- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mar 17 Juil 2012 - 21:03

NEVILLE LONDUBAT
 
~ Âge :16 ans
~ Date et lieu de naissance : 30 juillet 1980
~ Maison : Gryffondor
~ Célébrité de l'avatar : Matthew Lewis
~ Année d'étude : Sixième année
~ Particularité : Aucune
~ Baguette: Bois de cerisier et poil de licorne - 24,7 cm

~ Notes aux BUSE ~
Astronomie : A
Botanique : O
DCFM : E
Histoire de la Magie : A
Métamorphose : A
Potions : D
Sortilèges : E
Divination : P
SCM : E

~ Description du Physique ~
Neville, le petit garçon grassouillet qui avait fait son entrée à Poudlard en même temps que Harry Potter et les autres, a bien changé aujourd'hui. Les rondeurs de l'enfance ont disparu pour laisser place à un jeune homme bien bâti. Pourtant, ce n'est pas la pratique sportive qui lui a fait perdre ses kilos en trop. Neville n'est pas un grand adepte du sport. Encore moins du quidditch. Pendant que ses camarades voltigent dans les airs, il préfère se réfugier dans les serres, s'occupant des plantes avec un soin tout particulier. De toute façon, il est très mauvais sur un balai. D'ailleurs, il garde sur le bras gauche une méchante cicatrice due à une mauvaise chute, après laquelle il ne remonta jamais sur un balai. Cette cicatrice, ancienne, s'ajoute désormais à un petit paquet d'autres cicatrices, plus récentes, due à son expédition au ministère. Une attaque de mangemorts, ça laisse des traces. Et il a une autre cicatrice, une morsure de plante carnivore sur le dos de la main droite. Et oui, même les plantes peuvent être dangereuses dans le monde magique.
C'est donc l'adolescence, la puberté, qui ont gommé le petit embonpoint du garçon. Cette puberté qui offre bien souvent son lot de boutons d'acné et de déformations bizarres du corps, a été plutôt généreuse avec Neville.
Mais au final, Neville ne s'intéresse pas plus que ça à son apparence. Quand il ne porte pas l'uniforme réglementaire, il pioche au hasard dans son armoire, et tant pis si ses vêtements ne sont pas assortis. Il a bien mieux à faire que de passer trois heures dans la salle de bain. Une douche rapide suffit amplement, pas besoin de se prendre la tête, franchement … Neville ne comprend absolument pas tous ces gens qui passent des heures devant leur miroir, cherchant un défaut imaginaire, vérifiant les moindre parcelle de peau.
~ Description du Caractère ~
Neville fut bien longtemps perçu comme le gamin trouillard qu'on pouvait martyriser sans crainte des représailles. Le Gryffondor peureux. L'erreur parmi les lions. Et c'était bien ce qu'il était. Avant. Un gamin effacé, habitué à rester en retrait pour ne pas faire de vagues, pour ne pas faire d'erreur. Mais à Poudlard, rester en retrait ne suffisait pas, et il l'avait bien compris alors qu'il devenait la cible favorite des Serpentards et de leur directeur. Bienvenue dans le monde adolescent, impitoyable. La loi du plus fort. Et les années avaient passé. Et il avait prit conscience de ses qualités, jusqu'alors bien enfouies en fin fond de lui. Il n'était pas seulement ce garçon gentil et étourdi. Certes, il était tête en l'air. Une conséquence du puissant sortilège d'amnésie qu'il a reçu dans son enfance. Mais ça, Neville l'ignore, bien entendu. Le lui révéler, c'est lui révéler qu'il fut témoin de la torture de ses parents. Et une telle information pouvait faire remonter à la surface des souvenirs suffisamment horribles pour rendre cinglé n'importe qui. Et comme personne ne voulait que Neville aille rejoindre ses parents dans une chambre de Sainte-Mangouste, on se taisait. Et c'était mieux ainsi. Ainsi, Neville se contente de déplorer sa mémoire capricieuse, sans comprendre tout ce que cela implique. Qu'importe. Il n'y a plus rien à faire, de toute façon. Trop tard. Mais quel handicap, vous en conviendrez. Oublier sans cesse les détails importants, tels les mots de passe, les horaires de cours ou les formules magiques. Un combat de tous les instants.
Neville est un jeune homme tout à fait agréable, aussi. Les valeurs de justice, d'amitié, de loyauté inculquées par sa grand-mère sont bien ancrées en lui. De beaux principes auxquels il sait se tenir, faisant à l'occasion passer les autres avant lui-même. Trop gentil ? Peut-être parfois. Comme beaucoup de gens généreux, Neville à tendance à distribuer son altruisme à tout va. Et il y en a qui en profitent, forcément. Mais depuis, il a appris à reconnaître ses véritables amis et à envoyer balader les autres.
Mais plus important encore, il s'est découvert un courage qu'il ne soupçonnait pas. La formation de l'AD, qui a concordé avec l'évasion des mangemorts, a permis à Neville de se dévoiler. Bien plus qu'il ne l'aurait jamais fait si la guerre n'avait pas été imminente. Bien plus qu'il ne l'aurait fait si ses parents étaient encore sains et saufs. Bien plus qu'il ne l'aurait fait si leurs tortionnaires étaient restés à Askaban. Les épreuves de la vie ne sont finalement là que pour forger le caractère. Le choixpeau avait-il perçu ce courage latent depuis le début ? Sans doute. Il aura fallut cinq ans à Neville pour faire ses preuves. Cinq années. Mais désormais, les gens le regardent différemment. Et il ne comprend pas pourquoi.
Le jeune Londubat n'a jamais eu confiance en lui. À force de se faire écraser par la personnalité trop forte de sa grand-mère, à passer pour un cracmoll puis à se faire brutaliser par les Serpentards, il s'est mis à douter de lui. Beaucoup. Trop. Et si aujourd'hui le jeune homme à prit de l'assurance, ce n'est pas encore gagné. Pas capable. Trop faible. Pas assez courageux. Des mots qui ressortent souvent dans la bouche du garçon. Alors que tous ont vu de quoi il était capable, il continue à dire que tout cela n'était que coups de chances et concours de circonstances. Pas de courage là dedans. Une modestie et une timidité encore bien présente, Neville a bien du mal à se mettre en avant. Il déteste ça, préférant laisser la place de leader aux autres. Mais il ne pourra pas éternellement tourner le regard ailleurs, pendant que tous se demandent pourquoi les trois survivants du département des mystères n'ont pas bougé alors que la guerre se profile déjà. Il faudra bien qu'il se décide, enfin, à laisser ses doutes de côté pour se battre avec les autres contre la menace qui pèse.
~ Famille et amitié ~
Alice et Franck Londubat
Ses parents, Neville ne se souvient même plus d'eux avant. Peut-être le sortilège d'amnésie qui lui a fait oublier cette nuit de terreur a effacé le reste de ses souvenirs. Peut-être était-il juste trop jeune pour se rappeler quoi que ce soit. Bien sûr, il y a les photos, rangées soigneusement dans une petite boite en fer blanc un peu cabossée qu'il se plaît à regarder encore et encore, tentant de raviver les souvenirs. Mais rien. Lorsqu'on évoque ses parents, la seule image qui lui vient à l'esprit est cette chambre de Sainte-Mangouste dans laquelle il vivent désormais depuis quinze ans. Il leur rend visite, bien entendu. Souvent. Et chaque fois, il contemple les ravages du doloris. Chaque fois, il se demande combien de temps leurs bourreaux se sont acharné ainsi pour leur effacer la raison. Et chaque fois, il sent son cœur se briser en se rendant compte que ses parents ne se souviennent ni de lui, ni de sa naissance, ni même de son existence.

Augusta Londubat
Dans le fond, Neville aime sa grand-mère. Capable de braver mille et une tempête et de ne jamais fléchir, ne jamais poser un genoux à terre. Droite et fière, elle n'est pas des plus avenante. Elle a toujours été stricte, exigeante avec son petit fils. Mais elle fut sans doute la seule, à l'époque, à avoir suffisamment de sang froid pour offrir au garçon une enfance stable alors que le reste de la famille sombrait dans l'horreur en contemplant le mal qui avait été fait à Alice et Franck. Parce que certes, la pitié, la compassion, c'était bien gentil, mais Neville avait besoin d'un parent, pour s'épanouir, pour grandir. Peut-être était elle un peu trop dure, mais au moins assura t-elle un avenir à son fils.

Harry Potter
Le sauveur de l'humanité. Neville a toujours été en admiration devant l'Elu. Devant celui qui avait déjà débarrassé le monde du Seigneur des Ténèbres. Il a très vite compris que, derrière le symbole qu'il représentait, Harry était un garçon comme les autres. Enfin, pas vraiment comme les autres. Mais pas un super héros. Pas un demi Dieu. Seulement un jeune homme qui se dressait pour défendre ce qu'il croyait juste. Neville vit très mal la défaite de Harry au ministère. Il était persuadé que jamais il ne pourrait tomber. Surtout pas dans un moment aussi crucial, alors que la guerre frappe à la porte.

~ Histoire ~

"Celui qui a le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres approche... il naîtra de ceux qui l'ont par trois fois défié, il sera né lorsque mourra le septième mois... et le Seigneur des Ténèbres le marquera comme son égal mais il aura un pouvoir que le Seigneur des Ténèbres ignore... et l'un devra mourir de la main de l'autre car aucun d'eux ne peut vivre tant que l'autre survit... Celui qui détient le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres sera né lorsque mourra le septième mois..."

La prophétie. Celle qui enclencha tant de maux. Mais qui en même temps incarnait tant d'espoir. Rares étaient ceux qui la connaissaient. Mais il suffit d'une seule personne. D'une mauvaise personne. Et c'est l'avenir du monde qui explose. Quelques phrases prononcées dans une auberge miteuse. Quelques paroles venues d'ailleurs. Rien que quelques mots, qui déclenchèrent tant d'évènements. Comme une cascade programmée depuis longtemps. Comme une avalanche impossible à stopper. Le meurtre des Potter. La tentative d'assassinat de leur fils. Le sort qui ricoche. Le seigneur des ténèbres évanoui. Et tellement de choses encore. Ainsi, l'Histoire avait choisi son héros. Lord Voldemort avait marqué son rival. Mais que serait-il advenu du monde magique, si son choix c'était tourné vers un autre garçon né à la fin du mois de juillet, un autre garçon dont les parents combattaient aux côtés de l'ordre, un autre garçon qui n'avait rien demandé à personne. Si c'était Neville qui portait cette cicatrice en forme d'éclair sur le front, alors, tout aurait-il était semblable ? Ou la Vie aurait-elle pris un autre tournant ? Il n'y a, bien sûr, aucun moyen de le savoir. Et pourquoi seulement y penser ? C'est ainsi. Harry Potter était orphelin. Et Neville Londubat s'épanouissait dans l'amour de ses parents, dans l'euphorie de fin de guerre, dans l'innocence de l'enfance. Un petit pavillon à Preston, chef lieu du comté du Lancashire, au Nord de la Grande Bretagne. Une mère au visage souriant, doux, un peu trop doux pour une auror d'ailleurs, aux longs cheveux bruns, qui lui tombaient dans le creux des reins. Un père aimant, au visage inexpressif, mais au cœur gros comme ça, aux yeux sombres mais rieurs. Un chien aussi, qui jouait avec le petit garçon, dans le jardin bien entretenu. Une vie de famille agréable, banale mais sereine, qui aurait pu durer longtemps encore. Mais c'était sans compter sur le Destin. Ce fichu destin qui s'amusait à détruire les familles sereines. Neville n'avait pas encore 18 mois. 18 mois, c'est trop jeune pour goûter l'horreur. Trop tôt.

Le plus grand mage noir de tous les temps avait disparu. Mais pas ses fidèles. Pas tous. Certains courraient encore, dans le vain espoir de retrouver leur maître déchu. Dans leur folie, ils réussirent à se convaincre qu'Il n'était pas mort. Pas mort, mais enfermé par le ministère dans un lieu tenu secret. Oui, ils étaient convaincus que le ministère, pourtant bien incapable, avait mit la main sur le Seigneur des Ténèbres, et qu'il le gardait bien au chaud en attendant … en attendant quoi d'ailleurs ? Un jugement ? Des aveux ? Des remords ? C'était d'une absurdité certaine, un dernier îlot d'espoir dans l'océan de désespoir qui les noyait doucement. Alors, ils se mirent en quête de ce lieu secret. Et qui pourraient mieux les renseigner qu'un couple d'aurors hautement qualifiés et réputés dans le monde sorcier ? C'est à peu près ce qui se passa dans leurs esprits rongés par la folie meurtrière. Et ils entrèrent, en pleine nuit. Et alors que tous se croyaient en sécurité dans ce nouveau monde débarrassé de la magie noire, les hurlements des Londubat résonnèrent étrangement dans la nuit, paisible depuis des mois désormais. Depuis combien de temps n'avait-on pas entendu de tels déchirements de douleur ? Six mois. Peut-être un peu moins. Suffisamment pour reléguer tout cela au rang de souvenirs douloureux. Suffisamment pour que l'inquiétude passe. Suffisamment pour que la nuit ne fasse plus trembler même les plus hardis. Les cris durèrent longtemps. Longtemps. Mais personne ne remarqua l'enfant, caché sous une couverture en laine, immobile, silencieux. Comme s'il comprenait. Et à nouveau, la marque des ténèbres flotta au dessus d'une maison alors qu'ils partaient, déçus de n'avoir aucune information sur leur bien aimé chef, heureux d'avoir pu se livrer à leur passe temps favori, pas honteux de laisser ainsi deux sorciers agonisant sur le parquet bien ciré de la chambre à coucher.

On retrouva les Londubat le lendemain, toujours inconscients. L'enfant hurlait à la mort depuis des heures. Il avait faim. On transporta la famille entière à l'hôpital sorcier du centre ville. Les parents furent envoyés au département des urgences. Vite. Très vite. On craignait pour leur vie. Il fallait faire vite. L'enfant, lui, fut confier à la cellule psychiatrique. Il fallait à tout prix éviter le traumatisme. Les parents furent sauvés. Ils étaient en vie, oui, mais dans quel triste état. Amnésiques, fous, inconscients du monde. C'était comme s'ils venaient de naître. Ils étaient à nouveau des enfants. Et ils le resteraient. Toujours. Le petit fut soumis à un puissant sortilège d'amnésie et il oublia. C'est Augusta qui prit alors soin de son petit fils. Neville avait une famille. Une famille à jamais détruite. Mais une famille quand même.

Sa grand mère était stricte, rigide, frigide et terrifiante. Et Neville était timide, discret, maladroit et terrifié. Il avait tellement peur de faire un pas de travers qu'il préférait ne pas trop bouger. Ainsi, il fut catalogué comme une enfant mou, inutile et peureux. Pourtant, il se sentait bien, dans la grande maison de campagne. Il n'y avait personne aux alentours. Pas de voisins. Rien. Rien que la campagne, belle et féerique, qui s'étendait à perte de vue. Neville passait le plus clair de son temps à l'extérieur, arrosant avec son petit arrosoir sorcier, offert par son oncle pour son quatrième anniversaire, et qui avait l'avantage de ne jamais se vider, les nombreuses plantes du jardin. Ainsi, le gamin arrosait, arrosait, arrosait et arrosait. De temps à autre, il arrachait une feuille morte ou une mauvaise herbe, mais il évitait, surtout depuis que sa grand mère l'avait puni pour avoir arracher ce qu'il croyait être une mauvaise herbe et qui s'était avérée être une pousse de fraisier. Il était là, le problème. Neville vivait en tête à tête avec sa grand mère. Au départ, il y avait son grand père. Moins dur, plus abordable, il avait la préférence de Neville. En partie parce qu'il glissait discrètement des sucreries à son petit fils après le repas. Mais Grand-Père Harfang était décédé. Neville avait alors cinq petites années. Et ce fichu destin s'acharnait encore. Le vieil homme était malade. Depuis longtemps. Il mourut un bel après midi de juin, alors que le soleil aveuglait le pays et que les oiseaux chantaient gaiement. Son regard s'éteignit alors que Neville était là, assis à côté de lui, tenant la main de l'Ancien dans la sienne, fermement, comme pour le retenir encore un peu dans ce monde. Mais qu'est ce que la main d'un enfant face à la main du destin ? Pas grand chose.

Neville avait vu des tas de choses difficiles à croire, à admettre, à comprendre. Il avait vu ses parents se faire torturer. Il avait vu leur folie. Il avait vu son grand père mourir. Mais jamais, au grand jamais, il ne vit sa grand mère faiblir. Lorsque son époux rendit son dernier soupir, elle ne se laissa pas abattre, continuant à mener sa vie d'une poigne de fer. Lorsqu'on porta le corps du vieil homme en terre, elle se contenta de quelques mots, dénués de sentiments. Augusta était ainsi. Pudique, intransigeante et exigeante. Mais dans le fond, cette femme avait un cœur. Caché quelque part derrière la façade forte et puissante. Et son exigence était difficile à vivre pour le petit Neville qui aurait seulement voulu qu'elle le laisse tranquille et qu'elle cesse de lui rappeler qu'il devait ''se montrer digne de son père''. Il n'était pas son père. Il ne serait jamais auror, il était bien trop peureux pour cela. Il n'irait même sans doute jamais à Gryffondor. Peut-être même ne mettrait-il jamais les pieds à Poudlard.

À dix ans, Neville Londubat n'avait effectivement jamais donné la moindre preuve de sa magie. Cracmoll. Le mot retentissait depuis longtemps dans la famille, chaque fois plus douloureux, chaque fois plus pressant. Cracmoll. Pour Augusta, c'était inimaginable. Le fils de Franck et Alice Londubat ne pouvait pas être un cracmoll, ça n'avait aucun sens, et quiconque prétendait le contraire en sa présence était certain de se farcir un sermon digne de la vieille femme, suivi de l'énumération des qualités de son fils et de celles, cachées mais réelles, de son petit fils. Alors, ils avaient appris à se taire face à elle. Mais quand elle avait le dos tourné, les commérages allaient bon train. Neville n'irait jamais à Poudlard. Il ne ferait jamais de magie. Il resterait un simple petit moldu. Pourtant, ils avaient tout essayé pour faire réagir la magie qui sommeillait en lui, tentant de le surprendre par tous les moyens pour provoquer une émotion suffisante. Mais à part des cris et des larmes, ils n'obtenaient pas de résultat très satisfaisants.

Mais finalement, Neville était un sorcier. Et il fut admis à Poudlard. La baguette de son père en main, Trevor, le crapaud offert par son oncle en poche, ses fournitures bien rangées dans sa valise, une partie d'entre elles oubliées à divers endroits de la maison, le jeune Londubat prit le chemin de Poudlard. Il était sûr, et tout le monde était d'accord avec lui, qu'il rejoindrait les Poufsouffles. Et à vrai dire, le choixpeau avait quelque peu hésité. Mais c 'est finalement la noble maison des Gryffondor qui accueillit le garçon. Gryffondor. La maison des courageux. La maison des lions. La maison de ses parents. Il n'arrivait pas à comprendre pourquoi. Pour quelle raison ce stupide choixpeau l'avait envoyé chez les Gryffondors ? Il n'était pas courageux. Pas téméraire. Pas du genre à foncer dans le tas. Il était timide, effacé, prudent. Il craignait beaucoup de choses. Il craignait sa grand-mère. Il craignait les Serpentards et en particulier le jeune Malefoy qui se plaisait à le martyriser à ses heures perdues. Il craignait le professeur Rogue qui semblait le détester cordialement, surtout depuis qu'il avait fait exploser son premier chaudron, le premier d'une longue série. Il craignait le basilic, qui sévissait dans le château, persuadé qu'il était d'être un cracmoll. Il faut dire qu'il n'était pas très doué en magie, le jeune homme. Malgré son travail rigoureux, malgré toute sa bonne volonté, il avait tendance à déclencher des tas de catastrophes. Pourtant, Neville était plus courageux qu'il voulait lui même le croire. En première année, il se dressa face à ses amis, refusant de les laisser à nouveau se mettre en danger et mettre en danger l'honneur des Gryffondors, refusant de perdre à nouveau des points, refusant d'offrir la victoire aux Serpentards. Un comportement qui lui valut dix points, offerts par le directeur. Dix points qui permirent à Gryffondor de gagner la coupe des quatre maisons. La première depuis des années. Et puis, il y eut l'AD, en cinquième année. L'évasion des mangemorts, et surtout de Bellatrix Lestrange, celle qui avait détruit sa vie, celle qui avait torturé ses parents, celle qui leur avait arracher la raison, lui donna un coup de fouet. Il fit des progrès considérables en magie, se donnant corps et âme dans les entraînements, se donnant les moyens de venger ses parents, un jour. À tel point qu'il se lança dans l'expédition au ministère, désireux d'apporter son aide à celui qu'il considérait comme l'espoir ultime du monde magique. Harry Potter avait toujours été un symbole. Mais c'était au delà encore. Neville connaissait suffisamment Harry pour savoir que, symbole ou pas, il serait capable de sauver le monde entier, si seulement il le voulait. Sauf que Harry avait échoué. Le seigneur des ténèbres l'avait détruit. Et désormais, l’Élu était quelque part entre la vie et la mort, dans un lit de Sainte Mangouste. Et Neville s'en était sorti. Une injustice. Une terrible injustice. Une erreur sans doute. La Vie s'était-elle trompée de victime ? Parce que maintenant, c'était vers lui que les têtes se tourneraient. Lui, Luna et Ginny. Ceux qui s'en étaient sortit. Mais il n'était pas prêt pour ça. Pas prêt à supporter les questions et les attentes. Pas prêt à prendre les choses en main, alors que les mangemorts prennaient chaque jour plus de pouvoir et que la guerre semblait imminente. Inévitable. Il n'était pas son père. Il n'était pas un auror. Juste un gosse de seize ans à qui la vie avait encore joué un mauvais tour.

~ Test RP ~
Voilà. Il y était. Et maintenant ? Neville était là, dans la petite chambre aseptisée, aux murs blancs, impersonnelle. Dans l'air flottait une désagréable odeur d'antiseptique et derrière la porte, il entendait le bruit étouffé des vas et viens incessants des médecins. Pourquoi était-il venu ? Il avait du batailler, pourtant, pour obtenir un droit de visite. Il y avait mit toute son énergie. Enfin … le peu d'énergie qui lui restait. Il avait supplié, hurlé, tapé du poing et du pied, menacé et insulté. Et le médicomage avait finit par céder, l'air compatissant. Il n'avait pas besoin de compassion. Ce n'était pas ça qui allait changeait quoi que se soit. Les médicomages n'avaient pas besoin d'être compatissants. Ils devaient soigner les gens. Les sauver. Neville avait haït cette homme en blouse blanche. Mais sa haine ne changerait rien non plus. Ça ne changerait rien au fait qu'il était là, planté comme un piquet dans la blouse stérile qu'on lui avait enfilé, le visage planqué derrière un masque, les cheveux enfouis sous une charlotte en plastique hideuse, et qu'il avait juste envie de fuir. Non. Il ne devait plus fuir. C'était terminé désormais. Il devait regarder la vérité en face, même si elle faisait mal comme un coup de poignard, même si elle lui obstruait les sens, même si elle lui aspirait son énergie. Et la vérité était là, face à lui. Trois silhouettes sagement allongées dans des lits identiques, aux draps aussi blancs que les murs. Est ce que le blanc était la couleur de la mort ? Ron Weasley. Hermione Granger. Harry Potter. Ils avaient l'air endormis. Simplement endormis. Mais Neville savait que ça n'était pas le cas. Bien sûr que ça ne l'était pas. Il avait bien vu les médicomages les emmenés, deux semaines auparavant, alors que la bataille était finie. Les héros tombés au combat. Et ils ne s'étaient pas réveillé. Depuis deux semaines.

C'était étrange. Neville connaissait Sainte Magouste comme si il y avait vécu. Ses parents avaient été transféré à Londres, après qu'on se soit rendu compte de leur état. Ils n'étaient jamais ressortit de ses murs. Mais là, dans cette chambre pourtant si semblable à celle qu'il connaissait, Neville se sentait perdu. Pourquoi lui était-il encore debout, alors qu'ils étaient tombés, tous les trois ? Pourquoi s'en était-il sortit avec simplement une baguette détruite, un nez cassé et quelques autres blessures sans importance. Il n'avait passé qu'une nuit à l'hôpital. En observation. Par sécurité. Pourquoi ces trois là étaient-ils toujours vissés à leur lits ? Ils avaient déjà surmonté tant d'épreuves. La pierre philosophale. La chambre des secrets. Harry avait même combattu un dragon, plongé au fond du lac et combattu celui-dont-il-ne-fallait-pas-pronocer-le-nom à maintes reprises. Alors que faisait-il là ? C'était à lui de se lever. À lui de répondre aux questions angoissées de ses camarades. À lui de répondre à la presse. À lui de se lever contre Voldemort qui était désormais officiellement revenu. C'était à Harry, le Survivant, l'Elu, qu'importe le nom qu'on lui donnait, c'était à lui de jouer ce rôle. Neville en était incapable. Il était bien trop faible pour ça.

Gryffondor. La maison du courage. Sa grand mère n'avait cessé de lui répéter qu'il devait en être digne. Qu'il devait se montrer fier et valeureux. Comme son père. Il n'était pas comme son père. Il n'avait jamais rien fait de courageux, avant ce soir là, cette bataille là. Mais le courage n'y était pour rien. Il avait apporté son aide à des amis qui en avaient besoin, il n'en avait réchapper que par un coup de chance énorme et il avait eu la plus grande peur de sa vie. Nul courage ne se cachait là. Il n'avait pas les épaules. Pourtant, il savait que, tôt ou tard, si Harry ne se relèverait pas, c'est vers lui qu'on tournerait le regard. Lui. Ginny. Luna. Les rescapés de la bataille du ministère. Les gamins qui avaient combattu les mangemorts. Mais il refusait de penser à cette éventualité. Parce que Harry se relèverait. Il se relevait toujours. Il se relèverait encore. Et il prendrait les choses en mains. Mais si jamais …

Neville sentit sa gorge se nouer à cette idée. Si jamais l'impensable devait se produire, il ne pourrait pas faire face. Il ne pourrait pas. Il serait éternellement coupable. Coupable ne n'avoir pas retenu ses amis alors qu'il en était encore temps. Coupable d'être en vie alors qu'ils n'avaient plus cette chance. Il manquait d'air. Il allait étouffer. Ce n'était finalement pas une bonne idée. Regarder la, vérité en face. La vérité lui donnait la nausée, et l'envie de tout envoyer balader. Il s'en voulait. Il aurait du rester après d'eux, même s'ils étaient inconscients, même s'ils ne le voyaient pas. Il aurait du. Et il avait honte. Terriblement. Mais il tourna les talons. La douleur était trop vive. Les émotions trop forte. La peur trop pressante. Il voulait simplement fuir.

La porte se referma derrière lui. Le médicomage attendait là, dans le couloir. Neville fut soudainement pris d'une fulgurante envie de lui mettre son poing dans la figure. Mais il était trop exténué pour ça, de toute façon. Alors, passant devant lui sans lui accorder le moindre regard, il souffla néanmoins :

'' Sauvez les, Docteur. Faites tout ce que vous pouvez. ''

~ Et vous ? ~
~ Où avez-vous connu le forum ? : Je ne sais plus du tout ...
~ Âge : 19 ans
~ Niveau RP :Difficile de s'autoévaluer, mais je pense avoir un niveau pas trop mauvais. Je fais du Rp depuis 4 bonnes années et j'ai une moyenne de 800 mots, plus ou moins selon l'inspiration évidemment.



Dernière édition par Neville Londubat le Mer 18 Juil 2012 - 10:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3883
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mar 17 Juil 2012 - 21:36

Encore bienvenue, Neville \o/





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James W. Urquhart
Préfet-en-chef
Préfet-en-chef
avatar

Messages : 27
Points rp : 2408
Date d'inscription : 08/07/2012

Identité du Sorcier
Baguette magique: 28,8 centimètres en ébène et contient une écaille de Nessie le monstre du Loch-Ness
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Aucun

MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mar 17 Juil 2012 - 21:37

Bienvenue Londubat \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rigel A.Black
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 469
Points rp : 3614
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: 26cm, bois roseau de et écaille d'opaleye
Ascendance: Sang pur
Camp: Celui qui autorise les Arts Sombres

MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mar 17 Juil 2012 - 21:39

Bienvenue le pote des plantes Very Happy



♠️ Besoin de codes ? ♦️
~ Rigel Andromeda Black ~ 6eme année ~ Serdaigle ~
#26619c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mar 17 Juil 2012 - 21:41

Merci tous les gens !

Rigel => les plantes c'est le bien (dixit la joueuse qui n'a trop pas la main verte !)
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4127
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mar 17 Juil 2012 - 22:05

Encore bienvenue, j'adore ta fiche, pour l'instant ♥








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley S. Alister
"Draco dormiens nunquam titillandus"

avatar

Messages : 42
Points rp : 2364
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 21
Localisation : Sûrement entrain de se ballader

Identité du Sorcier
Baguette magique: 36,25 cm - Plume de Phénix - Bois de Hêtre - Fragile
Ascendance: Sang-pûr
Camp: Harry Potter

MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mar 17 Juil 2012 - 22:12

Bienvenue Very Happy


Ashley Alister, Professeur d'Etude des Moldus

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mar 17 Juil 2012 - 22:58

Merci Ashley =D
Daphnée, contente que ça te plaise ! (j'espère être à la hauteur du personnage quand même. Neville, c'est pas n'importe qui héhé )
Revenir en haut Aller en bas
Blaise Zabini
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 263
Points rp : 2823
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 26
Localisation : Derrière toi ! O_O

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de Palmier Phoenix, Plume d'Hippogriffe, 23 cm rigide
Ascendance: Sang-pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mer 18 Juil 2012 - 6:47

Heyyy Bienvenue =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mer 18 Juil 2012 - 10:13

Merci Blaise Very Happy

Je pense avoir terminé tout ça, dites moi s'il y a des trucs à modifié, de méchantes fautes que je n'ai pas vu ...
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4127
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   Mer 18 Juil 2012 - 11:17

Voilà, validationné M'sieur Londubat ♥








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Neville Londubat - I'll join you when hell freezes over [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Neville Londubat, Filière Médico-Soins
» neville londubat
» Neville Londubat
» Neville Londubat (ou Auban Samuels)
» Hermione J.Granger [termine]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Fun - :: Archives :: Fiches-