- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Ce qui est à moué est tatoué [Daph - Théo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Théodore W. Nott
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 157
Points rp : 2762
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 25
Localisation : Bretagne !

Identité du Sorcier
Baguette magique: Chêne Rouge : Sec & solide. Cœur en Poils de Crinière de Chimère. 24,9 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Le leur [Théo/Daphné]

MessageSujet: Ce qui est à moué est tatoué [Daph - Théo]   Sam 25 Aoû 2012 - 7:37

8 Mars 1997,
Glauque & Phoque
« I need your clothes, your boots and your motorcycle. »

Story around the corner of a table


Le temps n'était pas parfait ce jour-ci. On ne pouvait sortir sans être couvert. Il ne pleuvait pas, il ne ventait pas, mais il n'y avait pas une bonne température. On était au mois de Mars et pourtant, malgré un soleil sans nuage, l'atmosphère avait peine à se réchauffer. Le sol était glissant, mais pas verglacé. L'horizon était flou, mais pas brumeux. Bref, à neuf du matin, sur la route menant à Pré-au-Lard, Théodore Nott se les caillebottait.
Accompagné de son amie tristement connue Daphné Greengrass. Tous les deux couverts des capes chaudes de Poudlard, il s'échinait dans de la boue congelée. Vraiment, c'était le pire Samedi de Mars qu'il est vécu. Ce n'était pas un temps pour sortir. Et cela se révéla vrai, car sur la route ils ne croisèrent peu voire très peu de monde. Avec la mort de Gowen O'Neil puis celle de Matt Owen, la château était devenu une vraie prison de l'avis de Théodore. Chaque soir les grandes portes étaient fermées à clé, chaque soir les rondes repassaient encore et encore au même endroit pour s'assurer que tout allait bien. Non vraiment, ils avaient bien fait de sortir un peu.
En moyenne il avait bien mangé. Daphné mangeait toujours aussi peu, lui toujours autant. Chacun avait sa manière de résoudre le stress. Théodore avait une réponse plus active effectivement. C'est lui qui avait convaincu Daphné de enfin se mettre à apprendre à transplaner. D'ailleurs, la veille, il s'était rendu dans la boutique pour prendre les cours, par chance il y avait eu des désistements. C'est lui qui avait convaincu Daphné de manger au moins un œuf. Le prof avait été clair, transplaner consomme les protéines et il ne fallait pas venir le ventre vide Haha, au petit-déjeuner, il avait presque donné la compote à sa meilleure amie. Cela avait un côté fun.

Théodore se gratta le menton, les joues et les oreilles. C'était le troisième jour qu'il avait arrêté de se raser. Cela commençait à se voir et l'irritait. Non, il avait encore des rasoirs, mais avec Daphné qui n'allait pas bien et Lui qui se battait pour réussir à organiser ses relations avec Lux, Terry, Blaise, Drago, Jennifer et tout un tas d'autres, la barbe ne passait plus au troisième. Les cheveux non plus d'ailleurs. Lui qui les aimaient coiffé, parfaitement droit et contrôlé n'étaient maintenant plus que hors de contrôle et en désordre. D'ailleurs, il avait commencé à utiliser une pâte à coiffé afin que les gens ne voient pas tout ce qu'il se passait dans sa petite boite crânienne de châtain.
Daphné traîna des pieds alors qu'ils arrivaient dans ce petit hameau. Les maisons étaient basses. De la fumée sortaient des maisonnées habitées et se dirigeaient vers poudlard. Oui, un léger vent, tout discret, était arrivé. Théodore s'était empressé de replacer son écharpe aux couleurs de sa maison, masquant ainsi toute sa barbe. Heureusement qu'il ne portait pas de lunette, sinon il n'y verrait plus rien. C'est d'ailleurs ce qui arriva à un petit être rabougri. Il se cogna même dans une boite à lettre, qui ne se gêna pas pour s'effondrer dans la boue. Ses lunettes rondes lui remplissait le visage et cela était renforcé par ses sourcils épais blancs en broussaille. Lui ne prit pas la peine de la redresser et rentra directement dans le bar Les Trois Balais. Théodore savait qu'on y trouvait toujours du réconfort grâce à leur Bièraubeurre.

Les deux amis continuèrent leur chemin, passèrent à proximité du bureau de poste, d'Honeydukes avant de s'arrêter juste devant l'entrée d'une maison. Théodore s'accouda à un poteau, bien inutile à son sens, et désigna de la tête ce commerce de sucreries. Il savait qu'elle n'en aurait pas voulu d'ordinaire, mais, comme elle le disait si bien : „D'accord, c'est bien parce que t'es mon bestouh !". Voyant sa tête renâcler l'offre, il se plaça derrière et la poussa :
Allez, je vais t'acheter un de leurs excellent chocolat-noix de coco, ça va te réchauffer !
Pénétrant par la porte verte pomme, le duo en prit plein les sens. Il y avait des couleurs partout, il y avait des odeurs dans tous les coins, même des bonbons les cognaient. C'était une drôle de boutique magique et l'une des plus riches de cette bourgade. Ils ne s'y attardèrent pas trop. Juste le temps de prendre un paquet de ces chocolats fourrés à la noix de coco pour Daphné et un autre de caramel pétillant de miels, une confiserie qui revitalisait toujours notre Théodore lorsqu'il sentait un coup de mou. Peut-être était-ce là son secret d'énergie.

Rapidement, ils franchirent la fameuse porte. L'ayant déjà dépassé la veille, Théodore ne fut pas surprise de voir la déco. Il y avait des têtes d'animaux empaillés sur tout le pan de droite. Paon, Cochon, Ours, Lion et même Cheval. Cet homme était chasseur de bêtes Moldus. Jusqu'à hier, il n'avait encore jamais vu de chevreuil jusqu'à ce qu'il pose la question. Et pourtant dans sa jeunesse, il avait déjà fait un ou deux zoos moldus. Directement en face, il y avait un escalier grinçant d'où arriverait l'enseignant. Il proposa avec insistance à Daphné de s'asseoir sur la chaise à droite gauche. La table était en vieux bois et des échardes attendaient les personnes non vigilante. La veille, il fut piégé.
Puis d'un pas lourd, mais décidé descendit Dimitri Davidovitch, ou plus couramment nommé DéDé. Il était plutôt grand, plus du mètre quatre-vingt-dix et prenait l'entière espace des escaliers. Avec une carrure de videur, il s'avança vers le duo. Théodore qui avait une main sur l'épaule de Daphné l'empêcha de se lever pour faire valoir son éducation. Dimitri tandis son bras pour les saluer, il avait une force exceptionnelle et manqua de broyer leurs mains, à nouveau pour notre héros. Son visage carré était rasé, excepté les rouflaquettes poivres et sels. On pouvait d'ailleurs observer une fossette marquée. Il leur sourit.
Rester assis, fit-il à Daphné qui essayait à nouveau, alors c'est bien vous qui allez commencer les cours ? Théodore hocha la tête après avoir regardé sa meilleure amie. Très bien, allons sur le terrain.

Il tendit alors le bras gauche dont le poignet était assez large pour que les deux mains réunis des deux comparses ne se rejoignent. Ils s'apprêtèrent à le toucher lorsqu'il les stoppa. D'une voix étrange mixé de son accent russe parfaitement prononcé, il leur dit : « I'll be back ! » Et dans un mini-vortex il disparu. Ils restèrent alors comme deux benêts. Théodore qui ne voulait pas s'ennuyer jeta un nouveau coup d’œil. Un objet attira bientôt son regard. Il s'agissait d'une ardoise vide, placée sous l'une à la tête de chacal. Évidemment ce n'était pas cela l'étrangeté. Sous cette dernière rutilait une plaque dorée. Théodore fit un pas et s'y pencha. Il put distinctement lire : „Sarah"
Théodore eut un mouvement de recul, qu'est-ce que cela pouvait bien signifier. Alors qu'il allait se retourner pour en parler à Daphné, il se cogna contre une ombre. C'était Dédé qui était de retour. Théodore en tomba sur les fesses. Aïe.
Dédé l'aida à se relever et il cru voler. Le regardant à nouveau pour savoir s'il pouvait commencer, il vit que sa coupe de cheveux avait changé. Ils n'étaient plus en plein chaos, mais parfaitement, ou presque, peigné vers l'arrière. Il devait avoir utilisé une brosse spéciale pour qu'il est l'air sérieux. De plus, un noeud papillon avait été ajouté à son cou. Il semblait prendre son travail au sérieux.
Très bien, maintenant nous pouvons y aller.
Et hop ils se pressèrent de poser leur main.

Son tout premier transplanage fut une incroyable expérience. C'était comme être trimballé dans une machine à laver tout en étant essoré avec poigne au-dessus d'une baignoire. Il s'imaginait visage déformé de celui en quête d'un précieux, le corps gonflé comme un troll pour aussitôt éclater comme une chenille. En quelques secondes, tout redevint normal. Théodore tituba quelques instants. Il avait les mains à l'horizontale comme s'il cherchait une table en pleine nuit. Bientôt, il se sentit mieux. Ou pas. Il eut un haut le coeur qui l'obligea à s'éloigner afin de ne pas déranger. Les yeux relevés, il vit un lavabo en pierre. Il ne se demanda pas ce qu'il faisait là et rendit les confiseries si peu longtemps ingurgitées. Il ne fit pas attention de ce qu'il en était de sa meilleure amie. Rendre lui prit tous ses sens.
Quand il finit enfin, s'essuya la bouche avec un torchon, il put enfin faire attention à son environnement.
Davidovitch riait de bon coeur. C'était un rire spontané, mais on sentait qu'il essayait de dire que cela arrivait très souvent. „Premier transplanage n'est-ce pas?" Théodore sentit qu'il n'avait pas besoin de répondre.
Bon, clappa-t-il des deux énormes mains, ne perdons pas de temps.
Théodore se mit juste à côté de Daphné au centre de ce qu'il semblait être une pelouse. Ils étaient dans un stade il ne savait où, clôturé par des estrades et n'avait que pour seul abri l'appenti où il avait vomi. Le ciel était aussi claire que du côté de Poudlard, mais pas de pointe de château visible. Bon ce n'est pas le plus important, hein ?
Vous voyez là-bas, désigna Dédé avec ses doigts, c'est dans ce cercle que vous devrez pour votre première leçon réussir à vous transplaner.
Le cercle blanc était situé à côté d'un mur où, un point lumineux rouge s'y baladait. Théodore, intrigué, observa plus précisément Davidovitch. En fait, sa courte baguette était pointée en même temps que le doigt. Il n'y avait qu'une quinzaine de mètre à parcourir et pourtant il semblait à Théodore que part magie cela devait être difficile, débutant comme il était.
Très bien alors voilà le topo, dit Dédé pour attirer leur attention, le transplanage, vous devriez l'avoir vu, c'est de la Transfiguration. Disparition puis Apparition. Ceux qui maîtrise le transplanage sont considérés comme des sorciers accomplis. A savoir que plus la distance est grande, plus grand est la demande magique, plus grand est la puissance du sorcier. N'essayez pas un voyage inter-continentale sans prendre garde. Désartibulation fréquente. Bref, les enfants, je vais vous expliquer comment faire.

Après un petit discours suivis d'une démonstration, c'était à leur tour. Théodore décida de passer le premier. Etant doué en Métamorphose, il se sentait confiant et capable de le faire. Avant toute chose, Davidovitch lui fournit un petit objet circulaire ressemblant à un galet, mais avec un petit écran au centre. „Cela enregistrera tes progrès et te donnera un nombre approximatif de cours avant de passer l'examen." Il l'avait sorti d'une des poches intérieurs de son manteau dont il manquait un bouton à hauteur du nombril. Il fallait avouer de Dimitri possédait un ventre suffisamment épais pour envoyer un bouton, même bien couturé, dans la tasse du voisin. Théodore plaça l'objet gris dans la poche de son pantalon de toile.
Théodore se concentra et pensa exactement ce qu'il devait faire. Ressentir la magie, penser au lieu désirer avec précision, s'imaginer disparaitre et apparaitre au bon endroit. Ni une ni deux, et avec surprise, il se retrouva ailleurs. Les sensations de Transplanage avaient été mineur, sans doute empirent-ils avec la distance. Il jeta un oeil autour, ha non, il n'était pas dans le cercle. A trois mètres près cependant. Légèrement déçu, il revint en courant. Daphné disparu également pendant qu'il revenait et ne put voir son résultat.
Ils passèrent ainsi chacun leur tour, tentèrent leur chance afin de ne pas être ridicules le premier cours. Dimitri leur prodiguait des conseils avec son accent russe. Théodore ne comprenait pas tout, mais semblait retenir l'essentiel. Ce fut d'ailleurs lui qui arriva dans le cercle le premier. Daphné ne mit guère plus d'essai que lui. En fait, le transplanage ce n'est compliqué, suffit de trouver le bon sentiment magique.
Ce sera tout pour aujourd'hui, applaudit Dimitri pour donner l'exemple, bravo à vous deux, il est assez rare que des élèves réussissent aussi vite le premier cours. Enfin, ça va se corser après ne vous en faites surtout pas.
Il semblait être sadique sur le coup, comme s'il n'attendait que de voir des désartibulations de jeunes majeurs. Théodore en eut froid dans le dos, Daphné n'était pas loin de ressentir la même chose.
Allez hop, on rentre.

Ils attrapèrent la manche de Dimitri et à nouveau la sensation de vomissement revint à Théo. Cette fois-ci heureusement, il avait réussi à la refouler. Pwaaa...
Quand ils furent à nouveau dehors, ils croisèrent trois autres élèves qui allaient prendre des cours de Transplanage, mais Dimitri les avait suivi. Dédé était le seul Transplaneur Agrée du coin. En sortant, Théo vit une hache plantée dans une buche, celle-ci était tachée de quelques gouttes de sang. Surement des animaux qu'il a tué, oui, surement ça. Théodore n'était pas vraiment rassuré et pressa l'allure sur le chemin des deux maisons suivantes.
Il vit tout de même Dédé prendre la hache de la main gauche. Ayant laissé sa cape ouverte, Théodore fit que sa baguette pouvait tomber à n'importe quel moment. Dimitri se rendit chez sa voisine d'en face et frappa trois coups à la porte. Une dame blonde ouvrit la porte. Son nez en bouton disait quelque chose à Théodore sans que la mémoire ne lui revienne. Un petit coup d'oeil sur la boite à lettre verdâtre et il lut : „S.C“. Trop peur pour s'imaginer quoi que soit, il essaya à ce que Daphné ne remarquât pas Dimitri pointant un laser rouge entre les deux yeux de sa voisine. Ils passèrent donc sans regarder la boutique rouge de Zonko et celle grisé de Gaichiffon. Ils arrivèrent alors, collés l'un à l'autre par le froid qui ne les quittaient pas, à une intersection. A droite, il savait qu'au bout de la rue c'était La Tête du Sanglier. Par réflexe et réflexion, il mit les mains dans le dos, oui, l'objet était toujours avec lui. En face, deux maisons face à face et une nouvelle intersection à gauche.
C'est dans l'angle de ce dernier croisement que Daphné et Théodore trouvèrent leur bonheur. Il arrêta son amie devant une maison circulaire dont le style ressemblait plus aux petites maisons mongoles. De la fumée s'élevait d'une issue de cheminée, il était là. C'était sans doute Daphné qui connaissait le mieux cet endroit, pour en avoir parlé la première. Il ne savait pas trop ce qu'il allait trouver à l'intérieur, en tout cas, la pancarte était assez flippante. En bois, elle représentait un morceau de chair -un bras ?- sur lequel on piquait un ustensile étrange et horrifiant et qui le faisait saigner. Où m'emmènes-tu donc Daphné ? Lui dit-il des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ce qui est à moué est tatoué [Daph - Théo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Le Tatoué [DVDRiP]
» Devise
» Les PNJs de la campagne !
» Les vautours du désert
» Les ennemis d'Humanydyne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Hors Poudlard - :: Pré-Au-Lard :: Habitations des particuliers-