- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 FIONA SOLVEIGH | Never is an awfully long time. terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: FIONA SOLVEIGH | Never is an awfully long time. terminée   Mar 28 Aoû 2012 - 12:07

FIONA SOLVEIGH DARLING
~ Âge : Quinze ans
~ Date et lieu de naissance : Greenwich, le 22 decembre.
~ Maison : Poufsouffle, cette maison lui convient tellement bien qu'on la dirait faite pour elle; bien qu'elle a froler la maison Serdaigle
~ Célébrité de l'avatar : Freya Mavor
~ Année d'étude : Cinquième année
~ Particularité : nope
~ Baguette: une baguette qui fait vingt-six centimètres, qui est faite avec du bois de rosier et qui contient un crin de licorne.

~ Notes aux BUSE ~
Astronomie :
Botanique :
DCFM :
Histoire de la Magie :
Métamorphose :
Potions :
Sortilèges :
Option 1 :
Option 2 :

~ Description du Physique ~
Comment pouvez-vous expliquer que certaines personne soient belles et d'autres non ? Qu'est-ce qui définit réellement les normes de la beauté ? Cette fille qui traverse la rue, cette blonde que vous appelez votre femme, cette gamine aux boucles blondes que vous n'avez jamais aimée pour ses blagues et ses bêtises ? Oui, celle-là. La jeune fille qui gambade littéralement dans la rue, mais qui, parfois, regarde derrière elle d'un air inquiet avant d'éclater de rire devant sa propre peur. Oui, celle-là. La trouvez-vous jolie ? La trouvez-vous mignonne ? Ses yeux bleus brillants ne vous font-ils pas fondre comme ils le font avec le commun des mortels ? Sachez-le, les yeux de cette belle enfant sont une partie intégrante de son succès. Deux brillants dorés qu'on aurait placés au milieu de traits quelconques et sous une frange de boucles éclatantes, comme pour signifiez que derrière cet air rieur se cachait un être... rieur, tout simplement. On dirait que la commissure de ses lèvres est ensorcelée, que chaque parole qui sort de sa bouche doit faire naître un sourire. Regardez encore une fois la jeune fille aux boucles blondes. Ses boucles, elle les vénère presque comme elle peut vénérer le rire, ses boucles chéries qu'elle coiffe avec une application de moldue pure et simple. Bien sûr, ce ne sont que des cheveux, de simples cheveux. Et ses yeux. Voyez ses yeux. Ne sont-ils pas brillants d'humour et de sincérité ? Ces yeux qui ne pleurent jamais tant ils sont habitués à consoler les pleurs d'un rire. La jeune fille que vous avez devant vous, vous ne la connaissez pas, du moins pas très bien, et son visage ne restera pas à jamais dans votre mémoire comme le serait celui d'une véritable « belle » personne. Ses traits sont peut-être harmonieux, ses sourcils sont peut-être fins, mais ses lèvres sont un peu trop pleines, un peu trop roses, et son teint est pâle, presque trop. Elle est mignonne, sans plus. Grande, élancée, mais pas athlétique. Quand elle rit, et croyez-nous qu'elle rit souvent, ses joues blanches se creusent de deux petits fossettes.

cette fille, elle porte de jolis vêtements, qu'on dirait neufs tant ils n'ont pas été portés souvent. L’uniforme de Poudlard mis a part ; elle aime porter des robes aux couleurs pastel, des jupes a froufrou et a dentelles, et des chemisiers qui savent comment la mettre en valeurs. Solveigh aime tout ce qui touche de près a la féminité ; oui c’est une vrai femme dans le choix de ces vêtements. Vous ne la verrez pas souvent vêtue d’un pantalon ou de quelques choses d’deux, elle fait très attention a tout ce qu’elle porte ; elle aime être soignée. Beaucoup plus pour sa vision d’elle-même, que pour ce que les autres pourraient pensez d’elle. Elle ne se maquille pas, même si elle affirme jour après jour qu'elle en aurait probablement besoin, elle porte parfois –lors des événements spéciaux- du mascara ou une fine couche de eye-liner au dessus de ces yeux ; lui donnant un air encore plus candide que d’habitude. Ses oreilles sont percées, trois trous chaqu’unes ; elle porte très généralement des clous d’oreille imitant des faux diamants ou des perles sauvages. Elle ne porte aucuns autre bijoux ; ou peut être la chaine de son père autour de son coup mais seulement lorsqu’elle cherche du courage.
~ Description du Caractère ~
Solveigh est loin d'etre l’artifice même. Elle ne se sent pas parfaite, loin de là. Néanmoins, elle sait tirer avantages de ses propres défauts, tout en respectant sa place dans la hiérarchie - ou du moins ce qu’il en reste - de l’école. En effet, derrière ce visage candide se cache une toute autre chose. Et pour cela, elle combine l’art de la discrétion et de la manipulation, comme peu de personne dans le coin. La jeune femme ne croit qu’une seule chose : son instinct. Pour elle, les hommes sont libres de faire leurs choix - d’ailleurs elle a déjà fait le sien - ils ne possèdent pas vraiment de destin (en dehors de celui de mourir). Elle n’aime pas être dans la peau du mouton qui se sent perdu dès le moment où il n’est plus au sein de son troupeau. Non, elle n’est pas de ceux-là. La demoiselle aime réfléchir et prendre ses propres décisions. De plus, sa définition d’ « influencer » diffère de celle que vous connaissez tous. De son côté, elle serait plutôt du genre à donner des conseils, si vous voyez de quoi je parle. D’où une manipulation quasi-constante (mais jamais méchante). Comment ça elle joue avec les mots ? Que nenni. En outre, je tiens à vous prévenir : évitez de la contredire ou même de lui faire une quelconque remarque qui pourrait s’avérer désobligeante à son égard ou envers une personne qui lui est proche.

Solveigh peut s’avérer utile car elle est plutôt de ceux qui savent utiliser leur charisme dans le but de parvenir à leur fin. D’où la nécessité de faire un choix de clan rapidement quelques années auparavant. En effet, elle possède un réseau social assez dense au sein de l’école. Cependant, Solveigh aime garder ses distances avec les autres élèves, sauf en ce qui concerne les « membres » de son cercle d’amis. D’ailleurs, au bout d’un moment, vous pourrez constater que pour la demoiselle, le mot « ami » possède un sens beaucoup plus restreint que celui donné par le dictionnaire : oui, elle aime bien s’approprier les mots, s’en donner leur propre définition. Elle aime nuancer, c’est tout. Il faudrait peut être faire un peu attention au début, mais vous aller finir par la comprendre, la cerner cette petite. En plus d’être nature impulsive - où elle sait se montrer parfois un peu trop franche et un peu trop blessante - Solveigh est une personne très loyale. Néanmoins, soyez sûr d’une chose, elle n’aime pas vraiment la violence physique, si elle rencontre le moindre problème avec vous, la jeune femme vous méprisera pendant un bon bout de temps : jusqu’au moment où elle s’ennuiera et finira par se lasser de vous. Bref, ça fait déjà pas mal de caractéristiques, mais il en reste au moins deux dont la jeune brunette fait appelle sans trop le savoir. Comme tout le monde, la jeune sorcière à son petit truc inné. En tant que grande prêtresse de la flemmardise, Solveigh plante rarement son nez dans un livre afin de réviser. Elle a été dotée d’une mémoire phonétique ainsi que d’une mémoire visuelle lors de sa conception. Ainsi, à la veille des examens, la jeune femme profite de l’absence des autres afin de s’aérer l’esprit. Nonobstant, elle préfère toutefois ne pas s’étaler sur le sujet et s’en vanter, et sachez le même si Solveigh se définie elle-même comme une grande flémarde. La jeune fille ne supporte pas la pression et les échecs qu’elle peut accumuler a Poudlard.
~ Famille et amitié ~
Charles James Darling ; née il y a quarante ans de cela dans la banlieue Nord de Londres ; Charles Darling est un sorcier au sang-purs, connu pour ces nombreuses conquêtes lors de sa jeunesse. On le pensait cassée à amoureux de sa femme mais le sort en a décider ainsi. Après deux enfants et six ans d’une vie qu’il fini par trouver monotone, Monsieur Darling décida de mettre les voiles destination l’inconnu. Il n’a jamais redonné de nouvelles a ces filles ; ni même a sa femme qui fini par demander le divorce lorsque que Solveigh entra a Poudlard. Solveigh ne parle jamais de son père, ce sujet est tabou chez elle alors elle évite de l’aborder.

Annalina Klodia Darling née Gusstavson ; elle est née dans l’Ouest de la Suède ; durant un froid printemps il y a plus de trente sept ans de cella. Annalina est la fille de deux sorcières de sang-purs qui ont fuit la Suède pour l’Angleterre lorsqu’elle avait neuf ans. Elle fit donc sa scolarité a Poudlard dans la maison Poufsouffle. Elle eu deux fille de son premier mariage avec Monsieur Darling. Viola Anastasia qu’elle eu alors qu’elle n’avait que dix-neuf ans et Fiona Solveigh, qu’elle eu a l’âge de vingt-deux ans. L’amour qu’elle éprouve ces filles défi toutes lois de la nature, elle aurait souhaité leurs offrir une vie bien mieux que celle qu’elles ont eu ; mais elle reste extrêmes fière de chaqu’unes d’elle. Madame Darling s’entend particulièrement bien avec Solveigh, peut être du au faite qu’elle ont passé trois ans à vivre seule dans leurs immense maison ?

Viola Anastasia Darling ; née de l’union de Monsieur et Madame Darling. Viola est la grande sœur de Solveigh, elle est née il y a dix-sept ans dans un hôpital moldu de la banlieue Greenwich. Viola as toujours été le modèle parfait pour Solveigh. Jolie, sociable, intelligente et surtout une excellente sorcière. Mais avec le temps et l’éloignement la jeune fille c’est jurer de ne jamais suivre le même chemin que sa grande sœur, qui selon la jeune fille reproduisait le même chemin que son père. Elle ne rentrait plus les vacances, sauf les grands évidements. Elle commençait à laisser tomber sa sœur, envoyer de moins en moins de lettre. Jusqu'à ne plus en envoyer du tout. La relation entre les deux filles c’est bien dégradée, espérons que cette dernière année a Poudlard pourra les aider à arranger les choses.

~ Histoire ~
Ne vous inquiétez pas, les contes de fée, je sais, ça n'existe pas, et pourtant, lorsque Solveigh vint au monde, on aurait pu prédire que sa vie en serait un mais la banalité changea le conte de fée. Tout d'abord, un couple de parent qui s'aimait énormément. Un homme très câlin et affectif, une femme magnifiquement belle, énigmatique et naturelle. Un beau couple que tout le monde enviait, malgré le côté secret de la jeune femme, qui était d'une beauté assez frappante, il faut dire. Charles James Darling ; employée au département des transports magique, sang-mêlé et ancien élève de la maison Serdaigle. Charles était la définition même du bon partit ; une bonne situation, une famille tout ce qu’il y a de plus respectable ainsi qu’un bon poste au ministère de la magie. Annalina Klodia Gusstavson, ancienne élève de la maison poufsouffle ; sang-mêlé et rédactrice occasionnel de la rubrique « naissance et décès » de la gazette des sorciers.

Elle était assez jeune d'ailleurs lorsqu'elle tomba enceinte de Solveigh. En effet, elle avait 22 ans. Mais Solveigh n’était pas leurs première enfant, il avait déjà une petite fille de trois ans, Viola. De toutes manières, elle et son petit ami avait prévu de se marier : ils étaient fiancés à cette époque et se connaissait depuis qu'ils avaient 14 ans. C'était un amour parfaitement fusionnel et tout se présager à être parfait. Lorsque Solveigh pointa le bout de son nez ; la famille Darling quitta leurs petite maison de Greenwich pour s’installer dans la jungle londonienne.

Mais évidemment, la vie n'est pas comme ça, et le destin nous joue très souvent des tours. Lorsqu'elle eut 8 ans, Solveigh vit son père disparaitre, comme ça, du jour au lendemain. Il était partie voyager, et sa mère savait qu'elle ne reviendrait pas, puisqu'il l'avait annoncé dans une lettre. Il était comme ça ... Magnifiquement intelligent, adorable, mais il avait besoin de trop de liberté, il était trop instable. Solveigh grandit alors seule avec sa mère et sa sœur. Solveigh adorait d'ailleurs cette dernière, et elle ne portait pas vraiment de haine contre son père, elle l'acceptait, voilà tout, même si il faut avouer que ce n'était pas toujours facile pour elle. Forcément, elle était la petite dernière la protéger en somme, elle n’avait rien à craindre, elle savait que sa mère et sa sœur, au contraire de son père… Seraient toujours la pour elle. Sa mère lui accordait tout, ce qui, forcément, la conduisait à posséder tout ce qu'elle voulait. Je ne vais pas dire non plus qu'elle était une grande capricieuse pourrie gâtée, mais disons qu'elle était assez têtue lorsqu'elle voulait quelque chose. Elle grandit avec une grande passion pour l'art, elle toucha d'ailleurs à tout : la musique, la photographie, ... Elle tomba amoureuse du piano, et de la photographie et de l’écriture, depuis sa plus tendre enfance jusqu'à encore maintenant lorsque Solveigh se sent mal, elle se met à l’écriture. Elle avait un don pour ça, et tout le monde le savait. Qu'est ce qu'elle n'aurait pas donné pour un jour possédé son propre magazine sur la photo ?

“ WHEN SOMEBODY LOVED ME, EVERYTHING WAS BEAUTIFUL ♣
1984 à 1990

Tout semblait mort à l’extérieur, aucunes voitures, aucuns piétons, personne ne se risquait à sortir par le froid qui régnait cet hiver. Pourtant la vie était en route a l’hopital St Mangouste, une salle d’attente peu rempli, des bruits de pas régler comme un coucou, et une odeur de cigare a peine fini flottait dans l’atmosphère « Tu pense qu’elle me ressemblera Papa ? » Dit la petite fille en attrapant le bras de son père qui fessait les cents pas depuis plus d’une heure « Elle ? Et si c’est un garçon ? » La petite fille grimpa avec difficulté sur un banc de l’hopital, et répondit avec une voix sur d’elle « Aucunes chances... C’est ma petite fée qui ma dit » L’homme embrassa sa fille avant de se remettre à faire les cents pas, machinalement il alluma une cigarette et se transforma en clichée. Monsieur Darling ne fumais jamais, même pour les ocrassions spéciale, mais aucunes occasion n’était plus spéciale que la naissance de son second enfant. Les époux Darling n’avaient pas souhaité connaitre le sexe de l’enfant, ils avaient convenue entre eux de peindre la chambre en jaune, n’acheter que des habits de couleurs neutre et de trouver des prénoms mix pour l’enfant. Madame Darling n’avait appris sa grossesse qu’au bout de six mois. Une nouvelle qui avait enchanté la famille, surtout Viola, la première enfant de Monsieur et Madame Darling. Viola, qui a l’époque n’avait que trois ans, avait toujours voulu avoir une petite sœur, un désir tel qu’elle c’était inventer une amie imaginaire qu’elle aimait à appeler petite sœur de temps a autre. « Alors ? Alors ?! » « C’est une fille ! » C’était le début, le début des rires, le début des pleure; les futures peine de cœur. Mais surtout le début de quelque chose qui s’annonçais grandiose. C’est fou comme la vu d’une chose encore inconnue peut nous rendre fou de bonheur ; un feu d’artifice de sensation se fit ressentir dans la tête de Mm Darling ; elle qui depuis sa plus tendre enfance pouponnait tout ce qui ressemblait de près ou de loin a un enfant, elle qui avait déjà tout sacrifié pour cette toute petite partie d’elle ; elle qui savait qu’a partir de ce jour elle ne vivrait que pour cette minuscule tête blonde. Mr Darling quand a lui n’était pas aussi heureux qu’on aurait pu l’imaginer ; il était la partit technique du couple, celui qui pensait a combien de galions cette enfant allait leurs couter, celui qui pensait déjà : Et si elle était promit a un avenir de débauche ? Et si c’était une cracmol ? Mais malgré son coté technique et ces interrogations il savait lui aussi qu’il aimerait ce petit être de tout son cœur. Plus de trois cent soixante cinq jours plus tard ; Mme Darling décida de quitter son emploi a la gazette du sorcier pour trouver une place de chroniqueuse dans la partie cuisine du Sorcière Hebdo magazine, bien entendu elle travaillait a domicile pour ne pas perdre une seule minutes qu’elle pourrait passer avec ces enfants. Les années passaient et Solveigh grandi, a chaque centimètre gagner tout le monde pouvait remarquer qu’elle ressemblait beaucoup a sa mère, autant par le caractère que par l’apparence physique, ces yeux vert, ces cheveux blond bouclée qu’elle aimait attacher en deux couettes sur le dessus de sa tête, elle paressait aussi assez grande pour une petite fille de sept ans mais c’était héréditaire tout le monde chez les Darling était plutôt grand. Elle ressemblait aussi a sa sœur, d’ailleurs plus qu’elle ne ressemblait a sa mère, que dire a part le faite que Solveigh cherchais a devenir la copie conforme de Viola ? Lors qu’elle eu huit ans, ce n’était ni les cadeaux, ni la fête et encore moins les photos prise ce jours la qui allait faire de son anniversaire un jour inoubliable mais plutôt le départ de son père pour un endroit inconnu. Sans raison et sans explication, Mr Darling avait fais ces valises et était partit en exile laissant sa femme et son unique enfant, sans revenue et sans réponse a leurs question. Mme Darling décida de reprendre son travaille pour sorcière hebdo magazine, et Solveigh du avance sans penser a ce que serait sa vie si il était encore avec elles. Huit ans c’était aussi l’âge que ces pouvoirs avait choisit pour ce manifester. Lors de l’anniversaire de Jenny Mcpherson – l’une des « amies » de classe de Solveigh – alors que le protagoniste de la journée, se mit à raconter une histoire assez embarrassante sur Solveigh son gâteaux s’enflamma et brula la quasi-totalité de ces cheveux d’ange. « Tu pense que moi aussi j’irais a Poudlard ?! » « Y’a aucunes raison pour que tu n’y aille pas Solveigh » « Oui, mais Viola… Moi je n’ai pas encore de pouvoirs » « Bah sa viendras, faut que tu arrête d’être aussi impatiente tu sais ? » « Oui, mais j’aime comme même pas attendre » Le jours du départ était arrivé pour Viole, ce qui enchanta Mm Darling, mais au contraire fessait peur a Solveigh, elle avait tellement peur de voir partir sa grande sœur, tellement peur qu’elle ne revienne jamais, mais surtout tellement peur de vivre l’abandon encore une fois. Les pleurs, les cris, les promesse ; l’été du départ de Viola fut mouvementé, elle ne passait pas un jour sans entendre sa petite sœur lui rappeler de lui écrire tout les jours, ou de lui rappeler le revenir pour les vacances, même si Solveigh irait a Poudlard dans trois ans, la jeune fille ne voulais pas passer trois ans loin de sa grande sœur. « VIOLA ! » « Oui, qu’est-ce qu’il y a ma belle ? » « Je peux venir avec toi ? » « Non, tu le sait… Tu viendras dans trois ans… » « Mais c’est long ! Tu vas me manquer pendant trois ans tu sais ? » « Je reviendrais te voir toute les vacances » « Cermet des petits doigts ? » « Promit ! » Une promesse que Solveigh regrettera plus tard de ne pas l’avoir scellée avec un serment inviolable Les semaines passèrent, les premières semaines de Viola a Poudlard, une lettre toutes les semaines, puis tout les mois, puis occasionnellement Elle n’était pas rentrée pour les vacances d’Halloween comme elle l’avait promit a sa sœur, a la place elle lui avait envoyé une lettre, comme une excuse dégagé pour son absence.

Solveigh chérie,
Je sais que tu m’en veut et qu’une lettre ne sert pas d’excuse, mais comprend moi s’il te plait. Pour une fois que je suis avec des gens comme nous et que personne ne se moque de moi parce que mes parents on une tenue différente ou parce que je fais des choses qu’on ne peut pas expliquer. Je me sens bien ici, et tu te sentiras tout aussi bien ici a ton tour, il me tarde que tu me rejoignes petite sœur. Je ne t’ai pas dit mais le choipeaux – tu te rends compte ? Un chapeau qui parle ! – ma envoyer a Serdaigle, c’est la même maison que Papa, je pense que toi aussi dans trois ans tu intégreras cette magnifique maison. A vrai dire je n’en ai aucun doute, tu es la personne la plus intelligente et la plus gentille que je connaisse. Encore une fois je m’excuse de ne pas être venue pour ces vacances, j’espère que tu me pardonneras.

Ta sœur qui t’aime, Viola

Les mois passaient et la jeune fille attendait toujours aussi impatiemment le retour de sa sœur, elle lui avait promit de revenir pour fêter Noel, et le dixième anniversaire de Solveigh par la même occasion. A l’approche de la période hivernale, notre petite blonde devenait particulièrement agiter, tout ces cadeaux qui l’attendait et le retour imminent de sa sœur ne la fessait pas tenir en place, surtout que depuis l’incident chez sa camarade de classe. Madame Darling avait décidé de scolariser Solveigh a domicile pour lui éviter de subir les moqueries et autres réflexions de ces camarades de classe. Quelques jours avant l’anniversaire de la jeune fille, alors qu’elle rentrait d’aller acheter le cadeau de Noel de sa sœur, la jeune fille aperçu un hibou percher sur le portail de la maison. Elle se stoppa un instant, et couru a l’intérieur sans perdre de temps à observer le volatile, elle savait parfaitement ce que cette lettre signifiait pour elle, Viola ne rentrait pas pour les vacances de noël. Sa sœur avait encore failli à sa promesse. Solveigh resta allonger dans son lit tout le reste de la journée, jusqu'à ce que sa mère qui la croyait endormi vienne lui déposer la lettre sur sa table de chevet. Lorsqu’elle entendit la porte de sa chambre se refermerez la jeune fille attrapa la lettre et la lu avec attention.

Solveigh,

Tu n’as pas répondu a mes deux précédent hiboux, Maman dit pourtant que tu m’avais écrit, peux être les hiboux ce sont ils perdu je ne sais pas. Encore une fois j’ai failli a ma promesse mais on ma dit que les fêtes de Noel étaient magnifique a Poudlard ! Il y a même un bal, auquel je n’irais pas puisque je suis une première année, mais tu te rends compte ! Un bal ! Dans un quand tu viendras, j’aurais le droit d’y aller ! Je te cacherais sous ma robe pour que tu puise y aller avec moi. Maman ma parler de ton petit incident chez les Taylor, j’espère que tu vas bien et que Vanesse ne t’en tient pas rigueur, tu sais les choses comme sa vont se multiplier mais tu apprendras à les contrôler ne t’en fais pas, le temps t’aideras… J’espère vraiment que tout vas bien et que je te verrais aux prochaines vacances.

N’oublie pas que je t’aime petite sœur ! Viola

Lorsque la jeune fille se décida à sortir de sa chambre une peu plus tard dans la soirée, sa mere l’attrapa par la les épaules en voyant les yeux rouges de sa fille et lui dit avec tendresse « Chérie, elle est désoler, mais elle a pleins de cours à rattraper. Elle ma promit qu’elle viendrait a Noel ! » Solveigh se dégagea des mains De sa mere et lui dit avec froideur « Non, c’est une menteuse, elle ne tient pas ses promesses ! » Elle se remit à pleurer et remonta aussi rapidement dans sa chambre que plus tôt dans l’après-midi. Le plus gênant dans l’histoire pour Solveigh n’était pas le faite que sa sœur soit resté a Poudlard une seconde fois, la jeune fille sentait cette phase de leurs relation comme un abandon de la part de sa grande sœur, elle n’avait jamais été seule jusqu'à se que Viola rentre a Poudlard. Elles étaient toujours deux, dans tout, à l’école, chez elle, à leurs cours de danse et même lorsqu’elles fêtaient leurs anniversaires, elles le fessaient en même temps. Solveigh n’envoyait plus une seule lettre a sa sœur, elle prit ces absences pour un abandon, le même abandon dont son père c’était rendu coupable quelques années plus tard. Sa mère et elle, voila tout ce qu’il restait de sa famille pour elle, elle n’avait plus besoin qu’on lui mente, elle ne voulait pas retenir sa sœur. Si Viola voulais rester a Poudlard, qu’elle y reste « Pourquoi on parle jamais de lui » « Lui qui ? » « Papa…On a même plus une seule photo de lui à la maison, et j’me souvient même plus de sa voix…» « Avant de parler de lui, demande-toi si dans sa nouvelle vie il parle de toi Solveigh » Voila des années, des années que la jeune Solveigh n’avait plus prononcé le mot papa, des années qu’elle évitait le sujet avec sa mère, mais la jeune fille avait à présent besoin de réponse et du haut de ces dix ans, elle ne craignait plus t’entendre des paroles blessante ou choquante de la part de sa mère. Alors qu’elle rentrait d’une journée au zoo avec Viola – les vacances d’été avait fait rentrer la jeune fille dans son port d’attache - et sa mère, Solveigh fut alerter par un courrier sur le pas de la porte ; un enveloppe qui semblait plus vieille que les autre, ornée d’un tampon de cire rouge. Solveigh savait ce que cette lettre signifiait et sans même la lire la jeune fille l’attrapa et couru voir sa mère « Maman ! Maman ! MAMAN ! » « Solveigh combien de fois je t’ai dit de ne pas faire de bruit lorsque je suis au téléphone ! » « J’les comptes plus. Mais maman regarde ! C’est arrivé par Hiboux… Tu sais ce sa veut dire ! » « C’est… Une lettre de Poudlard ? »

JOURNAL INTIME DE SOLVEIGH DARLING, PAGE 22
« ENFIN ENFIN ! J’ai reçu ma lettre pour Poudlard ! Et dans moins d’une trentaine de jours je serais a bord du Poudlard Express pour rajouter de merveilleux chapitres à mon histoire ! Inutiles d’écrire à qu’elle point je suis surexcité ! J’ai plus qu’envie d’y aller maintenant, a pied même s’il le faut ! Je passerais enfin du temps avec Viola ! En plus dans se magnifique endroit, j’ai tellement hâte que nous soyons toutes les deux comme avant ! Mais maman dis que Poudlard est fermée les vacances ; j’y crois pas trop comme même… Je pense que Poudlard reste ouvert les vacances et que les professeurs organisent des speed dating version sorciers. Enfin bref ; Maman est assez triste sa dernière fille va à présent quitter le nid et ce lancé dans la grande aventure de l’adolescence ; je suis un peu triste lorsque je me dis que je vais passer un an presque sans voir me père sera sans doute plus dure que tout ce que j’ai du traversé jusque la. Mais il est temps de grandir maintenant…N’est-ce pas ?! Pendant que j’y songe ! Je ne pense pas avoir déjà écrit la façon donc mes pouvoirs ce sont manifester ; c’est une histoire assez étrange en faite ; mais j’aime la raconté… J’étais a l’anniversaire de Jenny Mcpherson (cette garce !) ; je devais avoir huit ans a l’époque…Enfin bref, notre adorablement abominable Jenny avait gentiment avoué a tout le monde que lorsque j’avais cinq ans j’avais eu une fuite au zoo et que pour que personne ne remarque mon incident j’avais plongé dans la mare aux canards la plus proche. Par un miracle, a la fin de sa très charmante histoire la bougie sur son gâteau (pourtant éteinte) c’était embrassé avec violente et lui avait brulé ces magnifiques cheveux blonds… Le karma reprend toujours le dessus ! »

“ EVERY HOURS WE SPEND TOGETHER, LIVES WITHIN MY HEART ♣
1990 à 1995


« Salut je m’appelle Joe Bennington, c’est Joseph mais j’aime mieux Joe » « Et moi Solveigh, Solveigh Darling » « Apparemment c’est aussi c’est aussi ta première année a Poudlard… Tu pense allez dans quel maison ? » « Poufsouffle, comme ma mère. Et toi ?» « Poufsouffle, comme ma mère aussi» A cette instant précis, Solveigh était loin de ce doutée que cette personne a qui elle parlait sans peur, allait devenir aussi important tant dans sa scolarité que dans sa vie en général. Elle ne savait pas que ce jeune homme allait devenir son meilleur ami. Solveigh et Joe passèrent leurs trajets à discuter de leurs famille ; lui était un sang-purs mais n’avait aucuns préjugées sur les sang-mêlé ou les née moldu. Enfin arrivée au village de Prés-au-lard c’est un géant nommé Hagrid qui apparu pour les accompagné jusqu'au collège qui allait devenir sa résidence secondaire pour les sept prochaine années. « Quand j’appellerais vos noms, vous vous assiérez sur ce tabouret en attendant d’être répartit par le choipeaux. Darling, Solveigh » « Hum… Poufsouffle » C’est avec un grand soulagement que la jeune fille fut envoyée à Poufsouffle, mais ce n’était pas vraiment une surprise si on prend en compte son caractère et sa façon d’être. Une jeune fille aussi naïve, gentille et maladroite n’était en aucuns cas destinée à une autre maison que celle d’Helga Poufsouffle. La première année d’Solveigh à Poudlard se passa sans trop d’accrochage et ni aucun mélodrame. La jeune fille rentrait chez elle presque aussi souvent qu’elle le pouvait, car même si elle aimait Poudlard comme chez elle, sa mère lui manquait beaucoup trop, et a la différence de sa sœur, Solveigh n’était pas aussi indépendante que cela. Quand arrivaient les grande vacances, Solveigh ne s’attendait pas a la surprise que sa mère lui avait préféré ; la jeune fille – qui depuis ces quatre ans supplia sa mère – lui offrir un chat, un angora turc blanc nommée Nausicaa. Bien entendu ce cadeau était plus un petit coup de pouce pour que Solveigh se sente moi seule à Poudlard

JOURNAL INTIME DE SOLVEIGH DARLING, PAGE 45
« C'est fait. Elle a enfin trouvé le courage de m'avouer quelque chose dont j'étais au courant depuis plusieurs mois. Je ne le haïssais pas pour autant. J'étais tout simplement déçu par son comportement. Depuis toujours, on s'était fait la promesse de tout ce dire, de n'avoir aucun secret pour l'autre et voilà que pendant une année entière elle m'a mentie sans vergogne. Elle était pourtant la seule personne en qui je pouvais avoir confiance et pourtant, durant l'année écoulée, j'ai eu l'impression qu'elle m'évincer de sa vie. Viola, Papa et maintenant, Maman me cache des choses. Tu sais journal, c’est comme si… je ne comptais plus pour elle et que je n'étais qu'une charge de trop dans sa vie. Elle est vraie que du haut de mes douze printemps, elle m'est difficile de tout comprendre, mais j'avais bien le droit de le savoir. Elle était certes un adulte et moi qu'une gamine, mais moi, dans ma tête d'enfant, j'espérai qu'elle continue de me faire des confidences, que je me sente encore importante à ses yeux. Elle était mon mère, mais en même temps ma meilleur ami, celle avec qui je partageai mes joies et mes peines, et depuis toujours elle en a fait de même. Faut dire qu'on a toujours pu compter que sur nous même et cela a été comme une trahissons de découvrir qu'elle fréquentait un homme et que c'était devenu sérieux entre eux. Mais le pire a surtout été de me rendre compte que notre petit trio n’existera bientôt plus et que ces petits moments privilégier entre mère et filles ne ferait plus partie de notre quotidien. Depuis ma naissance, on a été que toutes les trois et c'est ainsi qu'on a vécu durant ces douze dernières années, mais voilà qu'aujourd'hui tout va basculer. Satané homme dont je ne connais toujours pas le nom. Je le déteste déjà. »


“ LONELY AND FORGOTTEN, NEVER THOUGHT SHE’D LOOK MY WAY ♣
1995 à 1997


« Ne commence pas Solveigh ! Il est vraiment temps de grandir ! » « Et il est temps pour toi de te rappeler que tu as une famille ! Tu pense que j’aime passer Noel seule avec Maman, et lui ? » « Il ne s’appelle pas lui, quand tu apprendras à le connaitre tu verras qu’il est gentil » « Ou as-tu trouvé le temps de le connaitre ? T’est jamais a la maison Viola ! » Lors de sa troisième rentrée a Poudlard, Solveigh ne fut pas surprise de voir que sa sœur ne fessait aucuns effort envers elle, d’ailleurs elle n’avait même pas cherché à en faire cette été la. Les disputes étaient devenue le seul moyen de communication entre les deux Darling, Viola en voulais a Solveigh de ne pas laisser sa mère vivre sa vie. Et Solveigh en voulais a sa sœur de laisser sa mère gâcher sa vie aussi bêtement, ce mariage pour elle n’était qu’un moyen absurde de trouver de la compagnie. Les disputes était si fréquente qu’il était arrivé que la mère de Solveigh songe a la retiré de Poudlard pour l’envoyer a Beaubatons car elle trouvait que Poudlard attirait de plus en plus les problèmes dans la famille. Les problèmes qui n’allaient pas disparaitre puisque lors du mois de Juillet de l’année 1996 la mère de Solveigh lui annonça son mariage imminent avec son petit-ami actuel.


JOURNAL INTIME DE SOLVEIGH DARLING, PAGE 87
« Vingt-huit heures, cinquante-deux minutes et dix secondes. Voilà le nombre d'heures qui nous sépare du jour du mariage. Maman est toute excitée par cet événement, mais aussi très nerveuse. Je l'entends de ma chambre, qui ne cesse de faire les cents pas. Elle n'arrive pas à dormir, moi non plus, et pourtant j'hésite à aller toquer à sa porte et je préfère écrire. Cette passion pour l'écriture m'est venue à mes neuf ans et depuis, je ne peux me passer de retranscrire toutes mes pensées, mes infimes désires et craintes sur papier. Je ressens ce besoin, presque irrépressible de me confier à toi, Journal. Et puis, je pouvais garder une trace de toutes mes envies, mes idées, mes peurs et je pouvais le relire quand je le voulais. Bref, revenons à nos petits moutons à pois vert. Demain, dans à peu prés vingt-huit heures, j'allais avoir un père, enfin un beau père, mais cela revenait au même après tout n'est-ce pas ? Je n'ai jamais eu la chance (ou peut être était-ce mieux ainsi ?) de connaître vraiment ma père et je dois avouer que cela m'a marqué d'un certain côté. Pendant longtemps, et encore aujourd'hui, je culpabilise. Je me dis que ce n'est autre qu'à cause de moi qu’il a quitté ma mère. Que si je n'avais jamais été conçu, ils auraient encore été ensemble à l'heure qu'il est. Mais il y a aussi cette rage qui bouillonne en moi en pensant à lui. Je le déteste en même temps de nous avoir abandonné, maman, viola & moi. Il faut n'être qu'un lâche pour pouvoir agir ainsi.

Et ce nouveau beau père qui sortait de nulle part, je le détestai des le début, sans pour autant le connaître. Le fait est que je me dis que lui aussi finira par nous abandonner comme les anciens petits amis de maman, et comme Viola ; alors je préférai ne pas m'attacher à lui et le haïr. Cela était beaucoup plus simple ainsi. Mais, il me fallait voir l'évidence. J'allai devoir vivre sous le même toit que lui et cela pour un temps indéterminé et cela ne me plaisait guère, mais malheureusement, rien de ce que je pouvais dire ou faire pourrait faire changer les choses. Je vais devoir l’accepter…»

~ Test RP ~
TEST RP [20 LIGNES MINIMUM]

~ Et vous ? ~
~ Où avez-vous connu le forum ? :
~ Âge :
~ Niveau RP :


Dernière édition par F. Solveigh Darling le Mar 28 Aoû 2012 - 19:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luna J. Lodwick
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 684
Points rp : 3883
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de chêne, 25.5cm, Plume d'hippogriffe
Ascendance: Sang-Pur. Si on veut.
Camp: Harry Potter & l'Ordre

MessageSujet: Re: FIONA SOLVEIGH | Never is an awfully long time. terminée   Mar 28 Aoû 2012 - 13:37

Bienvenue ! Si tu as des questions, n'hésite pas à les poser Smile





Serdaigle - Sixième Année

I've never betrayed your trust
I've never betrayed your faith
I'll never forsake your heart

Couleur texte : #336699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lux S. Silvestri
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 63
Points rp : 2326
Date d'inscription : 11/08/2012
Age : 31

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bouleau et Achillée, 30cm
Ascendance: Sang Pur
Camp: Indécise

MessageSujet: Re: FIONA SOLVEIGH | Never is an awfully long time. terminée   Mar 28 Aoû 2012 - 14:35

Bienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zacharias Smith
"Je veux l'équité, tous mes élèv's sont à égalité."

avatar

Messages : 84
Points rp : 2422
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 26
Localisation : Derrière toi ! O_O

Identité du Sorcier
Baguette magique: 27 cm, Bois d'acajou et crin de centaure, souple
Ascendance: Sang Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FIONA SOLVEIGH | Never is an awfully long time. terminée   Mar 28 Aoû 2012 - 15:09

Bienvenue =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jared Johnson
"Tout apprentissage ira d'abord aux enfants du courage."

avatar

Messages : 49
Points rp : 2289
Date d'inscription : 09/08/2012

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de poirier, crin de licorne, 28 cm
Ascendance: Sang-mêlé
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FIONA SOLVEIGH | Never is an awfully long time. terminée   Mar 28 Aoû 2012 - 17:06

Bienvenue ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 4127
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 25
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FIONA SOLVEIGH | Never is an awfully long time. terminée   Mer 29 Aoû 2012 - 1:57

Bienvenue Fiona Very Happy

Le test RP étant libre, nous n'attendons plus que cela pour nous occuper de toi Smile








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sofia Hassan
Mangemort
Mangemort
avatar

Messages : 183
Points rp : 2897
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 25

Identité du Sorcier
Baguette magique: Charme, crin de Licorne, 30cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Mangemort cherchant à se repentir

MessageSujet: Re: FIONA SOLVEIGH | Never is an awfully long time. terminée   Ven 7 Sep 2012 - 10:43

Bonjour !

Où en es-tu avec ta fiche ?
Sans nouvelles de ta part d'ici jeudi, nous serons forcés de te supprimer...

A bientôt j'espère !



#3e2a4d

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FIONA SOLVEIGH | Never is an awfully long time. terminée   

Revenir en haut Aller en bas
 

FIONA SOLVEIGH | Never is an awfully long time. terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Brazava ♦ Long time no see...
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Fun - :: Archives :: Fiches-