- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Le hasard fait bien les choses. [PV Daphné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3817
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Le hasard fait bien les choses. [PV Daphné]   Dim 22 Juil 2012 - 8:11

    Premier février 1997

    J'avais passé la nuit entière à cogiter sur ce que Zabini m'avait dit. En fait, je pense que je pouvais le considérer comme un bon copain. Cependant, je restais tout de même sur mes gardes : il restait un Serpentard et semblait vraiment ne pas aimer Daphné Greengrass. Pour ma part, je me fichais bien qu'elle trompe Drago ou pas. Ce n'étaient pas mes affaires. Mais je n'arrêtais tout de même pas d'y penser... une chose était sûre : Zabini m'avait mis dans l'embarras, à me parler aussi ouvertement. J'avais eu l'impression de jouer les vierges effarouchées. Bref, le lendemain, je m'étais réveillée très tard, vers 11h. Le temps de m'habiller et de faire ma toilette, j'étais bonne pour aller déjeuner. Je pris néanmoins des bouquins et les rangeai dans mon sac, histoire de pouvoir aller directement à la bibliothèque sans passer par mon dortoir. La Grande Salle était pleine à craquer. A la table des Serpentard, je vis Daphné en compagnie de Urquhart. Et bien plus loin, Zabini. Je haussai les épaules. Boarf, non, tout ceci n'avait aucune importance. Tout ce que je voulais, c'était croiser la verte et argent pour pouvoir lui parler de mon oncle. Je m'assis à ma place, à côté de Rigel, posai mon sac à ma droite et mangeai copieusement.

    Après le repas, je me levai, quittant mon amie pour aller à la bibliothèque. La pluie battait sur les fenêtres. Elle était tellement forte qu'on pouvait à peine distinguer le paysage. Les arbres, l'herbe et le ciel ne formaient qu'un tout humide et difforme. Enfin, j'arrivai dans le corridor de la bibliothèque. Et là, je vis... Daphné Greengrass. Elle était pile face à la porte que je voulais passer. Je pressai le pas et, alors qu'elle allait poser une main sur la poignée, je l'interpellai.

    « Greengrass ! »

    Cette fois, je la rejoignis presque en courant, tandis qu'elle se tournai vers moi. C'était cocasse : la première fois que nous nous étions adressées la parole, c'était ici. Le deux septembre pour être exacte. J'étais moi-même étonnée de m'en rappeler. Je lui lançai un sourire radieux, enfin contente de la trouver. En fait, j'avais voulu la contacter au mois de novembre. Mais n'étant pas sûre qu'il était temps de le faire, j'avais attendu décembre. Malheureusement, elle sortait déjà avec Malefoy, et elle était repartie chez elle durant les vacances de Noël. En janvier, j'avais été occupée. Mais maintenant, j'avais le temps. Ça aurait été certes plus simple de lui demander par courrier, mais c'était aussi bien plus dangereux. Il arrivait que Rusard intercepte les lettres des élèves, et il ne valait mieux pas que ces informations s'ébruitent : Marcus Lodwick pas vraiment mort, sa nièce au courant et Daphné Greengrass aussi au jus à propos des Mangemorts. Non, tout ceci devait rester secret.

    Une fois face à elle, je repris, presque euphorique de la voir seule.

    « Ça fait des semaines que je tente de te parler ! Comment vas-tu ? »

    Inutile de la brusquer. De toute façon, il valait mieux qu'on parle dans un endroit désert, et pas au milieu du couloir, face à la bibliothèque. Soudain, ce que m'avait dit Zabini me revint en tête. Hum, il fallait s'en douter. Dire que Greengrass, qui avait l'air aussi heu... sage que moi, avait déjà eu des rapports avec quelqu'un ! Enfin, je ne la jugeais pas, juste que j'étais étonnée. Je pensais qu'elle serait du même genre que moi. Mais il était vrai aussi qu'elle était bien plus belle et gracieuse que le sac à patate que j'étais. Dire que quand je le voulais, je pouvais me tenir droite et marcher sans être trop maladroite. Mais c'était un effort de tous temps que je ne voulais pas faire. Puis avec tous les livres que je portais toujours, c'était d'autant plus ardu de se tenir bien droite. Quand je tentais de le faire, j'avais tendance à tomber en arrière. Normal quoi.

    Enfin, au moins j'avais trouvé celle que je cherchais ! Finalement, le hasard faisait bien les choses.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699


Dernière édition par Luna J. Lodwick le Dim 5 Aoû 2012 - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4061
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses. [PV Daphné]   Jeu 2 Aoû 2012 - 18:35

Spoiler:
 

Pyramid Song by Radiohead on Grooveshark


La pluie battante s'écrasait contre les fenêtres dans un bruit uniforme, réconfortant qui berçait Daphné assise seule au bord d'une fenêtre de la tour d'Astronomie. C'était devenu son coin préféré dans Poudlard pour fumer une clope à l'abris de la pluie ou de la neige, monnaie courante en cette période hivernale. Et aussi pour passer quelques nuits loin de ses "amis", loin de Drago, loin de tout. Deux personnes seulement parvenaient encore à supporter sa présence en cette sombre période : Théo et James. En fait, elle passait soit son temps seule, soit avec l'un des deux. Les deux jeunes hommes, à tour de rôle, venaient pour tenter de lui remonter le moral, pour s'assurer qu'elle ne faisait pas n'importe quoi et qu'elle ne fumait pas trop -du moins pour James puisque Théo ignorait encore ce détail ou du moins Daphné se plaisait à le croire.

Il devait être dix ou onze heures au vue de la place que le Soleil occupait dans le ciel, la jeune fille était donc là depuis environ sept heures. Depuis qu'elle était réveillée, quoi. Elle avait fumée deux clopes seulement, ce qui était un sacré record pour autant de temps, et avait passé le reste du temps à écouter la pluie tomber contre la fenêtre et sur les tuiles du toit. Elle adorait ce son, il lui permettait de se détendre un peu malgré tout. Pourtant, cela fut vite gâché par un autre bruit, beaucoup moins attirant celui-ci : un ventre qui gargouille à pleine puissance. Ah oui, elle avait oublié de manger depuis... depuis bien avant-hier... James lui avait bien apporté une pomme hier soir mais elle l'avait abandonné dans le fond de son sac sans lui accorder le moindre regard. Apparemment, ça commençait à faire trop pour son pauvre estomac qui réclamait quelque chose. Soit, pourquoi pas... Elle retrouvait l'envie de manger, c'était bon signe non ?

La Serpentard attrapa donc son sac posé au sol et se leva dans un bond, se retrouvant prise d'un léger vertige en posant les pieds au sol. Hum, oui il était temps d'avaler un truc. Elle dévala donc les sept étages en prenant soin de ne pas se prendre les pieds dans quelque chose en route, et parvint à destination une bonne vingtaine de minutes plus tard, sans s'être évanouie en route, plutôt fière d'elle bien que sa mine sombre n'avait pas disparu pour autant de son visage. Quand elle arriva dans la Grande Salle, Daphné fut cependant surprise et dépitée de constater qu'il y avait un monde fou, surtout qu'un coup d'oeil à l'horloge lui indiqua qu'il était presque onze heures. Le déjeuner serait bientôt servi pourtant la plupart des élèves semblaient encore sur leur petit-déjeuner. Panne de réveil général ? Quoi qu'il en soit, elle n'en avait rien à faire et passa à autre chose très rapidement, cherchant des yeux une place libre à la table des Serpentards. Evidemment, ni James ni Théo n'étaient présent mais on ne pouvait pas en dire autant de Blaise et Drago assis l'un à côté de l'autre au centre de la table, comme à leur habitude.

Daphné baissa les yeux et les dépassa sans dire un mot, s'installant à l'autre bout, seule. Du moins autant qu'elle pouvait l'être vu le monde qu'il y avait. Elle ne savait pas si les autres étaient au courant pour sa rupture avec le blond, à vrai dire elle était restée un peu toute seule ces derniers jours, préférant la compagnie des araignées de la salle d'astronomie aux gens et elle s'était faite porter pâle le lendemain de l’évènement. De fait, on ne l'avait pas beaucoup croisé dans les couloirs ces jours-ci. Sans doute Drago avait-il annoncé la bonne nouvelle à son meilleur ami qui devait s'en réjouir. Elle n'en avait franchement rien à faire.

La jeune fille s'installa donc et attrapa un toast grillé devant elle et une tranche de bacon. L'appétit avait déjà disparu, sans doute dès qu'elle avait aperçu Drago. Sans prendre la peine de mettre quelque chose sur le toast, elle l'avala et fit de même avec le bacon. Petit déjeuner express. De toute façon elle avait toujours sa pomme dans son sac si jamais elle se remettait à avoir faim. Elle resta un long moment à table, pourtant, regardant dans son verre de jus de citrouille, à la recherche d'une réponse qu'elle ne trouverait sans doute jamais ici. Finalement, elle décida de se lever et de quitter cet endroit beaucoup trop bondé, sans trop savoir où elle voulait aller.

Presque naturellement, ses pas la portèrent de nouveau vers les étages supérieurs pour rejoindre son perchoir habituel. Heureusement, il n'y avait pas cours aujourd'hui, cela lui éviterait d'avoir encore à sécher comme elle le faisait depuis quatre jours. Hélas, alors qu'elle s'apprêtait à ouvrir une nouvelle porte pour continuer son accession vers les sommets de l'école, une voix l'interpella. Daphné se tourna lentement. C'était une voix féminine qu'elle avait déjà entendu, donc déjà ce n'était pas Drago, elle pouvait donc se retourner en toute sécurité. Enfin, plus ou moins. Lorsque ce fut fait, elle tomba nez à nez avec Luna Lodwick, cette Serdaigle à qui elle avait promis de l'aide pour des histoires de Mangemorts.

Elle avait obtenue toutes les informations que pouvait vouloir Luna, cependant elle n'avait jamais vraiment eu l'occasion de les lui transmettre, pour diverses raisons. En fait, elle n'avait plus eu l'occasion de voir la Serdaigle seule depuis des mois et à chaque fois qu'elle s'était préparée à l'aborder, quelque chose l'en avait empêché. Ce n'était certes pas le meilleur moment pour Daphné ce matin mais peut-être que cela lui changerait les idées et puis elle avait promis et elle tenait toujours ses promesses.

«Salut, Luna. Désolée, j'ai eu des journées un peu chargées ces temps-ci et j'étais hum...malade toute la semaine dernière. Mais ça ira sans doute mieux. Et toi ? »

Daphné n'avait pas trop la tête pour des discussions stériles sachant parfaitement que la Serdaigle devait n'en avoir pas grand chose à faire de son état, d'autant plus que cela se voyait comme le nez au milieu de la figure que la Serpentard n'allait pas bien et que ce n'était pas du à un quelconque virus mais bon... Elle lui était au moins reconnaissante de faire semblant de s'y intéressé un peu, contrairement à ses autres "amis".

« Je suppose que tu veux discuter à propos de ton oncle. Désolée de ne pas t'avoir tenu au courant plus tôt, cela fait des mois que j'ai les infos que tu recherches, par contre hum... On devrait peut-être trouver un coin plus discret pour en parler, non ? »

Non pas que ce couloir lui déplaise, seulement elles allaient avoir une discussion assez sensible et personnelle et il n'était pas question que des oreilles indiscrètes viennent s'en mêler. Daphné regarda autour d'elles. Derrière se tenait la bibliothèque et sur la gauche une salle de classe visiblement vide. Cela ferait l'affaire un moment. La Serpentard passa devant la Serdaigle, lâchant un « Suis-moi » au passage et entra dans la salle, refermant la porte avec un sort quand Luna fut entrée.










Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3817
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses. [PV Daphné]   Dim 5 Aoû 2012 - 18:47

    La Serpentard se retourna et je m'empressai de la rejoindre. De près, elle semblait fatiguée, arborant des traits tirés. Peut-être quelque chose la tracassait, en ce moment ? Elle me salua à son tour, m'avouant qu'elle avait eu des journées chargées, ces derniers temps, et qu'elle avait d'ailleurs été « malade » la semaine précédente. C'était vrai qu'en y repensant, je ne l'avais pas vue en cours depuis quelques jours. Par ailleurs, elle me demanda si moi-même j'allais bien. À ce niveau, il n'y avait pas de soucis. J'avais plus ou moins accepté le fait que mon père m'aie abandonnée sur le vieux continent pour rejoindre le nouveau. C'est donc en affichant un sourire quelque peu timide que je lui répondis, quelque peu honteuse d'être en pleine forme et pas elle.

    « Oui, je vais bien. J'espère que ce n'est pas trop grave ce que tu as... tu es allée voir Madame Pomfresh ? Je suis certaine qu'elle pourrait te remettre d'aplomb avec une simple potion ! »

    J'étais peut-être un peu trop enthousiaste. Je m'en voulais vraiment, vu la mine qu'elle se payait. En fait, elle avait l'air d'aller aussi bien que moi, quand mon père m'avait prévenu par courrier qu'il était parti pour l'Amérique et qu'il fallait que je reste à l'école pour les vacances de Noël, et qu'il valait mieux aussi que je reste dans l'ancienne maison de ma grand-mère pour les grandes vacances. Vraiment, en y repensant, un goût amer s'empara de ma bouche. Mais enfin, il ne fallait pas que je pense à cela. Pas maintenant en tous cas. Surtout que Daphné, elle, avait l'air d'aller assez mal. Peut-être même avait-elle un autre problème, en plus de son virus passager ? Ma foi, si elle voulait m'en parler, j'étais toujours prête à l'écouter.

    Daphné reprit. Elle supposait que je voulais que nous parlions de mon oncle. Elle supposait bien ! Elle était aussi fortement désolée de ne pas avoir pu me contacter plus tôt, mais cela faisait des mois qu'elle avait les informations que je lui avais demandées. Mon regard s'éclaira, tandis qu'elle me proposait d'aller dans un coin plus discret. Je repris alors le peu d'esprit que j'avais laissé échapper et lui murmurai d'un ton qui trahissait mon impatience :

    « Oui, nous devrions trouver un endroit à l'abri des oreilles indiscrètes. »

    La brune regarda alors autour d'elle. À ma droite, il y avait une classe vide. Elle passa alors devant moi, me demandant de la suivre et se dirigea vers la porte de cette classe. Nous y entrâmes et elle referma la porte derrière moi. Il faisait assez sombre, dans cette pièce. De vieux bancs et chaises étaient rangés contre les murs. Et de vieilles torches étaient encore accrochées par dessus. Je sortis ma baguette et lançai un Incendio assez faible, histoire de ne pas mettre le feu à la pièce. Je me tournai vers mon interlocutrice. Étrangement, ce que m'avait dit Zabini revint à la surface. Je m'étais pourtant juré de ne pas y repenser : c'était ses affaires, pas les miennes. Mais c'était tout de même plus fort que moi. Maintenant, j'étais intimidée. Daphné était plus « expérimentée » que moi. Elle connaissait le plaisir de la chair, et moi, je n'y connaissais rien. Déjà, pour moi, il fallait aimer quelqu'un à en mourir pour lui donner son corps. D'ailleurs, en y réfléchissant bien, j'étais assez amoureuse de Gowan pour que nous le fassions d'ici peu. Peut-être d'ici la fin du mois ? Histoire de le mettre au courant de mes intentions, tout en restant très... discrète et en le faisant sous-entendre. Oui, c'était une bonne idée. Mais nous n'en étions pas encore là. Plus précisément, je n'en étais pas encore là. Pour l'instant, j'en étais à Daphné et à mon oncle, Marcus.

    En fait, en voyant le visage complètement maigri, fatigué et déprimé de Daphné, je compris tout de suite qu'il n'y avait vraiment pas qu'une simple petite grippe dans le coup. Gênée de devoir lui en demander plus sur son état.

    « Heu... tu sais Greengrass... enfin, Daphné, si il y a quelque chose qui ne va pas, tu peux toujours m'en parler. Je sais que nous ne nous connaissons pas très bien. Même pas du tout, à vrai dire. Mais tu m'aides pour mon oncle, la moindre des choses est que je t'aide pour... pour ce que tu as. Et je le fais par pure envie, pas par intérêt. Enfin... je me comprends. »

    Je tentai un sourire, mais finalement, je ne réussis qu'à grimacer stupidement. Halala... et ça se disait à Serdaigle.





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4061
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses. [PV Daphné]   Jeu 16 Aoû 2012 - 19:23

Aller voir Madame Pomfresh... Bien entendu, c'était un bon conseil et Daphné l'aurait suivi sans hésiter si elle avait été vraiment malade car aucun doute qu'avec l'infirmière elle aurait été sur pieds en seulement quelques minutes. Mais puisque la Serpentard ne souffrait nullement, du moins de rien d'autre qu'un coeur brisé et une profonde révolte , elle préféra ne pas répondre à Luna, se contentant de détourner les yeux d'un air légèrement mal à l'aise avant de lui proposer d'aller discuter loin des oreilles indiscrètes, ce que la Serdaigle accepta sans mal. Au moins, elles ne perdraient pas de temps en discussions inutiles, Luna ne semblait pas vouloir faire semblant de se soucier de Daphné et cela allait très bien à l'intéressée. Elles s'apprêtaient à faire un échange tout simple -même si dans le cas présent Daphné ne gagnait rien- et ce serait vite réglé, sans histoires, sans problèmes.

Les deux jeunes filles entrèrent donc dans la salle de classe vide et sombre. Luna s'empressa d'ailleurs de régler ce petit détail à l'aide d'un incendio qui enflamma quelques torches installées contre les murs, tandis que Daphné s'occupait de la porte, s'assurant que personne ne viendrait déranger leur petit entretient. Quand ce fut fait, la Serpentard s'avança vers le centre de la pièce et jeta son dévolu sur une chaise quelconque sur laquelle elle s'installa, ou plutôt se laissa tomber sans plus de cérémonie. D'un geste de la main, elle invita Luna à s'asseoir en face d'elle sur une autre chaise. En attendant, la brune réfléchissait.

Elle n'avait pas lu la lettre de son père au sujet de Marcus Lodwick depuis des mois mais la plupart des informations étaient inscrites dans sa mémoire au fer rouge. En particulier car elle s'était empressée de cacher la missive dans un endroit où personne ne pourrait tomber dessus, multipliant les sorts de protection. Il ne fallait pas que quelqu'un la lise et cela signifiait qu'elle devait rester dans sa cachette en toute occasion. La brune soupira et se massa les tempes quelques secondes, les coudes appuyés contre ses cuisses; la tête baissée. Elle commençait à ressentir une certaine fatigue ainsi qu'une grande lassitude, elle se la prenait en pleine face à un moment où elle n'était plus occupée à penser à différentes choses pour s'occuper l'esprit. Après quelques secondes où il lui fallut faire appel à toute sa force mentale, elle releva les yeux vers la Serdaigle, prête à entamer la discussion.

Cependant, Luna la devança, parlant avant que Daphné n'ait le temps de dire un seul mot. Daphné écouta attentivement les mots de la Serdaigle, assez étonnée. Elle semblait réellement désolée, et vraiment sincère. Et sans qu'elle n'ait besoin de le préciser, Daphné savait qu'elle ne lui proposait pas son aide par simple intérêt, cela se voyait que ce n'était pas son genre. La Serpentard tenta difficilement de répondre au sourire de Luna avant de hausser les épaules.

« C'est rien... c'est juste que... enfin, Drago et moi on s'est séparé et j'ai beaucoup de mal à m'en remettre. Je ne veux pas t'ennuyer avec ça, on est là pour ton oncle. »

Elle tenta un nouveau sourire un peu triste et poussa un dernier soupir avant de se lancer dans le vif du sujet, voulant éviter de laisser à la Serdaigle l'occasion de répliquer tout de suite. Elle n'avait pas spécialement envie d'inspirer la pitié à tout le monde, surtout que des rumeurs commençaient à courir sur une soit-disant relation entre elle et James et que tout le monde y croyait, chacun devait donc penser qu'elle n'avait que ce qu'elle méritait. Elle se concentra donc sur ce qu'elle avait à dire.

« Donc, pour ton oncle... Je pense que ma source est assez fiable cela dit, je ne sais pas de quoi tu es au courant. Tout ce que je peux te dire, c'est que ton oncle fait partie de la seconde génération de Mangemort, il a du y entrer à sa sortie de Poudlard, peut-être même lorsqu'il était encore étudiant ici. Il a rejoint le groupe déjà bien rempli des premiers Mangemorts et de ses camarades de classe qui étaient les plus nombreux. »

Daphné marqua une pause, laissant à sa camarade l'occasion d'assimiler les faits. C'était peut-être le moins grave de l'histoire, pourtant. Le moins important, la chose la plus basique qu'elle avait à lui dire. Cependant, ce n'était sans doute pas facile à avaler pour Luna qui semblait avoir une image très sublimée de son oncle. Daphné ayant vécu cela quelques mois auparavant avec son père, elle pouvait comprendre la difficulté que cela pouvait représenter. Après quelques secondes de silence, elle poursuivit.

« Après quoi Tu-sais-qui lui a confié une mission, quelque chose d'assez important mais on ne m'a pas dit quoi exactement. Je sais juste que pour cela, il a du disparaître un moment. Les Mangemorts l'ont aidé à se faire passer pour mort, comme tu dois le savoir, en mettant en scène une attaque au cours de laquelle il a fait semblant de perdre la vie. Ça à fait la une des journaux mais rien n'était vrai. Et il semblerait qu'il ait réapparu il y a peu de temps, sans qu'on ne sache trop pourquoi. »

Lennox n'avait pas pu en apprendre plus sur la mission confié au Mangemort ni sur les raisons de son retour. Mais ça n'était pas tellement important, du moins aux yeux de Daphné, car qu'importe l'intitulé exact de sa mission, le résultat était le même et ce serait sans doute la même conclusion pour Luna. La brune inspira profondément. Il lui restait une chose à dire et ce serait sans doute la plus difficile à entendre.

« Je... On m'a dit qu'il était... enfin, un peu différent... Je veux dire... C'est un loup-garou... »

Voilà, elle avait tout dit. Inquiète, elle se pencha un peu pour observer la réaction de Luna. Il y avait de grandes chances que bientôt les deux jeunes filles soient dans le même état.

« Je suis désolée, Luna. Si tu veux en parler, je suis là, tu sais... Après tout je suis responsable de ton choc, donc je peux bien t'aider à le surmonter.»








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3817
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses. [PV Daphné]   Lun 20 Aoû 2012 - 20:54

    Daphné ne me répondit pas, quand je lui proposai d'aller voir Madame Pomfresh. Elle détourna simplement les yeux et proposa que nous discutions plutôt dans un endroit désert, ce que j'acceptai sans demander mon reste. Nous entrâmes donc dans une salle de classe vide. Tandis que je m'occupai d'allumer les torches, la Serpentard quant à elle, s'occupa de verrouiller la porte. Quand se fut fait, elle s'installa -ou plutôt se laissa tomber- sur une chaise au milieu de la pièce, et m'invita d'un geste de la main à faire de même. J'attendis quelques minutes, histoire de bien laisser le temps à mon interlocutrice de remettre ses idées en ordre. Peut-être avait-elle des tas d'informations au sujet de mon oncle, et qu'elle devait faire en sorte de retrouver tout ce qu'elle avait appris. Daphné se massa alors les tempes puis, elle releva la tête, et plongea ses yeux dans les miens.

    Je la voyais vraiment mal : maigre, fatiguée. Quelque chose n'allait pas. Ce n'était pas une simple grippe. Qui plus est, le fait qu'elle ait évité de répondre à ma proposition d'aller à l'infirmerie prouvait que ce n'était pas ça. Je lui proposai alors mon aide. Daphné tenta de sourire, mais elle grimaça plus qu'autre chose. Elle finit par hausser les épaules et m'avoua que c'était fini, avec Malefoy... ils s'étaient séparés. Je ne pus m'empêcher d'écarquiller les yeux, repensant à ce qu'avait dit Zabini : soit-disant qu'elle irait voir ailleurs à un moment où à un autre. Mais vu l'état dans lequel la Serpentard était, j'avais un sacré doute quant au fait qu'elle l'ai trompé et qu'il l'aurait quitté pour ça. Non, vu sa tête, elle n'aurait jamais fait une erreur comme celle-là. Daphné continua : elle préférait que nous parlions de mon oncle. Après tout, nous étions là pour ça. Elle tenta un sourire qui se valait plus triste qu'autre chose. Maladroitement, j'avançai ma main droite vers elle et la posai sur son épaule. À mon tour, je tentai de lui sourire, mais une fois cette fois, il était assez gauche et triste. Oui, car j'étais triste pour elle. Et aussi cruellement mal à l'aise d'avoir cru un instant ce que m'avait dit Zabini. Enfin, comme elle le disait, nous n'étions pas là pour parler de ça, mais plutôt de Marcus. D'ailleurs, avant même que je ne puisse lui dire quoi que ce soit, la verte et argent reprit. Elle m'avoua que sa source était très fiable. À ce niveau-là, je lui faisais confiance. Je ne voulais de toute manière pas savoir de qui il s'agissait. Elle m'apprit que mon oncle faisait partie de la seconde génération de Mangemorts. Il avait même peut-être rejoint les rangs du Mage Noir alors qu'il n'était encore qu'étudiant à Poudlard. Ma bouche s'ouvrit, mais aucun son n'en sortit. J'en étais comme on le disait « Bouche-bée ». Je finis tout de même par murmurer :

    « Eh beh... »

    Daphné poursuivit. Elle m'apprit que par après, Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom lui avait confié une mission. Bref, elle m'expliqua à peu près ce que je savais déjà. Elle le précisa d'ailleurs. Cependant, elle non plus ne savait pas trop pourquoi Marcus était réapparu il y avait quelques mois de cela. Le mystère restait de mise.

    « Je vois. »

    Un léger silence s'empara de nous. Ce n'était pas un silence gêné, au contraire. Cependant, je pensais que notre conversation était -déjà- terminée. Alors que j'allais remercier Daphné pour les informations qu'elle m'avait donnée, et aussi, lui demander si elle voulait me parler de ce qu'il s'était passé avec Malefoy -il n'y avait rien à faire, même si lui, je ne le portais pas dans mon cœur, elle, je l'aimais beaucoup. Du moins comme une connaissance proche- la brune inspira et reprit. Cette fois, elle semblait bien moins sûre d'elle, comme si ce qu'elle allait me dire allait me mettre en état de choc. L'espace d'un instant, elle chercha ses mots. Et tout d'un coup, elle m'avoua que Marcus était quelque peu différent. En fait, il était un loup-garou. Une fois de plus, j'écarquillai les yeux. Peut-être même plus que quand elle m'avait appris sa séparation avec Malefoy. Qui plus est, ma mâchoire était littéralement décrochée. Elle n'avait tout de même pas dit loup-garou ? Mon oncle Marcus était donc un Loup-garou... cela expliquait quelques trucs. En l'occurrence, le fait que mon père m'ait envoyé une lettre contenant le simple conseil de ne jamais contacter Marcus. Cependant, je n'arrivais pas à croire cela. Est-ce que ma grand-mère était au courant ? J'en doutais cruellement...

    Daphné s'excusa platement... soit-disant que c'était à cause d'elle que j'étais en état de choc. Et si je voulais en parler, elle était toujours là pour moi. Je ne pus m'empêcher de lui sourire sincèrement.

    « Merci beaucoup, Daphné. Mais je ne sais pas si en parler changerait grand chose... quoique, si ça peut te changer les idées... enfin... je commence à comprendre et quelques zones d'ombres sont partiellement illuminées. Mais ça n'empêche que je ne comprends toujours pas pourquoi il s'est fait passer pour mort... et ça ne m'empêche pas d'être clairement choquée. »

    Oui choquée, ça je l'étais, il n'y avait pas grand chose à dire d'autre. Tête baissée, le menton prit par mon pouce et mon index, je fis une légère pause, plongée dans mes pensées, à cogiter les informations que m'avait donné Daphné. Je relevai alors le visage et souris une fois de plus à Daphné. Cette fois-ci, j'avais du mal à cacher ma tristesse. Finalement, je ne savais pas si c'était le genre de choses que je voulais savoir...

    « Je te remercie énormément en tout cas. »





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4061
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses. [PV Daphné]   Mar 4 Sep 2012 - 15:31


Et voilà... Tout était dit. Étrangement, Daphné se sentait coupable d'avoir balancé ainsi tout ce qu'elle savait à la Serdaigle. Elle avait été un peu trop brutale, peut-être. Les réponses de Luna étaient assez brèves, distantes et la Serpentard s'inquiétait de se dire que peut-être elle ne prenait pas les choses aussi bien. Elle-même avait vécu quelques mois plus tôt ce genre de révélation. Apprendre qu'un membre de sa famille était un Mangemort avait été tellement difficile pour Daphné. Elle ne pouvait pas imaginer ce que devait ressentir Luna quand en plus son oncle avait joué les morts pendant des années. Le silence s'installait entre les deux jeunes filles. Daphné était gênée mais il semblait que ce ne soit pas le cas de la Serdaigle, elle avait juste l'air d'être perdue dans ses pensées, de réfléchir à ce qu'elle venait d'apprendre et c'est tout... N'y tenant plus, Daphné finit par s'excuser, assurant à son interlocutrice qu'elle pouvait se confier à elle sur le sujet. De toute façon, après tout ce que venait de lui dire la Serpentard, il semblait clair qu'elle connaissait pas mal d monde dans les rangs des Mangemorts et l'admettre aussi facilement face à une élève qu'on connaissait à peine était une grande marque de confiance. Il n'y avait donc pas de raison que Luna se méfie d'elle.

Après un moment de blanc, Luna reprit la parole, remerciant Daphné pour ce qu'elle venait de lui apprendre. Elle osa même lui dire quelques mots au sujet de ce qu'elle venait d'apprendre sur son oncle, même s'il était vrai qu'en parler n'aidait pas vraiment. Cela n'apportait aucune des réponses que la jeune fille devait se poser et malheureusement, s'agissant des motivations du Mangemort, Daphné ne pouvait obtenir aucune information. Il s'agissait de questions qu'il aurait fallu poser au premier concerné et cela, elle ne le pouvait pas... Quant à savoir si Luna le pourrait, elle, c'était une question intéressante que Daphné n'osait pas encore poser. Ce n'était pas elle qui la jugerait et elles n'étaient pas suffisamment proche pour que la Serpentard se permette de donner son avis sur la question, pourtant elle avait bien envie de savoir. Elle hésita plusieurs secondes avant de se lancer.

« Oh tu sais... Avec toutes ces rumeurs stupides qui courent, on ne me laisse jamais oublier ce qui m'arrive alors je ne pense pas qu'une quelconque discussion pourra y arriver... Je me sens pathétique. Enfin bref... Je suis désolée de ne pas pouvoir faire plus pour ton oncle. Est-ce que tu vas essayer d'en apprendre plus ? »

Daphné restait suffisamment bien élevée. Hors de question de demander de but en blanc, il fallait y mettre les formes et la subtilité requises dans toute discussion sur un sujet qui ne nous regarde pas vraiment. En parler l'air de rien, sans laisser apercevoir son but. Il était clair que la seule manière pour elle de trouver ses réponses était de poser les questions à son oncle. Mais y avait-elle seulement pensé ? Il était fort probable que oui, et sans doute bien avant même que la Serpentard n'arrive avec toutes ses infos. Elle devait y avoir pensé dès le départ. A sa place, c'est ce que Daphné aurait fait. Même si c'était sans doute la plus mauvaise idée qu'elle puisse avoir. Mais elle était normale, naturelle. Dangereuse, aussi. Un homme dans le genre de Marcus Lodwick n'aurait sans doute pas une bonne influence sur Luna. Mais enfin, avant d'envisager de lui faire perdre cette idée, il fallait qu'elle sache si elle y avait effectivement pensé.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3817
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses. [PV Daphné]   Sam 8 Sep 2012 - 13:22

    Daphné resta silencieuse quelques instants. Bizarrement, l'envie de la prendre dans mes bras pour la réconforter me traversa l'esprit. Cependant, nous n'étions pas encore assez proches pour cela. J'aurais pu le faire avec Rigel, ou Gowan. Mais pas encore avec elle. Enfin, au moins, notre relation n'était pas vraiment empoisonnée. D'ailleurs, en y repensant, je n'avais pas vraiment d'ennemis à proprement parler. Certes, j'avais du mal avec certains Serpentard, mais ce n'était pas au point de me braquer directement. Bon, il fallait avouer que c'était, à une époque, le cas avec Théodore Nott. Mais dorénavant, nous étions plus sympathiques l'un envers l'autre. En fait, il nous avait juste suffit de parler une petite heure pour cela. Comme quoi, la communication était un remède à tout problèmes conflictuels. La verte et argent reprit la parole, prétextant qu'avec toutes les rumeurs qui couraient en ce moment, elle ne pouvait pas oublier ce qu'il se passait et que ce n'était donc pas parler de mon oncle qui allait l'aider. Là, elle marquait un point, mais c'était surtout pour quelques instants que je lui proposais ça. Histoire qu'elle passe enfin quelques minutes, voire une petite heure à penser à autre chose. Malheureusement, je ne savais pas comment remonter le moral des personnes autour de moi. Je n'avais jamais eu affaire à ce genre de choses. Certes, mon père ou ma grand-mère déprimaient, de temps à autres -l'un à propos de son travail, l'autre à propos de son fils Marcus qui était « mort » un peu trop vite à son goût- mais ils se remettaient vite d'aplomb. Daphné continua, disant qu'elle se sentait pathétique de ce qu'il lui arrivait. Je lui lançai un petit sourire compatissant : même si je ne déprimais pas, je me sentais moi-même quelque peu pathétique de ne rien pouvoir faire à propos de mon oncle. D'ailleurs, elle s'excusa de ne rien pouvoir faire de plus. Puis, elle me demanda si je comptais essayer d'en apprendre plus. Je soupirai doucement.

    « Oui... les personnes qui savent pour mon oncle me poussent à le contacter. Et après tes révélations à son sujet, je pense que je vais lui écrire. J'aimerais bien le rencontrer... ça peut paraître bizarre. »

    En effet, ça pouvait paraître étrange, que je veuille le contacter, alors qu'il s'agissait d'un Mangemort doublé d'un Loup-garou. Quiconque n'allait pas envoyer un hibou à son oncle passé pour mort et qui en fait s'avérait être un serviteur de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom ainsi qu'une créature très dangereuse. Néanmoins, j'avais déjà côtoyé le Professeur Lupin -du moins à ses cours- et il ne s'était jamais montré dangereux. Au contraire, c'était l'un des personnes les plus gentilles et timides que j'avais pu croiser dans ma vie. Je repris la parole, adoptant cette fois un ton qui se valait doux et compatissant. C'était d'après moi, la meilleure façon de tenter de remonter le moral à la pauvre Daphné.

    « Tu n'es pas pathétique. Ce n'est pas de ta faute. Et puis rien ne t'empêche de parler de tout et de rien pour, ne fut-ce que quelques instants, oublier ce qu'il t'arrive. »

    J'avais aussi envie de lui dire de ne pas faire attention à ce que les gens disaient d'elle. Mais elle était une Serpentard et venait d'une famille aisée et de grande lignée. De ce fait, elle avait certainement été éduquée de sorte à bien se tenir en société et surtout, à se faire bien voir. Chez les Lodwick, on se fichait un peu de cela. Certes, nous étions nous aussi assez riches, et nous ma grand-mère m'avait très bien éduquée. Mais elle m'avait toujours dit que peu importait ce qu'on pouvait bien penser de moi : le plus important était que je me sente heureuse. Ce n'était pourtant pas pour autant que je criais sur tous les toits que mon père était un Cracmol. Même si je l'assumais, je ne voulais pas devenir le sujet principal des rumeurs et des moqueries des autres. Il suffisait de voir avec quoi ils pouvaient se rassasier à ce propos pour comprendre que si jamais ça venait à se savoir, les derniers mois de ma sixième, ainsi que ma septième deviendraient un énorme calvaire. Je repris la parole, tout en gardant ce fait secret. Quoique, peut-être que si elle connaissait mon oncle -ou du moins sa source qui le connaissait...- elle savait peut-être déjà que mon père était un Cracmol. Juste qu'elle ne l'avait jamais dit à personne. Si tel était le cas, alors je lui en étais infiniment reconnaissante.

    « Je peux comprendre que ces rumeurs ne te plaisent pas. À dire vrai, je peux même m'imaginer parfaitement à ta place. Mais même si c'est difficile, il faut peut-être faire semblant de ne pas les entendre. Après tout, s'il n'y a pas de bois à remettre sur un feu, il s'éteindra par lui-même. »





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses. [PV Daphné]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le hasard fait bien les choses. [PV Daphné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nature fait bien les choses 〘PV Dentô Shinji 〙
» Le hasard fait bien les choses...| Conrad
» [RP] Le hasard fait bien les choses...
» Le hasard fait bien les choses ! [Ludmila Parker]
» Le hasard fait bien les choses,. ( PV Shord , Mission de rang B)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Poudlard - :: Troisième et Quatrième Étage :: Couloirs-