- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Theodora H. Sweetlove

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Theodora H. Sweetlove    Mer 20 Juin 2012 - 18:41

THEODORA HIKARI SWEETLOVE
~ Âge : 15 ans
~ Date et lieu de naissance : 21 mars 1981, Tokyo.
~ Maison : un truc avec des griffes, genre Poufsouffle ou Gryffondor :3
~ Célébrité de l'avatar : Yurina Kumai
~ Année d'étude : 5 ème
~ Particularité : Trèèèèèèèèèèèès niaise. Mélomane.
~ Baguette: Bois de cornouiller, crin de licorne, 25 cm.

~ Notes aux BUSE ~
Astronomie :
Botanique :
DCFM :
Histoire de la Magie :
Métamorphose :
Potions :
Sortilèges :
Option 1 :
Option 2 :

~ Description du Physique ~
Sa dégaine arachnéenne et sautillante
Bien qu'un peu bancale, telle une chaise à trois pieds,
berce ses membres graciles d'une cadence pressée
Et ondule sa silhouette svelte et sémillante.

Ses longs cheveux chargés de plomb
Cascadent dans son dos jusqu'en son milieu
S'harmonisant à la teinte de ses sourcils
Dont la courbe revoie une image sincère.

Sur son hâle léger et poli de métisse
Rient ses yeux aux couleurs sombres,
Pointe son nez étréci grisé de vie
Et saillent ses pommettes rosées.

Son sourire nivéen hèle à la fraternité
Et miroite des myriades d'étoiles
Que l'on ne saurais tarder de cueillir au vol
Et glisser dans la dentelle de ses cheveux.
~ Description du Caractère ~
Auparavant effacée, c'était plutôt la fille à qui on allait demander de l'aide pour ses devoirs et qui reniait sa propre personnalité pour éviter d'être déçue en amitié. Cependant la bienveillance a toujours coulé dans ses veines et certains l'ont sans doute déjà remarqué. Elle a pourtant décidé à partir de maintenant de passer outre son traumatisme d'enfant et de vraiment essayer de s'intégrer. Maintenant éclose, la matière première de son âme toute en couleurs en étonnera plus d'un car un changement radical comme ça, c'est pas souvent qu'on en voit.

Très loquace et sa pensée ne suivant qu'un fil conducteur vicieux, il n'est pas rare de la voir balbutier des niaiseries tout droit extirpées des abysses de sa matière grise quelque peu fantasque. Vouant un culte au principe de digression, elle change de sujet comme de chemise et la clairvoyance n'est pas sa qualité la plus développée. On pourrait donc croire à une jeune fille dont la plasticité cérébrale n'a jamais été très effective, mes ses notes au cours de sa scolarité déjà bien entamée à l'école des sorciers dénotent une certaine intelligence. La seule matière qu'elle ait en horreur, c'est la préparation de potion. Combien de fois a-t-elle fait exploser sa mixture douteuse à la figure du prof ? Elle fait également preuve d'une certaine maladresse et se ramasse souvent (elle arrive à se faire des croche-pieds à elle-même ou alors à trébucher sur un sol plat.)
Elle a une facilité à aller vers les autres innée, bien qu'elle n'ait jamais manifesté cette aptitude auparavant. Dotée d'une joie de vivre et d'un sourire particulièrement communicatifs, elle est pétillante de bonheur et transpire la sincérité. Il n'y a en outre aucun doute sur le fait que ce trop plein d'énergie puisse à la longue porter sur les nerfs de certains. Aussi pacifique qu'un mouton de plaine, la violence est chez elle une notion inconnue, flottant dans une aura nébuleuse autour de certains sombres individus. Le rire est pour elle le meilleur des remèdes aux maux, quels qu'ils soient, et elle n'hésite pas à le faire savoir- ou plutôt entendre dirais-je. Pour vous donner un exemple, la blague qui l'a faite le plus rire aux éclats jusqu'à maintenant est la suivante: « C'est l'histoire d'un pingouin qui respire par les fesses, qui s'assoit et qui meurt. » Don bon, voilà quoi.
Sans pudeur aucune, elle n'hésite pas à faire savoir ce qu'elle ressent, son visage n'étant pas le plus imperméable aux émotions fortes qu'il ait été donné de voir. Mélomane de renom, sa voix mélodieuse carillonne à l'image de sa jovialité. Jovialité également révélée par le biais de son style vestimentaire pas des plus sombres qui soient.
~ Famille et amitié ~
Gannon Sweetlove. Père d'origine américaine. Né le 3 novembre 1957. Il suivit une scolarité à Poudlard des plus normales, mais l'aura que dégageait le monde des moldus l'attirait inexplicablement et c'est ainsi qu'à la suite de 7 années plongé dans le bain du le monde des sorciers, il coupa définitivement tout lien avec celui-ci. Il fut renié par sa famille, ce qui l'affecta énormément. Il décida ainsi de ne plus jamais avoir de contact avec cet univers auparavant familier désormais étranger. Il devint diplomate et fut muté au Japon où il fera la rencontre de Fumika Kôdaira (née en 1960 un 10 avril). Elle travaillait dans des bureaux mais est aujourd'hui femme au foyer. Ce n'est qu'après quelques années de mariage qu'il découvrira qu'elle avait suivi le même parcours, renoncé aux mêmes richesses. C'est donc d'un commun accord qu'ils élevèrent leur fille en dehors de tout ça, bien qu'ils savaient que la vérité un jour ressusciterait. ils vivent donc actuellement à Londres et ont également une maison à Liverpool.

Elle n'a pas d'amis à proprement parler. Juste des connaissances. Elle ne s'est attachée à aucun élève de sa maison ni de toute l'école. Mais ce manque commence à lui peser et elle a désormais décidé de changer d'attitude afin que cela change. c'est donc un nouveau défi pour elle.

Kay Scoundrel va devenir par la suite une sorte de tuteur pour elle.

~ Histoire ~
Née d'une mère japonaise et d'un père américain, c'est sur le sol nippon qu'elle fit ses premiers pas et qu'elle vécut les premières années de sa vie. Ses parents étaient tous deux issus de familles de sorciers, bien que leur ascendance ne présente aucune perfection de sang si l'on remonte à plusieurs générations. Mais ils faisaient partie de ces membres du monde de la magie qui avaient choisi de se débarrasser précocement de leur statut surnaturel afin de vivre « normalement ». C'est donc loin de la magie qu'ils élevèrent leur fille, qui ne se doutait de rien, niaise qu'elle était- et qu'elle est toujours.

Lorsqu'il lui arrivait de faire quelque chose qui sortait de l'ordinaire, ses parents inventaient toute sorte d'excuse pitoyable qui sonnerait faux à l'oreille de n'importe qui, sorcier aguerri ou pas, sauf à celle de Theodora. Mais ceux-ci ne s'imaginaient pas que leur progéniture adorée était considérée comme marginale par ses camarades de classe, et elle l'ignorait elle-même. Elle n'avait pas d'amis à proprement parler. Juste des camarades qui s'amusaient de sa bêtise comme on s'amuserait d'un chien essayant désespérément de mordre sa queue. Ainsi son absence n'émouvait personne et passait facilement inaperçue.

N'étant point affectée par ce désintéressement de la part de ses voisins de classe, c'est avec un plaisir prononcé qu'elle effectuait ses devoirs avec sa mère les soirs et qu'elle retournait à l'école le lendemain. Elle était en quelques sortes la définition incarnée de l'imbécile heureuse. Elle vivait d'amour et d'eau fraîche quoi. Courir après les papillons, faire des bouquets de fleurs, l'origami , faire des barrages de bois, faire du cerf-volant... Tout ça lui suffisait amplement. Toute seule. Il lui en fallait peu pour s'amuser, et ce n'est pas son père que cela gênait, bien au contraire. Après tout, avoir de bons résultats ne suffisait-il pas au bonheur de sa fille ?

Elle mena ce petit train-train quotidien jusqu'à ses 8 ans, année synonyme de traumatisme pour la malheureuse Theodora. Son père muté, elle devait se défaire de sa terre natale et ouvrir ses bras au sol anglais. Cela ne la dérangeait pas outre mesure, ayant été élevée depuis son âge tendre entre deux cultures singulières et étant capable de ce fait de parler aussi bien l'anglais que le japonais. Elle éprouvait néanmoins quelque peine à l'idée de ne plus revoir ses supposés compagnons d'école. Lorsqu'elle leur dicta la nouvelle, seule au tableau face à cette brochette de gosses avec qui elle avait passé presque l'entièreté des années précédentes et qu'elle considérait comme ses amis, elle s'attendait à des éclats de tristesse et d'embrassades... mais il n'en fut rien. Personne ne bougea. Certains semblaient même désintéressés de la situation, comme si c'était le planisphère accroché sur le mur qui s'envolait. Je suis sûre qu'un chien déféquant sur le trottoir aurait été une source de divertissement plus attrayante. Un vaurien murmura même un << Et alors ?>> qui bourdonna dans les oreilles délicates de Theodora. Cette phrase pourtant insignifiante entraîna une cascada de désenchantements. La prosopopée de la désillusion prenait là le galbe précis de sa croyance idyllique à présent déchue. Plongée dans un mutisme profond, l'éclat de ses yeux oscillant entre morosité et détresse, elle ne prononça plus un mot jusqu'à leur départ prématuré de l'Ile du Soleil levant.

Préoccupée par l'état de sa fille dont la transformation soudaine se prolongeait même en terres britanniques, sa mère pris la décision de la déscolariser. C'est au travers du chant qu'elle trouva sa bouée de sauvetage. Pourvue d'une voix cristalline tintinnabulant à la manière du triangle, elle faisait le bonheur de son professeur. De part sa justesse de voix et son timbre argentin, elle émerveillait ceux qui l'écoutaient. Mais ce qu'elle affectionnait en particulier c'était de partir errer sur les chemins rocailleux serpentant aux alentours de sa maison pour y vocaliser. Fascinée par la musique, elle se mit également au piano. Mais entre temps elle prenait du retard sur son parcours scolaire, et c'est ainsi qu'elle pris des cours par correspondance, Theodora ayant quelque peu une phobie de l'école à présent. Il n'y a donc pas grand chose à dire sur cette année emprunte de sérénité et de monotonie. Enfin, rien à rajouter quoi. Refrain qui se répètera l'année de ses 9 ans, à part qu'elle fut ponctuée d'une rencontre particulière (cf. RP test). L'année de ses 10 ans ressemblant aux précédentes.

Une enveloppe surannée, cachetée et aux effluves d'ancien château. C'est la gorge nouée que ses géniteurs devinèrent que non, ils ne couperaient définitivement jamais le cordon avec leur monde originel qui n'aurait de cesse de les harceler. C'était du moins leur ressenti. Néanmoins, la tâche ardue et redoutée se profilait à grands pas: annoncer à leur fille qu'elle était une sorcière. C'est à leur grande surprise qu'elle le pris très bien, s'extasiant sur cette optique de vie inédite. Ils s'efforçaient néanmoins de paraître le moins troublés possible. Sa mère étant femme au foyer depuis leur arrivée à Londres, c'est elle qui s'occupa d'accompagner Theodora faire ses achats de fournitures scolaires. Cette dernière était ébahie par toute nouveauté à l'image de la petite fille de 11 ans qu'elle était, dont les doigts de l'adolescence n'avaient pas encore effleuré la candeur.

Loin de percer le cœur de la jeune fille telles de fines aiguilles infectées, les adieux eurent un goût quelque peu doucereux fumé d'une touche mignarde. Lors de sa première année passée à Poudlard, réserve et retenue dictèrent son attitude. Même lorsqu'elle entendit rumeurs et bruits sur la Chambre des Secrets qu'elle négligea, elle choisit de se concentrer sur ses résultats qui étaient par ailleurs excellents. Quant à ses compatriotes de maison, elle n'avait de rancœur envers personne et entretenait des rapports distants mais aimables. Lorsque de nouveaux qu'en-dira-t-on à propos d'un prisonnier d'Askaban se firent entendre, ses parents refusèrent en premier lieu de renvoyer leur fille de "l'autre côté" comme ils appelaient le monde des sorciers. Ils se rendirent tout de même à l'évidence que si elle devait être en sureté, ce n'était sûrement pas chez eux qu'elle le serait. Ce fut donc une deuxième année sans accroche, synonyme de la première. Plus mouvementée que les années précédentes la troisième année sonna de nouveau le glas du traumatisme. La mort de Cédric la fit quitter sa bulle emplie de bisounours et de petits poneys et la ramena à la dure réalité. Non, on ne pouvait pas passer son temps à fuir les immondices de la vie. Elle commença donc à s'intéresser de loin aux évènements reliés au nom de Harry Potter. Enfin, elle n'eut pas vraiment à chercher longtemps avec l'accident du ministère qui cracha une vague de froid sur tout Poudlard. Cette cinquième année déjà bien rognée s'apparentant aux quatre passées, elle va être chamboulée par la rencontre avec un individu pas des moins insolites (je parle de Kay hein).

[J'ai aussi oublié de préciser qu'elle fait de la danse classique depuis qu'elle a 5 ans, donc faut pas s'étonner de la voir faire un entre-chat ou un grand écart comme ça hein x) ]

~ Test RP ~
Une silhouette râblée aux jambes gâtées par la varicosité. C’est avec cet animal pas des moins tacites qu’explosa une altercation orageuse : Une grand-mère au physique de mouette ménopausée et une petite fille adepte de décalcomanies fantasmagoriques, comment dire… ça fait des chocapics.

_ Saperlipopette, espèce de petite sotte saugrenue ! Est-ce de cette manière si odieuse que tu respectes tes aïeux ? Toi tu files le long de chemin telle une somnambule attardée et tu oses porter de plein fouet atteinte à mon noble corps si peu souillé par les marques du temps ???!!!

La candide mignonne, affairée à rassembler ses courses disséminées sur le trottoir, ne savait que répondre à l’ancêtre en furie qui la menaçait du bout de sa canne élimée à tête de canard rôti. Une baguette de pain encore tiède dans la main droite et un cornet de croissants dans l’autre, elle ne savait plus où donner de la tête et ne décela pas la présence d’une créature pour le moins terrifiante. En effet, à une vitesse fulgurante telle celle d’un rat d’égouts à la poursuite d’un rat des champs, un chien minuscule à la crinière délavée surgit d’une poubelle se situant à quelques mètres de là et déroba le porte-monnaie à face de grenouille boulimique qui se trouvait encore par terre. Prise de court, Theodora ouvrait des yeux de poule qui vient de trouver une paire de ciseaux sans même oser battre des cils. Réaction analogue chez la grand-mère désuète qui stoppa net tout mouvement, aussi effarée que si un pigeon transgénique venait de lui fienter dessus.
Délaissant ses biens fraîchement recueillis, la fillette aux abois se hâta avec la plus grande indiscrétion du monde à la suite de la fripouille bestiale. Course poursuite effrénée qui déboucha sur une ruelle lugubre, où le vent s'engouffrait dans un sifflement aigu, prosopopée de la solitude. Seul un pissenlit solitaire trônait au seuil du couloir stérile, pigmentant quelque peu l’endroit de gaieté. Et c’est sur ce pissenlit que choisit le pied de Theodora pour trébucher, l’enfant soudain prise d’une crise d’hypotension orthostatique. Face contre terre, le nez raboté et de micro cailloux dans la bouche, il fallut qu’elle soit instantanément atteinte de myclonie phrénoglottique pour couronner le tout. Quelques sanglots étouffés rompirent le silence pesant sur la rue où l’écologie ne semblait pas encore vraiment avoir pris racine.
Scrutant l’espace au travers de ses doigts d’enfant comme on regarderait au travers le chas d’une aiguille, elle tenta de s’appuyer sur ses coudes graciles. L’envie de relever sa carcasse fut vite balayée par une tornade pelucheuse jaillissant de Pétaouchnock, martelant sa boîte crânienne déjà bien amochée. Elle devina une présence inconnue non loin de l’endroit où elle gisait affalée comme une Couettabra sur le sol spongieux tapissé de pierres irrégulières. Intuition qui se confirma lorsqu’elle sentit qu’on la libérait promptement du poids écrasant sa caboche et qu’on pinçait une mèche de ses légers cheveux, action s’agrémentant d’un reniflement résonnant sur les murs des habitations bordant l’obscure ruelle. *Mince, si ça se trouve mes cheveux sentent encore le bretzel vu que j’en ai mangé une boîte complète avant de sortir faire les courses…* L’odeur qu’elle perçut s’apparentait plutôt à celle d’une bombabouse périmée, et elle sollicita son esprit farfelu pour lister les individus susceptible d’émettre un tel fumet.

« Fillette de 9 ans, perte de connaissance, fracture des condyles fémoraux et graves lésions des chaussettes, tension artérielle élevée, rythme cardiaque bien plus violent que celui d’un post it cœur ! Il faut amputer, Winston ! »

Ses yeux écarquillés semblables à ceux d’une crevette devant un [i ]frigo extra large[/i], une larme innocente cascadant le long de sa joue égratignée terminant sa course dans un « plouf » étouffé, crachant des poussières et relevant la tête avec vivacité, la seule parole qu’elle fut en mesure de proférer fut : « … Hein ? »

« Mooon, ben dis donc, on dirait que le réveil semble quelque peu délicat, n’est-ce pas Cendrillon ? Aller va, je vais t’arranger ça,…. Qu’est-ce que j’ai fait de mon bistouri, que dis-je ? C’est une tronçonneuse qu’il me faut ! »

« Mais, mais… J’ai rien fait, je veux ma maman ! »

Le grand gaillard qui se tenait sur ses frêles genoux en face d’elle aurait pu être pris pour un clown tout droit sorti d’un cirque douteux.

« Allons relax, on dirait que t’as vu un monstre ! »

Et c’est alors qu’elle sentit la délicate caresse d’un tissu velouté chatouiller ses plaies à vif, tandis que ses derniers pleurs, un tant soit peu réticents, s’atténuaient. Elle vit un mouchoir d’un blanc qu’on devinait nivéen, pommelé çà et là de macules rouges, devenu réceptacle de son mal.

« M… Merci ! »

« Alors Cendrillon, on dirait que Socrate t’a emprunté quelque chose hein ? Sois pas fâchée, il adore les grenouilles ! »

Le maître du chien, qui avait jusqu’ici déserté ses pensées naïves, délogea l’objet en question des crocs du « prédateur » sans que celui-ci ne bronche. Sans doute estimait-il que ce machin ne méritait pas encore de finir dans le mausolée sombre de son appareil digestif.

« Tiens, reprends le, et rentre donc chez toi, je suis sûre que tes parents doivent être morts d’inquiétude ! »

Une lueur de reconnaissance traversa fugacement l’éclat de ses pupilles enfantines lorsqu’elle fut de nouveau en possession de son batracien pelucheux dont l’estomac semblait prêt à régurgiter son contenu d’argent. Un sourire d’ange peint sur son visage, elle s’éloigna en courant puis se retourna une ultime fois en agitant frénétiquement la main à son ‘’sauveur’’, promesse alors inconnue d’une rencontre future.


~ Et vous ? ~
~ Où avez-vous connu le forum ? : Par Kay Scoundrel ♥
~ Âge : 17 ans
~ Niveau RP : Ben... ça va, je dirais :p


Dernière édition par Theodora H. Sweetlove le Dim 8 Juil 2012 - 14:40, édité 31 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4102
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Mer 20 Juin 2012 - 19:33

Re-Bienvenue mademoiselle Very Happy Bon courage pour la suite de ta fiche !








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Mer 20 Juin 2012 - 19:35

Ma bananeuuuuuuh Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Liberty Bell
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 243
Points rp : 2869
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 21
Localisation : Petit village perdu en Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois d’épicéa, 27cm, cheveu de Vélane.
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Pour le bien !

MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Mer 20 Juin 2012 - 19:46

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3858
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Mer 20 Juin 2012 - 20:02

Re-bienvenue, fille de mon petit Kay adoré ! Very Happy






Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Mer 20 Juin 2012 - 20:11

Finalement, on pense pas qu'ils auront vraiment un lien de parenté x) On en a pas mal discuté, et elle sera surtout sa petite protégée :p (avoue Luna, t'es jalouse hein ? XDDD)

On pense faire leur rencontre dans le test RP, mais chacun avec leur propre façon de voir les choses ;p
Je précise également qu'on s'est lancé un défi mutuelle, on a chacun 15 mots plus loufoques les uns que les autres à placer dans ce test x) C'est complètement inutile, mais c'est marrant Very Happy (je le dis juste pour par qu'il y ai de surprise en voyant des trucs du genre "myclonie phrénoglottique" XDD)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Mer 20 Juin 2012 - 20:17

Merci les gens :3

Maiiiiiiiiiiiis, fallait pas le dire pour les mots, y'aura plus de surprise en voyant prosopopée ou moustache factice du coup x)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Mer 20 Juin 2012 - 20:30

Attends, déja que nos persos sont pas très fut'fut', si nous on passait en plus pour des nanas bourrées H 24 t'imagine même pas l'état de notre réputation oO
Revenir en haut Aller en bas
Blaise Zabini
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 263
Points rp : 2798
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 26
Localisation : Derrière toi ! O_O

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de Palmier Phoenix, Plume d'Hippogriffe, 23 cm rigide
Ascendance: Sang-pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Dim 1 Juil 2012 - 3:47

Myoclonie Phrénoglotique ? Je croyais être le seule membre du forum à savoir ce que c'est \o/

Alors c'était elle ma supposée belle fille ? *comment ça Blaise est ravi d'y échapper ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Dim 1 Juil 2012 - 11:47

C'pas un mot très rependu, on va dire Very Happy

Et t'es toujours pas dégoûté de cet attardé de Kay ? XD Enfin, faux attardé, mais insupportable quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Blaise Zabini
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 263
Points rp : 2798
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 26
Localisation : Derrière toi ! O_O

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de Palmier Phoenix, Plume d'Hippogriffe, 23 cm rigide
Ascendance: Sang-pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Dim 1 Juil 2012 - 11:51

Nop pour l'instant ça va ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Dim 8 Juil 2012 - 14:38

Après un peu plus de 2 semaines de -dur- labeur, j'ai enfin fini ma fiche Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4102
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    Dim 8 Juil 2012 - 14:58

Ma foi, c'est parfait ! J'adore le test RP tiens XD Je te valide, choupinette :3








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Theodora H. Sweetlove    

Revenir en haut Aller en bas
 

Theodora H. Sweetlove

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Avant tout - :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-