez la peine de lire votre liste de fourniture ? Au moins, vous sauriez que ce cher joli livre théorique se retrouvera tous les jours en votre possession. » ajouta t-elle sur un ton à la fois sévère et narquois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Owen
"Le dernier ennemi à vaincre sera la Mort"

avatar

Messages : 66
Points rp : 2803
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mar 23 Aoû 2011 - 17:21

Matt venait de, accidentellement bien évidemment, bruler la jupe d’une fille. Ayant tel un vrai gentleman proposé de lui payer une nouvelle jupe, sa réponse fut fort déplaisante.
« Je vous remercie, mais jamais je ne me rabaisserais à la charité d'un Serpentard à deux noises. »
Bon, il avait peut etre pas vraiment été un vrai « gentleman ». Mais vu la situation, il s’était assez bien porté selon ses idées. Aucun doute qu’en temps normal il aurait vraiment pu etre bien plus méchant ! Mais il aimait le terme qu’elle avait utilisé, de la « charité ». Hors elle semblait se considérer elle-même comme pauvre nécessitant de l’aide ? C’était peut-être pas ses intentions, mais fidèle serpentard, il n’entendait que ce qu’il voulait entendre ! Puis un Serpentard à deux noises… C’est tout ce qu’elle avait a dire a celui qui venait de bruler sa jupe ? C’en était presque vexant… Comme un petit chaton tout mignon ferait presque mal en vous mordant. C’est le « presque » qui fait toute la différence entre vexant et mignon.
Alors que Matt passait son temps a un peu ne rien faire, son pauvre major d’homme devait faire la chasse a travers le chemin de traverse pour remplir la liste des fournitures scolaires. C’était une dur période de l’année alors que tant d’autres élèves fessait le même parcours. Mais ne pas connaitre sa liste de fournitures pouvait certainement créer des scénarios quelques peu… gênants…
« Êtes-vous stupide ? Il s'agit là du livre que nous devons acheter pour nos cours. Et sachez que ni elle ni moi n'avons besoin de vos gallions. On en a bien plus qu'assez dans nos coffres respectifs. »
« - Et si au lieu de vouloir faire de la fausse générosité inutile, vous vous occupiez d’acheter vos livres tout seul comme un grand et que vous preniez la peine de lire votre liste de fourniture ? Au moins, vous sauriez que ce cher joli livre théorique se retrouvera tous les jours en votre possession. » ajouta-t-elle sur un ton à la fois sévère et narquois.
Il réalisa son erreur, mais cela lui importait peu, il était bien plus tourmenté par le fait que ce qu’elles disaient était surement vérité, que le fait qu’il venait de légèrement se tromper. Mais il ne pouvait quand meme que rire a la réplique « On en a bien plus qu'assez dans nos coffres respectifs ». Aucun doute, ce devait etre une serdaigle pour sortir une tel répliquer ! Il n’y avait que les serdaigles qui manquait a ce point le talent de répliquer dans une conversation. Et comme bons serdaigles, surement l’autre en était une aussi, car c’était bien dans leur habitudes de se regrouper entre serdaigles. Il remarqua par contre a la façon comment la deuxième fille avait réagi a ses mots, qu’elle devait être assez riche et surement sang pur. Mais le genre a trahir son sang ! Il pris donc la parole se devant de répondre a leur répliques.
-Ah, cela est fort possible évidemment. C’est bien dommage parcontre, vous n’allez rien apprendre cette année, croyez-moi donc. Cet écrivain serait en état de trouver pire comme réplique que… bah… vous ? Puis je n’ai jamais voulu faire de la charité, je fais confiance a vos « coffres » . Je suis d’ailleurs certains que vous avez 10 jupes identiques a la maison, limite vous serez rousse, et vous serez peut-être une weasley ? Quand a vous, vous êtes bien méchante, aucun doute sur votre statut financière, mais la moindre des choses serait d’aider alors quelqu’un qui se qualifie elle-même comme ayant besoin de « charité » . Mais je me pose la question, vous êtes surement toutes les deux serdaigles ? Et sans aucun doute vous savez déjà que je suis serpentard, comme quoi on joue tous nos stereotypes…
Matt pris un autre livre identique du rayon avant de continuer ses paroles :

-Je vous rends un livre avec mes plus humbles excuses… Vous savez quoi, je vous l’offre même !


Puis il le laissa tomber et le livre n’échappant pas a la gravité, heurta le sol avec un « plof ».

-Ah ! Mais quelle maladresse… Si vous pourriez le ramasser, c’est le vôtre après tout. Puis vous devriez faire quelque chose a cette jupe. Je me retrouve vraiment désolé de devoir vous l’annoncer mais… Vous avez l’air d’une elfe de maison. Que je m’exprime bien, je ne dis pas que vous l’êtes, juste que votre allure ainsi que vos habits ne vous font pas faveur dans l’équation.

Gardant avec ces mots un sourire honnête et un regard tout a fait amical, il n’arrivait que limite a garder son rire attendant avec impatience ce que pouvaient répliquer les deux serdaigles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3938
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mar 23 Aoû 2011 - 21:15

    Oui vraiment, nous allions bien nous entendre, Taylor et moi. J'allais même lui proposer d'ici peu que nous nous appelions par notre prénom. C'était toujours plus convivial que de nous appeler par notre nom de famille. J'allais même la présenter à Rigel, une fois dans le train ou à l'école. Quoique, elles se connaissaient peut-être déjà ?

    Bref, il y eu l'attaque de ce crétin de Serpentard. À ma réplique, Taylor ajouta qu'il allait aussi être en possession de ce fichu bouquin, et qu'il devrait s'occuper de sa propre liste de fournitures. Un rictus balaya mon visage. L'espace d'un instant, je crus qu'il n'aurait plus rien à dire. Grosse erreur. Il reprit aussi vite son air hautain et nous lança que c'était réellement dommage car nous n'allions rien apprendre cette année, avec un bouquin pareil. Il continua -en s'adressant à moi- qu'il avait bel et bien confiance en mon coffre. Et que d'ailleurs, je devais avoir dix jupes identiques dans mon armoire. Je pâlis tandis qu'il continuait en me traitant de Weasley. Mais quel abruti ! Certes, j'avais cinq jupes identiques dans ma garde-robe. Mais c'était simplement parce que j'adorais ce modèle-là. De plus, ma grand-mère trouvait que les Weasley étaient de bonnes personnes. Et j'étais assez d'accord avec elle, pour ce que j'en avais vu. Il continua, nous demandant si nous étions bien à Serdaigle, disant que nous jouions tous sur les stéréotypes.

    « Premièrement, espèce de petit avorton, j'ai bel et bien des jupes identiques à celle-là. Simplement parce que j'aime ce modèle qui est confortable et -à la base- très beau. Et sachez que mes habits coûtent plus chers que vous ne semblez le croire. Et je ne vous permettrai pas d'insulter la famille Weasley. Ensuite, j'avais deviné que vous étiez à Serpentard avant même que vous ne nous adressiez la parole. Tout d'abord parce qu'une action aussi puérile ne peut venir que de quelqu'un de cette maison. Et aussi parce que j'ai un certain sens de l'observation, quoi qu'on en dise. »

    Bon d'accord, je n'avais aucun sens de l'observation pour ce qui était des meubles. Mais j'étais douée pour reconnaître le visage des gens. Et je l'avais déjà vu auparavant à la table des Serpentard. C'était tout aussi simple que cela. Il prit alors une des multiples copies du livre qu'il avait fait brûlé, en rayon, nous dit qu'il l'offrait et le lâcha à nos pieds. Il nous proposa même de nous abaisser pour qu'on prenne le livre, vu que c'était le notre, maintenant. Je jetai un coup de pied dedans, l'envoyant à ce crétin -de toute manière, c'était un livre pourri.

    « On vous a déjà dit qu'on ne voulait pas de votre soit-disant charité. »

    Une fois de plus, il m'attaqua, toujours en gardant son petit sourire aux lèvres, m'annonçant que je ressemblait à un elfe de maison. Je devins encore plus pâle, sous la fureur, mais me retins de lui foutre ma main dans la figure.

    « Sachez, Monsieur le Serpentard, que même si notre Elfe de maison est très bien soignée, sa jupe ne ressemble guère à la mienne. A moins que vous, vous ne chouchoutiez la votre, j'ai un doute qu'un seul elfe de maison puisse avoir un habit tel que le mien. »

    Je fis un pas en avant, prête à dépasser notre ennemi. J'avais hâte de m'en débarrasser.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3463
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mar 23 Aoû 2011 - 22:55

    Décidément, cette journée n’aurait pas été la meilleure de toutes surtout pour Luna qui avait trébuché, qui avait vu sa jupe dans un sale état, avait vu un livre exploser à quelques centimètres d’elle, avait revu sa jupe se déchirer et pour finir le bouquet de roses noires, elle et Olivia se faisaient doucement insulter par un Serpentard. D’ailleurs, d’où sortait-il ? Il y avait plus ou moins du monde dans Fleury et Botts mais personne ne semblait intéressé par leurs conversations. Il était peut être venu seul mais dans ce cas, il était plutôt étrange qu’il ne s’attaque seul à un groupe d’amies. D’habitude, les Serpentard se sentent moins faibles en groupe et lorsqu’ils redeviennent solitaires, certains sont aussi dociles que des chats. M’enfin, il faut croire que ce trait de caractère ne s’applique pas à tous les verts et argents. Celui-là semblait aussi querelleur tout seul qu’en compagnie de ses acolytes.

    Comme quoi, c’était à cause de ce froussard de Malefoy qu’on avait une mauvaise image de lâcheté et de peur à Serpentard. Cela embêtait Olivia de devoir faire un petit éloge à ce garçon provocateur mais elle semblait apprécier un tout petit peu l’audace qu’il avait contrairement aux autres. Toutefois, il restait l’élément perturbateur qui troublait sa belle journée. La jeune fille le dévisagea ; il était le genre de garçons qui pourraient faire tomber les écervelées du type Lavande Brown ou même Pansy Parkinson qui seraient bien capable d’en devenir hystériques et de crier sur tous les toits à quel point elles le trouvaient magnifique. Toutefois, quelque chose faisait qu’elle ne le trouvait pas si magnifique que cela. Oui, c’était sans doute son caractère peu original et stéréotypé ; sûr de soi, hautain, imbu de lui-même, prétentieux, moqueur… C’était vraiment ennuyeux de leur parler. C’était un peu comme les hommes politiques ; ils disaient toujours la même chose en matière d’insultes et ils ne connaissaient quasiment pas le changement. Un peu comme lorsque quelqu’un traite un Gryffondor de Sang-de-Bourbe. La première fois, cela peut être marrant pour les crétins mais au bout de cinq fois, c’était aussi lassant qu’un cours avec le professeur Binns. Le Serpentard n’avait pas l’air de vouloir se laisser faire et il rabâcha une nouvelle fois une nuée de critiques risibles. Luna se défendit très bien en lui disant clairement toutes les vérités qu’Olivia pensait également. Juste après, cette dernière lui porta une aide supplémentaire.

    « - Vous souffrez vraiment d’un complexe d’infériorité pour cracher de pathétiques quolibets qui, en l’occurrence, ne nous touchent même pas ? C’est bien bas. Les Weasley au moins, n’ont pas besoin de cela, ni d’argent et ni de noblesse pour vivre en toute joie. Ils ont ce qu’on appelle l’audace de vivre comme ils l’entendent et non en se pliant à des règles ringardes et vieillottes. »

    Non mais vraiment, les Weasley étaient une bonne famille, pleine de générosité et de gentillesse. Olivia ne les connaissait pas personnellement et même si quelque uns de sa famille les détestaient, cela n’avait jamais empêché à sa mère de venir discuter calmement au travail avec Arthur Weasley. La jeune femme avait un jour été invitée à manger chez eux et la cuisine de Molly Weasley s’était avérée excellente. Et puis, Fred et George étaient des adolescents très amusants et sans eux, Poudlard serait en manque de farces. Puis Owen prit un autre livre qu’il laissa tomber par terre en mettant à jour son offre de le payer pour Luna. N’avait-il donc pas compris que sa proposition n’intéressait personne ? Lodwick eut le bon réflexe d’y mettre un coup de pied dedans et le manuel glissa jusqu’aux pieds du Serpentard. Elle rappela alors que les deux filles n’avaient pas besoin de sa fausse générosité. Toutefois, l’instinct d’Olivia s’activa et elle eut l’impression que Luna commençait à pâlir et à s’énerver au fond d’elle. Ce n’était pas bon signe puisque dans un sens, sa fureur répondait aux attentes du jeune homme qui voulait certainement voir cette humeur sur le visage de ses « cibles ». Il ne fallait absolument pas tomber dans la colère puisque cela signifierait que Lodwick a été touchée d’une certaine manière par ces répliques cinglantes. Elle répondit sur un ton assez menaçant puis elle fit un pas en avant. Non, ce n’était pas bon signe. La Taylor sentit sa main se tendre discrètement pour tenir entre le pouce et l’index, le bout du haut de sa camarade. Elle voulait l’empêcher de faire une chose qu’elle regretterait et qui ferait sourire leur adversaire de satisfaction. Hors de question de lui offrir cette satisfaction qu’il ne méritait pas.

    « - Lodwick, il ne semble pas s’y connaître en matière de qualité de vêtements. On voit très bien que les tiens proviennent de Tissard et Brodette. Il ferait mieux d’apprendre son catalogue de mode plutôt que de se prendre pour un maître en la matière. » dit-elle avec indifférence.

    Puis, elle se tourna vers l’autre, toujours avec un air sévère:

    « - Je ne vois plus l’intérêt de nous attarder sur ce genre de conversation rendue enfantine et ridicule par quelqu’un comme vous. Si vous voulez une discussion de votre niveau, adressez vous à des enfants de dix ans, vous y trouverez tout votre bonheur. Et puis, on ne vous a jamais demandé de nous adresser la parole, ici, vous n’êtes qu’un parfait inconnu à nos yeux. Et je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’accorder une attention aux inconnus. »

    Quand quelqu'un ose perturber un si belle journée, il ne fallait pas hésiter à sortir les mots durs. Elle fit signe à Luna de laisser ce jeune homme tout seul et de continuer comme s'il était un fantôme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Owen
"Le dernier ennemi à vaincre sera la Mort"

avatar

Messages : 66
Points rp : 2803
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mer 24 Aoû 2011 - 12:56

Apres que Matt avait fait la remarque qu’elle avait surement 10 jupes identiques, il n’aurait jamais cru qu’il aurait dit vrai. En réalité il avait simplement dit un bête truc sans vraiment avoir de signification derrière ses mots. C’était comme dire a quelqu’un qu’il ressemblait a un elfe de maison, ca ne voulait pas dire qu’il ressemblait littéralement a un elfe de maison. Sauf peut-être dans certains cas évidemment. Mais le fait que la jeune fille tellement innocente l’avait pris littéralement et avait en plus tenté de se justifier, fut trop… Trop d’émotions, il était tellement choqué que son fou rire dut attendre…
« Premièrement, espèce de petit avorton, j'ai bel et bien des jupes identiques à celle-là. Simplement parce que j'aime ce modèle qui est confortable et -à la base- très beau. Et sachez que mes habits coûtent plus chers que vous ne semblez le croire. Et je ne vous permettrai pas d'insulter la famille Weasley. Ensuite, j'avais deviné que vous étiez à Serpentard avant même que vous ne nous adressiez la parole. Tout d'abord parce qu'une action aussi puérile ne peut venir que de quelqu'un de cette maison. Et aussi parce que j'ai un certain sens de l'observation, quoi qu'on en dise. »
« - Vous souffrez vraiment d’un complexe d’infériorité pour cracher de pathétiques quolibets qui, en l’occurrence, ne nous touchent même pas ? C’est bien bas. Les Weasley au moins, n’ont pas besoin de cela, ni d’argent et ni de noblesse pour vivre en toute joie. Ils ont ce qu’on appelle l’audace de vivre comme ils l’entendent et non en se pliant à des règles ringardes et vieillottes. »
Enorme la réplique, elle était moins serdaigle que l’autre. Aucun doute, c’était bien une sang pur qui n’était pas a Serpentard uniquement a cause de sa trahison envers son sang. Mais quand meme, pour Matt d’entendre un tel récit sur des Weasley, serait comme dire que les esclaves dans l’ancien temps avaient une vie heureuse et joyeuse malgré leur pauvreté et l’absence total de droits. C’était un peu un grand controverse.
Ensuite la fille avec la jupe brulé avait donné un coup de pied maladroit contre le livre rajoutant :
« On vous a déjà dit qu'on ne voulait pas de votre soit-disant charité. »
Matt aurait pu jurer voire la fille avec la jupe brulé renfermer son poing avec haine. Comme si elle pouvait craquer a tout moment… Et alors que Matt attendait cela avec impatience, l’autre fille avait su la calmer. C’était bien la première fois que Matt fut légèrement déçu par leur réaction. Jusqu’à maintenant elles avaient été vraiment tres amusantes. Puis elles avaient réagi sur la remarque de l’elfe de maison. Elle ainsi que son amie avaient semble-t-il oublié que sa jupe était brulé. D’où la comparaison avec l’elfe de maison et non vis-à-vis de son style vestimentaire. Pour le plus grand plaisir de Matt bien évidemment…
« - Lodwick, il ne semble pas s’y connaître en matière de qualité de vêtements. On voit très bien que les tiens proviennent de Tissard et Brodette. Il ferait mieux d’apprendre son catalogue de mode plutôt que de se prendre pour un maître en la matière.
Je ne vois plus l’intérêt de nous attarder sur ce genre de conversation rendue enfantine et ridicule par quelqu’un comme vous. Si vous voulez une discussion de votre niveau, adressez vous à des enfants de dix ans, vous y trouverez tout votre bonheur. Et puis, on ne vous a jamais demandé de nous adresser la parole, ici, vous n’êtes qu’un parfait inconnu à nos yeux. Et je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’accorder une attention aux inconnus. »

« Sachez, Monsieur le Serpentard, que même si notre Elfe de maison est très bien soignée, sa jupe ne ressemble guère à la mienne. A moins que vous, vous ne chouchoutiez la vôtre, j'ai un doute qu'un seul elfe de maison puisse avoir un habit tel que le mien. »
Le « monsieur le serpentard » fut la goute pour Matt alors que le fou rire qu’il avait tant retenu depuis ne put que sortir avec un certain éclat . Il tenta rapidement de se reprendre et d’entamer la conversation avant que les deux filles ne le laissent planté.

- Ahahahahahahahahahahahahahahahahahaha ! Vous êtes trop ! Le coup des dix jupes… AHAHAHAHAHA Puis je m’excuse, effectivement je ne suis pas tres doué en mode, ni connais-je le catalogue de mode le plus récent. C’est peut-être une question de gouts, d’intérêt et de sexe ? Puis je vous en prie, je n’ai jamais dit qu’une elfe de maison porterait une tel jupe, juste que vous semblez avoir oublié un petit détail…

Il pointa avec sa baguette les bas de la jupe brulé et déchirée.

- Cela doit être assez gênant… Si vous voulez, je peux vous acheter une nouvelle jupe, et pour que ce soit spécial, je vous achèterai même une nouvelle jupe, comme ca a la maison vous auriez plusieurs sortes de jupes !

Il se tourna vers l’autre fille

- Vous ne devriez pas etre si pressé, c’est a croire que tous les serdaigles préfèrent prendre la fuite devant les grands méchants serpentard ! Ne vous inquiétez pas, « monsieur le serpentard » ne vous fera pas de mal ! La raison pourquoi il parle aux inconnus, c’est bien parce que vous etes tant amusantes. Je ne pourrais jamais trouver un tel amusement avec des enfants de 10 ans voyons ! Mais si l’inconnu vous gêne tant, je m’appelle Matt Owen, ravi de faire vos connaissances. Et comme guise de bonne volonté de la part d’un serpentard …

Il prononça « accio Jupe » alors que sa baguette était pointé vers la jupe mi brulé et déchirée de la serdaigle. La jupe en question se déchira complètement avant de laisser la serdaigle en sous-vêtements et d’atterrir dans les mains de Matt Owen qui d’un mouvement agile avec sa baguette répara la jupe avant de la tenir devant la serdaigle . Même Matt n’allait pas aller si loin de la laisser dévoilée en sous-vêtements dans un magasin peuplée. Il avait par contre aucun remord a la mettre en sous-vêtements… Il pris rapidement la parole et a la fin de ses paroles, il augmenta un peu la pression voulant clairement pousser la serdaigle a bout. Par contre ce qui le gênait c’était la deuxième serdaigle qui se contrôlait bien mieux …

- Veux-tu toujours pas accepter ma « charité » ? Puis je te le propose gentiment hein ! Si tu ne veux pas, je peux reprendre cette jupe que j’ai réparé, la rebrulé puis… En attendant parcontre, ce sera assez gênant d’être en sous-vêtements dans un magasin de livres… Non mais quelle elfe de maison vous devez faire selon ces gens… VOUS DEVRIEZ ACCEPTER MA CHARITÉ !


Dit-il de voix haute pour attirer l'attention.Puis il se tourna vers l’autre fille :

- Vous êtes sur de ne pas vouloir vous venger ? Je vous connais, dites ce que vous voulez, vous ne faites pas parti de ces serdaigles, vous êtes du genre a vous venger, a ne pas avoir de remords après avoir attaqué ! C’est bien vous qui comme il y a tant d’années, un membre des troupes de Dumbledore aura trahit tout le monde.
Ensuite gardant son regard vers celle habillée, question de principe, il était un sang pur apres tout, il devait se conduire comme tel, il adressa la parole a l'autre fille :
- Si j’étais vous, malgré que vous soyez en sous-vêtements et que ce ne soit pas trop le moment de choisir ses amis, je serais quand meme un peu douteux envers ceux que je qualifie d'amis. Certains vous ont même déjà vu avec la Black. Comme quoi vous êtes condamnée a finir trahie … Donc vous devriez prendre ma charité tant que je vous l’offre encore…

Il savait maintenant pourquoi il avait reconnu la serdaigle avec ses 10 jupes identiques. Un ami avait raconté quelques trucs a propos d’une Black, une famille de sang pur, étant à serdaigle. Comme quoi rien ne reste secret a poudlard, même si ce sont les vacances.

PS: RP en cours, c'est qu'une idée mais avant de pouvoir valider, et mettre les couleurs et tout, je dois connaitre l'avis de Luna sur tout le truc de sa jupe déchirée, ce qui est un peu exagéré. Mais dur de demander car elle est pas co (1) et je devais établir l'idée (2)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3938
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Mer 24 Aoû 2011 - 21:06

    Quand j'eus fini ma phrase, il ne put s'empêcher d'éclater de rire. Mais tellement bruyamment. Je soupirai de désespoir devant tant d'idiotie. Bon au moins il avouait qu'il n'était point très doué en mode. Néanmoins, je ne l'étais pas tellement non plus. Après tout, j'achetais le plus cher et la qualité, mais surtout parce que j'aimais les jolis vêtements. Je me tournai vers Olivia, qui avait parlé de Tissard & Brodette. J'aimais y faire mes achats vestimentaires. Encore une fois, nous étions réellement faites pour nous entendre ! Ne faisant plus attention au Serpentard, je pris un air enjoué.

    « Oui, j'achète mes jupes, robes et corsets là-bas. Tu y va aussi ? As-tu vu la nouvelle collection annoncée pour l'automne ? »

    La seule fin de la phrase de l'autre -imbécile- me parvint aux oreilles. Il parlait d'un petit détail. Je dirigeai mon attention une fois de plus vers lui, le dévisageant. Il se présenta -en nous insultant une fois de plus, mais mon calme était revenu grâce à l'intervention de ma très chère Taylor- sous le nom de Matt Owen. Ce nom ne m'était pas inconnu. Je murmurai un merveilleux -et ironique- :

    « Cool ta vie. »

    Tandis qu'il continuait sa tirade. Il termina par un « Accio-Jupe ! ». Tout se passa rapidement. Mes aillons se déchirèrent, s'envolant dans ses mains. Ma baguette tomba de l'unique poche s'écrasa dans un bruit mat sur le sol. Au même moment, je m'enroulai vivement dans ma cape. Heureusement, elle, elle était encore intacte. Il ne me laissa aucun répit, continuant sa tirade. Il faisait bien exprès d'augmenter le ton pour que tout le monde nous regarde. Heureusement, nous étions entre deux rayons et peu de gens passaient par là. Il voulait m'ennuyer. Je savais qu'il voulait me pousser à bout. Il avait même réparé ma jupe et me la tendait d'un air toujours aussi... Aussi lui. Mon poing se serra sous ma cape. J'aurais aimé lui mettre un poing dans la figure. Mais c'était ce qu'il attendait. Je le savais. Je fermai les yeux doucement pour me calmer. Je les rouvris et m'abaissai pour prendre ma très chère baguette tandis qu'il parlait. Cette fois, il attaquait Rigel. Quel lâche que de parler des absents. Et si je lui lançais un sort ? Hum... Une idée me traversa l'esprit. Je pris un air triste, toujours à genoux et d'un coup, brandis ma baguette et dis :

    « Expeliarmus. »

    La baguette de mon petit ennemi s'envola et tomba quelques centimètres à côté de moi. Je n'avais pas tenté de la rattraper. Je ne voulais pas me souiller les mains avec un outil pareil. Pointant toujours ma baguette sur lui, je pris la parole, d'un ton assez posé. Le fait de l'avoir désarmé m'avait... Apaisée.

    « Alors comme ça, je devrais accepter votre charité ? -je repris ma jupe à l'aide d'un accio, sans même la prendre avec les mains- Je suis désolée, mais je sais très bien me débrouiller sans cela. Quant à Rigel, je ne vois pas de quoi vous parler. Il s'agit de ma meilleure amie, et je sais parfaitement choisir mes amis. En tout cas, il est certain que je ne vous prendrai pas comme tel. »

    Ma pauvre jupe était toujours aussi courte, mais au moins, on pouvait la considérer comme « plus ou moins portable ». Quelle tristesse, je l'aimais bien. Même si j'en avais quatre autres chez moi.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3463
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Jeu 25 Aoû 2011 - 8:52

    Quel rire affreux et bruyant. Il pourrait briser les tympans de tout un stade de Quidditch complet et il n’avait certainement pas besoin d’un mégaphone pour le faire. Olivia n’appréciait pas tellement les gens trop bruyants parce qu’ils étaient ennuyeux et tellement banaux. Oui, ces gens n’avaient rien de bien spécial à part crier, rigoler comme un malade et vous lancer des piques ridicules. A un moment, Lodwick eut l’idée de l’ignorer.

    « - J’y vais aussi et j’ai d’ailleurs acheté ma nouvelle de robe de sorcière là-bas. Et oui, la nouvelle collection est vraiment jolie dans ses tons orangés, marron et beiges. J’ai vu de superbes vestes en cuir. » dit-elle avec un sourire en coin.

    Durant quelques secondes, les deux demoiselles ignoraient ce que disait le Serpentard et de toute évidence, elles s’en fichaient royalement. Pour Olivia, ce n’était qu’une fausse note qui essaie de perturber l’harmonie d’une musique. Son amie montra son ennui et son indifférence entre répondant au discours du garçon que par trois mots. Tout simples, et pourtant, ils disaient pratiquement tout sur ce que les deux filles en pensaient. Bien sur, cela ne devait pas être agréable pour l’autre brune de se retrouver sans jupe mais la cape qu’elle possédait pouvait lui servir à se cacher les cuisses si jamais sa jupe était irrécupérable. Le vert et argent continuait donc de parler et de perdre sa salive pour rien, inutilement… il semblait croire que la Taylor fuyait ses paroles mais n’avait-il pas compris qu’en fait, elle ne fuyait pas mais qu’elle en avait rien à faire de lui ? Elle ne l’esquivait pas, elle essayait simplement d’économiser son temps et de toute manière, ce n’était pas avec ce genre de personnes qu’elle gagnerait du temps. Elle observait donc le plafond alors qu’il parlait et parlait… C’était pire qu’un des discours de Dumbledore car même si les discours du vieux directeur étaient longs, en revanche, ils étaient enrichissants et intéressants. Quant à ce Serpentard, ses critiques n’amusaient personne ou alors, peut être un public d’une dizaine d’années, sans plus. Puis, la bêtise paraissait ne pas vouloir sortir de son crâne et il décrocha la jupe de Luna via un accio bien lancé. Olivia soupira et se demanda comment ses parents avaient pu lui apporter une éducation aussi minable ? Lorsqu’on a quinze ou seize ans, on ne passe plus son temps à lever les jupes ou à les enlever pour s’amuser. Puis, il répéta ENCORE une fois si elle voulait de sa charité. Il y avait vraiment un problème avec lui… Fallait-il lui parler en espagnol pour qu’il comprenne ?

    « - Mais justement, nous ne fuyons pas, c’est juste qu’on a l’impression de parler à une personne âgée tellement que vous êtes bouché. Il serait temps de revoir votre audition. Vous n’avez pas compris ? On n’en veut pas de votre fausse générosité. C’est tout. Là, tout ce que vous venez de gagner en nous proposant sans arrêt de l’argent, c’est de la pitié et du ridicule. Et je peux vous dire qu’en matière de ridicule, vous nous surpassez. Heureusement que cela ne tue pas, cela aurait été douloureux pour vos proches… mais peut-être que eux aussi vous trouvent ennuyeux ? Remarque, cela ne m’étonnerait pas. » Répondit-elle sur un ton rêveur.

    Ensuite, il continuait et continuait… Il aurait très bien pu postuler pour devenir conteur d’histoires pour gamins et il aurait très certainement été engagé ; et encore faut-il que ses histoires ne les intéressent. Et quand il eut terminé d’exposer sa bêtise, Lodwick en profita pour récupérer son vêtement avec l’aide d’un accio et elle eut même la rapidité nécessaire pour le désarmer avec un Experliarmus. Olivia observait le mouvement de la baguette qui s’échappa des mains du jeune homme pour retomber à quelques centimètres des deux Serdaigle. C’était astucieux ; s’il voulait récupérer son bout de bois, il devrait s’approcher d’elles et se pencher en avant pour la reprendre. En quelques sortes, il commettrait un geste de soumission. Mais puisque l’une avait commencé, il fallait terminer le travail n’est-ce pas ? Après tout, c’était cela le travail d’équipe et à Serdaigle, lorsqu’on effectue un devoir en groupe, il faut tout achever pour obtenir la meilleure des notes. Olivia se concentra et imagina l’image le néant dans sa tête. Après tout, c’était là où ce qui disparaissait se rendait… Dans le Tout et le rien.

    « - Bracae Evanesco. »

    Sa baguette en bois de Cerisier tendue devant elle, elle venait de pointer le Serpentard, au niveau des cuisses. Magiquement, le pantalon du garçon disparut dans le néant en laissant son détenteur nu au niveau des jambes. Ce n’était finalement pas tellement une vengeance personnelle mais une vengeance en équipe. Fière de leur coup à deux, elle adressa à Luna un petit sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Owen
"Le dernier ennemi à vaincre sera la Mort"

avatar

Messages : 66
Points rp : 2803
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Jeu 25 Aoû 2011 - 13:12

« - Mais justement, nous ne fuyons pas, c’est juste qu’on a l’impression de parler à une personne âgée tellement que vous êtes bouché. Il serait temps de revoir votre audition. Vous n’avez pas compris ? On n’en veut pas de votre fausse générosité. C’est tout. Là, tout ce que vous venez de gagner en nous proposant sans arrêt de l’argent, c’est de la pitié et du ridicule. Et je peux vous dire qu’en matière de ridicule, vous nous surpassez. Heureusement que cela ne tue pas, cela aurait été douloureux pour vos proches… mais peut-être que eux aussi vous trouvent ennuyeux ? Remarque, cela ne m’étonnerait pas. »
Il ne pouvait que rire face a la remarque. D’abord il était trop gamin pour eux, ensuite trop vieux ? Comme quoi le seul argument qu’il devait sortir pour cette fille c’était bien ses propres mots, car elle en disait bien plus que suffisant toute seule. Il n’y avait rien d’amusant a des gens qui croyaient tout savoir, et donc tres bref vu l’interet que portait Matt pour cette fille. Elle ne faisait que parler…
Ainsi donc les voilà entre deux rayons dans le magasin. La fille que Matt venait de mettre en sous-vêtements s’était mise à genoux se voilant avec sa cape. Alors que Matt lui tendit sa jupe, la fille a genoux était bien plus énervée qu’avant. Avec raisons. Mais Matt fut quand même surpris quand son regard tourna vers le triste alors qu’elle pointa sa baguette et prononça un sort. Matt aurait pu sortir sa baguette et essayer de se protéger, faire un bond de côté pour ne serait-ce que tenter d’esquiver. Mais il était un peu choqué par la réaction imprévue de la fille. Matt ne tenait aucun remord a rendre les gens tristes, mais c’était bien bizarre de rendre quelqu’un triste si tel n’était pas votre intention. Et donc il vit sa baguette rejoindre la fille alors qui lui restait sur place. Elle pris la parole :
« Alors comme ça, je devrais accepter votre charité ? -elle repris sa jupe à l'aide d'un accio, sans même la prendre avec les mains- Je suis désolée, mais je sais très bien me débrouiller sans cela. Quant à Rigel, je ne vois pas de quoi vous parler. Il s'agit de ma meilleure amie, et je sais parfaitement choisir mes amis. En tout cas, il est certain que je ne vous prendrai pas comme tel. »
Matt était en pleine pensées a ce qu’elle voulait au juste dire quand elle parlait de choisir ses amis. Il semblerait y avoir un malentendu, ce que Matt affirmait n’était autre qu’une information, comment pouvait-elle mal le prendre, elle devrait le remercier ! Ensuite ce fut au tour de l’autre fille de lancer un sort, on se croirait presque dans un jeu de role moldu.
« - Bracae Evanesco. »
C’était un sort assez dur a réaliser. Il en était fière d’elle-même ! Ce n’était pas comme ces abrutis de sang pur qui ne connaissait que 2 sorts. Mais elle semblait bien trop contente d’avoir pris le pantalon a Matt. Clairement elle ne le connaissait pas… Avec un petit sourire il enleva lui-même son t-shirt avant de le balancer vers Olivia, le laissant debout, a torse nu et en boxer et cela sans aucune gêne. Il leur adressa la parole :

- Mais voyons, si tu voulais me voire nu, tu n’avais qu’a le demander. Inutile d’envoyer mon pantalon dans le néant. Tu réalises combien c’est dur de ressortir mon pantalon de labas ? Mais je dois l’avouer que c’est tres mignon tout ce truc de sorcière utilisant un sort pour mettre un gars a poil, si tu veux, je t’invite aussi a faire de meme pour mon boxer ?

Il ne pouvait que sourire a ses propres remarques sachant bien qu’aucune d’eux n’irait si loin. Elles étaient serdaigles après tout. Et meme si elles iraient si loin, il n’en serait pas trop gêné, il pourrait facilement se faire un nouveau boxer a l’aide de la magie. Il était assez content du récent développement, comme quoi les deux filles s’étaient complètement ouverte a lui. On ne pouvait que voire le caractère d’une personne quand cette personne se faisait attaquer. Mais bien évidemment, ca compte aussi pour Matt… * Visualisez le mouvement de la baguette, visualisez le point départ ainsi que le point d’arrivé…*

- Accio Baguette

Le problème avec les sorts sans baguette c’est qu’enplus de ne pas toujours réussir, même quand ils réussissent, souvent ils ne sont que très peu précis. Et effectivement, ce fut le cas alors que la baguette était sensé voler en ligne droite vers sa main droite, elle volait en zigzag heurtant les deux rayons de livres avant de voler a une trentaine de centimètres au-dessus de la tête a Matt. Et la il avait eu un certain coup de chance car si il n’y avait pas eu les deux rayons pour garder la baguette dans une ligne droite, surement un pauvre passant se serait pris la baguette en plein tronche. Mais la la chance lui souriait et d’un reflex agile, partiellement a cause de ses nombreux entrainements de quidditch, il attrapa sa baguette d’un bond. Puis d’un coup de baguette agile et puissant, ainsi que grace a un peu de colère, car il pouvait réagir comme il voulait, cela avait quand meme un certain effet psychologique de voir son pantalon disparaitre, il prononça doucement :
- Mais je refuse d’etre seul, si vous avez l’envie de me voir a poil, je suis bien obligé de vous demander de m’accompagner… Habitus Evanesco !
Il s’imaginait en prononçant la formule le néant, les habits et le lien qu’avait le néant avec le monde. Et ainsi donc son t-shirt, ainsi que la jupe précédemment brulé et déchirée, ainsi que la jupe de la deuxième fille avaient disparu . Malheureusement, son sort était un peu hors de contrôle, dur de lancer un sort visant plusieurs cibles, et un enfant qui passait par hasard vit son pantalon et son pull disparaitre. Rapidement l’enfant pris course en pleurant direction sa maman. Dut a la location, entouré par des rayons de livres, ils avaient quand même la chance d’être un peu a l'abri des regards. Mais encore... Cela n'allait surement pas durer...

- J’ai comme l’impression qu’il est temps de changer de lieux. Et peut-être s’habiller …

Matt connaissait bien plus qu’assez de sortilèges pour créer des habits ne serait-ce que temporaires. Mais préférant voir comment les deux filles allaient réagir était pour la moindre des choses plus intéressant. Puis après tout, ca ne le gênait pas tant que ca de sortir en boxer accompagné par deux jeunes filles en sous-vêtements. Mais le problème était plutôt qu'il aimait bien ce magasin, il y achetait ses nombreux livres et avait dut dépenser une fortune en ses lieux. Il ne voudrait pas si facilement briser les liens avec la gentille gérante qui lui fessait souvent un prix.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sofia Hassan
Mangemort
Mangemort
avatar

Messages : 183
Points rp : 2952
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 25

Identité du Sorcier
Baguette magique: Charme, crin de Licorne, 30cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Mangemort cherchant à se repentir

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Jeu 25 Aoû 2011 - 14:35

Sofia termina de ranger deux autres énormes livres avant de pousser un soupire de soulagement. Elle avait eu beaucoup de monde aujourd'hui et la boutique ne désemplissait pas. Heureusement, le fait qu'elle soit remplie de livre donnait à la boutique une certaine quiétude. Les gens respectaient généralement les librairies autant que les bibliothèques. Enfin, en général. Car aujourd'hui, il y avait pas mal de mouvement. D'ailleurs, Sofia avait aperçut le jeune Owen quelques minutes plus tôt et il avait gentiment fait exploser l'un de ses ouvrages. Elle lui avait lancé un regard noir et s'était empressée d'ajouter le titre du livre à la note des Owen. Ils avaient beau la connaître et être de très bons clients, ils n'avaient pas pour autant tous les droits.

Mais de toute évidence, leur fils ne le savait pas... Sofia lui lança un regard ennuyé tandis qu'elle écoutaient les trois jeunes gens se chamailler. Qu'ils se disputent passe encore mais qu'ils utilisent la magie les uns contre les autres... Pas de ça dans son magasin ! Elle s'approcha d'eux d'un pas rapide et prit un air sévère.
Le jeune Owen ne portait plus de pantalon et leurs sorts avaient toucher un enfant qui avait rejoint a mère en pleurant, sans pantalon. Sofia, dans une colère noire, s'approcha du petit groupe et leur lança :

« Vous êtes dans un lieu public, vous êtes priez de porter des vêtements et de ne pas lancer de sorts ! Qu'est-ce qui vous prend, Owen, je pensais que vos parents vous avaient mieux élevé que cela ! »

Elle jeta un regard aux deux jeunes filles pratiquement nues et, d'un geste habile de sa baguette, fit venir trois uniformes qu'elle gardait dans la réserve.

« Tenez, prenez ça et suivez-moi ! »

Son ton était dur, froid. Sofia pouvait être une femme adorable quand elle le voulait mais elle avait donné 15 ans de sa vie pour être à la tête de Fleury & Bott et ce n'était pas trois gamins dans leur genre qui allait détruire son entreprise.
Pressant le pas sous les regards étonnés des clients, elle les mena jusqu'à son bureau.
Elle resta dehors tandis qu'ils rentraient tous les trois les uns derrières les autres, baissant la tête sous les regards noirs de la gérante. Elle entra à son tour, fermant la porte derrière elle avec précaution et, se tournant vers les trois garnements, hurla :

"Habillez-vous !"

Elle les contourna pour se placer derrière son bureau et, les doigts croisés attendit qu'ils soient vêtus avant de reprendre ses remontrances.

"Apparemment, aucun de vous ne sait lire, il est interdit d'utiliser la magie dans cette boutique sauf en cas d'urgence extrême ! Comptez bien que je m'en souviendrais et si je vous vois encore une seule fois utiliser un sort dans mon magasin vous ne serez plus autorisé à y mettre les pieds. Et je peux savoir pour quelle raison stupide vous vous déshabillez dans une librairie ?"




#3e2a4d

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3938
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Sam 27 Aoû 2011 - 14:26

    Mon idée d'ignorer ce fichu Serpentard parut plaire à Taylor. Elle continua d'ailleurs sur ma lancée, me disant qu'en effet, la nouvelle collection était vraiment superbe. Elle m'apprit par ailleurs qu'il y avait aussi de jolies vestes en cuir.

    « Vraiment ?! Il faudra que nous allions y faire un tour ! Je ne les ai pas vue. »

    Et l'autre qui continuait à parler... Suite au petit problème que nous avions eu avec ma pauvre jupe, Taylor commença alors elle-même un merveilleux monologue qui me fit littéralement éclater de rire. Elle le comparait à un vieillard, tellement il était bouché. Je devais bien avouer qu'elle avait totalement raison. Et comme elle le faisait si bien remarquer, c'était simplement ridicule. Et heureusement que le ridicule ne tuait pas, sinon, il serait déjà mort depuis longtemps. Une fois de plus, elle marquait un point. Bon sang, elle était douée.

    Puis, d'un coup de baguette magique, elle fit disparaître le pantalon de notre ennemi. Je la regardai, fascinée, tandis que l'autre était maintenant en boxer. Je n'aurais jamais eu le cran de faire pareil. Certes, je connaissais ce sort, mais je n'aurais jamais pu lui enlever son pantalon. Je murmurai.

    « Bravo pour ton culot, Taylor. »

    Mais contre toute attente, Owen ne parut pas déstabilisé. Au contraire, il trouvait cela mignon et invita même ma camarade à recommencer avec son sous-vêtement. J'étais réellement choquée par son cran. Ou plutôt, par sa folie. Je lui lançai un regard mauvais.

    « Vous êtes tellement fier de votre misérable corps que vous en êtes devenu exhibitionniste, Owen ? »

    Je remarquai alors qu'il était très concentré. Il regardait sa baguette magique avec insistance. Soudain, je compris ce qu'il avait en tête. Mais avant même que je ne puisse réagir, son outil avait déjà décollé en sa direction. Le problème avec les sortilèges sans baguette, c'est qu'ils ne sont pas précis, et son bout de bois se cogna aux étagères, tout en passant à plusieurs centimètres au dessus de la tête de son propriétaire. Mais il réussit à la rattraper assez facilement. J'étais réellement abasourdie. Je tentais justement à apprendre les sorts sans baguette, mais c'était extrêmement complexe. Si ce garçon n'était pas aussi désagréable, il aurait eu sa place à Serdaigle, c'était certain.

    Malheureusement, le calvaire était loin d'être fini. Il annonça de ce ton qui m'irritait tellement, qu'il ne voulait pas être le seul à être à poil. Malgré son éternelle assurance, je le sentis quelque peu colérique. Normal aussi, on venait de le foutre presque à poil dans un magasin. Ah ! L'égo des Serpentard...

    Bref, il leva sa baguette et fit disparaître nos jupes. Était-ce là un combat de disparition de vêtements ? Je soupirai. J'avais toujours ma cape pour me couvrir, au moins. Mais malheureusement, son sort toucha aussi un gamin passant par là. En slip, il alla pleurer dans les jupons de sa mère. J'enfouis mon visage dans une de mes mains, plus que jamais désespérée de tant de bêtise, tandis que Owen proposait que l'on dégage immédiatement.

    Effectivement. L'une des vendeuses s'approcha de nous, l'air sévère. Je crus un instant qu'elle allait nous chamailler tous les trois. Mais non. Elle ne fit des remontrances qu'à Owen. Je lançai un regard étonné aux deux. La jeune femme fit alors venir trois uniformes. Elle nous ordonna de les prendre et de la suivre. J'obéis la première, prenant un des vêtements et la suivis jusqu'à ce que je devinai être son bureau. Ah. Peut-être n'était-elle pas une simple vendeuse, finalement. Je pensais pourtant que Fleury & Bott était géré par... Eh bien Fleury et Bott. Elle nous ordonna alors de nous habiller. Je le fis sans un mot et en vitesse.

    Une fois que nous fûmes tous les trois vêtus, elle se mit réellement en colère. Franchement, cette femme semblait très dure. Enfin, je pouvais la comprendre aussi. Si c'était bel et bien son magasin, nous aurions pu le détruire. Et nous avions nui à sa clientèle. Elle nous demanda alors des explications. Je pris alors la parole.

    « Madame, il s'agit là d'une bien longue histoire. Nous sommes seulement venues chercher nos bouquins avec Taylor, ici présente. Et ce garçon -je désignai Owen d'un regard- nous a dérangé en brûlant le livre que j'avais en main. Par la même occasion, il a brûlé ma jupe. Puis nous nous sommes disputés. »

    Il valait mieux être honnête. Enfin, c'était du moins mon avis. Surtout que nous avions à la base, Taylor et moi, rien fait de mal.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3463
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Sam 27 Aoû 2011 - 15:19

    Contrairement à ce qu’Olivia aurait pu penser, Owen ne semblait pas mécontent qu’elle ait fait disparaître son pantalon. D’habitude, n’importe quel garçon aurait pu en être déstabilisé puis finir par prendre peur qu’on ne le voie sans pantalon. Néanmoins, ce Serpentard était plutôt coriace et la situation l’amusait. En plus d’être un casse-pied, c’était un exhibitionniste ? Pauvre éducation… C’était décevant, vraiment. Il osa même enlever son t-shirt pour dévoiler son torse nu avant de le lancer en direction de la brune. Celle-ci le laissa tomber par terre puisqu’il était hors de question de toucher à ce vêtement qui appartenait à un être venimeux et pourtant cocasse. Puis, pour terminer, son sourire s’agrandit avant de lui demander si elle voulait lui enlever son boxer. Cette proposition aurait pu être alléchante pour ses amies mais certainement pas pour ses rivales. Non, elle n’en avait aucune envie surtout dans un lieu public. Pour qui se prenait ce garnement ? D’un ton froid, elle répondit :

    « - Non, désolée, je n’ai aucune envie de cauchemarder sur l’horreur qui s’y cache à l’intérieur. »

    Luna l’avait complimenté sur son audace et c’était bon à entendre. Mais pendant qu’elle parlait, le jeune homme avait ridé son front de façon à bien se concentrer sur quelque chose. Elle suivit son regard et vit la brindille au sol qui bougeait de quelques centimètres avant de cogner brusquement un rayon de livre et de se faire rattraper habilement par son détenteur. Sur ce coup, il s’était bien débrouillé mais ce n’était pas l’heure de faire des louanges et surtout pas à ce chenapan. Il était peut être immature mais il n’était pas non plus un autiste en ce qui concerne la magie. Disons qu’il était un Serpentard mais à un niveau un peu plus supérieur que celui de Crabbe ou de Goyle. Les deux jeunes filles restaient sur leur garde puisque la récupération de cette baguette signifiait qu’il était parfaitement capable de leur lancer un nouveau sort ou bien de les menacer avec. La Taylor tenait la sienne entre ses mains tout en écoutant Owen parler. Il disait qu’il refusait d’être le seul à être nu et insinuait qu’il avait la nette intention de les accompagner avec lui. Cette phrase était le signal d’une éventuelle attaque mais au lieu de se défendre avec un Protégo, Olivia fit un geste de baguette et murmura :

    « - Furunculus. »

    Les deux sortilèges lancés touchèrent leurs victimes. Les demoiselles se retrouvèrent sans habits et un petit courant de froid frôla les bras nus d’Olivia. Ce petit pervers… il s’acharnait vraiment sur les jupes, à croire que cela lui plaisait de voir les filles en sous-vêtements. Quant à Owen, des gros furoncles s’étaient mis à pousser sur son visage et sur son torse nu. La Serdaigle ne souriait pas mais semblait tout de même amusée. Elle était plus occupée par son propre état ; il était hors de question de sortir de la boutique sans habits et elle n’avait pas pris sa cape. Non, ce ne serait pas convenable de quitter les lieux comme cela. Il fallait trouver une solution. Regardant autour d’elle, elle pensait qu’elle pouvait arracher un bout des rideaux et la transformer en un pull à l’aide d’un sort de métamorphose. Toutefois, le destin en décida autrement. Il était certain que le tapage provoqué par leurs sortilèges ainsi que les cris d’enfants n’étaient pas passés inaperçus dans toute la librairie. Des bruits de pas se firent entendre et Olivia sentait que ce n’était certainement pas ceux d’un enfant en quête d’un livre. Il s’agissait de pas lourds, comme ceux d’un meurtrier qui s’avance lentement pour trouver et tuer sa victime. Une femme apparut devant le trio, le regard plein de reproches, l’air sévère. Elle était d’une grande beauté, c’est vrai, mais son aura dégageait quelque chose de glacial qui n’était pas bon signe. Une aura de colère, bien rouge que Olivia voyait parfaitement autour d’elle. C’était la patronne de Fleury et Botts. Et dire qu’elle aurait pu envoyer un subordonné rétablir l’ordre au lieu de venir elle-même… cela aurait été moins effrayant.

    Sur ce coup, la brune regretta d’avoir voulu jouer avec la provocation de Owen. Pourquoi l’avait-elle attaqué, tout comme lui ? Au final, était-elle un peu comme ces Serpentard ? Non, elle tenta de se rassurer en se disant qu’elle n’avait fait cela que dans le but de se défendre et de ne pas laisser ce galapiat ridiculiser son amie sans en payer les frais. C’était de la légitime défense, tout simplement. Jamais elle ne l’aurait fait pour embêter quelqu’un. Elle ne baissa pas les yeux mais fixa un point, au dessus de l’épaule de la libraire. D’une voix forte et froide, elle leur rappela qu’ils étaient dans un lieu public et qu’ils étaient priés de porter des vêtements ainsi que de ne pas lancer de sorts. Puis, elle termina sa phrase en s’adressant à Owen, pleins de furoncles. Tout cela était de sa faute après tout. Cependant, même si Taylor aurait espéré qu’il soit grondé bien plus longtemps, elle sentit que c’était le tour des filles. Son regard de reproche était toujours là et par le biais de sa baguette, fit venir trois uniformes tout propres. La dame leur ordonna de les prendre puis de la suivre. Sans attendre une seconde de plus, les trois adolescents suivirent la femme tels trois élèves en faute réprimandé par leur professeur. Olivia se sentait très mal et elle se rendit compte qu’elle venait de nuire aux biens d’autruis. Ce n’était pourtant pas son genre de faire cela mais elle dut bien avouer que lorsqu’une personne venait la critiquer, elle ne pouvait s’empêcher de répondre très durement et d’avoir à utiliser sa baguette en cas de nécessité. Mais dans tous les cas, elle aurait mieux préféré une conversation intelligente au lieu de jouer à se lancer des sorts, même si cela était plus ou moins amusant à regarder.

    Ils arrivèrent dans une pièce de taille moyenne que notre héroïne n’avait jamais vu et elle se mit à contempler les multiples objets, d’un air rêveur. Puis, elle redescendit rapidement de son petit nuage lorsque la gérante leur hurla de s’habiller. Sursautant à moitié, elle s’empressa de se vêtir de l’uniforme qui sentait le renfermé. Ces uniformes n’avaient certainement pas été sortis du placard depuis bien longtemps. Mais c’était mieux que rien et cela tenait chaud. La jeune femme n’en avait pas finit avec eux et elle les sermonna en les menaçant qu’elle ne les accepterait plus en ce lieu s’ils continuaient à se comporter ainsi. Pour finir, elle leur posa une question et Luna fut la plus rapide à répondre la première. La vérité triomphe toujours, comme disent les moldus. Les Serdaigle n’étaient pas du genre à mentir. Luna leur avoua qu’elles étaient venues chercher leurs livres d’école et que ce garçon les avait dérangées en brûlant le livre qu’elle tenait en main et qu’il avait brûlé la jupe. Pour finir, la dispute avec éclaté. Olivia ne pouvait que être d’accord avec cette version qui était la vraie. Prenant une profonde inspiration, elle continua d’une voix douce:

    « - Elle dit la vérité. Nous n’avons jamais convoité la présence de ce garçon, c’est lui qui est venu nous chercher des noises en essayant de nous provoquer verbalement et qui a commencé à utiliser sa baguette en s’attaquant à la jupe de ma camarade. Je suis consciente que jeter des sorts pour ce genre d’histoire est stupide et source d’un véritable conflit mais une conversation intelligente semblait bien trop au-dessus de son niveau pour le faire taire. Mais visiblement, j'ai eu tort de m'être prise à ce jeu puéril, je ne le nie pas. Je suis navrée, madame et je m’engage à ne plus nuire à votre librairie. »

    Elle acheva ses excuses en jetant un coup d'oeil à Owen, toujours couverts de furoncles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Owen
"Le dernier ennemi à vaincre sera la Mort"

avatar

Messages : 66
Points rp : 2803
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Sam 27 Aoû 2011 - 18:27

Les voila dans un magasin mi a poil. Enplus de cela, Matt avait des furoncles "grâce" a un sort qu'avait lancé la serdaigle qui se tenait debout sans aucun scrupule. Dur de croire que c'était une serdaigle, au lieu de se soucier de son amie, elle était plus préoccupé par rendre la situation égal et donc d'aussi lancer des sortilèges a Matt. Si elle avait voulu une solution, elle aurait pu tout finir avant en cherchant un responsable, mais elle avait préféré prendre vengeance... C'était fort amusant tout ca! Mais alors que Matt venait de proposer de changer de lieu vu que sont sort qui avait mis un petit garçon en culotte, avait dut attirer l'attention... Et effectivement, la gérante vint leur rappeler a l'ordre... Sofia Hassan, c'était une sang pur qui avait créé ce magasin grâce a son propre talent. Selon son père Matt devait être poli avec elle, sans donner de raisons, il lui avait ordonné cela! Et donc tant amusante fut la situation jusqu’à maintenant, cela avait changé a l'arrivée de la bel mais tant colérique Sofia Hassan. Cela malgré les répliques tant hilarantes qu'avaient lancé les serdaigles le traitant meme d'exhibitioniste, a croire qu'elles avaient oublié une partie de l'histoire, la partie ou ELLES avaient fait disparaitre SON pantalon.


« Vous êtes dans un lieu public, vous êtes priez de porter des vêtements et de ne pas lancer de sorts ! Qu'est-ce qui vous prend, Owen, je pensais que vos parents vous avaient mieux élevé que cela ! »

Matt baissa le regard avec gêne pour la première fois. Ensuite elle fit apparaitre trois uniformes.

« Tenez, prenez ça et suivez-moi ! »

Sans dire un mot, il pris l'uniforme et l'enfila habilement puis suivit la dites gérante. Une fois arrivé dans la réserve, elle pris la parole et apres elle, ce fut le tours aux deux jeunes filles :

"Apparemment, aucun de vous ne sait lire, il est interdit d'utiliser la magie dans cette boutique sauf en cas d'urgence extrême ! Comptez bien que je m'en souviendrais et si je vous vois encore une seule fois utiliser un sort dans mon magasin vous ne serez plus autorisé à y mettre les pieds. Et je peux savoir pour quelle raison stupide vous vous déshabillez dans une librairie ?"
« Madame, il s'agit là d'une bien longue histoire. Nous sommes seulement venues chercher nos bouquins avec Taylor, ici présente. Et ce garçon -je désignai Owen d'un regard- nous a dérangé en brûlant le livre que j'avais en main. Par la même occasion, il a brûlé ma jupe. Puis nous nous sommes disputés. »

« - Elle dit la vérité. Nous n’avons jamais convoité la présence de ce garçon, c’est lui qui est venu nous chercher des noises en essayant de nous provoquer verbalement et qui a commencé à utiliser sa baguette en s’attaquant à la jupe de ma camarade. Je suis consciente que jeter des sorts pour ce genre d’histoire est stupide et source d’un véritable conflit mais une conversation intelligente semblait bien trop au-dessus de son niveau pour le faire taire. Mais visiblement, j'ai eu tort de m'être prise à ce jeu puéril, je ne le nie pas. Je suis navrée, madame et je m’engage à ne plus nuire à votre librairie. »

Elles semblaient s'attendre a ce que Matt nie en bloc et raconte un énorme mensonge. Sauf que Matt comprenait mieux qu'elles leur situation, ils étaient vraiment en faute même légalement. Mais le pire c'était qu'elle connaissait bien ses parents et que son père lui avait exclusivement dit de bien se comporter en présence de sang pur. Il avait un nom a tenir haut...Il regarda les deux filles d'abord...

- Ca suffit!


Puis baissant le regard il continua ses mots :

- Je n'ai rien a rajouter en dehors de mes profondes excuses. Elles sont innocentes et sont uniquement mélangées a cette situation a cause de mes faits. J'accepterais toute punition qui vous semble correcte étant le seul coupable dans cette affaire. Malgré ma position, je vous demanderais quand meme de laisser ces deux personnes partir, n'étant que dans cette situation par ma faute.

Puis j’espère que vous n'en penseriez pas moins des Owen car mon attitude était tout sauf digne d'un Owen.


Et oui Matt était gentil... Vous y aviez cru? Vu la situation, Matt savait qu'il avait beaucoup a perdre, et la meilleur façon de limiter les pertes, c'était déjà de faire partir ces deux filles, si ces parents étaient a venir, il serait vraiment dans le pétrin si un d'eux finirait par être une née moldu. En plus, ce serait bien marrant a poudlard de les revoir après qu'il ait pris la chute seul. C'était comme une opportunité pour ensuite se venger de cette situation, car bien évidemment, pour Matt, les coupables c'étaient eux! Et vengeance viendra ! Elles allaient regretter avoir voulu combattre Matt Owen...
Ensuite il se rappela qu'il avait des furoncles un peu partout. malgré que le sort avait été partiellement repoussé par le sort a Matt, et donc le sort n'avait pas eu un effet complet, c'était quand même loin d’être agréable. D'un coup de baguette sec il prononça :

- Finite Incantatem

Et les furoncles disparaissaient comme si ils n'avaient jamais été la.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sofia Hassan
Mangemort
Mangemort
avatar

Messages : 183
Points rp : 2952
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 25

Identité du Sorcier
Baguette magique: Charme, crin de Licorne, 30cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Mangemort cherchant à se repentir

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Sam 27 Aoû 2011 - 18:58


Le visage de la jeune femme garda la même expression colérique tandis qu'elle écoutait les excuses de l'une des deux jeunes filles mais à l'intérieur, elle se sentait affreusement désespérée et se félicita même de ne pas avoir d'enfant. Elle n'aurait jamais pu supporter de perdre son temps à éduquer des idiots dans le genre de ses trois là.
Lorsque la première fille eut terminée, son amie se pressa de renchérir et Sofia secoua la tête dans un geste exprimant sa profonde exaspération. Les deux filles prétendaient n'avoir en aucun cas cherché les ennuis mais elles n'avaient pas été assez malignes pour laisser Owen parler sans s'occuper de lui... C'était peut-être trop difficiles pour deux adolescentes, après tout.

« Mes enfants, lorsqu'un idiot vous cherche des noises -elle lança un regard noir à Owen- la meilleure manière d'agir est de l'ignorer et de rester impassible. Tachez de vous en souvenir à l'avenir. »

Elle leur adressa un regard hautement désapprobateur et reporta son attention sur le jeune homme qui acceptait de prendre toutes les responsabilités sur son dos et lui demandait de permettre aux deux jeunes filles de partir sans ennuis. Il ajouta aussi qu'il espérait que cet incident ne changerait pas l'image que Sofia avait de la famille Owen. La gérante retint un sourire moqueur en pensant que non, au contraire, cet incident confortait parfaitement son idée sur cette famille et en particulier sur Alexander , son père qui était bien l'homme le plus désagréable et le plus fier de son nom et de son rang qu'elle connaissait. Même Lucius Malefoy, avec qui elle n'avait discuté que quelques fois, lui avait paru plus sympathique et plus humble, c'était pour dire. Et le fils Owen semblait bien partit pour suivre la voie tracée par son père. Sofia n'avait aucun doute quant au fait que dans un an ou deux, le même tatouage horrible qu'elle portait sur l'avant-bras gauche viendrait recouvrir celui du garçon face à elle.

Si ce qu'il venait de dire pouvait paraître chevaleresque au premier idiot qui passait, Sofia qui connaissait si bien Alexander, se doutait qu'il fallait plutôt y voir là une preuve de son arrogance et que les deux filles avaient beaucoup à craindre de la prochaine fois qu'elle le croiserait.

Cependant, ce n'était pas son problème, elle avait d'autres choses à penser, surtout ces temps-ci.

« C'est très noble de votre part, Monsieur Owen, déclara-t-elle sarcastiquement. Vous pouvez disposez, mesdemoiselles, après m'avoir donné vos noms bien sûr. Et je vous conseille de ne pas me mentir ! Et aussi de faire attention à vous, la prochaine fois. Soyez plus intelligentes. »

Elle trempa sa plume dans son encrier pour noter le nom des deux jeunes filles sur le registre des personnes ayant reçues un avertissement puis, croisant les doigts, se retourna vers Owen. Elle fit signe aux filles de rester encore une seconde.

« Quant à vous, Owen... Je vous demanderai de régler le livre que vous avez détruit ainsi que ceux des deux demoiselles que vous avez importuné. Je ne préviendrais pas votre père mais j'exige que vous présentiez vos excuses à ces deux demoiselles sur le champ, et dans les régles de votre bonne éducation, cela va de soi. »

Elle adressa un sourire particulièrement désagréable au garçon et attendit patiemment qu'il se tourne vers les filles pour faire ce qu'elle venait de lui demander. Elle savait qu'il n'apprécierait pas et que les pauvres le lui paieraient surement plus tard mais c'était tout de même une belle humiliation pour le moment et elles pourraient profiter du spectacle.



#3e2a4d

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3938
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Lun 29 Aoû 2011 - 8:07

    Taylor confirma évidemment mon récit, disant aussi qu'une conversation intelligente semblait au-dessus des forces de ce demeuré de Serpentard. Je ravalai un sourire moqueur. Il n'était pas temps de recommencer nos stupidités dignes de gamins de dix ans. Nous en avions trop fait, maintenant, il fallait nous comporter en adultes.

    Owen se tourna vers nous et clama haut et fort un « Ca suffit ! ». J'étais certaine qu'il allait démentir tout ce que nous avions dit. Mais nous avions la chance d'être deux. Deux contre un. La gérante allait certainement nous croire. Cependant, à mon grand étonnement, Owen ne démentit pas. Au contraire, il affirma ce que nous venions de dire. Pire, il avoua que nous n'étions pas en tord, et que tout était de sa faute. J'étais réellement abasourdie. Je n'en croyais pas mes oreilles. Peut-être n'était-il pas si mauvais que cela, finalement ? Non. Impossible. Il y avait anguille sous roche. J'étais prête à le parier. Pour finir, il prit sa baguette magique et enleva le restant de furoncles qui parsemaient son corps.

    Quant à la gérante, elle soupira, gardant toujours le même air colérique sur le visage. Et elle nous conseilla d'ignorer le genre d'idiots comme lui à l'avenir. Je hochai la tête de haut en bas en guise d'affirmation. Elle lança aussi à Owen, d'un ton sarcastique que prendre la faute sur son dos était très noble de sa part. Ou pas hein. Bref. Elle se tourna à nouveau vers nous et nous annonça que nous pouvions nous en aller. Bien sûr, il fallait que nous donnions nos noms, avant.

    « Luna Lodwick, madame. »

    J'avais dit cela du ton le plus humble que je pouvais. Taylor et moi étions tout de même en tord. Il fallait bien l'accepter.

    Mais ce n'était pas tout. Elle demanda à Owen -qu'elle semblait bien connaître à première vue- de payer nos bouquins, ainsi que celui qui avait péri dans notre dispute. Et surtout, qu'il s'excuse devant nous. Dans les règles de l'art. Je regardai le Serpentard avec insistance. Allait-il le faire ? Certainement. Il allait jouer le jeu devant elle. Oui, c'était quasiment certain. Et la guerre allait se déclarer à Poudlard. Mais cette fois, j'allais suivre les si bons conseils de la gérante. J'allais tout simplement l'ignorer. C'était la meilleure des choses à faire, quitte à aller me plaindre à un directeur de maison -sauf Snape bien sûr, je n'étais pas folle à ce point.

    Mon regard se posa alors sur Taylor. J'espérais qu'elle pense la même chose que moi. De toute façon, j'allais lui faire part de cette idée par hibou ou même face à face en sortant.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia E. Taylor
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 283
Points rp : 3463
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans la lune...

Identité du Sorcier
Baguette magique: Une longue baguette de 32 centimètres, composée d'une plume d'Hippogriffe et faite avec du bois de Cerisier.
Ascendance: Sang-melé
Camp: Neutre & léger soutien à HP.

MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   Lun 29 Aoû 2011 - 9:36

    Contrairement à ses habitudes, Olivia n’avait certes pas agi comme le voulaient ses propres principes mais elle ignorait vraiment ce qui lui avait pris de jeter tous ces sortilèges. Elle aurait pu continuer à le gronder avec des répliques intelligentes mais il semblerait que son cerveau ait fonctionné différemment aujourd’hui. Elle pensait qu’il était sage de ne pas se laisser marcher sur les pieds et de renvoyer la pareil mais au final, on tournait en rond n’est-ce pas ? Ce Serpentard ne manquait pas d’audace et si elle s’était laissée faire, il n’aurait pas hésité à recommencer à la rentrée. Mais en s’attaquant à lui, cela signifiait qu’une vengeance l’attendrait prochainement. Elle soupira puis se dit que finalement, elle n’était pas obligée d’attaquer et de s’abaisser à un niveau qui n’était d’habitude pas le sien. La défense pouvait constitué une bien meilleure réplique et c’était bien pour cela que les sorts défensifs existaient. Ils existaient pour les personnes sages qui, finalement, préféraient parer les offensifs plutôt que de les subir. Elle aurait du y songer mais maintenant, le mal était fait. Chaque être humain commet au moins une erreur dans sa vie et l’erreur d’aujourd’hui avait apporté beaucoup de réponses à Olivia. Elle ne répéterait plus la même erreur et n’attaquerait que si l’adversaire s’avérait vraiment très dangereux. Dans le cas d’Owen, ce n’était qu’un simple gamin en quête d’embrouilles, rien de bien important que l’attaque d’un Mangemort.

    La Serdaigle mit ses idées au clair et soupira de nouveau mais cette fois-ci pour indiquer un sentiment d’apaisement et elle se tourna vers Matt qui venait de faire ses excuses. C’était plutôt surprenant de croire qu’il ne niait pas les faits passés et qu’il avouait être le principal coupable dans l’histoire. Toutefois, ce serait beaucoup trop naïf que de croire en sa sincérité d’être gentil. Après tout ce qu’il avait dit aux filles, il ne fallait pas s’imaginer des merveilles. Il avait sans ses raisons de se dénoncer, en tout cas, ce n’était pas très net. Ensuite, il était possible qu’il finisse par vraiment culpabiliser mais cela semblait si impossible pour un personnage comme lui. En tout cas, Olivia n’ajouta rien puisqu’elle avait déjà tout dit. Elle espérait quitter les lieux au plus vite pour reprendre ses courses avec Lodwick sans être gênée par quelqu’un aux intentions sournoises. Elle se souvint alors des conseils de la dame qui leur avait dit que si quelqu’un leur cherchait des noises, il fallait l’ignorer. C’est ce que Olivia avait fait au début mais elle n’avait pas voulu donner l’impression de fuir même si elle ne fuyait pas au fond d’elle. Mais après tout, qu’importe l’impression qu’on pouvait donner aux gens n’est-ce pas ? Seuls les idiots pouvaient l’interpréter de la mauvaise façon. Pourquoi s’inquiéter des immatures ? La demoiselle regarda le sol tandis qu’elle culpabilisait. Elle se sentait un peu stupide surtout lorsque la libraire leur conseilla d’être plus intelligentes. C’était un reproche qui alla droit au cœur de la petite qui n’avait jamais été victime d’un bouleversement de ses principes. Elle croisa le regard de Luna qui semblait compatissant et elle se souvint que mêmes les plus grands sorciers avaient commis des erreurs au cours de leur vie. Encore une fois, Lodwick prit la parole en première puis fut secondée par son acolyte.

    « - Je m’appelle Olivia Taylor. »

    Les deux camarades s’apprêtèrent à s’en aller mais la belle jeune femme leur fit signe de rester. Le sermon était fini alors pourquoi s’attarder sur ce lieu ? La patronne s’adressa alors à Owen pour lui dire de régler le livre qu’il avait détruit ainsi que ceux des deux étudiantes. Cette annonce bouleversa presque Olivia. Elle ne s’y était pas du tout attendue. D’un côté, cela lui permettait de garder de l’argent sur elle mais d’un autre, c’était comme un pas vers la charité qu’il s’était efforcé de leur proposer durant au moins dix minutes. Enfin pas tellement puisqu’il y était contraint, cette fois-ci. Puis, la femme lui ordonna de s’excuser auprès des deux filles. La situation était assez loufoque mais juste. La libraire était quelqu’un qui savait juger de ce qui était bon à faire ou pas. Olivia s’était sentie un peu frustrée depuis que cette femme lui avait dit qu’elle devrait être un peu plus intelligente à l’avenir et pourtant, elle commençait à apprécier cette vendeuse. Elle sentit le regard de Luna se poser sur elle et Olivia devina qu’elle essayait de lui passer un message concernant ce qui s’est passé. Soit elle devait douter de la réaction future de Owen ou bien elle pensait à quelque chose en rapport avec leurs erreurs effectuées et les conseils prodiguées par la libraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chat & maladresse. [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chat & maladresse. [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un endroit pour dormir... Oh un chat ! Minou Minou !! [libre]
» Rusard a perdu son chat [LIBRE]
» Quand ce n'est pas une métaphore [libre]
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent ✩ Jeremiah le snob ♥ + LIBRE aux élèves
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Hors Poudlard - :: Le Chemin de Traverse :: Rue-